Je teste le Lombricompostage sur mon balcon!

Depuis que nous vivons en appartement, nous n’avons plus de compost et cela me fait vraiment mal de jeter les épluchures de fruits et légumes à la poubelle.
Aussi, l’achat d’un lombricomposteur s’est vite imposé pour recycler ces déchets organiques en engrais naturel, véritable or brun pour les plantes.

Le principe:

C’est assez simple: On dépose au quotidien, dans un contenant fermé, les déchets de cuisine que l’on produit : épluchures de fruits et légumes, marc de café, thé, coquilles d’œufs, carton… Les lombrics (vers de compost) vont digérer petit à petit ces déchets organiques pour les transformer en un terreau riche et plein de nutriments appelé lombricompost et produire aussi un engrais liquide rejeté par le compost, le lombrithé.

De nombreux utilisateurs en ont un dans leur maison ou appartement et confirment que le lombricompostage ne sent pas mauvais. Les vers suppriment l’odeur de décomposition grâce aux enzymes contenus dans leur intestin.

Le lombricomposteur est souvent composé de 3 ou 4 bacs superposés dont celui du haut où l’on dépose des déchets organiques, ceux du milieu où le compostage se fait progressivement grâce au travail des lombrics et enfin le compartiment du bas dans lequel on récolte un jus qui sert d’engrais à diluer dans de l’eau pour arroser les plantes !

J’hésitais depuis des semaines sur le modèle, la taille, le design et le prix… Il nous fallait un format compact et si possible joli, pour l’installer sur le balcon.
C’est sûrement le destin qui m’a fait reporter cet achat si longtemps car récemment, Mon Petit coin Vert m’a offert de tester leur lombricomposteur en bois de pin.
Fini de tergiverser donc!  J’accepte le deal à condition d’être libre de partager mon avis sur le blog en toute sincérité, le positif comme le négatif.
Et mon lombricomposteur a été livré…

A la réception du colis, je déballe mon lombricomposteur. Tout l’emballage en carton et papier kraft est prévu pour être directement composté! Pas de déchets!

Points forts/points faibles

Certaines aiment recevoir des bijoux ou des fleurs… Moi, j’attendais avec impatience mon lombricomposteur. 😉

Le colis est composé d’un seul bac en bois de pin où mettre nos déchets organiques + un couvercle + un bac en plastique pour récolter le jus + des pieds à visser.
Les vers de compost étaient proposés en option.

  • Points forts :
    Il semble robuste et il est assez joli, on dirait un solide bac à fleurs mais avec un couvercle.
    Responsable et de qualité, il est fabriqué en Espagne avec du bois de pins provenant de forêts durables et autoclavées. Son épaisseur est de 2 cm. Ce produit est résistant à la pluie, grâce à ses finitions lasurées.
    Son encombrement est réduit (dimensions 51 x 33 x 33 cm pour une capacité de 30L de substrats).
    Idéal pour un foyer de deux personnes.
    Il peut être installé à l’intérieur comme à l’extérieur. Convient donc en appartement.
    L’emballage est en carton, prévu pour être directement composté!
    L’endroit où il faut visser les pieds est bien marqué sur le bois (mais pas préforé).
    Les vers de compost sont proposés en option (ce n’était pas clair lors de ma commande mais le site a été amélioré entre temps pour rendre les options plus visibles).
    Le bac en bois est recouvert d’une doublure en géotextile imperméable et perforé. Cela permet d’améliorer la ventilation ainsi que le drainage du compost. Il est également doté d’un revêtement en maille anti-mauvaises herbes.
    .
  • Points faibles :
    Le coin du bac en plastique a été cassé pendant le transport et d’après les commentaires sur le site, je ne suis pas la seule à avoir fait ce constat. Heureusement pour moi, cela ne gênera en rien son utilisation mais il serait utile que le fabriquant cherche une solution pour caler les pieds et le bac dans le composteur pendant le transport.
    Pour fixer les deux pieds, j’aurais apprécié que le bac en bois soit préforé mais honnêtement, ça n’a pas été trop compliqué de visser les deux pieds (sans doute plus difficile pour une personne qui manque de force dans les bras…).
    Une poignée sur le couvercle faciliterait l’ouverture. On verra à l’usage…
Réception de mon lombricomposteur de chez Mon Petit Coin Vert

Démarrer le lombricompostage

Un feuille est dans le colis avec un QR code à scanner pour avoir la notice explicative en 7 langues différentes. Cela nécessite d’être connecté mais il y a moins de papiers imprimés de cette façon.
J’ai vraiment hâte de commencer à recycler nos déchets organiques mais je dois attendre de recevoir un colis avec les lombrics…

En attendant, j’installe mon lombricomposteur sur mon balcon, où il est bien à l’abri de la pluie et du soleil, pour assurer le bon fonctionnement des vers de compost.

Le lombricompost en pin autoclavé, de chez Mon Petit Coin Vert, installé sur ma terrasse

Les vers de compost (ou lombrics)

Pour enclencher le travail de compostage, nous allons installer là 200 à 250 g de lombrics. 
Ce ne sont pas les vers de terre de nos jardins! Il s’agit de vers de fumier (Eisenia faetida) ou de vers rouges (Eisenia andrei) qui préfèrent les matières en décomposition, et de Dendrobaena veneta, des vers de surface qui travaillent au maximum à 10cm dans le sol.
J’aurais pu en récupérer dans mon compost en Belgique mais on en trouve aussi dans un tas de fumier de ferme ou en magasin de pêche.
Ils ne sont pas plus gros qu’une allumette en général, d’une longueur qui varie de quelques millimètres à 4 cm, selon leur âge.
Très gourmands, les lombrics mangent environ la moitié de leur poids chaque jour !

Ils se reproduisent naturellement dans le lombricomposteur… Leur nombre double en moyenne tous les 2 mois, jusqu’à saturation de leur habitat.
Ainsi, après quelques mois, nos déchets seront mangés et digérés 2 fois plus vite !
Pas de risque de surpopulation malgré tout car les vers se régulent et s’adaptent à l’espace et à la nourriture disponibles.

 

Pour commencer :

  1. Créez une base avec des petits morceaux de carton humidifiés.
  2. Installez les vers de compost mélangés avec le substrat qui leur a servi de litière pour le transport ou avec du terreau, et refermez le couvercle.
  3. Il est parfois recommandé de laisser les vers tranquilles pendant quelques heures ou même quelques jours, afin qu’ils se remettent de leur voyage. Patience…
  4. Après ce temps de repos, jetez vos déchets organiques dans le lombricomposteur, en petite quantité au début. Les vers vont progressivement s’adapter à leur nouvel environnement et aux déchets qu’ils recevront en nourriture.
Démarrage du lombricompostage avec une litière de carton humide

Quels déchets organiques et en quelle quantité?

On peut y mettre les épluchures de légumes et fruits, les coquilles d’œufs écrasées, feuilles de thé, marc de café…
25 à 30% de ce qu’on donne à manger aux vers doit être des fibres sèches, comme par exemple du papier/carton non imprimé, des boîtes à oeufs en carton, des essuies-tout, des rouleaux de papier toilette ou emballage cartonné en petits morceaux, des cheveux, des poils d’animaux, etc.

Il faut éviter la viande, les os et un excès de nourriture très acide telle que les agrumes, l’ail, les oignons, les poireaux.
Les déjections d’animaux peuvent contenir des vermifuges, qui tuent les vers composteurs en une seule journée !

Des coquilles d’oeufs chaque semaine permettront d’équilibrer les effets d’une nourriture trop acide. Le pH de votre lombricompostage doit rester neutre (pH7).

Quelle quantité de nourriture dois je donner aux vers ?
Les vers peuvent manger jusqu’à la moitié de leur propre poids par jour.
Si vous démarrez votre lombricompostage avec 200g de vers, ils consommeront 125g de nourriture par jour dans les conditions optimales. On commencera par de plus petites quantités au début, afin que les vers s’habituent progressivement à leur nourriture.

Les vers mangent plus et plus vite si les aliments sont coupés en petits morceaux.

Après quelques mois, on peut les nourrir 2 x plus puisque le nombre de vers double en moyenne tous les 2 mois.

 

Utilisation quotidienne du lombricomposteur

Dans le compartiment du haut, on dépose au fur et à mesure nos déchets, coupés en petits morceaux, en veillant à alterner 2/3 de matières humides (épluchures, marc de café, thé,…) et 1/3 de matières séches (papiers/cartons, essuie-tout, coquilles d’œufs broyées,…) de façon à équilibrer les apports d’azote et de carbone.

Le couvercle permet de maintenir l’humidité et la fraîcheur nécessaires pour les vers.

Dans le compartiment du bas, on récupère le jus du compost, merveilleux engrais liquide  à diluer dans de l’eau avant d’arroser les plantes (1/10).

Le lombricomposte de cher Mon Petit Coin Vert installé sur ma terrasse

Quelques conseils que je vais mettre en application

  • Déposer les épluchures dans le lombricomposteur au fur et à mesure car si on laisse temporairement ces déchets dans la cuisine, dans une boîte sans couvercle, ils commencent à pourrir et les larves et moucherons prolifèrent.
  • Ne pas oublier d’ajouter du carton et du papier, surtout quand on met des déchets très humides. Cela évitera que les larves de moucherons prolifèrent avec l’humidité.
  • Si il y a des moucherons, déposer un peu de carton et de terre dans le bac et arrêter de nourrir les vers pendant quelques temps (4 semaines maximum) jusqu’à ce que l’humidité soit régulée.
  • Évacuer le jus le plus souvent possible.
  • Le lombricompostage est un processus à basse température : les déchets doivent être appliqués en couches minces pour ne pas surchauffer le tas ou suralimenter les vers.
  • Une température comprise entre 10° et 30°C est idéale mais les vers peuvent supporter des températures très froides ou très chaudes.
  • En hiver, placer le lombricomposteur dans un endroit protégé. S’il fait très froid, le couvrir d’une vieille couverture pour garder la chaleur. On peut également ajouter plus de nourriture dont la décomposition va augmenter la température à l’intérieur.
    Les vers entrent en hibernation lorsque la température descend sous 5°C.
  • En été, placer le lombricomposteur à l’ombre et augmenter l’apport de matière humide.

A voir à l’usage…

Pour le fonctionnement je ne peux pas encore me prononcer, on verra à l’usage. Je vous tient au courant de mes observations!
Si tout va bien, ce lombricomposteur devrait recycler au moins 50 % de nos déchets organiques…

11 commentaires sur “Je teste le Lombricompostage sur mon balcon!

  1. Nous en avons eu un, qui a bien fonctionné pendant quelques semaines, puis il y a eu une explosion de moucherons, que je n’ai pas pu réguler, et lorsque je me suis décidée à évacuer le lombricomposteur au jardin, et le vider, je n’ai trouvé aucun vers vivant. Je n’ai pas renouvelé l’expérience, nous continuons avec nos composteurs « normaux » au jardin.
    Je te souhaite une meilleure utilisation que nous!

  2. Bonne idée de faire du lombricompostage sur son balcon ce qui fait diminuer le volume des poubelles et permet de valoriser la matière organique de nos déchets mais si l’immeuble possède un peu d’espaces verts autour, pourquoi ne pas mettre en place un bac à compost collectif dont profiterait l’ensemble des habitants ? Une idée à creuser. Pour ma part, pas de balcon… mais 7000m2 de jardin alors j’ai 4 lieux de compostage qui m’évite des aller-retours à la déchèterie et qui me permettent d’avoir du compost pour mes plantations . Que des avantages !

  3. Je ne connais pas ce modèle- là, le nôtre est en plastique à 3 étages… ça fonctionne très bien pour le lombrithé et la prolifération des vers MAIS… attention aux ajouts de fruits, le mode d’emploi fourni préconisait d’emballer les déchets sucrés dans du papier mais à l’usage, je déconseille fortement tout ajout de matières sucrées, même protégées par un sachet, car c’est l’invasion de moucherons et beaucoup plus difficile à faire partir que ce que dit la théorie…. 3 personnes de mon entourage ont fait le même constat ,
    J’ai également mis dedans un fond de terreau de petit pot de basilic du commerce et même si ca n’a fait aucun tort aux vers, je pense que mon souci de moucherons s’est aggravé également à ce moment- là.. bel été à vous !

  4. Il est très beau! Beaucoup de plaisir avec tes nouveaux grouillants! Les miens adorent la mangue et le melon! Par contre, éviter les oignons, ail et même poireau 😉

  5. Ici les vers raffolent des pelures de bananes et des coquilles d’œufs.
    Le liquide que je récupère est excellent pour les rosiers. Je le dilue 1litre de liquide et 10 litres d’eau

  6. Il faut commencer à faire une litière avec du carton, du Marc de café, des épluchures, pour que les vers trouvent une maison agréable.. S assurer que ce ne soit ni trop humide, ni trop sec.. Éviter les agrumes et les oignons et surtout rentrer le lombricomposteur en hiver et le mettre au frais en cas de canicule car les lombrics sont sensibles aux grosses variations de température.. Bon compostageAprès j imagine que tu as potassé ton sujet, mais j ai perdu mes premiers vers de froid par manque d informations et ces bestioles coûtent assez cher à l achat.. J ai fini par en retrouver via une association qui fait des dons de vers entre particuliers

  7. Très beau composteur en effet.
    Étant en rez de jardin en pleine ville, j’hésite de peur d’attirer les rats. Je pense me diriger vers un bokashi mais esthétiquement parlant votre lombri composteur me fait de l’œil.
    Le seul avantage que je trouve au bokashi c’est que le jus sert aussi à assainir les canalisations de manière écologique.

  8. Pour moi c’est aussi le bokashi (Organko 2) que j’ai adopté.
    il resemble à une petite poubelle ronde, j’en ai acheté 2 pour pouvoir remplir l’un quand l’autre est plein et scellé pendant 14 jours pour produire une base de compost.
    Idéal pour une à deux personnes.
    j’en suis plutôt contente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.