Coaching jardin: Le jardin d’une impatiente

D’emblée, c’est ainsi qu’elle s’est présentée lors de notre première rencontre: « Je suis une impatiente! », m’a-t-elle dit!
Aussi, quand à la fin du coaching, Soumaya m’a dit qu’elle allait tout de suite s’atteler à la création du premier parterre, le long du mur, mais qu’elle attendrait l’automne pour planter le second, plus petit, au fond du jardin, afin de pouvoir tester la technique de la lasagne sur cette partie… J’avoue, j’ai mis sa parole en doute!

Pourtant, aussitôt dit, aussitôt fait, toute impatiente qu’elle était, elle a tenu bon: les plantes que j’avais suggérées ont été commandées l’après-midi même chez son pépiniériste pour la première étape mais le second massif attendra bel et bien la fin de l’été… La lasagne est en place en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…

préparer un futur parterre avec la technique de la lasagne
préparer un futur parterre avec la technique de la lasagne

Son mari et son fils profitent du délais de livraison des végétaux pour déjà préparer le sol à l’emplacement du nouveau massif que nous avions tracé au sol : ils commencent par arroser la terre, très dure à cause de la sécheresse, puis ameublissent toute la surface avec un apport de terreau de qualité et d’amendement organique.

Quand j’y reviens 2 semaines plus tard pour aider à planter les vivaces livrées, on peut se mettre au travail immédiatement car notre impatiente a gagné du temps en disposant les pots dans le parterre, tel que je l’avais dessiné sur un rapide croquis lors du premier rendez-vous.
Je n’ai qu’à corriger les espacements et faire quelques ajustements pour introduire ses coups de cœurs de dernière minute. Trouvant certaines plantes trop chétives, et craignant de devoir attendre trop longtemps pour avoir un résultat satisfaisant, Soumaya a racheté en jardinerie certaines vivaces en double exemplaire.
Les impatients sont incorrigibles! 😉

prêts à être plantés!

Les plantations sont rapides tant la terre est souple et agréable à travailler!  Monsieur a fait du bon boulot! A 4 mains, on avance vite!
Un bon arrosage, paillage, arrosage… J’ai semé à la volée quelques graines d’annuelles pour apporter une touche de naturel… Et le tour est joué! Il n’y a plus qu’à profiter cet été… et arroser généreusement, chaque semaine, sans faute!

un des hydrangea déjà en place, avec un superbe feuillage sombre

Certains arbustes en place mais mal exposés devront être déplacés à l’automne. Ce sera un bien meilleur moment pour garantir leur reprise!

Et au vu de l’évolution de la lasagne, on y transplante déjà des plants de courgettes et potirons qui étaient trop serrés dans le potager en carré.  Là, ils vont pouvoir se développer à leur aise, couvrir les cartons de la lasagne et profiter de tous les nutriments à leur pied…

dans la lasagne, on peut déjà planter des plantes potagères
préparer un futur parterre avec la technique de la lasagne
préparer un futur parterre avec la technique de la lasagne

Je ne pars pas sans donner quelques conseils pour chouchouter l’érable en pot qui trône à mi-ombre, au fond du jardin…
Vous aurez deviné? Il n’a fallu que quelques jours pour que je reçoive cette photo de l’érable rempoté dans un pot plus grand avec le substrat adéquat. Il va être bien là!

érable en pot
érable en pot

Il reste à mon impatiente un chèque cadeau d’1 heure de coaching-jardin à utiliser quand elle en aura besoin… On se revoit donc cet automne pour planter le massif de la lasagne ou alors en fin d’hiver pour un cours de taille et palissage du beau rosier blanc qui orne un mur du jardin…
En attendant, on a enlevé quelques feuilles tachées de marsonia et on a observé quelques insectes « amis du jardinier » qui viennent dévorer des pucerons…
C’est décidé, on arrête les pulvérisations de savon noir qui nuiraient à ces insectes auxiliaires!

rosier ‘Iceberg’

C’est chouette de voir autant d’enthousiasme! Le confinement a donné le temps aux jardiniers de concrétiser leurs projets plus vite que prévu!

11 commentaires sur “Coaching jardin: Le jardin d’une impatiente

  1. J’adore !
    L’impatience …tu m’étonnes, on a beau être au courant …mais parfois nous trépignons…
    Tu as fait une jolie scène en devenir…Qui elle, saura attendre septembre pour la suite !
    Serait Salsa, cet hydrangea, je l’ai ici, il lui ressemble fort !
    Belle journée

  2. Une impatiente que tu as su « dompter » voilà qui est bien. Il faut effectivement saisir le bon moment pour planter et écouter la nature.
    Belle journée et à bientôt pour un autre article qui m’intéresse toujours.

    1. Celui-ci doit être là depuis quelques années déjà…
      Eh oui, je le rencontre régulièrement dans les jardins de mes clients! Il est encore un de ceux qui est chaudement recommandé par les vendeurs dans les jardineries « lambda’… comme ‘New Dawn’, toujours malade aussi, ou encore comme les hydrangea ‘Annabelle’ pourtant surpassés depuis longtemps…

  3. Bonjour,j’avais testé la technique de la lasagne,comme vous l’aviez indiqué dans un de vos volet sur le sujet et je l’avais commencée en automne,avec piles de carton non imprimés,épluchures de légumes,feuilles mortes,terre du jardin,déchets végétaux,en différentes couches et profitant des pluies de l’automne jusqu’au printemps en le retournant de temps en temps et cela a très bien fonctionné,mon composte était bien rempli de vers. Et je pense,pour ma part que l’automne/hiver est le meilleur moment pour le faire. Bonne journée à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *