Rosa rugosa, des rosiers sans chichis!

Je recommande volontiers les rosiers rugueux (rosa rugosa) et leurs hybrides car ce sont des arbustes généreux, faciles de culture et sans entretien. Autrement dit, des rosiers parfaits pour jardiniers « rosomanes », même pressés ou paresseux (ou les deux!).
Leur jolie floraison, en plus d’être mellifère et souvent parfumée, est suivie de gros fruits rouges ou orangés, décoratifs en hiver et qui plaisent aux oiseaux.

Des fleurs, des feuilles, des fruits et des épines!

Il est l’un des rares rosiers botaniques remontants, qui retient l’attention au moins deux fois dans l’année.
De la fin du printemps jusqu’aux portes de l’automne, ils offrent des fleurs simples, brillantes et veloutées, au parfum puissant, composées de 5 pétales froissés, du blanc au rose pourpré en passant par le carmin violacé. Certains hybrides ont des fleurs semi-doubles.

Leur beau feuillage gaufré, très nervuré prend de très belles couleurs jaune orangé à l’automne.

feuillage d’automne de rosa rugosa ‘Thérèse Bugnet’

La fructification automnale des rosiers est un atout indéniable. Chez les rosiers rugueux, les cynorrhodons sont assez gros (2 à 3 cm) et ont un bel attrait ornemental jusqu’en hiver. Ils rougissent peu à peu tandis que la floraison se poursuit de manière sporadique.

Ce fruit rouge, comestible, est en réalité un faux fruit. Il englobe les vrais fruits qui sont des akènes entourés de « poils à gratter ».
Seule la paroi rouge et charnue du fruit, débarrassé de ses graines, permet de réaliser des gelées savoureuses et riches en vitamine C.
Les oiseaux et petits mammifères s’en délectent aussi. Il paraît qu’une cuillère à café de cette pulpe contient l’équivalent de 5 oranges en vitamine C.

les cynorrhodons de rosa rugosa ‘Ann Endt’

Les rosiers rugueux forment des buissons denses, au port arrondi, d’au moins 1,50 m en tout sens
Très épineux, vigoureux, souvent drageonnants, ils sont 
splendides dans une haie fleurie et s’intègrent à merveille dans un massif d’arbustes comme dans une haie champêtre ou défensive.

Un rosier tout terrain

C’est un rosier sauvage très robuste, frugal et très fiable. Il est très résistant au froid, sain et peu exigeant sur la nature du sol.
On peut donc planter ces rosiers rugueux même dans les situations difficiles (sol ingrat, terre pauvre, peu de soleil) où les autres rosiers ne poussent pas bien et fleurissent peu.
Leur excellente rusticité les recommande pour les climats froids montagnards comme pour les bords de mer où ils forment des fourrés denses sur les dunes de sable.
Ils résistent particulièrement bien à la sécheresse, au vent, à la pauvreté du sol, à la pollution, au salage et au manque de soins.  C’est pourquoi on les voit souvent plantés au bord des autoroutes où ils prospèrent avec un minimum d’entretien.  C’est donc aussi un rosier parfait pour les jardiniers paresseux.

une haie de rosiers rugosa

Quelques variétés de Rosa rugosa

Rosa rugosa ‘Alba’

Ce rosier drageonnant et buissonnant porte des fleurs simples, parfumées, de 6 à 9 cm de large, aux pétales légèrement froissés. Les fleurs blanches sont suivies de gros fruits rouge brillant. Il est moins drageonnant que l’espèce type.

Rosa rugosa ‘Blanc double de Coubert’

(obtenteur Cochet-Cochet, 1892)
Ce buisson de 160 à 180 cm en tous sens offre des fleurs semi-doubles blanc pur à cœur jaune doré, très parfumées. Il refleurit légèrement jusqu’à l’automne mais les fruits sont rares.

Rosier ‘Ann Endt’

J’ai planté celui-ci dans mon jardin pour ses bouquets de fleurs simples à pétales assez étroits d’un beau rouge cerise, qui se détachent sur un frais feuillage vert clair.  Il remonte légèrement tout l’été puis la floraison est suivie de cynorrhodons rouge-orangé.
Vigoureux arbuste de 90 à 180 cm, assez rare dans les jardins. Il tolère bien la pluie et la taille.  (clic ici pour le découvrir)

rosa rugosa ‘Ann Endt’ – obtention Nancy Steen 1978 – (plantation en 2012)

Rosier ‘Thérèse Bugnet’

Celui-ci aussi est en bonne place dans mon jardin. Je l’ai choisi autant pour ses fleurs doubles rose clair chiffonnées, de 8 cm de large et parfumées, que pour son bois rouge-pourpre peu épineux qui est un atout indéniable en hiver.
Il forme un bel arbuste de 180 à 220 cm de haut sur 150 à 180 m de large, au beau feuillage vert clair, idéal en haie haute. (clic ici)

rosa ‘Thérèse Bugnet’

Rosier ‘Arthur de Sansal’

(Cartier 1855) Celui-ci je l’ai planté chez mes parents, lors de la création de nouveaux parterres exposés au nord et en terre caillouteuse. Pour être honnête, ‘Arthur de Sansal’ a d’abord attiré mon attention par son nom : Arthur était le prénom de mon grand père maternel. Mais sa belle couleur pourpre cramoisi, sa taille raisonnable (90 x 60 cm), sa floraison remontante et ses qualités de rosier rugueux ont achevé de me convaincre! Planté au bord d’un muret, il est à hauteur de nez pour que l’on profite de son parfum!
Un hic? Il est paraît-il un peu sensible aux maladies et il faut être un peu plus attentifs à sa nourriture pour l’en préserver…
J’espère pouvoir photographier sa floraison cet été…

Rosier ‘Belle Poitevine’

(Bruant 1894)
Ce rosier de couleur rose soutenu a aussi trouvé place chez mes parents, plein nord et en terrain pauvre. Sa taille bien plus imposante (1,50m en tout sens) l’a destiné à un autre parterre, contre la maison.
Grany, qui l’a planté depuis plusieurs années, n’en dit que des éloges: beau buisson indemne de maladies, belle floraison légèrement remontante et parfumée, beaux cynorhodons décoratifs de couleur orange…
Celui-ci ne nécessite aucun entretien.

rosa rugosa ‘Belle Poitevine’ à l’arrière plan et Rosa rugosa ‘Roseraie de l’Hay’ en avant plan, chez Grany

Roseraie de l’Hay

(Jules Gravereaux, 1901)
C’est un semis du rosier sauvage rosa rugosa ‘Rubra’. Arbuste de 150 à 200 cm, délicieusement parfumé mais à la remontée occasionnelle.

rosa rugosa ‘Roseraie de l’Hay’

Rosier blanc à fleurs d’œillet ‘White Grootendorst’

Les rosiers de la série des Grootendorst offrent des fleurs de 3 cm, semi-doubles, avec des pétales ciselés qui rappellent la fleur d’œillet. ‘White Grootendorst’ forme un buisson bien touffu, peu épineux et très vigoureux de 150 à 180 cm de haut sur 100 à 140 cm de large. En isolé, il peut atteindre 2,50 m de haut.
Floraison de la mi-juin jusqu’aux premières gelées mais non parfumée.

rosa ‘White Grootendorst’ (photo de Grany)

Rosier ‘Pink Grootendorst’

Même caractéristiques que le précédent mais avec des fleurs de couleur rose.  Chez Grany, ils forment ensemble un sublime duo!

Rosa ‘White Grootendorst’ et ‘Pink Grootendorst’ chez Grany
rosa ‘Pink Grootendorst’ (photo de Grany)

Rosier rouge à fleurs d’œillet ‘F.J. Grootendorst’

Buisson dense apparemment à peine plus petit?… (120 à 170 cm de haut sur 90 à 130 cm de large) et avec des fleurs rouge vif.

Rosier rouge à fleurs d’oeillet ‘Signe Relander’,

Obtention de Pouslen en 1928.
Françoise nous dit : « Il est rarement sans fleur! »  Ses petites fleurs sont rouge foncé.

Rosa rugosa ‘Fimbriata’

(Bruant, France, 1894)
Tout aussi original avec les pétales frangés de ses fleurs blanc rosé, semi-doubles, de 5 cm de large.
Une longue mais unique floraison, parfumée. À tailler à la fin de la floraison.
Un arbuste de 140 à 180 cm x 120 à 150 cm de large.

Rosa rugosa ‘Hansa’

(Schaum and Van Tol, Pays-Bas, 1905)
Une généreuse floraison avec une assez belle remontée! Son feuillage est un atout toute l’année!
Fleurs doubles rouge violacé, parfumées, suivies de très gros fruits rouges en même temps. H 120 à 180 cm x L 110 à 140 cm.

rosa rugosa ‘Hansa’

Rosa rugosa ‘Frau Dagmar Hastrup’

Il offre une floraison continuelle de l’été à l’automne, et très parfumée. Les fleurs simples rose pâle, de 9 cm sont suivies de fruits en forme d’urne rouge vif, sur un feuillage très foncé.
Arbuste compact et épineux de 1 à 2 m de haut sur 1,50 m de large. Ramification assez dense qui le force à s’étaler.  Idéal en haie de 1 m.

Rosa (x) rugosa ‘Jens Musk’

(Dr Felicitas Svejda (Canada), 1964)
Rosier arbustif vigoureux et très épineux, H 120 à 200 cm x L 140 à 180 cm, offrant des vagues successives de grandes fleurs semi-doubles rose clair à étamines jaunes, légèrement parfumées, suivie de gros fruits rouge vif très décoratifs. Feuillage toujours sain.

Rosa (x) rugosa ‘Jens Musk’ (Dr Felicitas Svejda (Canada), 1964)

Rosier ‘White Roadrunner’

(2001) Celui-ci est également de taille modeste (50 x 60 cm). Très remontant, il fleurit par vagues successives toute la saison si on prend soin de couper les fleurs fanées.  Ce couvre-sol au joli petit feuillage convient donc particulièrement aux petits jardins, aux talus ou aux haies basses.
Fleurs moyennes (6 cm) blanches avec des étamines dorées intensément parfumées. Sain et très rustique (résistant au froid).
Ne taillez plus à partir d’août pour le laisser fructifier en automne.
Les pétales résistent bien aux fortes pluies.

Il existe aussi ‘Purple Roadrunner’, ‘Pink Roadrunner’, ‘Smart Roadrunner’

rosa rugosa ‘Smart Roadrunner’ (photo de Grany)

Rosier ‘Delicata’

Végétation : Buisson de 1,20 -1,50 m de haut sur 0,90-1,20 m de large.
Fleurs et fruits : Fleurs chiffonnées semi-doubles rose vif, à 9-16 pétales, très parfumées.  Qualités : Peu parfumée.

Rosier rugueux ‘Agnès’

(obtenteur Dr William Saunders (Canada) avant 1900).
Au printemps, ses nombreuses fleurs doubles jaune ambré sont divinement parfumées mais il est à peine remontant.
Installez-le en fond de massif car cet arbuste sain et vigoureux atteint 120 à 250 cm de haut et ses longues tiges souples s’étalent sur plus de 2 m . Une taille en fin de floraison permet de rajeunir l’arbuste et de lui conserver un port élégant.

Rosa ‘Polareis’,

(obtenteur : Dr Dzidra Alfredovna Rieksta (Lettonie), 1963)
Arbuste de 2 m et +, légèrement parfumé, peu remontant.

rosa rugosa ‘Polareis’, obtenteur Dr Dzidra Alfredovna Rieksta (Lettonie), 1963

Le rosier rugosa ‘Kamtchatka’

Voici ce qu’en dit ma copine Monique : « Il n’a jamais reçu le moindre engrais et n’a jamais été taillé mais je vais le faire cette année car il est devenu vraiment trop imposant. En fait il est énorme!… Sa floraison est époustouflante et dure presque 2 mois! (moins en cas de canicule et sécheresse trop prolongée). D’un rose un peu mauve que j’adore, les roses blanchissent en vieillissant. »
Si ça ne suffit pas à vous convaincre, je ne peux rien faire de plus!
A moins de vous dire que c’est ce rosier qui a fait aimer les rugosa à Daniel Schmitz, qui précise que la couleur change avec l’épanouissement mais aussi avec l’intensité du soleil.
Quant à Philippe de chez Filroses, il dit que c’est l’un des rugosa le plus spectaculaires!
Il remonte régulièrement durant toute la saison si vous prenez soin d’enlever ses fleurs fanées. Il ne fructifie pas.

rosa rugosa ‘Kamtchatka’ (photo du pépiniériste Daniel Schmitz)
rosa rugosa ‘Kamtchatka’ (photo de Mo Sa)

Et bien d’autres encore dont…

‘Martin Frobisher’, (Obtenteur: Dr Felicitas Svejda (Canada), 1958), 120 cm, remontant et parfumé

‘Sarah van Fleet’ Bien remontant. Bel arbuste qui peut atteindre 2m, assez épineux au feuillage sain de rugosa. Larges fleurs semi-doubles, en coupe, mauve rosé avec des étamines jaune pâle, très parfumées. Idéal pour haie.

‘Wild Edric’, obtenteur: David Austin (Royaume Uni) 2005, Buisson de 120 cm, très parfumé, remontant par vagues

Plantation du rosier rugueux: où, quand, comment?

Plantez de préférence les rosiers à racines nues, en automne ou en hiver, mais les sujets en conteneurs peuvent être plantés toute l’année (hors période de gel ou de canicule, évidemment). Si le sol est lourd ou dans les régions à hiver précoce, plantez vers fin février/ début mars.

Il sera plus généreux au soleil, en sol fertile, riche en humus ou argileux, frais et bien drainé mais il s’accommode bien la mi-ombre et des situations difficiles (terre pauvre) où les autres rosiers ne poussent pas bien et fleurissent peu.
Les rosiers rugueux profitent d’une bonne terre de jardin, bien travaillée, que l’on peut amender régulièrement avec un bon compost.

Les rosiers rugueux à petit développement supportent bien la culture en pot ou en bac. Dans ce cas, mélangez une bonne terre de jardin avec du compost et un peu de sable de rivière. Arrosez régulièrement en été, et protégez le pot en hiver si il gèle fort.

Comment le planter ?

Il s’adapte à tout type de sol, même pauvre et sablonneux, pour peu que l’on soigne la plantation.
Pour planter le rosier en pleine terre, creusez une fosse d’au moins 40 cm de profondeur, bien large de façon à ce qu’il puisse étendre ses racines. Travaillez votre sol en émiettant bien la terre et en mettant au fond du trou de plantation un amendement de fond comme le sang séché ou la corne déshydratée. Ou alors mélangez la terre avec du compost mûr.
En effet, si le rosa rugosa n’est par difficile sur la qualité du sol, la floraison sera plus éclatante dans un sol enrichi.
Mettez en place la plante dans le trou et rebouchez-le, puis arrosez copieusement pour chasser les poches d’air.
Le collet de la plante ne doit pas être enterré.
La distance de plantation varie de 80 cm à 1,50 m, selon la variété.
Faites un généreux paillage autour du pied pour éviter la pousse des herbes car il n’est pas aisé de désherber sous un buisson aussi épineux.
Par temps sec il faut arroser régulièrement quelques semaines après la plantation pour faciliter l’enracinement.

Culture et entretien de rosa rugosa

  • En fin d’hiver puis à nouveau en début d’été, faites un apport d’engrais spécial roses qui stimule la floraison.
  • Tous les ans, à l’automne apportez un peu de compost mûr en surface.
  • Renouvelez le paillage autour du buisson.
  • Le rosier rugueux a parfois tendance à drageonner. Il s’étend tout seul et s’étoffe pour former un fourré dense, sans entretien.

Taille du rosier rugueux

Pas de taille savante pour ces rosiers. Pour lui garder un port bien buissonnant, l’entretien est simple : après l`hiver, tous les 2 ans, supprimez les plus vieilles branches devenues grises.
Mais si nécessaire, on peut effectuer une légère mise en forme à la cisaille, en fin d’hiver : rabattez les extrémités des pousses de façon à redonner un port compact, et supprimez le bois mort.

Les variétés  qui forment peu de fruits peuvent se tailler dès la fin de la floraison.

Il est possible de régénérer tout le buisson (tous les 3 ans) ou de le maintenir dans un faible volume par une taille courte chaque hiver, en taillant tout à 50 cm pour former une boule compacte. (taille facultative).

Eliminez régulièrement les fleurs fanées des rosiers remontants pour favoriser de nouvelles vagues de floraison, mais arrêtez cette taille en août pour les laisser fructifier car les cynorrhodons sont décoratifs et nourrissent les oiseaux en hiver!

26 commentaires sur “Rosa rugosa, des rosiers sans chichis!

  1. Quel article bien complet .Merci Malo .Je n’ai pas chez moi et c’est un régal des yeux Félicitations à votre maman oh elle à des beaux rosiers .
    Beau weekend Malo .
    Emmanuelle

  2. Bonsoir,
    Un excellent rosier rugueux à fleur d’oeillet : Signe Relander, obtention de Pouslen en 1928. Trouvé chez Melarosa, il est rarement sans fleur; Ses petites fleurs sont rouge foncé. Comme tous les rugueux, le feuillage est ravissant en automne.
    J’ajouterai aussi qu’il vaut mieux planté un rosier rugueux greffé, car franc de pied, ils drageonnent terriblement.

  3. Bonjour Malo
    Merveilleux article ,te lire m´offre chaque fois une bonne leçon.
    J’ai Thérèse Bugnet ,rose de l’Hay grâce à toi je les connais mieux !
    As tu démarrer les tailles des rosiers avec ce temps splendide ?
    Gros bisous à toi et ta famille et bon week-end ensoleillé

    1. Merci Maryse!
      Oh non, je suis bien en retard au jardin. J’ai été malade, puis il a neigé, puis voyage à Pithiviers puis mon papa est entré en urgence à l’hôpital… Mais il vient de quitter les soins intensifs , on est soulagés! J’ai du retard à rattraper dans mon travail…

  4. Ce n’est pas les rosiers que je préfère, et eux, ils n’aiment pas ma terre bien trop lourde et calcaire pour eux! Pourtant, j’ai reçu deux Hansa (environ cinq ans pour prendre un peu d’ampleur, quand même!) et je reconnais avoir craqué pour les petits oeillets de Pink Grootendorst. Ce dernier ne grandit pas bien, mais il est toujours mignon!

  5. Cet article est une vraie bible sur les rosiers rugueux. Pour moi, récente propriétaire d’un jardin, toutes ces infos vont m’aider dans mon choix. Merci mille fois pour votre blog.
    Monique de Saint Remy les Chevreuse

  6. Je lis tes articles toujours avec beaucoup d’intérêt.
    Un tout grand merci Malo pour cet article (et les précédents) sur les rosiers.
    Il y a quelques années j’étais une « mordue » de rosiers mais au fil du temps je n’ai gardé que quelques rosiers. Aujourd’hui, l’envie de planter à nouveau quelques rosiers me reprend…
    Je vais puiser dans tous tes articles et notamment sur ce dernier, long et très détaillé, pour faire un choix qui sera bien difficile j’en conviens.
    Bon dimanche et à bientôt.

  7. Bonsoir Malorie ! C’est FABULEUX… quelle richesse de connaissances et de détails, photos à l’appui. Tu viens de créer un nouveau genre littéraire: l’Essai Floral Encyclopédique Illustré ! Une sorte de compromis entre Jules Verne pour le côté captivant, Max Gallo pour la référence historique et Wikipédia pour le sérieux de l’info. Que du bonheur pour nos âmes perdues à Kerusten…

  8. Super article, hyper complet. Je m’y réfèrerai cet automne, les grootendorst me tentent bien. Pour le moment je n’ai que Thérèse Bugnet comme rugosa mais il me comble tant par ses fleurs que son bois rouge et ses incroyables couleurs d’automne. Bon week-end. Bises

  9. Bonsoir Malo,
    Superbe cet article ! Merci ! Je ne pensais pas qu’il y avait autant de Rosiers Rugosa ! Est-ce qu’ils drageonnent tous comme le seul mien que j’ai et dont je ne connais pas le nom ? Bonne soirée, bises

  10. Coucou Malo, moi aussi je te dis un grand merci pour cet article si complet. Je vois que tu as eu une semaine chargée et je trouve adorable que tu as quand même pris le temps d’écrire un si long article. C’est très généreux!!!
    J’espère que ton papa se remettra bien vite de sa maladie!
    Et j’espère aussi que tu trouveras le temps cette semaine de mettre tes mains dans la terre avec ce temps splendide :)… ou sur le sécateur.
    Gros bisous
    Cordula

    1. Bonsoir Cordula,
      J’espère que tu as passé de belles vacances!?
      C’est un article que j’ai rédigé pendant l’automne, et je comptais attendre d’avoir davantage de photos pour l’illustrer avant de publier mais finalement, j’ai changé d’avis 😉 « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis… »
      Papa en a pour au moins 6 semaines à l’hôpital, le pauvre, ça va être long…
      Je manie du sécateur au compte-goutte…
      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *