10 conseils pour bien tailler vos rosiers

Il n’y a pas qu’une seule façon de tailler les rosiers: il faut adapter son intervention en fonction du type de rosier et de ce que l’on veut en faire….  Cependant, pour tous, il y a des principes de base à respecter.
Tailler les rosiers est important pour avoir des rosiers en bonne santé, pour favoriser une généreuse floraison et pour maintenir une silhouette harmonieuse du rosier. Autrement dit, n’hésitez pas à tailler!

Au jardin, je commence à tailler les rosiers en fin d’hiver.
Les rosiers lianes d’abord, dès janvier/février
, car ces rosiers géants débourrent tôt en saison et un palissage tardif pourrait abîmer les bourgeons.
Ensuite je m’attaque aux rosiers grimpants remontants entre la fin février et le mois de mars puis, selon la météo printanière, je commence les rosiers arbustifs remontants en m’efforçant d’avoir fini la taille de tous les rosiers au plus tard à la mi-mars… Mais il m’arrive parfois de tailler les derniers à la fin du mois. Cela n’a d’autre incidence que de retarder un peu la floraison…
La période de taille sera bien sûr à adapter en fonction de votre climat et certains ne tailleront que fin mars, voire en avril (on ne taille pas en période de gel!). Une taille tardive induira simplement une floraison décalée de quelques semaines.

Les rosiers non remontants ne seront taillés que après la floraison, bien qu’un petit nettoyage succinct puisse être effectué après l’hiver.

Les bénéfices de la taille seront bien sûr complétés par des arrosages réguliers et un bon amendement (voir mes Soins aux rosiers).

10 petits trucs pour bien tailler vos rosiers

1. Utilisez de bons outils!

Un sécateur bien affûté, qui fait des coupes bien nettes parce qu’une coupe franche cicatrise mieux.
La coupe est plus nette si vous tenez votre sécateur de façon à ce que la lame se trouve du côté du bois qui reste, alors que la contre-lame écrase le rameau qui tombe.

Pour les grosses branches sur de vieux rosiers, prenez un ébrancheur de qualité ou une petite scie.
Personnellement je suis convaincue par la qualité des sécateurs Bahco (fabrication française), Felco ou Okatsune (je ne quitte plus mon japonais aiguisé comme une lame de rasoir). Mon nouvel ébrancheur Wolf (français aussi) me satisfait pleinement, et j’ai une petite scie egoïne Gardena, très pratique parce qu’elle est pliable.

Il est conseillé de désinfecter la lame entre chaque rosier pour éviter la propagation d’éventuelles maladies (avec de l’alcool à brûler ou de l’alcool à 90° vendu en pharmacie puis frotter avec un chiffon doux).
Je me promène au jardin avec un petit flacon spray dans la poche quand j’entame la taille de mes rosiers 😉

Prenez la peine d’affûter les lames de vos outils de coupe régulièrement à l’aide d’une pierre d’affûtage ou d’un affûteur avec poignée.

taille des rosiers avec un bon sécateur!  Tenez si possible le sécateur de façon à ce que la lame soit du côté du bois qui reste, la coupe sera plus nette! (crédit photo Marguerite du Jardin des Sens – Belgium Slow Flowers)

2. Osez tailler! Plus on taille court, plus les rosiers poussent!  

Plus on taille un rosier, plus il pousse! Alors, n’hésitez plus à les tailler sévèrement puisque c’est pour le bien du rosier…
D’ailleurs, André Eve conseillait de tailler plus court les rosiers chétifs afin de les stimuler.
Néanmoins, attention aux rosiers déjà bien vigoureux, taillez-les un peu plus long pour éviter qu’ils ne fassent de grandes pousses qui ne fleuriront qu’en hauteur.

On peut adapter la longueur de coupe en fonction des rosiers et des dimensions que l’on veut garder aux buissons/arbustes.
Par exemple, taillez plus légèrement les moschata pour leur conserver un port souple, mais n’hésitez pas à raccourcir de moitié les anglais.
Sur les rosiers arbustifs (ceux qui forment naturellement de grands arbustes solides), laissez le centre plus long que les branches périphériques afin d’obtenir des fleurs sur toute la hauteur…
Le plus souvent, on raccourci les tiges des rosiers buissons et arbustifs d’environ 1/3 ou de moitié selon la hauteur souhaitée.

Notez que sur les rosiers grimpants, ce sont les pousses secondaires que l’on raccourci, mais on ne raccourci pas les tiges principales qui font la charpente du rosier.
Pour les rosiers grimpants remontants, voir le point 11.

le rosier ‘Bossa Nova’ sérieusement rajeuni cette année par une taille sévère

3. On coupe 1/2 cm au-dessus d’un bourgeon orienté vers l’extérieur de l’arbuste

Coupez au-dessus d’un bourgeon orienté vers l’extérieur pour favoriser une pousse dans ce sens.
Ne coupez pas contre le bourgeon car la cicatrisation de la plaie gênerait le bon développement de la nouvelle pousse.
A contrario, si on coupe trop long au-dessus du bourgeon, ce bout de tige se nécrose et meurt. (rien de grave cependant, vous couperez ce chicot dès que vous le repèrerez).
On conseille souvent de couper en biais de manière à ce que l’eau de pluie ne coule pas sur le bourgeon mais il ne faut pas se prendre la tête sur ce détail…

couper en biais, 1 cm au-dessus d’un bourgeon, de manière à ce que l’eau de pluie ne coule pas sur le bourgeon.

4. La règle des 4 M : Commencez par enlever ce qui n’est pas beau

Autrement dit supprimez le bois mort que l’on reconnaît à sa couleur brun/noir, les tiges abîmées ou malades qui présentent des blessures, des taches, des cassures…, les petits chicots sans bourgeon qui ne donneront plus rien et feront du bois mort, les momies de fleurs qui n’auraient pas été coupées avant l’hiver, les tiges qui se croisent (sinon elles se blessent mutuellement par frottement), les départs multiples (plusieurs tiges qui partent du même point), ainsi que les rameaux grêles, très fins, malingres et sans intérêt.  Cela aura le mérite d’améliorer l’état phytosanitaire du rosier.
Retenez la règle des 4 M : Mort, Moche, Malade et Malingre.

à droite et à gauche, du bois mort à supprimer et juste derrière, de très fins rameaux sans intérêt
A supprimer absolument: un trou dans le bois, porte d’entrée pour les maladies et parasites, et du bois malade tout autour!
taille des rosiers: supprimez les tiges malingres qui ne donneront rien comme celle qu’on devine ici, au centre
exit le bois mort, toutes les petites tiges malingres, les départs multiples (plusieurs tiges qui partent du même point)… Ces départs multiples sont souvent dû à une taille trop précoce.

5. Le rosier doit res-pi-rer !  

Ensuite, on recule de quelques pas et on prend le temps d’observer le rosier dans son ensemble : en fin d’hiver, il faut raccourcir le rosier mais en veillant à équilibrer la ramure. Aérez le centre des rosiers buissons et des rosiers arbustifs: on ne veut pas d’un arbuste informe, ni trop touffu, avec des tiges enchevêtrées dans tous les sens,… L’air doit pouvoir circuler!

On évite des tiges qui se croisent car le frottement peut les blesser et ce serait une porte ouverte aux maladies et aux parasites.
On supprime les branches qui partent vers l’intérieur de l’arbuste.  Il est d’ailleurs recommandé de couper au-dessus d’un bourgeon tourné vers l’extérieur de l’arbuste pour favoriser une pousse dans ce sens et ainsi avoir un arbuste bien évasé, dans lequel la lumière peut entrer.

sous mon amélanchier, taille de rajeunissement du rosier ‘Harlow Carr’ qui penche du côté où il va chercher la lumière (avant/après)

6. On renouvelle la charpente quand c’est nécessaire

En fin d’hiver, on supprime complètement l’une ou l’autre vieille branche, toute brune, pour laisser place à de jeunes tiges bien vigoureuses qui renouvelleront le rosier.

J’applique cela notamment sur les vieux rosiers grimpants. Je coupe donc à la base le vieux bois qui a presque l’aspect d’un sarment de vigne, afin de favoriser la pousse de nouvelles tiges (qu’on palissera de préférence vers l’horizontale, sans l’épointer c’est-à-dire sans couper le bout, la pointe).

Erreur fréquente : ne confondez donc pas une belle nouvelle branche charpentière, lisse et vigoureuse, avec un rejet à supprimer!
Si votre tige démarre plus haut que le point de greffe (c’est à dire au-dessus du gros renflement qui se situe à la base du rosier), ce n’est PAS un gourmand!
Beaucoup de jardiniers font l’erreur de raccourcir, voire supprimer ces longues tiges qui poussent vigoureusement en juillet, soit parce qu’ils pensent que c’est un gourmand, soit parce qu’elles sont gênantes. Ce sont pourtant elles qui rajeuniront le rosier et fleuriront abondamment! Contentez-vous donc de les attacher provisoirement en attendant de les palisser correctement après l’hiver.

Notez aussi que certains rosiers ont naturellement des feuilles composées de 7 folioles. Tout ce qui porte des feuilles à 7 folioles n’est donc pas forcément un gourmand! On rencontre aussi parfois sur le même rosier, voire sur la même tige, certaines feuilles composées de 5 et d’autres de 7 folioles. Aucun problème à cela! Le nombre de feuilles n’est pas un critère significatif pour déterminer s’il faut ou non garder la branche.

cette vieille tige brune et abîmée laissera sa place à de jeunes tiges vertes et saines
une nouvelle tige remplace une vieille tige lignifiée

7. Ramassez les déchets de taille

Ramassez tous les rameaux taillés et les feuilles mortes des rosiers pour éviter la propagation d’éventuelles maladies. Pour cette même raison, je ne mets pas ces déchets au compost mais je les évacue plutôt au parc de recyclage.
Vous pouvez néanmoins étaler un paillis de rosiers broyés au pied d’une haie qui ne comporte pas de rosiers par exemple…

de grands sacs remplis de déchets à évacuer

8. La taille d’automne est légère… et facultative!

On me parle souvent de la taille d’automne… Avant l’hiver, la taille ne sert qu’à nettoyer un peu le rosier si c’est nécessaire: enlever les branches cassées, le bois mort, les roses fanées qui pourraient pourrir et constituer une porte d’entrée aux maladies, les tiges qui gênent un passage…
Mais ne taillez pas les fleurs fanées avant l’hiver si le rosier offre une belle fructification automnale! Les cynorrhodons, en plus d’être décoratifs, vont nourrir les oiseaux tout l’hiver!  Offrez-leur le gîte et le couvert pour que les oiseaux viennent manger vos pucerons l’été venu!
La « vraie » taille, c’est pour la fin de l’hiver, quand les risques de fortes gelées semblent écartés.

Note : ne laissez pas fructifier un rosier sa première année, afin d’éviter qu’il y consacre toute son énergie au dépens de la croissance de son système racinaire.

viorne ‘Mariesii’ et cynorrhodons de rosa ‘Kathleen’

9. Couper les fleurs fanées au fur et à mesure

En saison, si on coupe régulièrement les fleurs fanées des rosiers remontants (càd ceux qui refleurissent), cela stimule la floraison et le rosier est encore plus généreux.
Pour ce faire, n’hésitez pas à supprimez les (bouquets de) fleurs avec une longueur de tige, comme pour les mettre en vase.
Si le rosier offre une fructification intéressante, alors on arrête de couper les fleurs fanées à partir de fin août environ.

10. Taillez au bon moment!

               Quand tailler les rosiers remontants? (càd ceux qui refleurissent au moins une 2ème fois)

Les rosiers dits « remontants » ne sont pas des rosiers grimpants comme on le pense souvent, mais ce sont ceux qui refleurissent au moins une seconde fois pendant la saison, voire qui fleurissent tout l’été, jusqu’aux premières gelées.  Ils peuvent donc aussi bien être buissons, arbustes ou grimpants. Ils fleurissent sur les jeunes rameaux de l’année.

On les taille en février/mars ou même avril, selon la région et la météo, mais toujours hors gel!
Si vous êtes hésitant pour choisir la période adéquate pour commencer la taille chez vous, vous pouvez prendre comme point de repère le début de floraison des forsythia dans votre quartier.
Note : il n’est généralement pas nécessaire de raccourcir les rosiers remontants avant leur 2eme année qui suit la plantation. On peut très bien se contenter d’un simple « nettoyage » (points 4 et 5).

Ne nous hâtons pas davantage car une taille trop précoce peut être préjudiciable pour le rosier:
D’abord parce qu’on discerne moins facilement les « yeux » prometteurs qu’il nous faudra favoriser.
Mais surtout parce qu’un rosier taillé trop tôt va forcément « débourrer » plus tôt, au premier redoux. Or, les bourgeons qui démarrent risquent de griller si il y a encore des petites gelées. En réaction, plusieurs rameaux grêles percent sur le rosier au lieu d’une seule belle tige vigoureuse.

Une taille tardive est-elle possible? Si vous n’avez pas eu le temps de tailler vos rosiers remontants en mars, vous pouvez encore le faire en avril, même si ils ont déjà bien démarré. Toutefois, cette taille devra être bien moins sévère que celle du début du printemps! Et il faut savoir qu‘une taille tardive induira une floraison décalée de quelques semaines.

L’été, raccourcissez les tiges ayant fleuri et elles refleuriront sur de nouvelles pousses environ 8 semaines plus tard! Si l’automne est doux, on peut ainsi obtenir jusqu’à trois belles vagues de floraison.
En effet, comme le rosier veut fructifier pour assurer sa descendance, il réagit après la taille effectuée, pour fleurir à nouveau!
Cela dit, si le rosier offre de jolis cynorrhodons, je ne taille plus les fleurs fanées après le mois d’août, afin de profiter de cette belle décoration hivernale!

           Quand tailler les rosiers non remontants? (càd qui ne fleurissent qu’une fois)

Pour les non-remontants, faites seulement un nettoyage succinct en fin d’hiver (bois mort, chicots,…) et attendez qu’ils aient fini de fleurir avant de tailler davantage!
En effet, ces rosiers qui ne fleurissent qu’une seule fois, durant quelques semaines par an, fleurissent sur les tiges de l’année précédente donc si on les coupe trop en février/mars, on n’a pas de fleurs!

On les taille donc aussitôt après la floraison pour qu’ils aient le temps de faire de nouveaux rameaux avant l’hiver ; ce sont ces rameaux qui fleuriront l’année suivante.
En été, quand le rosier a fini de fleurir, je raccourci les tiges qui ont fleuri et je supprime les plus vieux rameaux.
En fin d’hiver, je supprime au besoin le bois mort et les tiges qui encombrent le centre du rosier. Si ça n’a pas été fait avant l’hiver, on peut encore raccourcir les tiges qui ont déjà fleuri et rajeunir la charpente. Pas beaucoup plus, au risque de compromettre la floraison!
Surtout, on laisse bien les belles longues pousses de l’année précédente, ce sont celles qui vont fleurir en juin!
Pour certains rosiers comme des botaniques, les mousseux ou les rugueux, la taille est facultative.

 11. Comment tailler les rosiers grimpants?

On commence toujours par appliquer ma règle des 4 M (voit point 4) et ensuite, il y a des conseils particuliers aux rosiers grimpants :
Choisissez d’abord environ 3 à 6 belles tiges charpentières, saines et vigoureuses, bien réparties sur le support. Supprimez les autres charpentières. Pensez à renouveler la ramure en supprimant les plus vieilles tiges (plus foncées, striées) et en gardant des jeunes tiges bien lisses, souvent vertes mais parfois rouge-acajou.
Ensuite, raccourcissez les pousses secondaires en coupant plus ou moins 1/2 cm au-dessus d’un beau bourgeon, bien orienté. Ainsi, vous pouvez laisser environ 3 à 15 cm à chaque fois. Que vous coupiez à 1, 2, 3 ou 4 yeux (= bourgeons), peu importe, ne vous tracassez pas avec ça!
J’appelle cette façon de faire « une taille en arêtes de poisson » 😉

Erreur fréquente : ne confondez pas une belle nouvelle branche charpentière, lisse et vigoureuse, avec un rejet à supprimer!
Si votre tige démarre plus haut que le point de greffe (c’est à dire au-dessus du gros renflement qui se situe à la base du rosier), ce n’est PAS un gourmand!
Beaucoup de jardiniers font l’erreur de raccourcir, voire supprimer ces longues tiges qui poussent vigoureusement en juillet, soit parce qu’ils pensent que c’est un gourmand, soit parce qu’elles sont gênantes. Or, ce sont celles à conserver de préférence car elles fleuriront abondamment! Contentez-vous donc de les attacher provisoirement en attendant de les palisser correctement après l’hiver.

on aperçoit ici la taille « en arêtes de poisson » du rosier ‘Guirlande d’Amour’

Palissez ensuite les branches principales de votre rosier grimpant sur son support. Plus vous les arquerez vers l’horizontale (sans casser les tiges!), plus vous stimulerez une belle floraison.
Si le support de votre rosier ne permet pas un palissage à l’horizontale (simple poteau d’une pergola par exemple), vous pouvez faire tourner les jeunes tiges encore souples autour du support, en spirale… Cela aura le même effet de ralentir la montée de sève et ainsi de favoriser une floraison plus abondante.

rosier ‘Roville, après la taille

Après la taille, n’oubliez pas de nourrir vos rosiers pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes!
Pour lire l’article sur mes soins aux rosiers, clic ici…

40 commentaires sur “10 conseils pour bien tailler vos rosiers

  1. Bonjour Malorie,
    En me référant au chapitre 10, si je comprends bien, il ne faut donc pas tailler les jeunes rosiers plantés l an dernier : Ballerina au printemps et Astronomia et Perennial Blue en automne ?

    1. Bonjour,
      Ah, de beaux rosiers que vous avez plantés là! 😉
      Juste une petite taille d’entretien pour ces petits nouveaux c’est-à-dire supprimer le bois mort, blessé, malade, les chicots, les momies de vieilles fleurs… qui sont des entrées pour les maladies. Et sur ‘Ballerina’ et ‘Astronomia’, supprimez quand même les rameaux qui sont mal dirigés (qui poussent vers le centre du buisson au lieu de pousser vers l’extérieur).
      Mais toute autre taille est facultative, inutile de les raccourcir quand ils sont si jeunes.
      Une belle journée pour tailler! Bon travail! 😉

  2. Très complet cet article, merci. je me demandais que faire avec les petites tiges qui partent d’une même zone au centre comme sur ta photo (départ multiples). Super et merci

  3. Bonjour Malorie ! Top article… Très intéressant, ludique, pratique et photographique. Yapluka …
    Le tout est de savoir repérer les remontants des autres… Hum, hum.

    1. Dans le doute, faites une simple taille de nettoyage et ne raccourcissez pas trop les rameaux…
      A la fin de l’été, vous serez fixés sur tous les remontants ou non… N’oubliez pas de prendre des notes! 😉

  4. Merci Malo .Que c’est bien fait cet article et il vient bien à point car justement devant les tiges malingres j’ai bien compris …et tout le reste aussi .Un cours magistral merci Malo

  5. Très intéressant! J’ai mon rosier Pierre Arditi dont les branches ont des tâches brunes, je l’ai taillé à +- 30-40 cm. Il a des bourgeons mais si je dois éliminer les branches tachées il n’en aura plus, alors que faire? J’ai lu que nettoyer au pied du rosier pouvais être bénéfique?

  6. Bonjour Malo, Voilà une taille que j’apprécie! je ne comprends pas que certains puissent laisser une branche avec des départs multiples… et pourtant si!
    les sécateurs Bahco sont les meilleurs pour moi! car au moins chez eux tu trouves des ‘spécial gaucher’ , il faut dire que nous autres les gauchers sommes trés souvent oubliés… en plus ils sont de qualité.

  7. Bonjour ,
    Je découvre votre blog et c’est une vrai mine de conseils pour moi qui n’y connaît pas grand chose meme si je m’améliore hihihi
    J’habite en région centre ( Loiret proche Yonne ) et je me demande si je dois tailler deux jeunes rosiers grimpants qui sont  » grand huit et Parfum Royal ) et qui entament leur 3 eme année au jardin …
    Ils sont déjà très haut , plus de 2 metres …. je sais que je ne taille pas assez court et pas assez de branches supprimées 🙁
    Les photos de taille de votre grimpant m’aide énormément …
    Belle soirée et merci de vos partages .

    1. Bonjour,
      Dans le Loiret!? Près de chez André Eve alors!? Savez-vous que j’y vais souvent avec l’Association des Amis d’André Eve pour jardiner et tailler les rosiers justement!? On y retourne d’ailleurs les 8 et 9 mars avec les bénévoles! 😉
      Vous pouvez tailler vos deux grimpants dès maintenant ou d’ici la mi-mars, il ne sera pas trop tard, mais prenez garde à ne pas abîmer les bourgeons qui ont déjà démarré.
      Gardez bien vos plus belles tiges principales jusqu’en haut et raccourcissez les secondaires « en arêtes de poisson ». Si vous le pouvez, palissez-les vers l’horizontale, ils seront encore plus florifères.

  8. Coucou Malo, toujours aussi passionnant et agréable à te lire !
    Même si on sait on ne sait jamais assez ou on oublie … Cette année, j’aurai révisé ma taille sur les rosiers lianes chez André Eve, c’est super !! Bisous

  9. Bonjour,

    J’ai manifestement laissé passer le bon moment pour tailler mes rosiers grimpants. Là, ils font plein de nouvelles pousses mais comme chaque année, après avoir été magnifiques en juin, ils ont été malades à partir de fin juillet, et le bas des tiges ne fait aucune nouvelle pousse. Puis-je encore couper, ou vaut-il mieux ne plus y toucher?
    Merci beaucoup pour ta réponse,

    1. Oui, coupez-les maintenant mais sans plus tarder! N’hésitez pas à couper ce qui doit l’être suivant les conseils que j’ai donnés dans l’article, même si il faut pour cela supprimer de belles pousses vertes et prometteuses! Cela retardera peut-être de quelques jours la floraison sans aucune autre conséquence. Attention sur des grimpants on ne coupe pas les tiges principales qui font la charpente, on raccourci seulement les secondaires (en arêtes de poisson). Bon travail! 😉

  10. Bonjour Malorie,
    je consulte votre blog avec toujours autant de plaisir et j’ai accueilli de nombreux rosiers et vivaces suite à la lecture de vos articles. J’ai une question un peu technique en matière de taille des rosiers : vous écrivez que l’on peut jouer sur la hauteur d’un rosier par la taille pratiquée. Je reprend un ou deux exemples : Vous dites, pour Sibelius, qu’il atteint 100 à 120 cm en tous sens, et même 150 selon la taille. Pour Astronomia : il fait de 70 cm à 150 cm selon la taille pratiquée. Pouvez-vous m’apporter quelques précisions sur la façon de tailler un rosier pour qu’il atteigne sa plus belle ampleur ?
    Merci d’avance pour votre réponse !

    1. Bonjour,
      Sibelius ou Astronomia sont justement deux bons exemples de rosiers buissonnants de taille moyenne et naturellement bien proportionnés. Si je leur fait une taille douce (juste les tiges défleuries et bois mort + aérer un peu le centre), ils sont plus volumineux, ils ont un port ample, souple, généreux… Comme mon jardin est petit, l’année dernière ces rosiers ont fini la saison en débordant sur mes allées de pelouse. J’aime cette opulence, mais je ne peux pas toujours leur permettre de faire ce qu’ils veulent ;).
      A inverse, ce printemps je leur ai tous les deux fait une taille plus sévère (j’ai presque taillé de moitié) et ils ne devraient donc pas dépasser 1m en fin de saison… J’ai fait pareil avec plusieurs autres rosiers cette année d’ailleurs: ‘Bossa Nova’, ‘Opalia’, ‘Petticoat’…
      Il faut donc adapter la taille de ces rosiers à la place dont ils peuvent disposer dans le jardin… mais aussi au rosier en particulier.
      Autre exemple, si vous avez un rosier grand buisson qui pousse de manière plus anarchique et fait de longues tiges très vigoureuses, ce serait une erreur de le tailler trop fort en se disant « lui je dois le réduire de beaucoup » puisque la taille va le « booster », il va pousser avec encore plus de force, hors on aimerait qu’il calme un peu ses ardeurs! Donc celui-là, on lui fera une taille douce, légère, on envisagera de arquer ses tiges si la situation s’y prête… A l’inverse, pour certains rosiers un peu chétifs, peu poussants, une taille sévère va aussi leur faire du bien, leur redonner vigueur et là, c’est l’effet recherché.
      On a parfois peur de tailler « ce pauvre petit rosier qui a déjà tant de mal à pousser »… Hors, une bonne taille, c’est justement ce qui va lui donner des forces…
      Je pense que la taille, c’est aussi, et même surtout, une question d’observation du rosier dans son environnement… Et on apprend, on corrige, on adapte d’une année sur l’autre en fonction de son jardin. L’important c’est de connaître « les règles de base » pour éviter les grosses erreurs telles que supprimer une nouvelle pousse bien vigoureuse que l’on prend pour un gourmand alors qu’elle aurait pu renouveler la charpente, ou laisser du bois mort/malade par négligence, blesser un rosier avec un sécateur mal aiguisé, ou raccourcir les tiges principales d’un jeune rosier grimpant…
      La taille des rosiers est trop souvent source de stress chez les jardiniers novices et c’est dommage car la plupart du temps, le rosier nous pardonnera bien volontiers nos erreurs de débutant… On tire des leçons de nos expériences et on ajustera l’année suivante si nécessaire 😉

  11. Merci pour cette bonne piqure de rappel, toujours très utile. Moi, je rencontre souvent le même problème sur les grimpants remontants : des tiges secondaires se ramifient juste après leur départ depuis la charpentière. Dans ce cas, comment procéder? Je coupe tout (pas d’oeil entre la charpentière et la ramification) ou je taille en ne gardant qu’une seule tige ou je garde tout?
    Merci pour tes conseils.

    1. Bonjour,
      Je crois qu’il faut faire au cas par cas. En théorie, on dirait de n’en garder que une, la plus vigoureuse ou la mieux dirigée… Mais en pratique, on peut faire parfois l’une ou l’autre concession si tu as 2 vraies belles pousses que tu arrive à bien palisser en les répartissant sur le support.
      En revanche, si tu as des départs multiples nombreux, par exemple 4, 5, 6… fines tiges qui partent du même point, (comme sur une des photos dans l’article), ça tu supprime complètement…

  12. Bonjour, un tout grand merci pour cette mine d’infos ! Ça va me permettre de me lancer. Étant totalement novice et nouvelle propriétaire, serait il possible d’avoir une fois une article pour faire la différence entre les types de rosiers ?

    1. Bonsoir,
      J’avais fait un article sur l »Histoire des roses », mais je ne sais pas si ça correspond à ce que vous cherchez… https://lesjardinsdemalorie.be/lhistoire-des-roses/
      Sinon, il est difficile de différencier un rosier remontant d’un rosier non remontant, rien qu’en le regardant en ce moment. Il faudra les observer au cours de l’été pour voir si ils refleurissent ou pas…
      Belle soirée

    1. Sur celles qui ont été coupées, si elles se divisent en plusieurs rameaux au niveau de la coupe, choisissez le plus beau rameau et supprimez les autres à leur base.
      Si il y a beaucoup de charpentières qui partent au niveau du sol, supprimez-en 2 ou 3 à la base, pour inciter le rosier à faire émerger de nouvelles charpentières… qu’il ne faudra surtout plus raccourcir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *