Travaux de juin au jardin

1. Les iris et les pivoines…

Pour les iris et les pivoines (herbacées ou arbustives), tout comme pour les tulipes et autres bulbes printaniers défleuris, contentez-vous de couper la fleur fanée pour éviter qu’ils s’épuisent à faire des graines, mais laissez jaunir le feuillage en place pour permettre aux bulbes/rhizomes/souches de se régénérer.

2. Taillez les derniers arbustes printaniers en fin de floraison

Taillez les arbustes tels que lilas, spirées, weigela, seringat, groseilliers à fleurs,… sans trop tarder après leur floraison printanière car c’est tout de suite après la floraison qu’ils produisent les tiges qui fleuriront l’année prochaine. Plutôt que de les tailler simplement en boule, taillez-les de manière à équilibrer la ramure et leur donner une belle silhouette naturelle, supprimez le bois mort et les tiges qui encombrent le centre de l’arbuste.

Pour les rhododendrons et azalées, retirez seulement les fleurs fanées en prenant soin de ne pas blesser les jeunes pousses juste en dessous.
Mais si vous devez les réduire fortement ou les rajeunir entièrement, la taille est tout à fait possible. Intervenez alors juste après la floraison.

Ne taillez pas les haies en ce moment, des oiseaux y nichent peut-être!

3. Garnir les potées et jardinières d’été

Composez de jolies potées fleuries puis arrosez-les régulièrement. Fertilisez si nécessaire et paillez pour limiter l’évaporation de l’eau.
(clic ici)

4. Désherber soigneusement les massifs et pailler

Je n’ai quasiment pas de désherbage à faire au jardin grâce au paillage que je laisse sur le sol dans mes massifs (clic pour en savoir plus sur le paillage). Avouez qu’on a mieux à faire en été que de s’échiner sur les adventices!
Le paillis garde la fraîcheur du sol, ce qui diminue les besoins en eau, il limite la pousse des « mauvaises herbes » et il nourrit le sol en se décomposant… Tout le monde y gagne!

Les adventices se développent à vue d’œil! Désherbez avant la formation des graines.
Vous pouvez même laisser ces « mauvaises herbes » en paillage sur le sol, en fond de massif ou sous des vivaces couvre-sol pour ne pas gâcher le côté esthétique… (Attention cependant au chardon et au pissenlit qui continuent le mûrissement de leurs graines même une fois déracinés!)

Paillage de B.R.F., broyat de feuillus
Paillage de B.R.F., broyat de feuillus

5. Pince-mi et pince-moi

‘Pincer’, c’est couper les extrémités tendres des tiges, en les pinçant entre le pouce et l’index (mais l’effet sera le même si vous coupez au sécateur). Les anglais appellent cette technique le « Chelsea Chop ».

En supprimant le bourgeon terminal de chaque tige, on permet aux bourgeons latéraux de produire de nouvelles pousses.
Ainsi, grâce à ce simple geste, la plante fait des pousses moins longues et se ramifie. On obtient donc une plante plus compacte, plus fournie et plus florifère, qui aura moins tendance à s’avachir.
La floraison sera juste un peu retardée (plus la taille est proche de la période de floraison, plus le retard est important).

pincer les vivaces estivales et automnales (Chelsea Chop)
je pince la persicaria microcephala ‘Red Dragon’

Je pince 1 à 2 fois, selon le développement de la plante, d’abord à partir de mi-mai (autour de la fête des mères) et parfois à nouveau vers la mi-juin (aux environs de la fête des pères).
Il n’est donc pas trop tard en ce début du mois de juin pour pincer vos grandes vivaces qui fleurissent en fin d’été (juillet) ou en automne, si vous ne l’avez pas fait en mai.

On peut par exemple pincer les grands asters, les phlox paniculata, les camomilles, les gaura, les sedum spectabile, la persicaria microcephala ‘Red Dragon’, les dendranthema (ou chrysanthemes vivaces), salvia microphylla, kalimeris…
Faites de même avec vos fuchsias, coréopsis, anthémis, helenium, penstemon, rudbeckia, echinacea purpurea, solidago (verge d’or), cinéraires, dahlias, verbena bonariensis, aconits, etc.

C’est le même résultat quand on récolte ses aromatiques pour cuisiner : on pince le basilic, la menthe, le romarin, la verveine citronnelle… et cela augmente la production.

On peut éventuellement ne pincer que la moitié des tiges pour échelonner leur floraison: les tiges non pincées fleuriront rapidement et celles taillées prendront le relais ensuite.

Pour certaines de ces vivaces, on peut même aller jusqu’à rabattre les plantes d’1/3 de leur hauteur, avec une cisaille, pour obtenir des plantes compactes. Le tuteurage s’avère alors superflu.

la tige de phlox paniculata pincée il y a quelques jours fait 2 nouvelles pousses

6. Plantez !

On se fait plaisir en faisant un tour en jardinerie ou en participant à des « Troc de plantes » pour compléter les massifs avec des fleurs annuelles, une jolie vivace ou un nouvel arbuste! On a toujours besoin d’un « bouche-trou »!

Plantez les bulbes d’automne : cyclamen de Naples, crocus safran, dahlia…

Quand on reçoit des plantes des copines, quel plaisir de trouver une petite place à chacune!

les plantounes des copines, semis, boutures, divisions…

7. Géraniums vivaces

Rasez proprement les géraniums vivaces quand il vous semble que le feuillage se fatigue. Un nouveau feuillage se formera en 2 à 3 semaines, parfois suivi d’une nouvelle floraison.

8. Et pour les rosiers?

  • Ôtez régulièrement les fleurs fanées pour favoriser une longue et généreuse floraison.
ôtez au fur et à mesure les roses fanées pour stimuler l’apparition de nouveaux boutons
une larve de syrphe, prédatrice de pucerons
  • Surveillez l’apparition de maladies ou parasites: éliminez le feuillage malade en déchetterie ou au barbecue plutôt que sur le compost.
  • Paillez le pied (avec des cosses de cacao, des débris végétaux ou du paillis de lin, de chanvre…)
  • Mettre un amendement organique au pied des rosiers (Corne broyée, sang séché, Lombricompost, Or Brun…), notamment les rosiers remontants pour encourager la nouvelle floraison.
  • Taillez après la floraison les rosiers non-remontants (ceux qui ne fleurissent qu’une seule fois par an), sauf si ils fructifient en automne!
    Attention toutefois à ne pas raccourcir la tige principale d’un jeune rosier grimpant: on raccourci plutôt les tiges secondaires…
  • Supprimez les drageons, c’est-à-dire les tiges qui poussent sous le point de greffe. Ce sont des rejets qui donneront des fleurs d’églantier sauvage.
    Les tiges bien vertes et très vigoureuses qui démarrent plus haut que le point de greffe ne sont PAS des gourmands!
  • Redressez les tiges couchées par les intempéries à l’aide d’un tuteur ou d’un support adéquat (je commande les supports branches… clic ici)
pour redresser les tiges ces « support de branche » sont très pratiques. (pour commander, c’est ici)

9. Arrosez le soir

Si il fait sec et chaud, arrosez les végétaux qui ont été plantés récemment. Quelques jours après la plantation, quand la plante a bien repris, on peut commencer à espacer progressivement les arrosages…
Mieux vaut arroser généreusement 1 à 2 x /semaine qu’un petit peu tout les jours pour que les végétaux puissent développer un bon système racinaire et aller puiser l’eau en profondeur.

Arrosez au pied des plantes, de préférence le soir pour que l’eau ne s’évapore pas et pénètre en profondeur dans le sol.
Pour ce faire, récupérez l’eau de pluie autant que possible…

10. Protégez vos fruitiers de la gourmandise des oiseaux

Un filet est efficace mais il risque de piéger mortellement un oiseau.
Suspendez plutôt des CD dans les branches de l’arbre. Les reflets du soleil dissuaderont la plupart des oiseaux de venir picorer vos fruits.
Installez un abreuvoir pour oiseaux dans les parages afin qu’ils trouvent de quoi se désaltérer sans devoir se rabattre sur vos fruits juteux!

les moineaux dans le bain d’oiseaux

11. Bassin et jardin d’eau

Observez la petite faune qui s’installe…  Enlever les algues et les lentilles d’eau si nécessaire
Ajoutez de l’eau si le niveau descend trop au cours de l’été.

Kermit, notre grenouille

12. Les Lupins

Supprimez les fleurs fanées pour stimuler une nouvelle floraison.  Vos lupins fleuriront davantage plutôt que de se fatiguer à former des graines.

lupin
lupin: coupez les fleurs fanées vous éviter la formation de graines et stimuler une nouvelle floraison.

13. Compost

Apporter un peu d’orties en morceaux. Elles sont un accélérateur de décomposition!

14. Sirop de fleurs de sureau

Récoltez quelques fleurs de sureau noir pour en faire un délicieux sirop.

sirop de fleurs de sureau noir

15. Au potager

Les tomates et autres plants plus fragiles ne craignent plus les gelées en juin.  Il est temps de les repiquer en pleine terre et de les tuteurer.
Le potager n’est pas vraiment ma spécialité, mais j’aime quand même bien avoir une petite récolte de tomates, salades, betteraves, bettes, courgettes, épinards, céleri « maison »… Quelques aromatiques à portée de main… J’ai aussi semé du cresson, des radis…
De votre côté vous pouvez:

  • Planter les tomates, les poivrons, les navets et les laitues, courges, courgettes, les choux (mais c’est trop tard pour les choux rouges et choux verts), les aubergines, céleris à côtes, concombres, condiments (basilics,…), cornichons, oignons blancs, piments, poireaux d’automne,…
  • Semer en pleine terre les courgettes, les courges, les haricots, les bettes, navets, oignons blancs, les épinards, la tétragone, l’arroches, les betteraves, carottes, choux, choux chinois (à partir de la mi-juin), fenouils bulbeux, les laitues d’été, mescluns, poirées, scaroles, les radis, le cresson…
  • Pailler les fraisiers avec de la paille pour éviter le pourrissement des fruits.
  • Supprimer les rejets des framboisiers
  • Récoltons les fèves des marais, pois, salades, carottes, radis, cresson, cerfeuil,…
mini potager en terrasse

16. Tondez la pelouse… ou pas!

Quand on dispose d’assez d’espace, on peut laisser des zones non tondues, c’est moins contraignant et cela favorise la biodiversité… Et puis c’est joli un coin champêtre comme ça!

prairie sauvage
prairie sauvage
prairie sauvage

 

Juin 2019, dans l’émission « Le Geste du Mois », je vous donnais quelques conseils…
Clic ici pour voir ou revoir l’émission

 

9 commentaires sur “Travaux de juin au jardin

  1. Oui, il y a du boulot, mais le temps nous empêche parfois de faire ce qu’il faut ! La pluie m’a déjà interrompu plusieurs fois dans mon travail !
    J’ai coupé les orties aujourd’hui, mais je ne les ai pas mises dans le compost car elles étaient en fleurs…et peut-être en graines !
    J’ai acheté pas mal de plantes ces temps-ci. Il ne me manque que la place pour les installer ! Je dois dégager du terrain !
    Merci pour tous ces conseils et bonne soirée.

  2. je ne savais pas qu’on pouvait pincer la persicaire red dragon ( je viens de déplacer la mienne qui prend un coup de gel tous les ans en avril et qui est beaucoup moins belle que c’est qu’elle devrait )…hum, les dahlias, j’aurais dû les garder beaucooouuup plus longtemps en pot avant de les mettre au jardin, qu’ils soient bien gros , peut-être que les baveux les auraient évités.

  3. J’ai été ravie de voir tes conseils Malorie, ça fait plaisir d’entendre que l’on peut laisser vivre les petites bêtes au jardin en plus comme tu expliques pourquoi elles sont là, c’est parfait. J’ai été aussi ravi d’entendre qu’on peut éviter de rajouter plein de produits même des produits dit bio comme les savon noir et cetera . Je pense que plus on sera nombreux à dire qu’on peut se passer de tout ça, mieux ce sera. Vraiment bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *