Travaux d’automne au jardin : Que faire en Novembre?

Comme toujours, les conseils du mois précédent restent d’actualité… Mais pour tout vous dire, en ce moment, je ne fais plus rien dans mon petit jardin! Je le rêve, le soir, au coin du feu, je l’observe du coin de l’oeil dans la brume, sous la pluie et bousculé par les vents, j’admire ses couleurs d’automne et ses dernières floraisons derrière la fenêtre, je le traverse en allant chercher le bois pour le poêle, j’y fait une pause avec Nala, à la faveur d’un rayon de soleil, quand j’ai le temps avant que la nuit tombe, bien trop vite…

Tandis que les arbres se déshabillent doucement, c’est plutôt dans d’autres jardins que je laisse s’envoler ma créativité,…

Les cendres de bois pour le jardin

Avant l’hiver, à partir du moment où l’on rallume le poêle à bois dans le salon, je donne une bonne poignée de cendres de bois à chaque rosier. Cet apport de potasse permet aux branches de durcir plus rapidement et ainsi, de mieux résister aux fortes gelées.
Le jeune feuillage printanier sera plus « coriace » et plaira moins aux insectes suceurs.
Si vous n’avez pas de poêle à bois, 1 poignée de Patenkali aura le même effet (mais je ne conseille pas particulièrement le Patenkali car c’est une ressource naturelle non renouvelable donc à utiliser avec conscience).
La cendre est aussi un apport de potasse intéressant pour tout un tas d’autres plantes, les hellébores, les clématites,…

On peut aussi ajouter la cendre au compost ou en épandre sur la pelouse… (clic ici pour plus d’infos).

Ne jetez plus les feuilles mortes!

Surtout, ne jetez plus les feuilles mortes des arbres et arbustes! C’est de l’or pour le jardin!
Etalez-les en couverture dans vos massifs (sauf feuilles de rosiers ou de fruitiers malades).
Sur la pelouse, ramassez-les facilement en passant la tondeuse!

feuilles mortes en paillage

Le BRF (broyat de feuillus) peut aussi être étendu en paillis en automne ou en hiver (avant janvier!). Il a le désavantage de provoquer ce qu’on appelle la « faim d’azote » durant plusieurs semaines (il absorbe l’azote du sol pour se décomposer) mais cela n’a pas d’incidence en cette période où la nature s’endort. D’ici le printemps, cet inconvénient n’existera plus!

B.R.F. (Bois Raméal Fragmenté) copeaux de bois de feuillus

En revanche, je ramasse les feuilles mortes des rosiers.

Si des feuilles malades passent l’hiver sous leurs pieds, les champignons pathogènes pourraient se développer dès le prochain printemps! C’est aussi pour cette raison qu’il ne faut surtout pas les intégrer au compost!
Le mieux est évidemment de choisir, dès la plantation, des rosiers naturellement très sains voire indemnes de maladies. Ça évite bien des soucis.

Arracher les dahlia et glaïeuls…

Dès la première gelée, remisez les bulbes au sec et à l’abri du gel.
Si vos hivers sont doux et que votre sol n’est pas gorgé d’eau, vous pouvez peut-être vous éviter ce travail fastidieux et essayer de les laisser en terre en les protégeant avec une bonne couche de mulch.

Incorporer un amendement organique

C’est le moment (entre novembre et février) pour améliorer la structure du sol en y incorporant du compost ou un amendement organique.
Les hémérocalles, les hellébores, les hydrangea, les rosiers, les clématites ou encore les pivoines,… apprécieront particulièrement cet apport de nourriture qui favorisera une belle floraison dès la prochaine saison.

Quand on n’a pas assez de compost maison pour enrichir la terre de tous les massifs, on peut mettre un amendement spécial rosier Or Brun au pied de chaque rosier.
Tous les 3 ou 4 ans, je leur ramène une remorque de fumier de cheval du manège (l’idéal étant du fumier vieux de 6 mois)… Le fumier frais est à épandre avant l’hiver pour être utile au printemps, car il met du temps à libérer ses matières nutritives.
On peut aussi utiliser du fumier de ferme en granulés autour des rosiers et vivaces.

Une épaisse couche de fumier de cheval ou de terreau de feuilles sera aussi bénéfique aux rhododendrons et camélia dont les boutons floraux sont déjà en formation.

On peut enfouir ces amendements en griffant superficiellement la terre.

ôter les feuilles mortes de rosiers avant d’incorporer un amendement organique

« A la Sainte Catherine, tout bois prend racine »

Suivant ce vieil adage, commencez en novembre la plantation des rosiers à racines nues, des arbres et des arbustes sans oublier les arbustes à petits fruits (framboisiers, groseilliers,…), les conifères et les arbustes persistants (rhododendrons, azalées, camélias Sasanqua,…).
Plantez aussi en automne les pivoines et des bulbes printaniers (perce-neige, crocus, muscarisanémone blandajacinthestulipes botaniques…).

L’automne est le meilleur moment pour les planter car ils auront ainsi tout l’hiver pour développer leur système racinaire avant le prochain été. Leurs chances de reprises sont ainsi plus grandes.

Même si il pleut, arrosez vos plantations récentes régulièrement pour favoriser un bon enracinement!

 

Préparez les futures zones de plantation avec des « lasagnes »

La technique de la lasagne est une façon économique, écologique et moins fatigante, de préparer une zone de plantation, un nouveau massif, un futur potager, en utilisant du carton, des déchets verts, et des déchets bruns. Vous pouvez y recycler les feuilles mortes de l’automne, les dernières herbes de tonte, les branchages en petits morceaux, le compost, etc. Selon sa vitesse de décomposition, votre nouveau parterre ou potager sera prêt pour des plantations cet hiver ou au début du printemps, sans avoir besoin de scalper la pelouse et de retourner le sol…
Clic ici pour découvrir mon article complet sur la technique de la lasagne

la lasagne: technique pour créer un nouveau parterre sans trop se fatiguer et surtout, sans travailler le sol pour préserver la biodiversité

Préparez vos jardinières d’hiver

Décorez vos fenêtres ou balcons : bruyères, euphorbes, hellébore, heucheres, carex, gaultheria, cyclamen, violas, bulbes printaniers, pensées, chrysanthèmes, etc…

euphorbes , hellébore, gaultheria en jardinière

Le petit bassin

Il a été un peu nettoyé en octobre (simplement éliminer une partie des lentilles d’eau avec l’épuisette, puis quelques algues filamenteuses à la main). Maintenant, je le laisse s’endormir…
Enlevez les feuilles mortes qui tombent dedans. Eventuellement, installez un filet pour éviter qu’elles y tombent.

Penser aux oiseaux…

J’ai déjà vérifié l’état des nichoirs. Ils pourront servir de gîtes aux oiseaux qui voudraient s’abriter du froid durant l’hiver.
De plus, ils seront vite l’objet de toutes les attentions puisque les oiseaux repèrent dès l’automne les endroits où ils vont nicher aux beaux jours. 

NB : Les nichoirs doivent être placés à plus de 1,50m de hauteur et exposés face au soleil levant, à l’abri des vents dominants.

J’ai aussi déjà prévu une provision de graines (tandis que d’autres se ruent sur le papier-toilette!)
Je ne les servirai à mes petits piafs que quand les gelées rendront leur recherche de nourriture plus difficile.  En attendant, la nature leur offre encore pas mal de ressources: fleurs montées en graines, fructifications variées, insectes qui logent dans le sol et sous le paillage,…

Le rouge-gorge revient à proximité de la maison. Je le vois chaque jour sur la terrasse, depuis mon bureau.

rouge-gorge

Et voilà! Le reste sera pour février/mars!

Je ne fais qu’un nettoyage succinct en automne. Et comme le jardin est petit, j’ai vite fini! Il faut bien que cela aie des avantages!

Je ne nettoie pas toutes les vivaces en automne car certaines fleurs fanées gardent malgré tout un beau graphisme et seront magnifiées par le gel, mais je laisse aussi les autres telles quelles car leur feuillage, en plus de protéger la souche des gelées hivernales, abrite les insectes auxiliaires qui seront utiles au jardin au printemps.

J’attends le printemps aussi pour tailler les arbustes caduques à floraison estivale. (mais vous pouvez les tailler maintenant si ça vous chante). J’ai taillé les persistants en septembre-octobre.

J’attends février ou mars pour la taille des rosiers remontants et surtout je laisse les cynorhodons décoratifs de ceux qui fructifient! Néanmoins, je taille déjà le bois mort, je raccourcis les tiges gênantes ou trop longues de l’un ou l’autre, je coupe les fleurs pourries
NB : la taille des rosiers non remontants (càd qui ne fleurissent qu’une seule fois), a été faite en été, juste après la floraison.

les cynorrhodons, fructification décorative des rosiers

Nous voilà donc prêts à affronter l’hiver!
J’ai déjà ressorti mes aiguilles à tricoter, le bois brûle dans la cheminée…
Nala dort à mes pieds… Moi, j’entre en hibernation! 😉

20 commentaires sur “Travaux d’automne au jardin : Que faire en Novembre?

  1. Je procède comme toi pour les rosiers, + un petit coup de bouillie bordelaise sur les branches dénudées et le sol, c’est le programme prévu pour cet après midi, je vais m’y mettre de bonne heure car la nuit tombe vite à présent. Bon après midi

  2. Je vois que tu as su mettre à profit les belles journées ensoleillées que nous avons eu pour remettre au propre ton jardin. Maintenant, qu’il est fin prêt pour passer l’hiver, tu vas pouvoir te reposer et apprécier les plaisirs de cette saison.

  3. Ton petit inventaire des travaux à réaliser est top de chez top et je m’en vais bien tout recopier parce qu’avec ma mémoire je risque de tout mélanger. Donc les chrysanthèmes se divisent ?
    Plein de bizh.

  4. Tout comme toi, j’ai commencé à ramasser les feuilles mortes des rosiers, tailler le bois mort, butter leurs pieds pour les protéger du froid. Je n’apporte jamais d’or brun, juste des granulés d’engrais. Je ne sais pas si cela suffit. Les bulbes attendent sagement dans le carton d’être plantés.
    La météo est propice au jardin, mais comme d’habitude, le temps me manque.
    Quel bonheur de s’asseoir au coin du poêle à bois et de bouquiner après une journée de boulot.
    Bisous et bonne soirée.

  5. Aujourd’hui on a rentré les frileuses 1 ° de prévu cette nuit surprenant, reste encore des fuschias, plus de plantations de vivaces reste juste des rosiers ! Mes boutures de l’année
    j’ai décidé de les laisser en pot dans la cabane à outils ! Bises …Colette

  6. Oh lala ! Tu me fais culpabiliser ! Je n’ai encore rien fait au jardin : j’ai fait quelques achats de vivaces et bulbes. Il est grand temps que je m’en occupe.
    En tous cas, chez toi, on sent bien ton professionnalisme dans la préparation de l’hiver. Il faudrait que j’en prenne de la graine 😉
    Bises et belle journée

  7. Un beau récapitulatif des travaux à faire .jJe ne sais jamais comment faire avec le paillis. L’enlever pour mettre de l’amendement organique et remettre le paillis par dessus ?Ou juste l’écarter , ce qui n’est pas si évident que ça ! Bises Malo

  8. Les jolis travaux! Je me démène moi aussi entre ramassage des feuilles, plantation des bulbes, nettoyage des massifs (égopodes un jour, égopodes toujours!). Cela me fait de nouvelles places pour les bulbes… Je suis loin d’avoir fini, mais ce n’est que du plaisir : préparer le printemps! Je mets toutes les années du fumier de boeuf en granulés à mes rosiers qui s’en portent plutôt bien.
    Bonne fin de semaine.

  9. Voici un utile pense-bête joliment illustré ! Je suis encore dans les plantations après la suppression des haies de lauriers-palmes. J’attends quelques vivaces et arbustes en début de semaine puis des roses. Les lauriers ont été transformés en brf, dont une grosse partie a été donnée, le reste est dans le fond du jardin et tu viens de répondre aux questions que je me posais sur son bon usage. Merci et bonne soirée. Bises

  10. Novembre c’est aussi le temps de semer les vivaces bien rustiques. Dans un pot dans un coin du jardin abrité des fortes pluies et au printemps pleins de petits bébés à partager.
    Merci pour tous ces conseils
    Bises

  11. Inventaire au top! Une question: connaissez-vous l’engrais organique le Secret d’Or? Daniel Schmitz, voyant mes différents seaux d’engrais( engrais rhodos, engrais rosiers, engrais clématites etc…), s’est gentiment moqué de moi et m’a conseillé d’utiliser le Secret d’or qui convient à toutes les plantes. Après avoir vérifié et comparé le NPK de chaque engrais, je lui ai donc acheté cet engrais. Cela fait 3 ans que je l’utilise et j’en suis très contente. Mes rosiers et autres plantes et arbustes ont l’air de bien apprécier. Il se vend aussi chez Dominique De Witte (Le Try). Moi, je sui loin de pouvoir hiberner. J’ai encore du travail au jardin. Je ne nettoie pas tout non plus. Je laisse certaines plantes vivaces pour le graphisme, les insectes et oiseaux et je coupe celles qui n’apportent rien ou qui s’avachissent lamentablement.Bonne journée.

    1. C’est effectivement un très bon engrais.
      Je vois que nous avons plus ou moins la même façon d’entretenir le jardin en cette saison 😉
      Moi je suis obligée d’abandonner le miens en ce moment car j’ai du travail dans les jardins de mes clients. On ne peut être partout à la fois 😉

  12. Encore un article bien utile et pour lequel je te remercie! Juste une petite question : j’ai deux rosiers non remontants que j’ai taillé après la floraison, donc en été, et qui m’ont déjà (re)fait quelques (trop) longues branches. Si elles continuent de pousser encore au printemps, ça va devenir beaucoup trop long et ça va déséquilibrer le tout. Puis-je les recouper maintenant et à quelle hauteur? Merci pour ta réponse et gros bisous.

    1. Tu peux les raccourcir maintenant sans soucis. Simplement, comme tu sais qu’il fleurira sur ces branches là l’année prochaine, ne redescend pas sur le vieux bois de 2 ans (ou au moins pas
      toutes les branches).
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *