Travaux de fin d’été au jardin (août-septembre 2018): point trop n’en faut…

Cet été caniculaire et très sec n’a pas épargné nos jardins! Certaines plantes en ont particulièrement souffert…
Malgré cela, j’arrose très peu et je n’interviens pas spécialement dans les massifs en cette période de l’année. Chez moi, les travaux de fin d’été et d’automne sont succincts (voir ici travaux d’automne), je préconise plutôt de nettoyer le jardin en fin d’hiver.
Après tout, n’est-il pas plus agréable de profiter des transats pour contempler la Nature, rêver aux futures plantations, récolter et savourer les bons légumes du potager, dîner sur la terrasse avec des amis, faire des balades en famille… ?
En plus, nombreux sont les insectes auxiliaires qui trouvent refuge dans les tiges creuses, sous les feuillages,… Autant leur garder un abris pour qu’ils interviennent au jardin dès les premiers beaux jours!

Les hydrangea s’en remettront!

Les hydrangea supportent difficilement la sécheresse et les fortes chaleurs. Certaines variétés y sont particulièrement sensibles.
Avec le potager, les hydrangea sont quasiment les seules plantes que j’ai pris la peine d’arroser pour pallier au manque d’eau cette saison. Un seul arrosage par mois a suffit à les préserver puisque seules quelques extrémités de tiges sont sèches sur mes jeunes serrata.  Personnellement, je ne les trouve pas disgracieuses donc je ne compte pas les couper maintenant.  A moins d’un nouvel été du même type, il n’y paraîtra plus l’année prochaine. Mes deux jeunes serrata refont même déjà un nouveau feuillage…
Mais si votre hydrangea est complètement séché, n’hésitez pas à le rabattre à environ 10 cm du sol, avant l’hiver. Il devrait repartir du pied au printemps.

hydrangea serrata ‘Shihenge’
hydrangea serrata’ Toza no Akatsuki’

Note : C’est le bon moment pour introduire une poignée de sulfate d’alumine au pied des macrophylla dont vous voulez garder artificiellement la teinte bleue l’année prochaine  (certaines terres étant naturellement favorables à la couleur rose).

La pelouse reverdira…

Par endroits, l’herbe est jaune paille, mais les premières pluies automnales l’aideront bientôt à se régénérer.
Les pelouses grillées reverdiront toutes seules. Inutile de gaspiller ridiculement nos précieuses ressources d’Or Bleu en l’arrosant…
Inutile aussi de se fatiguer à tondre pendant une période de sécheresse, ou alors pas trop souvent et surtout pas trop court!

Par contre, dès septembre, je pense que je vais déjà planter quelques bulbes à floraison printanière dans le gazon. Ce sera joli!
Et puis ici et là, Nala a déjà creusé les trous, autant saisir cette opportunité n’est-ce pas!?

Les rosiers résistent admirablement

Les rosiers font partie de ceux que la météo n’a pas empêché de fleurir et refleurir généreusement. Ils ont particulièrement bien passé l’été malgré la sécheresse et la chaleur.
En août, je supprime au fur et à mesure les fleurs fanées pour favoriser une nouvelle floraison mais dès la fin du mois, je ne taille plus ceux qui vont fructifier pour profiter de leurs cynorrhodons décoratifs tout l’hiver!
Avant l’hiver, je supprimerai le bois mort, je ramasserai les feuilles malades au pied et j’amenderai… (clic ici pour voir les travaux de novembre)
Mais la véritable taille des rosiers ne se fera qu’en février-mars. A quoi bon effectuer une taille d’automne pour recommencer au printemps? Faire le travail une fois est bien suffisant!

Dompter les envahissantes

Si une tige de rosier grimpant ou de clématite retombe d’une pergola, je la coupe ou la palisse provisoirement.
J’ai supprimé les pousses de la glycine qui traversaient le chemin à notre retour de vacances…
Je pose un tuteur ici ou là pour redresser une tige qui s’écarte d’un buisson…
Bref, quelques petites corrections mais pas de grosse intervention en ce moment.

un joli support de branche pour redresser une tige de rosier

Ces petits supports en fer forgé sont non seulement hyper pratiques mais aussi jolis et discrets! Je les ai commandés à Olivier Mahieu, le mari de mon amie Béné, qui s’est réorienté récemment dans la création de structures en fer forgé.
Il travaille en Belgique, dans le Brabant wallon. olivierfmahieu@gmail.com.

Récolter les graines ou les semer en place

J’ai commencé à récolter les graines d’annuelles comme les pavots, nigelles, ancolies, digitales, etc. (clic ici)
Pour en semer certaines directement en place, j’ai simplement secoué les tiges au-dessus des massifs. C’est bien moins de travail que des semis en godets à éclaircir puis repiquer,…

Pour pouvoir récolter aussi des graines au potager, je vais laisser monter en fleurs une de laitue, l’arroche, une bette, la roquette…
Vous pourrez les ressemer au jardin au printemps ou les offrir aux amis!

Il semblerait par contre que la récolte des graines de courgette, potiron et autres cucurbitacées ne soit pas conseillée… (car si des abeilles fécondent des courges comestibles avec du pollen de coloquinte, les fruits qui naissent contiennent des graines toxiques!?).

une laitue monte en fleurs

Tailler les arbustes persistants

Je l’ai déjà dit, les mois en A, on taille les buis et autres arbustes persistants ou les conifères (en Avril et Août donc).


J’ai profité de la taille des lavandes pour faire sécher quelques brins afin de parfumer le linge dans les armoires. (clic ici)

Nourrir et diviser les vivaces

En fin d’été, on peut incorporer une fumure organique (compost) afin d’enrichir le sol pour les floraisons de l’année prochaine. J’avoue que je ne le fais jamais à ce moment-ci de l’année sauf pour ma pivoine Itoh que je nourris en septembre avec un engrais pour rosiers, plus riche en potassium qu’en azote.

Éventuellement, on peut supprimer les feuilles disgracieuses des vivaces, si leur aspect vous gêne… c’est rarement mon cas.

Certaines vivaces fleurissent plus longtemps si on retire les fleurs fanées en août. J’ai donc retaillé les achillées et les phlox début du mois.

Vous pouvez déjà diviser les sedum, heuchères, gaillardes, hémérocalles, iris, pivoines herbacées, primevères… pour rajeunir les pieds ou en offrir un bout à un ami. Moi, je fais la plupart de mes divisions au printemps, en même temps que le nettoyage des massifs.  D’une pierre, deux coups!

Surveiller le niveau d’eau du bassin

Le niveau d’eau ayant tendance à baisser avec les fortes chaleurs, on a quelques fois remis de l’eau en août. Espérons que ce ne soit plus utile en septembre!
Pour le reste, le bassin se débrouille: les poissons rouges y trouvent naturellement les nutriments dont ils ont besoin et la petite cascade apporte de l’oxygène dans l’eau.

Préparer le potager pour l’automne et l’hiver…

Mon modeste potager est la seule zone du jardin que j’ai arrosée régulièrement durant cet été caniculaire (1x /semaine) même si, en temps normal, un bon paillage peut réduire cette corvée.  Je poursuivrai l’arrosage au moins dans la serre ce mois-ci mais j’espère que le ciel prendra le relais pour abreuver le reste du jardin!

C’est bientôt l’automne et il est temps de penser aux semis et plantations des légumes d’hiver.
En août-septembre, on peut encore effectuer de nouveaux semis directement en place (laitues à couper, mâche, roquette, navets, oignons blancs, épinards, radis d’hiver (par exemple entre les jeunes salades), poireaux, scaroles, cerfeuil, chicorées frisées, les choux de Milan ou frisés,…) . Arrosez les semis et les jeunes pousses pour ne pas les laisser sécher lors de la germination!

Je cultive mon potager un peu en dilettante et le mien est tout petit mais cette semaine j’ai repiqué des chicorées « pain de sucre », des choux de Milan et des choux frisés près des plants de courgettes, entre les dernières salades et entre les bettes dont ils prendront le relais en hiver et qui auront en outre l’avantage de les ombrager un peu.

un chou frisé repiqué entre les bettes à cardes rouges

J’ai aussi semé deux carrés d’épinards.
La laitue pommée, la roquette ou les oignons, peuvent facilement prendre place entre d’autres plants: j’ai semé la roquette et des navets d’hiver au pied des tomates et des aubergines.

semis de roquette dans le pot de l’aubergine

Ce joyeux fouillis sera par ailleurs moins propice à la propagation de maladies qu’une surface de potager cultivée en monoculture.

Si vous ne cultivez pas, l’hiver, toute la surface du potager, semez des engrais verts pour occuper les parcelles vides. Ils sont beaux en plus d’être utiles! (trèfle incarnat, phacélie, luzerne, moutarde, seigle ou vesce…). Au printemps, il suffit de les coucher sur le sol et de les laisser se décomposer pour qu’ils nourrissent le sol.

Ce n’est pas (uniquement) par paresse que je ne coupe pas avant le printemps les plants de tomates morts. Leurs tiges creuses servent d’abris aux auxiliaires du jardin durant l’hiver.

Faire sécher les plantes aromatiques

Mi-août, mon papa a cueilli et fait sécher au chaud dans sa véranda le thym, le romarin, la sauge et l’estragon… De bonnes herbes pour aromatiser les sauces et les soupes tout l’hiver!

Bouturer?

Les boutures, ce n’est pas trop mon truc mais bon, il faut bien le dire, c’est le moment si on veut s’y mettre!
Moi, en voyant comme les fuchsias résistent bien à la sécheresse et aux chaleurs de cet été, j’ai quand même envie d’essayer de bouturer celui de ma gentille voisine 🙂  On verra si je réussi…
Faites les boutures aoûtées des chèvrefeuilles, des géraniums, des hortensias, des camélias, cognassiers du Japon, jasmins d’hiver, etc.

Rêver aux futures plantations…

La saison de plantation approche et il est temps de dresser la liste des végétaux dont on rêve…
En août-septembre, on peut planter des bulbes à floraison automnale (crocus sativus, crocus speciosus, colchiques d’automne, cyclamen de Naples, schizostylis coccinea, sternbergia ou polianthes tuberosa…).
Dès septembre, on peut commencer à planter les bulbes printaniers (tulipes, narciusses, crocus…), les cyclamens coum, les vivaces à floraison printanière…

De quoi s’occuper au jardin sans trop en faire avant l’automne! (voir ici travaux d’automne)
Continuons à savourer les belles journées ensoleillées!
Je peux me le permettre car mon jardin est petit, son nettoyage ne me demande pas trop de temps…

Et vous, comment vous organisez-vous?
N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour partager votre expérience au jardin!

18 commentaires sur “Travaux de fin d’été au jardin (août-septembre 2018): point trop n’en faut…

  1. Coucou Malo
    Tu as de la chance de pouvoir attendre le printemps pour nettoyer ton jardin pour moi ce serait impossible , cela me rends malade de voir le jardin dans cet état,donc j’ai déjà taillé mes vivaces qui avaient souffert et bien je peux t’assurer qu’elles ont repris vigueur ,les phlox sont même prêt à refleurir tout comme mes clématites,les salvias et …la liste est longue
    En ce qui concerne les semences récoltées, j’ai lu que ce n’est pas l’ ideal de récolter celles des courgettes et potirons car elles peuvent devenir toxiques ,ma voisine en a fait l’experience Pourtant je peux t’assurer que son jardin est bio à 100%.
    Je sais qu’il y a deux écoles pour jardiner , qu’en penses tu ?
    Bonne rentrée à tes enfants ,et à bientôt bisous

    1. Bonsoir Maryse,
      Finalement, il est facile de trouver un bon compromis entre le respect de la petite faune au jardin et la « maniaquerie » du jardinier. 😉 On nettoie ce qui est trop moche, on garde d’autres choses… Ou alors on nettoie les massifs proches de la maison et on laisse plus sauvage le fond de la parcelle.
      Comme toi j’ai coupé les fleurs fanées des phlox, achillées, alchemilles, géraniums, (mais c’était fin-juillet, début août je pense) et ils ont refleurit.
      Tes clématites refleurissent aussi!? Ca c’est super dis donc!
      Je ne savais pas cette histoire de graines toxiques, j’ai donc regardé rapidement et j’ai effectivement trouvé cette info sur internet. Cela pourrait apparemment arriver si on cultive des coloquintes parallèlement aux courges comestibles car les coloquintes contiennent de la cucurbitacine, une toxine naturelle pouvant provoquer une grave intoxication.
      « … Si des abeilles fécondent des courges comestibles avec du pollen de coloquinte, les fruits qui naissent ne contiennent pas eux-mêmes de cucurbitacine, mais leurs graines oui. Lorsque l’on cultive des courges dans son propre jardin, il faut donc toujours acheter de nouvelles graines ou plantons. Les courges contenant de la cucurbitacine se reconnaissent à leur goût amer. »
      Bon, eh bien merci Maryse pour cette info!

      Bonne rentrée à tes petites filles aussi! A bientôt!

      1. Heureuse d’avoir pu t’apprendre une info ,d’habitude c’est toi mon professeur !
        Comme quoi nous avons bien besoin de partager nos connaissances, ce qui pour moi est important si on veut apprendre et progresser .
        Ton blog est un de mes outils incontournable .
        Gros bisous à la petite famille

  2. Après vos conseils , j’ai essayé de garder mes vivaces desséchées l’an passé, ce fut trop dur de les voir ainsi tout l’hiver!

    Donc cette année , je ferai un minimum de propreté pour satisfaire ma maniaquerie!

    j’ai recoupé les têtes des veronicastrums desséchés, et ils sont en train de refleurir!

    Par contre, j’essaie de plus en plus les semis en direct, car peu douée! et mes ipomées sont magnifiques cette année où elles se sont débrouillées toutes seules!

    Je fais le plus gros du travail en octobre et novembre quand le temps le permet….c’est là que ma terre est plus facile et les plantes ont l’humidité nécessaire à la reprise.

    Merci pour tes articles , ils sont super!

    1. C’est bien, vous avez ainsi choisi un bon compromis et chacun y trouve son compte, la jardinière et les insectes auxiliaires…
      Sans compter que cela dépend de la taille du jardin… Tout le monde ne sait pas boucler le nettoyage de son jardin en une seule saison.
      Je lis avec plaisir que vos semis d’ipomées en place ont donné de bons résultats!
      Pensez à laisser quelques tiges creuses et feuilles mortes sur le sol, à des endroits discrets du jardin, pour abriter la petite faune durant l’hiver…
      Bonne soirée!

  3. Pour les potirons et autres cucurbitacée, je sais aussi que on peux obtenir des plantes toxiques en réutilisant ces graines si dans les alentours quelqu’un cultive des coloquintes ornementales.
    Le croisement opéré par les insectes ne serait pas bon , ce sont des amis allemands qui se sont étonnés de ma pratique différente de la leur et m’ont expliqué cette dangerosité. Clabots Maryse je suis donc d’accord avec vous!

    1. Je viens de regarder un peu sur le net et effectivement j’ai lu cela… C’est la première fois que j’en entend parler. Je l’ai donc indiqué dans l’article! Merci! 😉
      Bonne soirée!

  4. Tu as raison il faut bien profiter encore du jardin.ici aussi pas de gros travaux a l’automne,je fais tout au printemps: une pierre deux coups comme tu dis!
    Par contre,tu as de la chance d’avoir eu a arroser tes hydrangeas une seule fois par semaine pendant la canicule,pour les miens,c’était tous les deux jours!
    Bon week end

    1. Ah! Une épicurienne comme moi! MDR
      Tous les 2 jours? Eh bien, quels assoiffés! Ce sont de jeunes hydrangea?
      Ici ce n’était pas toutes les semaines mais seulement 1x par mois!
      Heureusement cet été caniculaire semble se finir…

  5. Il y a énormément de travail au jardin en ce moment, même s’il manque toujours d’eau !
    Malheureusement, j’ai eu peu de temps de m’en occuper ces temps-ci. En fait, je passe presque tout le temps disponible à arroser !
    Bon weekend.

  6. A cette époque de l’année, j’accompagne plutôt le jardin que je ne jardine. Je coupe les fleurs fanées quand les plantes peuvent encore refleurir. Pour les rosiers, mon problème est de savoir qui va faire de jolies fructifications. Pour certains je le sais, pour d’autres, ce n’est pas évident d’avoir l’info. Je taille ce qui part trop dans tous les sens. J’ai taillé mes quelques conifères, les buis sont encore à faire car il faisait encore bien chaud chez nous tous ces jours-ci. Je vais laisser des plantes se semer en place mais je pense couper les asters quand ils auront défleuri car j’ai eu énormément de semis cette année, de même que l’hellébore argutifolius. Pour les déplacements et divisions de plantes j’attends encore un peu que les températures s’adoucissent. Je ne veux pas avoir à trop arroser. Avec mon sol très drainant, j’ai dû le faire plus qu’à l’accoutumée ce mois-ci déjà. Donc, je coupe une fleur fanée par-ci par là, ôte une mauvaise herbe, une feuille malade, arrose si nécessaire et profite. Je vais faire le point sur mes besoins en supports pour une petite commande à Olivier et je commence à me faire des envies et des idées dans les sites et catalogues. Absente quelques jours, je viens de retrouver le jardin en pleine forme tout requinqué par une grosse grosse averse, ou plus, 20 mm trouvés dans le pluviomètre ! La bonne surprise ! Merci pour tes bons conseils Malo. Bon week-end. Bises

    1. A quelques détails près, on fonctionne de la même façon au jardin en cette saison. Mes asters ne se ressèment pas ici, donc je peux les laisser en place l’hiver…
      Que c’est bon de pouvoir profiter des derniers beaux jours!

  7. Bel Article Malo ! Je fais la même chose, je profite surtout et je laisse pour le printemps. j’ai juste récupéré des semis spontanés de Linaria dans mes graviers.. pour les donner à mes jeunes ménages.
    L’herbe a vite reverdi.. les trous de pipi du chien s’estompe. c’est lui qui aura assuré l’engrais de gazon… (lol)
    La taupe du fond du jardin ne semble pus présente. Je crois qu’elle a fait un bon remue ménage que les arbustes semblent avoir apprécié. Je vais juste remettre des bubles, car je crois qu’ils sont très chamboulés.
    As tu aussi remarqué que dans les zones très sèches, des bulbes ont été carrément remontés par le sol qui s’est rétracté ? (tulipes, crocus..;) j’ai ça chez moi et chez ma belle-fille..
    Bon week end avant la rentrée !

  8. Bonjour Malo,
    Quel article!!! L’année dernière je n’ai pas nettoyé mon jardin pour des problèmes de santé pas graves mais incompatibles avec le jardinage d’un terrain de 3500 m carrés et je m’en mors encore les doigts. Avec les pluies de cette année il n’a jamais été net. J’ai passé tout mon temps à desherber. Je lutte contre la prolifération des crocosmia ,asters,achillées,kalimeris. Je les arrache,j’en distribue mais il y en a toujours. Je cherche des variétés de ces plantes qui restent en touffe et qui ne se faufilent pas partout. J’ai déjà actionné le sécateur : panicules noircies des hydrangéa, vivaces fanées. Demain,j’attaque les bruyères une cinquantaine je pense. Vu l’ampleur du travail je suis obligée de répartir les tâches et en plus j’ai l’intention de faire un nouveau massif et d’en agrandir 2 autres.

    1. Dans un très grand jardin, densément planté, il vaut mieux répartir le travail c’est sûr!
      Mais je ne doute pas que c’est un plaisir puisque de nouveaux massifs vont encore voir le jour! 😉
      Beaucoup de pluies cette année? Sur quelle planète? Tout le monde ici se plaint de la sécheresse! 😉 Merci pour le petit comm.
      A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *