Coaching-jardin chez S.: un talus au soleil

Récemment, je suis allée « coacher » S. et son chéri, pour les aider à améliorer quelques points dans leur jardin… Certains changements se feront plus tard car l’automne reste le meilleur moment pour les plantations et le choix des arbres demande plus ample réflexion…
Mais il n’a pas fallu 1 semaine pour qu’ils enlèvent des talus leurs bâches de paillage, inesthétiques, pour les remplacer par un paillis de chanvre bien plus joli et surtout, bien plus intéressant pour le sol!

le talus couvert d'une bâche depuis plusieurs années...
le talus couvert d’une bâche depuis 4 ans… heliantheme jaune, oeillets, lupins…

Sous les bâches, en place depuis 4 ans, la terre est devenue pauvre et sèche. En plus, elles ont empêché les vivaces couvre-sol aux racines drageonnantes de coloniser l’espace à couvrir.
Or, les vivaces couvre-sol ont pour mission d’étouffer les adventices, de garder le sol frais et de freiner l’érosion. En bref, à elles seules, elles pourraient faire tout le boulot, si on les avait laissé faire!

le talus, couvert d'une bâche depuis 4 ans... Les plantes n'ont pas pu se développer et couvrir la surface, dessous le sol est pauvre et sec
le talus, couvert d’une bâche depuis 4 ans… Les plantes n’ont pas pu se développer et couvrir la surface, dessous le sol est pauvre et sec

Sur ce petit talus bâché depuis plusieurs années, les campanules des murs peinent à se rejoindre faute de pouvoir continuer à développer leur système racinaire…

un petit talus bâché depuis plusieurs années ou les campanules des murs peinent à se rejoindre faute de pouvoir s'enraciner
un petit talus bâché depuis plusieurs années ou les campanules des murs peinent à se rejoindre faute de pouvoir s’enraciner

Sur la bâche, la plante ne peut pas installer de nouvelles racines pour s’étendre sur le talus.

Sur la bâche, la plante ne peut pas installer de nouvelles racines pour s'étendre sur le talus
Sur la bâche, la plante ne peut pas installer de nouvelles racines pour s’étendre sur le talus

Convaincus par mes arguments, S. et son mari n’ont pas hésité longtemps : les bâches ont laissé la place au paillis de chanvre. Il a fallu biner légèrement pour décompacter la surface et bien arroser le talus avant d’étendre une épaisse couche de paillettes de chanvre. Une fois mouillé, le chanvre forme une croûte et tient très bien dans un talus comme celui-ci.

Esthétiquement, il n’y a pas photo, on y a gagné! C’est beaucoup plus lumineux et les plantes sont bien mises en valeur.
Maintenant, les plantes vont pouvoir prospérer, s’enraciner et s’étendre pour couvrir la surface…

talus avec un paillis de chanvre
talus avec un paillis de chanvre

J’ai montré à S. comment bouturer facilement les campanules des murs, les sedum spectabile,
les ceraistes (coussin d’argent), les aubriètes, helianthèmes, ibéris, saxifrages mousse, saponaire,…
De cette façon, à moindre coût, ils vont pouvoir combler les trous dans le talus.

On pourrait ajouter des stachys byzantina, des iris germanica, des veroniques arbustives, de l’origan, des thyms, des orpins, des rosiers couvre-sol, des géraniums sanguineum, fetuques, erigerons, phlox subulata, anaphalis, nepeta, gazon d’Espagne (armeria), alyssum (Corbeille d’or)…

talus avec un paillis de chanvre
talus avec un paillis de chanvre
talus avec un paillis de chanvre
talus avec un paillis de chanvre

Le paillis va progressivement se décomposer et nourrir le sol, tandis que les vivaces, elles, vont pouvoir faire de nouvelles racines et prendre la place petit à petit pour couvrir toute la surface…
S et son mari sont curieux à présent de voir comment les plantes vont pouvoir s’étendre et si ce paillis leur sera favorable. Moi j’ai ma petite idée sur la question 😉
Affaire à suivre…

25 commentaires sur “Coaching-jardin chez S.: un talus au soleil

  1. Coucou Malorie,

    je dévore toujours tes postes avec beaucoup de plaisir! Où peut-on trouver du paillis de chanvre… dans notre nouveau jardin, l’ancien propriétaire a lui aussi usé de cette foutu bâche que j’ôte progressivement de tous les parterres. Le sol a bien besoin d’être nourri. Une autre idée en plus du paillis de chanvre ?
    Bisou,
    Chloé

    1. Des sacs de paillis de chanvre en jardinerie (mais tu les paieras… le double!) ou dans certaines animaleries en prenant de la litière de chanvre pour chevaux (par exemple chez Animalis à Waret-la-Chaussée). Le chanvre a l’avantage de « faire joli et propre » et d’être lumineux. Même effet mais en brun, plus discret, avec les coques de cacao (mais avec une empreinte écologique autre puisqu’elles viennent de pays lointains…).
      Le mieux étant encore le BRF (broyat de feuillus) à étaler en couche épaisse en automne (minimum 8 cm). On le trouve alors en vrac chez Big Mat je crois ou en demandant à un entrepreneur de jardin du coin si il en a… Ou simplement en broyant soi-même ses déchets de taille du jardin.
      Dans tous les cas, en se décomposant, ces différents paillages nourrissent le sol. Il faut éviter les écorces de pin qui acidifient la terre (à moins que tu n’aies un jardin avec des plantes de bruyères, rhodos, etc.)
      Sinon, tu peux aussi laisser sur le sol tous tes « déchets » végétaux, taille d’arbustes, fleurs fanées, épluchures de cuisine, des morceaux de carton sans trop d’encre, les feuilles mortes, herbes de tonte (l’herbe en fine couche pour qu’elle puisse sécher sinon en tas épais ça fermente et ça pue),…
      Je t’invite à lire cet article pour de plus amples informations
      https://lesjardinsdemalorie.be/le-paillage-pourquoi-avec-quoi/
      Bisous 😉

  2. Ah ces bâches ! Cela devrait être interdit .Lorsque j ai commencé mon jardin , j ai mis ces horribles trucs sur les conseils des pépinéristes et d une amie .Maintenant je retire , je ne trouve aucun avantage ….

    1. Eh oui malheureusement, beaucoup de pépiniéristes et de paysagistes conseillent encore trop souvent ces bâches, même quand la situation ne le nécessite vraiment pas du tout… Je ne comprends pas leur démarche, cela me désole… Est-ce par habitude? Juste parce que tout le monde en met? Il faudrait se questionner davantage avant d’agir…

  3. Je pense que les gens qui ont peur d’être envahis devrait s’abstenir de jardiner! C’est un tel non sens de planter dans un environnement de plastique ou de gros cailloux – comme on le voit de plus en plus souvent… J’adore le minéral, les jardins de pierre, mais encore faut-il que les végétaux y soient adaptés. Une très récente « création » à quelques jets de… pierre de chez moi : Les vivaces déjà toute fleuries, dans un univers de gravats en bordure directe de la route asphaltée : du grand art et une connaissance des végétaux impressionnante! Le « paysagiste » a même laissé un grand panneau signant sa performance!!!

    1. Plastique et gros cailloux… Drôle de mode hein!? Drôle de mOnde…
      Je vois passer des créations de « paysagistes » qui me laissent… sans voix! Il vaut mieux de toute façon ne pas mettre de mots sur ce que j’en pense, ça pourrait vexer… Des paysagistes qui conseillent des plantes en se basant uniquement sur l’exposition, sans même se renseigner sur le type de terre… Ca fait peur…
      Tous les goûts sont dans la nature et je peux réellement apprécier différents styles de jardins, mais quand ce n’est que non sens, je ne comprends pas…

  4. C’est vrai que c’est plus joli, mais à la longue plus couteux aussi, non? Il faut en remettre tous les ans. Je trouve que tout ce qui sert à pailler coute très cher comme les cosses de cacao, par exemple, qui disparaissent bien vite !

    1. Le but étant entre autre de nourrir le sol, la décomposition du paillage, quel qu’il soit, fait partie du jeu! Ca évite aussi l’achat d’engrais organique.
      Plus le sol est pauvre, plus le paillage se décomposera vite et donc oui, il faudra en remettre…
      Mais il faudra en ajouter de moins en moins puisque l’idée est qu’à terme, ce soient les plantes couvre-sol qui couvrent toute la surface du talus.
      Le paillage n’est utile qu’en attendant, pour préserver l’humidité et limiter la pousse des adventices… Après, il ne sera plus utile d’en remettre!

  5. Bonjour,
    Il ne faut pas que la terre soit trop humide non plus. Votre fille peut disposer un paillage d’écorces de pin en surface, en fin de printemps, de façon à maintenir la terre fraîche et limiter l’évaporation durant l’été mais l’arrosage doit être parcimonieux.
    En pot, je dirais qu’elle peut arroser 1x/semaine en cas de fortes chaleur. Arrosez seulement l’été et laissez le substrat sécher entre deux arrosages.
    Merci pour votre gentil petit message 😉
    Bon week-end!

  6. Un grand merci pour votre réponse mais est-ce que vous n’avez pas plus de limaces lorsque vous mettez du paillis
    Bonne journée
    J’adore suivre votre blog

  7. j’aime beaucoup tes commentaires sur la bâche et sur ce qu’il est bien de planter sur un talus : ma fille cadette, jardinière relativement débutante a dégagé ce printemps un talus fort pentu et pensait y mettre une bâche : je le lui ai déconseillé, je pensais mettre du paillis avec des déchets de jardin, mais j’aime bien le fait que le paillis de chanvre finisse par faire un couche un peu dure… je lui transfère ton reportage et grand merci !

  8. Mille fois plus beau. Tes clients s’en féliciteront très vite ! Souvent le problème se pose avec ces bâches sensées faire propre, alors que c’est juste bon pour certaines haies.

  9. Bonsoir, je mets depuis plusieurs années du paillis de chanvre dans mes fraisiers et j’ai 2 questions : tout d’abord, le paillis se décompose vite et je dois racheter un gros sac tous les 2 ans, c’est normal ? Enfin : depuis 3 ans maintenant mes fraisiers sont envahis de petits trèfles tous fins qui font des petites fleurs jaunes. Je les arrache à la main mais ça revient toujours. Je me demande si les graines n’etaient pas dans le paillis de chanvre …

    1. Bonsoir,
      Oui, le paillage a plusieurs rôles: couvrir le sol (ici pour isoler les fraises du contact avec la terre), préserver la fraîcheur et limiter les arrosages, limiter les adventices, et nourrir la terre et les organismes vivants dans le sol, en se décomposant…
      Le paillis de chanvre étant très fin, il se décompose rapidement et nourrit ainsi le sol de la parcelle.
      Les coques de coco ou les cosses de sarrasin se décomposent plus lentement et s’utilisent aussi pour les plantes potagères…
      Mais qui se décompose lentement signifie aussi qui nourrit moins vite le sol…
      Les trèfles doivent être de l’oxalis? Je ne crois pas que le paillis aie contenu ces graines… Parfois ça peut venir d’un terreau de mauvaise qualité… J’ai de l’oxalis corniculé chez moi depuis des années, sans apport de mauvais terreau et sans chanvre pourtant Ca se ressème à tout va donc il vaut mieux les enlever avant la montée en graines!
      Il faut faire attention en nettoyant les parcelles de ne pas laisser un bout de racine, une bulbille, sinon, ça repart de plus belle…

  10. Bonjour Malo,
    Je me pose quelques questions… J’ai un jeune jardin… Et donc toute la place libre qui va avec… Et les mauvaises herbes m’envahissent.. J’envisage donc de mettre du paillis de chanvre. Est ce qu’une fois en place on peut encore faire des plantations ? Est ce que les bulbes de printemps qui ne sont donc plus apparentsven juillet vont pouvoir m’offrir leurs belles corolles.. Vont elles pouvoir ‘casser la croûte’ de chanvre ? Merci pour tout…

    1. Bonjour,
      Je pense que le paillis est une solution idéale pour couvrir de nouveaux massifs car il permet de couvrir le sol et étouffer les mauvaises herbes en attendant que les jeunes plantations prennent leur place.
      La meilleure solution étant à mon avis l’utilisation de vivaces couvre-sol qui, à terme, remplaceront durablement et efficacement le paillis. https://lesjardinsdemalorie.be/marre-de-desherber-mes-vivaces-couvre-sol-preferees/
      En attendant, oui vous pourrez encore planter: il suffira d’écarter le paillis de chanvre là où vous devrez creuser un trou de plantation. Laissez un espace de quelques centimètres sans paillis autour du collet des plantes (pour éviter tout risque de pourriture du collet).
      Le paillis n’arrêtera les « mauvaises herbes » que si la couche est suffisamment épaisse (5 à 8 cm minimum).
      Mais comme il se décompose, il faudra peut-être en remettre au bout d’un certain temps (plus le sol est pauvre, plus vite il « absorbe » le paillage). Quand les vivaces couvriront toute la place, le paillis deviendra inutile, il ne faudra plus en ajouter.
      Vous pouvez mettre une couche un peu plus fine là où il y a des bulbes (même si j’ai plusieurs fois constaté qu’ils arrivent bien à percer une couche de paillis).
      Si vous avez des zones difficiles à entretenir ou les mauvaises herbes reviennent sans cesse, je vous conseillerais de planter assez serré des géranium macrorrhizum ‘Bevan’s Variety’ ou ‘Spessart’ pour couvrir la place…
      MAis si il s’agit de zones de votre jardin qui ne sont pas encore plantées, si ce ne sont pas des massifs existants, et que vous envisagez de faire des plantations à ces endroits dans plusieurs semaines/mois, faites plutôt une lasagne avec des cartons et tous les déchets végétaux que vous trouvez…
      https://lesjardinsdemalorie.be/la-lasagne-une-technique-ideale-pour-preparer-une-nouvelle-zone-de-plantations/
      Bon travail! 😉

  11. Un super grand merci ! Je prends bonne note.
    Les plates bandes sont toutes investies. Mais parfois des plants ne s’adaptent pas à l’exposition ou sont dévorés par les limaces… Et donc d’autres aménagements doivent être faits… Ou parfois j’ai de nouvelles envies de plante… Comme l’ancolie que vous m’avez fait découvrir récemment .. raison pour laquelle je dois pouvoir encore faire des plantations 🙂
    Je note les géraniums conseillés 🙂
    Mille mercis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.