Le saviez-vous? Pourquoi les pucerons reviennent-ils si vite?

En saison, les pucerons se multiplient par parthénogénèse. C’est-à-dire, qu’il n’y a pas d’accouplement, chaque femelle ne met au monde que des nymphes femelles qui elles-mêmes naissent déjà « enceintes » de pucerons femelles et ainsi de suite… C’est pour cela qu’ils reviennent en nombre à une vitesse hallucinante, après chaque pulvérisation d’insecticide! Il suffit de quelques individus pour refaire une colonie!
Et comme le savon noir tue aussi tous leurs prédateurs naturels, qui eux mettront plusieurs semaines à refaire une nouvelle génération, eh bien plus on traite, plus il faut traiter!
Les insectes auxiliaires (ce sont les insectes amis du jardiniers) ne seront plus jamais là au moment opportun pour vous aider à lutter naturellement…

Alors laissez tomber vos remèdes et mixtures de grand-mère, détendez-vous, lâchez prise…

pucerons
  • N’abusons pas des engrais « coup de fouet » très dosés en azote qui sont susceptibles de favoriser la venue des pucerons.  En effet, les rosiers trop nourris en engrais azotés développent de jeunes pousses particulièrement tendres et sucrées dont les pucerons raffolent!
  • Évitons tout traitements insecticide (même bio) afin de favoriser la venue des prédateurs naturels de pucerons : les oiseaux, les larves de syrphes, les coccinelles, les perce-oreille, les chrysopes ou les aphidius sont des auxiliaires utiles pour limiter la population des pucerons.
    Notez que les fourmis, en nombre raisonnable, ne gênent pas particulièrement ces petites guêpes parasitoïdes, ni les coccinelles adultes qui peuvent s’envoler en cas d’attaque… Et les fourmis ont en outre l’avantage de nettoyer le miellat tombé sur les feuilles, ainsi elles évitent le développement de la fumagine, un champignon qui noircit le feuillage!
larve de syrphe, prédatrice de pucerons
  • Une culture associée : combiner lavande et rosier est non seulement très joli mais c’est aussi efficace pour éloigner les pucerons.
    Au potager, d’autres plantes aromatiques agissent comme répulsifs naturels, telles que le basilic, le thym, le romarin, l’absinthe, la rue officinale, la sarriette, la tanaisie ou des œillets d’Inde.
    Un pot de menthe peut aussi perturber les parasites (attention en pleine terre la menthe s’avère vite envahissante!)
    Essayez aussi l’aneth, l’Angélique, des anthemis, la mélisse…
    Le tulbaghia est aussi joli qu’une agapanthe et il éloigne les insectes parasites comme les pucerons qui n’apprécient ni son odeur ni les substances dégagées par les racines dans le sol. Ces substances ont également un effet fongicide.
    Plantées à des endroits stratégiques, toutes ces plantes à l’effet naturellement répulsif éloigneront les pucerons envahisseurs.
thym
cultures associées, le thym éloigne les pucerons
  • Plantons des « plantes martyres » : des capucines, des eryngium, la ciboulette ou des fèves attirent les pucerons comme un aimant, suffisamment pour les détourner des rosiers. Essayez aussi les valérianes (centranthus).
    Les plantes martyres sont très utilisées en permaculture et potagers bio. Evidemment, il faut alors accepter d’avoir une capucine infestée de pucerons mais c’est toujours mieux que sur les rosiers ou les légumes!
  • Plantons des plantes mellifères pour attirer les prédateurs naturels : L’orlaya ou la phacélie par exemple, attirent de nombreux insectes utiles comme les syrphes prédateurs des pucerons.
    Pensez aussi aux soucis, oeillets d’indes, bourrache, et toutes sortes d’herbes aromatiques.
    Et laissez quelques pissenlits dans la pelouse…
    Si vous avez la place, aubépine, prunelier, pommiers, noisetiers, saules, etc.
la phacélie attire les syrphes, prédateurs naturels de pucerons
la phacélie attire les syrphes, prédateurs naturels de pucerons

12 commentaires sur “Le saviez-vous? Pourquoi les pucerons reviennent-ils si vite?

  1. Merci pour tous vos bons conseils jardinage et vos superbes photos …pourriez vous aborder l’histoire de la pyrale des buis … cela fait 3 ans que les premières chenilles sont venues envahir nos buis centenaires …pris de panique nous les avons traiter la première année avec le bacille de Thuringe et du psorinum …durant le confinement le jardinier était moins disponible et à notre très grande surprise les accenteurs mouchets et les mésanges à tête noire en ont fait leur garde manger ..on les voit sautiller de 10 cm en 10 cm pour retirer les chenilles .. elles eventrent même les chrysalides .. jusqu’à présent pas l’ombre de papillons … Lorsque les chenilles étaient présentes début avril on a aussi remarqué des minuscules  » guêpes rougeâtres » présentes en essaim …Qui vivra verra peut-être que les prédateurs naturels sont présents …en tout cas les buis sont magnifiques et ont repris vigueur…
    Au plaisir de vous lire …et de faire connaître votre blog …et votre superbe jardin…

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire 😉
      J’ai déjà écrit un article sur le sujet il y a 2 ou 3 ans. Nous n’avions pas encore beaucoup de recul à ce moment là d’ailleurs…
      Au début, elles n’avaient pas (ou peu) de prédateurs naturels chez nous. Mais depuis, certains oiseaux et guêpes parasitoides ont découvert cette nouvelle manne de nourriture!
      Je conseille à mes clients de lutter simplement avec un jet d’eau puissant (pas trop pour ne pas déchiqueter le feuillage mais assez pour faire tomber les chenilles).
      Plusieurs m’ont expliqué qu’ils voient ensuite les mésanges et les moineaux ramasser toutes les chenilles au pied des buis!
      Traitement à recommencer plusieurs jours d’affilée puisque les oeufs éclosent un peu chaque jour…
      Belle journée

  2. Bonjour ,
    Avez-vous une recette pour les tenthrèdes ? mes rosiers ne sont plus que feuilles dévorées! On me conseille de nettoyer feuilles par feuilles mais vu le nombre de rosiers ça ne va pas être simple pour moi.
    Merci et bonne journée

  3. Merci pour cet article et votre blog en général.
    En partage d’expériences, Je ne suis pas sûr que les aromatiques soient répulsives pour les pucerons: j’ai un grand parterre d’aromatiques et ce printemps, les espèces suivantes sont recouvertes de pucerons noirs:
    – sauge officinale
    – angélique
    – absinthe
    – cerfeuil musqué

    En revanche, rien sur les plantes voisines:
    – hélycrise
    – thym
    – sariette
    – romarin
    – fenouil

  4. Bonjour,
    C’est un article vraiment très intéressant, et que je vais partager. Je n’ai utilisé que quelques fois du savon noir, mais maintenant que j’ai compris le mécanisme, j’arrête sur le champs.
    J’ai une question par rapport au passage sur les terrains riches en azote qui favorise les jeunes pousses sucrées, et qui attirent plus les pucerons.
    J’habite à la campagne et mon jardin est juste à côté d’un pré à vache laitière (mes copines), est-il possible que de par ce fait (urine et excréments) j’ai un sol beaucoup plus riche en azote que la normale ? Parce qu’il est vrai que chez moi, il y a pas mal de pucerons sur mes rosiers?
    Mon jardin est naturel, et je suis adepte du concept « jardin punk », et depuis trois ans que je suis là, je vois que s’installe une belle biodiversité et j’en suis ravie.
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Fabienne A.

  5. Merci je crois aussi à la douche pour les plantes qui ont du pucerons…est-ce que ça peux gêner les coccinelles? Souvent je laisse faire juste passer le pouce et l’index sur le bouton florale trop envahi

  6. c’est trés bien cette année j’ai peut être 30 pieds de cardère qui ont poussés naturellement a première vue c’est très envahissant mais j’ai vue que leur fleurs attire les chardonnerets alors j’ai laissé et je vais en planter en d’autres endroits ! si vous avez des commentaires sur cette plante je suis preneur merci a vous Cdlt
    JMF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *