Coaching-jardin: un parterre dans les graviers, plein sud

Il s’agit de fleurir un peu une façade plein sud où les graviers couvrent tristement toute la surface.
Pour égayer cette entrée trop minérale et monotone, tout en évitant les corvées d’arrosage, j’ai proposé d’installer dans ce lit de graviers une bordure de plantes « chameaux », résistant très bien au soleil et à la sécheresse estivale.

une triste allée de graviers à végétaliser (en 2015)
jardin de graviers

Voici quelques propositions de plantes qui conviennent pour ce type d’aménagement.  Et quand j’en aurai l’occasion, des photos avant/après viendront s’ajouter à l’article 😉

Un jardin au soleil et au sec

Si la plupart des plantes souffrent de ces conditions extrêmes, certaines « plantes chameaux » peuvent s’épanouir au soleil, se satisfaisant d’un minimum d’eau, voire d’un minimum de terre, comme devant cette façade écrasée de soleil ou comme dans mon jardin, sur la terrasse rejointoyée de terre légère et sableuse…
En choisissant judicieusement des plantes qui tolèrent la sécheresse, on peut jouir d’un beau jardin en évitant les arrosages contraignants et coûteux.
La couverture de graviers retient la chaleur et crée un micro-climat qui, allié à un bon drainage, permet d’acclimater des végétaux réputés fragiles comme les plantes méditerranéennes ou les alpines qui affectionnent ce type de milieu.
Un savant mélange de vivaces au port graphique, d’arbustes pour le volume, de bulbes, de graminées et annuelles légères, peut donner un ensemble très naturel qui ne nécessitera que peu d’entretien et d’arrosages.

 

Un choix de plantes « chameaux »

Des lavandes – lavandula angustifolia

Ça tombe bien, madame les adore!  Lavandes bleu/violet, mauves, blanches et lilacées créeront un joli camaïeu.
Espacées d’environ 40 à 50 cm, en fonction de leur taille adulte (ou 3 à 5 au m², plantés en quinconce).

Les lavandes présentent ici plusieurs avantages : elles fleurissent en été (environ de mi-juin à fin juillet), et en plus elles sentent super bon!
Les abeilles y trouveront de quoi se sustenter.
Le feuillage aromatique vert grisé est persistant et reste donc décoratif presque toute l’année.
L’entretien est limité: il suffira de les tailler court, au-dessus de jeunes pousses, juste après la floraison pour leur garder un port dense et compact.
Un bémol tout de même: leur durée de vie limitée (environ 10 ans) mais elles se bouturent facilement.

lavande

NB : lavandula angustifolia est rustique et pousse bien dans des sols calcaires ou argilo-calcaires, tandis que la lavande papillon (lavandula Stoechas) est semi-rustique (-10°C) et préfère un sol acide (floraison printanière et automnale).

Les sedums spectabiles

Très rustiques également, résistants à la sécheresse, attirant tout autant les papillons et les abeilles, ils se plairont au soleil, en sol drainant, caillouteux, sec et pauvre, même sableux.  Leur feuillage épais les protège des canicules et leurs fleurs vont du vert tendre au pourpre, en passant par tous les blancs et les roses.
Ils fleurissent de l’été à l’automne, puis les inflorescences fanées restent décoratives tout l’hiver.

Entretien limité : il faudra juste couper les tiges fanées en fin d’hiver (février/mars) quand les jeunes pousses affleurent. Tous les 3 ou 4 ans, il sera bon de diviser la touffe pour favoriser la floraison.

papillon Robert le diable sur fleur de sedum

Les aromatiques : thym, romarin ou origan…

Pourquoi les cantonner au potager? Habituées au climat méditerranéen, elles s’adaptent aux étés secs et chauds.
L’origan ou le thym seront ravissants en bordure de massif tandis que le romarin offre un feuillage persistant qui vaut bien un buis. Il y a aussi le romarin rampant, très intéressant!
La camomille a une ravissante floraison très naturelle.  Essayez la camomille dorée à feuillage bien découpé et parfumé (tanacetum parthenium ‘Aureum’).

Ils dégagent un parfum délicieux quand on les frôle et la floraison ravira les butineurs.

origanum ‘Kent of Beauty’ et campanule des murs

Arenaria Montana

Une plante vivace de rocaille qui forme rapidement un large tapis qui se couvre, de mai à juillet, d’une multitude de petites fleurs blanches.
C’est un très bon couvre-sol persistant, rustique et facile de culture.

arenaria montana

Les calamintha nepeta

Vivaces du pourtour méditerranéen, proches de la menthe, très résistantes au froid si le sol qui les accueille est sec, sableux ou calcaire. Elles se plairont dans un jardin de graviers, et formeront une belle touffe buissonnante et régulière. Petites feuilles vert foncé. Fleurs blanc rosé en grand nombre tout l’été, attirant un grand nombre d’abeilles.

Les santolines

Les santolines, sont des plantes méditerranéennes qui poussent volontiers dans les sols ingrats, caillouteux, calcaires et arides.

Le stachys byzantina

Bien résistant à la sécheresse, l »Oreille d’Ours » au feuillage duveteux, persistant ou semi-persistant, se plaira parfaitement en couvre-sol dans une rocaille sèche ou un jardin minéral, en plein soleil.  Une terre pauvre, caillouteuse ne lui fait pas peur, au contraire!
Les hampes florales portent des épis de petites fleurs mellifères.
Il apprécie un sol neutre ou calcaire, bien drainé, et même sec.
Très facile de culture, il ne craint pas le froid, il peut se passer d’arrosage et ne demande aucun apport d’engrais.

stachys byzantina

L’artemisia ‘Powis Castle’

L’Armoise apprécie le plein soleil et un sol très bien drainé, caillouteux ou sableux, et aussi… les jardins de gravier!
Elle supporte une relative sécheresse à condition qu’elle soit bien installée et que le sol qui l’accueille soit profond.
Distancez les armoises de 70 cm. Protégez-les du froid hivernal si nécessaire.

Le caryopteris

Le caryopteris prolongera efficacement l’attrait du parterre puisqu’il fleurira de la fin de l’été jusque l’automne!
Il aime les sols profonds et très drainés, au soleil. Il aura donc ici tout pour se plaire!

caryopteris

L’helianthème

On le rencontre dans les garrigues brûlantes du midi, en sol rocailleux. Il lui faut une terre riche et bien drainée, en plein soleil…

Il offre, au printemps, une profusion de fleurs aux pétales légers comme du papier de soie, qui ne durent qu’une journée, mais se succèdent sans fin. Les feuilles sont persistantes ou semi-persistantes.

Les euphorbes

Elles résistent à la sécheresse et s’adaptent à tous les sols, même les plus difficiles. Les hampes florales sont souvent dans des tons vert anisé, très frais.  Pourquoi pas la belle euphorbia myrsinite?
Bémol: il vaut mieux porter des gants pour le tailler au printemps car le latex contenu dans les tiges peut être irritant.
euphorbia x martinii euphorbe polychroma dans le massif jaune

Les gaura

Gaura

Les semis d’annuelles

Escholtzia (pavots de Californie), nigelles, verbascum, sisyrinchium, verbena bonariensis, linaria purpurea, cerinthes major …

Elles se ressèment dans les joints, entre les pavés de ma terrasse ronde. C’est dire si elles ont besoin de peu pour être heureuses! Et elles apportent une touche de naturel et de spontanéité que j’adore!

escholtzia (pavots de Californie) et camomille (tanacethum)

Les géraniums sanguineum et autres géraniums vivaces

Les géranium sanguineum poussent en tout sol bien drainé, au soleil, et résistent à la sécheresse estivale.  Ils fleurissent de juin à septembre (25x40cm).
Les géraniums pyrenaicum se plaisent aussi dans ces situations difficiles mais se ressèment volontiers aux alentours. A maîtriser!

géranium sanguineum striatum

« Promesse de fleurs », qui mettait à l’honneur récemment les géraniums vivaces pour rocailles et terrains secs, proposait aussi entre autres le géranium ibericum à grandes fleurs bleu/mauve veinées de pourpre, en juin-juillet (50x40cm) et une nouvelle variété, le géranium vivace ‘Jolly Jewel Hot Pink’, à grandes fleurs rose vif, qui convient aussi en tout sol drainé, au soleil.

A la plantation, décompactez la terre du trou et mettez-y un amendement de fond (sang séché ou corne déshydratée. Densité de plantation (5 au m2).

Les plantes de rocaille

Orpin, sedum, joubarbe, saxifrage, oeillets nains, campanule des murs, géranium rampant, érigeron, helianthème, gazon d’Espagne, petite véronique, silène, alysse odorant, et aubriète.

carex et campanule des murs
joubarbe

Graminées ornementales

Carex, fétuques, stipas, pennisetum, imperata ‘Red Baron’, calamagrostis et miscanthus.

campanule des murs, scabiosa ‘Tutti frutti’, stipa tenuissima et géranium vivace

Bulbes

Ails d’ornement, colchiques, perce-neige, crocus, muscaris et tulipes botaniques.

crocus

Et si on osait un ciste?

Bien que plus frileux (-10°C), un ciste devrait se plaire et fleurir abondamment d’avril à juillet, au pied d’un mur plein sud, en situation ensoleillée et chaude!
Leurs fleurs chiffonnées comme du papier de soie ne durent qu’une journée mais se renouvellent sans cesse durant deux mois. Le feuillage forme un buisson persistant.

Les cistes sont des arbustes méditerranéens qui poussent en milieu sec et pauvre. Ils réussissent bien en sol neutre, sableux, sans calcaire.
La taille s’effectue après la floraison pour conserver un port touffu.

Mais encore…

Plantes au feuillage gris: lavandes, santolines et stachys mais aussi les sauges (salvia microphylla), nepeta, échinops ritro (chardon bleu) et autres chardons décoratifs, verbascum, perovskia et phlomis.

Arbustes et buissons: potentille, argousier, eleagnus angustifolia (olivier de Bohème), buddleia (arbre à papillons), tamaris, ciste, vitex, ceanothus, rosiers rugosa, genêt et symphorine.

Fleurs : iris de jardin, lavatère arbustive, aster d’été, valériane, achillée millefeuille, rose trémière, anthémis,  gaillarde, penstémon, rudbeckia, crocosmia, giroflée…

Achillea millefolium ‘Sammetriese’

Un jardin sur graviers

Une couche de graviers d’au moins 5 cm d’épaisseur sert de « couverture », comme un paillage. Elle limite (mais n’empêche pas!) la prolifération des mauvaises herbes, évite le lessivage du sol par les pluies et réduit l’évaporation de l’eau du sol. Le gravier assure en outre un bon ancrage des plantations et un drainage efficace qui protège le collet de l’humidité.
Lorsqu’il remplace le gazon, il ne faut plus tondre, ce qui est un avantage pour un espace avec moins d’entretien.
Qu’il soit beige ou gris clair, le gravier apporte de la lumière au jardin. L’association avec des galets peut marquer une transition ou mettre en valeur le bord d’une terrasse.

La préparation du sol

  • Dans le cadre de ce coaching, le gravier est déjà en place.  Si ça n’avait pas été le cas, il aurait avant tout fallu désherber la parcelle à aménager. Pour venir à bout des « mauvaises herbes », l’idéal est de s’y prendre au moins 3 mois à l’avance pour étouffer ces adventices sous ce que l’on appelle une « lasagne » (des couches successives de cartons, herbes de tonte et autres végétaux qu’on laisse se décomposer au fils des semaines…   C’est bien plus respectueux de l’environnement et plus économique que l’affreuse bâche plastique tissée que l’on trouve en jardinerie.
  • Par ailleurs, la pose d’un film géotextile en dessous du gravier empêcherait les semis spontanés et le marcottage naturel qui font tout le charme de ces jardins de graviers.
  • Si le sol est sablonneux, on peut l’améliorer en incorporant du compost ou des matières organiques.
    Au contraire, si le sol est argileux ou calcaire, ajoutez du sable et du gravier et brisez les mottes en petit morceaux.

Conseils de plantations et d’entretien

  • Plantez des petits godets plutôt que des gros pots, les plantes reprendront mieux et s’habitueront jeunes à leur terrain sec.
  • Plantez en automne (sauf dans les régions les plus froides ou en montagne), pour que les plantations profitent des pluies de saison pour s’enraciner.
  • Arrosez quand même le premier été en cas de canicule (arroser abondamment 1x/sem) afin que les racines s’installent profondément.
  • Désherbez à la main autour des jeunes plantations, en attendant qu’elles prennent la place et couvrent efficacement le sol.  Le désherbage manuel du jardin sur gravier est rapide, le collet des adventices se soulevant avec facilité.
  • Etendez une couche de gravier d’au moins 5cm d’épaisseur.
  • L’entretien est réduit mais il faudra malgré tout surveiller les semis spontanés et éliminer ceux qui sont trop nombreux ou mal placés.  Avec les années, les plantations seront plus denses et couvriront efficacement le sol sans laisser de place aux adventices.

15 commentaires sur “Coaching-jardin: un parterre dans les graviers, plein sud

  1. Très complet comme toujours. Ayant chez moi une grande partie du terrain très sec, j’ai testé beaucoup de plantes mais comme ma terre est aussi très acide je n’ai pas réussi l’adaptation des lavandes( sauf les papillons) ,des hélianthèmes,des achillées ,des roses trémière,escholtzias,aubriètes,nigelles,sauges,santoline.Les oeillets fleurissent peu et je cherche désespérément une variété de romarin et de péroskia pour terrain acide.Apres x essais infructueux ,j’ai réussi à acclimater un thym, le thym nitens . Je trouve qu’il y a plus
    de plantes « chameaux »pour terrain calcaire que pour terrain acide et ça me désole.

  2. Merci pour cet article très intéressant , ayant un sol sec et calcaire, j’ai apprécié la liste des vivaces, fleurs et arbustes. Merci beaucoup

  3. très bel article , tous les végétaux nommés sont ceux de notre jardin en général (à côté de Montélimar , terre caillouteuse et à flanc de colline plein sud a l’abri du mistral ) . La philosophie des petits plants au lieu des gros est la mienne depuis toujours et en lavandes, mon mari y tient lui qui en a cultivé, si on les achète grosses elles sont forcées et ne durent pas , elles se sont épuisées dès le départ .

  4. Voilà un bel échantillon de plantes « chameaux » ! Avec les étés que nous connaissons, ça peut être très utiles.
    J’aimerais bien voir cette réalisation… Ça va sûrement tout changer !
    Bon vendredi.

  5. très bien …..je me demande ce que ta cliente va choisir ,mais surtout comment faire des compositions harmonieuses ……j’aime l’association des gauras , lavandes et pérowskias et culture facile floraison très longue( oui , j’ai une lavande qui ne reçoit le soleil que le matin , feuillage vert foncé et qui fleurit tout l’été ) j’attends avec impatience les photos d’après
    Anne

  6. Malaurie, sur gravier dans une région aux températures douces mais avec beaucoup de vent d’ouest, j’ai aussi des tapis d’accaena. On n’y pense pas toujours mais elle se comporte très bien en gravières. Dans les géraniums ‘Katherine Adèle’ fais de jolis coussins de feuillages sur gravier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *