Plantes graphiques : les Prêles du Japon plantées en pot

Chez des clients ce matin, j’ai admiré un beau pot de prêles du Japon, hautes de près d’1m, qui passe l’hiver sur leur terrasse ensoleillée.
Bien serrées, les nombreuses tiges, raides et rondes, tout en verticalité, sont très graphiques grâce aux entre-nœuds noirs qui relient les segments verts vif. Elles donnent une touche contemporaine au jardin et contrastent admirablement avec d’autres feuillages.
Bien résistantes au froid, elles restent vertes toute l’année.
Voilà donc une plante remarquable qui mérite sa place au jardin et qui ne demande que peu d’entretien.

les tiges raides, droites, bien serrées, de la prêle japonaise (prêle de l’Himalaya, prêle d’hiver, Equisetum japonicum, equisetum hiémale), H 60 cm à 1 m, persistant, pour milieux humides.

En pot, les pieds dans l’eau!

Les prêles sont des plantes de terrain humide.
Elles peuvent s’adapter à la mi-ombre ou au soleil, pourvu que le sol soit gorgé d’eau.

Généralement employée comme plante de berge dans les bassins et les mares, elle peut néanmoins s’avérer envahissante si on ne prend garde à maîtriser ses rhizomes traçants.

En revanche, on peut aisément la canaliser en la plantant en pot dans une belle auge en pierre, une bassine en zinc ou autre contenant qui permettra de l’immerger plus ou moins.
Si le fond du pot est percé, prévoyez une soucoupe dessous, afin de conserver le substrat toujours humide. 

La prêle se plaît dans un sol moyennement riche et à tendance acide. 
Idéalement, plantez-la dans un mélange de terre de jardin (argileuse si possible) et de compost bien décomposé.
Mais si vous n’en avez pas, un terreau de bonne qualité peut aussi convenir, avec 2 belles poignées de corne broyée.

Laissez  un espace de 5 à 10 cm au-dessus de la terre afin de pouvoir immerger le pied.

 

Où les installer?

En pot, les prêles s’adaptent très bien aux petits jardins, aux cours intérieures, dans un patio ou sur les terrasses et les balcons.
Elles seront parfaites pour créer un « rideau végétal » qui cachera un vilain mur ou séparera deux espaces.
Elles sont bien sûr idéales pour végétaliser le bord d’un bassin.
Leurs lignes graphiques s’intègrent à merveille dans un jardin de style moderne et épuré ou dans un jardin d’inspiration japonaise.

Comme elles affectionnent particulièrement les terrains humides, voire marécageux, elles sont idéales pour végétaliser un coin où le sol est détrempé en permanence… mais attention, si vous la plantez en pleine terre, une barrière anti-rhizomes est fortement recommandée!

 

Entretien

Le plus important est de ne jamais laisser sécher le substrat!
Veillez à l’arrosage et gardez la plante en terre bien humide et même immergée.
N’oubliez donc pas, en été, de mettre souvent de l’eau car elle s’évapore plus vite avec la chaleur!

Elles résistent bien au froid (jusqu’à -10, voire -20°), même si parfois l’extrémité des tiges est abîmée par le gel. Dans ce cas, taillez simplement les parties brunies au début du printemps.

Sinon, la taille n’est pas nécessaire. Avec l’âge, les tiges seront plus hautes et plus épaisses (leur diamètre peut atteindre 1 cm).
Les anneaux noirs délimitent des segments de 3 à 10 cm qui grandissent avec la plante.

Coupez à 5 cm du sol les tiges cassées ou celles qui ont poussé de manière anarchique, gâchant la silhouette érigée de la prêle.

Les prêles ne sont pas sensibles aux maladies ou ravageurs.

Divisez la touffe tous les 2 à 3 ans, au printemps ou en début d’automne.

Division des touffes

Divisez-la tous les 2 à 3 ans, au printemps ou en début d’automne : décollez les racines du bord du pot avant de sortir la motte de terre. Si cela s’y prête, basculez le contenant sur le côté, pour « démouler » plus facilement.

A l’aide d’un couteau bien aiguisé ou d’une bonne bêche ou même avec une scie égoïne, tranchez la touffe de rhizomes en plusieurs morceaux comportant chacun quelques tiges et racines.
Réduisez le volume des racines si nécessaire puis replantez avec soin 1 ou plusieurs fragments, dans votre contenant.
Arrosez abondamment.
C’est reparti pour 2 ans…

prêle du japon

Jolis mariages

Les tiges verticales de la prêle contrastent avec des formes rondes, vaporeuses ou étalées, les unes mettant les autres en valeur!

Avec des feuillages plus arrondis comme les alchémilles, les hostas, bergenias, heuchères
Avec la silhouette légère et graphique des graminées, des persicaires, de l’ophiopogon, hakonechloa, Imperata cylindrica ‘Red Baron’…
Dans un massif d’inspiration japonaise avec un érable du Japon et/ou d’un pin taillé en nuage et/ou un cerisier du Japon, avec des fougères, un tapis d’helxine, un nandina domestica,…
Dans un coin frais, mi-ombragé, avec des fougères (athyrium niponicum ou dryopteris erythrosora par exemple), des iris, des lythrum salicaria ou des primevères asiatiques.

les pieds dans l’eau, la prêle japonaise, prêle de l’Himalaya, prêle d’hiver, Equisetum japonicum, equisetum hiémale, 60 cm à 1 m de hauteur, persistant, milieux humides.

Le saviez-vous ?

Les prêles sont des plantes primitives, qui vivaient déjà il y a environ 350 millions d’années!

Elles ont la particularité de ne pas produire de fleurs ni de graines.

La prèle était utilisée autrefois pour polir le bois, récurer les casseroles et faire briller les étains : sa forte teneur en silice lui donne un caractère abrasif.

La prêle a des propriétés médicinales : particulièrement riche en silice, les prêles (et plus particulièrement la prêle des champs, Equisetum arvense) furent longtemps utilisées comme fortifiant, parfois aussi pour la sensibilité des dents, pour les douleurs des rhumatismes et contre les problèmes osseux. Elle est également diurétique, efficace contre les troubles urinaires, et elle facilite la cicatrisation dans le cas de plaies superficielles. Attention car la Prêle des champs (Equisetum arvense) peut être confondue avec la Prêle des marais (Equisetum palustre), qui elle est toxique!

8 commentaires sur “Plantes graphiques : les Prêles du Japon plantées en pot

  1. J’en ai un pot depuis au moins 6 ou 7 ans. Il faudrait en effet que je le divise. Elles font des fleurs au sommet des tiges. De toutes petites fleurs toutes mignonnes.
    Bises

  2. J’avais un pot depuis de nombreuses années. Au moment de le diviser, je n’ai rien pu en faire : des racines imbriquées… Pour ne pas casser le pot, j’ai abandonné et la plante est morte, de faim je pense! Mais j’avais adoré ce décor!

  3. Cette une plante que j’apprécie beaucoup : très graphique, très facile à vivre et une belle présence en hiver.
    En été je la déplace tout de même à l’ombre d’un arbre, elle n’aime pas tant que ça le plein soleil et il y a tant d’autre plante à mettre en avant à ce moment!

  4. Bonjour Malo et encore tous mes bons vœux pour cette année.
    Je me pose juste une question sur l’eau stagnante du pot..
    n’y a-t-il pas des risques de favoriser certains insectes nuisibles ?
    Sinon c’est vraiment une plante très graphique en effet

  5. Bonjour Malo
    J’ en ai une depuis plusieurs années dans un pot à réserve d’eau .
    Elle trône sur ma terrasse toute l’année ,ne nécessite aucun soin ,je coupe juste les tiges qui jaunissent .Elle a déjà été prise par la glace sans conséquence .
    Je l’ai déjà divisée pour en donner une partie à ma fille ,chez elle aussi elle résiste très bien dans un pot non percé .
    Mes petits enfants ont été bluffés d’apprendre que c’était une des plus vieille plantes du monde !
    Bonne journée !

  6. Moi aussi mes prêles sont en pots dans des bassins plein d’eau. C’est en effet, très rustique, très graphique et facile à diviser et à offrir à ces amies. Bonne soirée

  7. Les prêles sont des plantes de terrain humide, eh bien, les miennes poussent partout ! Et on peut dire qu’il a fait sec l’été dernier ! Pas un seul arrosage et elles s’étendent, elles s’étendent. Difficile de les arrêter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *