🌳 Cultiver des érables japonais en pots : Encore 2 nouveaux érables!

Je vous l’avais dit qu’il me faudrait un nouvel érable! Un « à moi »…
Parce que la dernière fois que j’ai voulu acheter un érable pour tenir compagnie à l’acer ‘Red Pygmy’ qui est en pot sur la terrasse, c’est finalement mon Namoureux qui avait déniché la perle rare: l’acer palmatum ‘Mykawa yatsubusa’… Du coup, il en revendiquait la propriété, le traître!

acer palmatum ‘Mykawa Yatsubusa’ et acer ‘Red Pygmy’

A la fête des plantes de Temploux, ce week-end, j’étais donc bien décidée à trouver enfin MON érable!
Et en fin de compte, ce n’est pas un, mais deux trésors qu’on a ramenés!

L’acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’

Le feuillage du premier m’a tapé dans l’oeil au milieu de plein d’autres, dans l’incroyable collection que Monsieur Choteau présentait sur son stand.
Regardez si c’est pas mignon ça!?

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ (de la pépinière Choteau, Temploux 2019)

Et quand j’ai attrapé l’étiquette pour la lire… je me suis aperçue que c’était celui qui plaisait tant à mon Chéri quand on est allés à la pépinière il y a 3 semaines: l’acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ .
Mais à ce moment là je ne l’avais pas aimé avec son tout jeune feuillage très rose bonbon… Il ne s’appelle pas « Pink » pour rien!
J’ai fait fi de ce détail qui, après tout, ne dure que quelques jours, au débourrement, et on l’a acheté!

Ses petites feuilles ciselées passent maintenant au vert tendre et deviendront rouge orangé en automne.

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ (de la pépinière Choteau, Temploux 2019)

C’est Chéri qui était content d’avoir cet érable dont il m’avait reparlé plusieurs fois depuis ! Nous sommes directement allés acheter un beau grand pot pour l’installer sur la terrasse!

Conseils de plantation d’un érable en pot

Pour cultiver un bel érable japonais sans craindre la verticilliose (un champignon qui les fait dépérir), je conseille de le planter dans un grand pot rempli du substrat qui lui convient.

Choisissez un pot assez haut et large (au moins 40 cm de hauteur, et autant de large) car les érables ont un système racinaire qui se développe plutôt horizontalement. Assurez-vous que le fond du pot soit percé.
Pour éviter les chocs hydriques, il faut un grand volume et une paroi ne transpirant pas l’humidité (une poterie dense, éventuellement vernissée, ou du plastique (attention le plastique noir chauffe trop vite au soleil).
Prenez garde aux poteries dont le haut se rétrécit car cela complique le travail quand il devient nécessaire de changer de pot avec la croissance de l’arbre.

Contrairement aux idées reçues, la plantation dans une terre de bruyère n’est pas recommandée : elle est pauvre en éléments nutritifs, trop acide, et elle ne retient pas l’eau. Un paillis d’écorces de pin (de petit calibre) suffit à apporter l’acidité nécessaire en se décomposant progressivement.
Remplissez donc plutôt le pot avec un substrat frais mais bien drainant : il est souvent recommandé de planter dans un mélange à parts égales de terre ordinaire, de terreau de qualité et de lave (ou de pouzzolane).
Mais comme j’ai perdu 2 érables plantés en pleine terre à cause de la verticilliose, et que le troisième en souffre également, je ne préfère pas prendre le risque d’utiliser ma terre de jardin, potentiellement vecteur de maladies.
Pour les même raisons, évitez aussi le compost maison.
Suivant les conseils du spécialiste, mes érables en pots sont donc installés dans un mélange de lave et de terreau de qualité, avec une couche de 10 cm de billes d’argile au fond du pot.

Plantez votre érable au niveau du collet, c’est-à-dire de façon à ce que la surface de la motte soit presque au niveau du bord du pot.  Démêlez les racines si nécessaire, en particulier si elles se sont enroulées « en chignon » (au besoin, on peut les recouper légèrement à l’aide d’un sécateur désinfecté).  Arrosez abondamment pour bien coller la terre autour des racines.

Un paillis à la surface du pot évitera l’évaporation de l’eau (des écorces de pin apporteront l’acidité nécessaire aux érables, mais des coques de cacao ou des paillettes de chanvre conviennent aussi).

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’, acer palm. ‘Mykawa Yatsubusa’ et acer ‘Red Pygmy’

Entretien d’un érable japonais en pot

La plantation en pot permet d’admirer un bel érable même si on a un terrain argileux ou sur une terrasse ou un balcon.
Protégez-le néanmoins du soleil brûlant et des vents desséchants.
A l’ombre dense, leur coloration automnale sera moins flamboyante.
Les Érables pourpres supportent souvent un peu mieux le soleil que les autres.

Arrosez régulièrement (10 L par semaine, en une seule fois), surtout en cas de fortes chaleurs.
Assurez-vous que votre eau n’est pas trop calcaire. Sinon, utilisez de l’eau de pluie.

La terre doit rester fraîche mais l’excès d’eau lui est aussi préjudiciable!  Il n’aime pas les sols toujours gorgés d’eau qui peuvent favoriser des maladies cryptogamiques.

Surfaçage : Au printemps, tous les 1 ou 2 ans, pour soutenir la croissance, un apport de nourriture lui sera profitable: retirez quelques centimètres de terre en surface du pot (en grattant, sans abîmer les racines), puis remplacez par un nouveau mélange de terre, ou un bon terreau de feuilles mortes (évitez le compost maison qui pourrait être vecteur de maladies).

Au fil des années, quand l’érable grandira, il faudra sans doute le rempoter dans un contenant plus grand. En moyenne tous les 3 à 5 ans, entre novembre et févier (hors période de gel).
Si dès le départ le pot était déjà de bonne taille, on peut rempoter dans le même contenant, à condition de changer le substrat et de retailler un peu les racines.

Pour empêcher les acariens d’attaquer l’érable lorsqu’il fait très chaud, on peut mouiller un peu le feuillage le soir: ils n’aiment pas l’humidité.

A priori, un érable du Japon ne se taille pas, sauf le bois mort s’il y en a (les petites brindilles sèches peuvent être coupées en été quand on les repère mieux).
On peut cependant supprimer une branche mal dirigée ou gênante pour équilibrer la silhouette (procéder alors en hiver).
Utilisez toujours un sécateur bien affûté et désinfecté.

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ (de la pépinière Choteau, Temploux 2019)
acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ (de la pépinière Choteau, Temploux 2019)

J’ai planté au pied de mon nouvel érable un polygonatum humile (sceau de Salomon nain), que j’ai ramené de La Fête des plantes de Beervelde ce vendredi…

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ (de la pépinière Choteau, Temploux 2019) avec polygonatum humile

Mais moi alors? Je n’avais toujours pas l’érable que je recherchais au départ : mon bel acer Shi-machin-chose.
Monsieur Choteau n’en avait plus sur son stand, j’étais dépitée!
Mais en retournant à la Fête des plantes de Temploux ce dimanche matin pour récupérer une commande, je l’ai acheté chez « Art Zen ».

L’acer shirasawanum ‘Aureum’

J’aime son lumineux feuillage, jaune vert acide au printemps, jaune d’or en été, puis virant à l’orange en automne.
Les feuilles, presque rondes, apportent un beau contraste de forme avec celles des autres érables.

acer shirasawanum ‘Aureum’

Le voilà au milieu de ses copains mais il n’a pas encore de joli pot en terre cuite…

Les 3 acer de 2019: acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ et acer shirasawanum ‘Aureum’ et acer ‘Mykawa Yatsubusa’

Voici les deux nouveaux du week-end…

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ et acer shirasawanum ‘Aureum’

Et une photo de toute la famille!

acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ et acer shirasawanum ‘Aureum’ et acer ‘Mykawa Yatsubusa’ et acer ‘Red Pygmy’

Dans le pot de ‘Mykawa Yatsubusa’, j’ai planté épimedium brevicornu rotundatum Og acheté sur le stand de Koen Van Poucke à la Fête des plantes de Beervelde.

acer ‘Mykawa Yatsubusa’ et épimedium brevicornu rotundatum Og

Et dans le pot de ‘Red Pygmy’, j’ai planté mon petit Thalictrum ‘Kiusianum’, ramené de Beervelde vendredi (de Kwekerij Mandragora).

acer ‘Red Pygmy’ et thalictrum ‘Kiusianum’
acer palmatum ‘Wilson’s Pink Dwarf’ et acer shirasawanum ‘Aureum’ et acer ‘Mykawa Yatsubusa’ et acer ‘Red Pygmy’

Chacun a sa petite vivace compagne…
Ah zut! Qu’est-ce que je vais mettre avec l’acer shirasawanum ‘Aureum’ quand je lui aurai acheté son pot?

7 commentaires sur “🌳 Cultiver des érables japonais en pots : Encore 2 nouveaux érables!

  1. Belle petite famille ces quatre.
    Tu peux peut-être lui mettre une petite vivace retombante, comme l’acer est assez touffu cela peut peut-être donner une petite ambiance sympa et différente des trois autres…..
    Mais je te fais confiance tu as certainement déjà une idée en tête. Beaux achats du week-end !
    Dans ma région il y aura une vente fin du mois et ça fait déjà deux ans que je veux y aller et à chaque fois il y autre chose mais cette année je vais y aller !!!
    Caresses à Nala, bises à toi et c’est toujours un bonheur de voir des photos de ton jardin et de tes achats 🙂
    Isa K

  2. Quelle belle famille !
    Quand tu dis « rose bonbon », je pense qu’on a choisi le même. Moi, j’ai vraiment été attiré par la couleur originale de ce feuillage à Celles, mais je l’ai trouvé trop cher !
    Bonne soirée;

  3. J’ai shira-machintrucbidule mais en vert. Il me vient du jardin d’Agustin du côté de Toulouse.
    Il est en pot depuis trois ans et devrait rejoindre la pleine terre à l’automne. Il est fabuleux quand les jeunes feuilles s’ouvrent, et à l’automne c’est un tableau à lui tout seul.
    Il est accompagné d’alchemille, d’heuchères et l’été dernier, des orlaya se sont invitées.

  4. Bonjour ! J’ai vu votre info sur les érables japonais. Un pot avec réserve d’eau est-il possible ? Ma fille souhaite en avoir un et j’ai un peu peur … Merci pour toutes vos infos , particulièrement sur les insectes. A bientôt. Michèle

    1. Bonjour,
      Il ne faut pas que la terre soit trop humide non plus. Votre fille peut disposer un paillage d’écorces de pin en surface, en fin de printemps, de façon à maintenir la terre fraîche et limiter l’évaporation durant l’été mais l’arrosage doit être parcimonieux.
      En pot, je dirais qu’elle peut arroser 1x/semaine en cas de fortes chaleur. Arrosez seulement l’été et laissez le substrat sécher entre deux arrosages.
      Merci pour votre gentil petit message
      Bon week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *