Chroniques de mon jardin : les graminées de mon petit jardin

Plus j’en plante, plus elles me paraissent indispensables dans un jardin!
Légères et graphiques, elles apportent du mouvement en dansant avec le vent, leurs épillets jouent admirablement avec la lumière rasante des soirs d’automne et je trouve qu’elles mettent en valeur les asters, les sedum, les  persicaires, les verveines de Buenos Aires, eupatoires ou anémones du Japon en fleurs en ce moment…

Pendant la mauvaise saison, les graminées ornementales servent d’abri pour la petite faune du jardin tout en créant un décor qui structure les massifs.
Elles ne demandent que très peu d’entretien: on ne rabat les graminées qu’en fin d’hiver.
La plupart préfèrent une situation ensoleillée et bien drainée mais elles s’adaptent facilement à diverses conditions de culture. Les limaces ne s’y intéressent guère.

Le calamagrostis

De hauteur moyenne et assez étroits, les calamagrostis sont parfaits pour les petits jardins. Leur fin feuillage prend de belles couleurs à l’automne.

J’ai reçu ce calamagrostis brachytricha de ma copine Caroline, l’automne dernier, et il est vite devenu pour moi un indispensable!  On l’appelle aussi « Herbe aux diamants » parce que ses fleurs en panicules dressés beige teinté de pourpre, virent à l’argenté et accrochent admirablement la lumière sous la rosée.

calamagrostis brachytricha, H 100 à 120 cm, soleil- mi-ombre, sol frais à humide, en fleurs d’août à octobre

Il me reste à trouver une place pour le calamagrostis ‘Karl Foerster’ que j’aime beaucoup aussi…

Les miscanthus sinensis

Les miscanthus offrent une présence hivernale éblouissante et peuvent se contenter, à défaut de mieux, d’un sol très sec.
Miscanthus sinensis ‘Yaku Jima’ pousse en touffe dense. Ses fines feuilles retombent gracieusement et ses épis sont beige. Sa taille moyenne en fait un allié idéal pour les petits jardins, dans un massif ou dans une bordure haute, et même en pot.
Il est intéressant de la fin de l’été, quand ses fleurs apparaissent, jusqu’au cœur de l’hiver.
miscanthus ‘Yaku Jima’, H 100 à 150 cm, (en septembre)
miscanthus ‘Yaku Jima’ en août/septembre, H 100 à 150 cm
miscanthus ‘Yaku Jima’ en janvier/février

Miscanthus sinensis ‘Krater’ a un port compact et des inflorescences rouges virant au gris argenté. Celui de mon jardin est un petit bout du miscanthus ‘Krater’ du jardin d’André Eve. Je l’ai ramené l’automne dernier et planté au bord de la terrasse, à la place d’un panicum ‘Squaw’.

miscanthus ‘Krater’ à l’avant plan et miscanthus ‘Yaku Jima’ à l’arrière plan
miscanthus ‘Krater’ en octobre
miscanthus ‘Krater’ en janvier

Il en existe encore beaucoup d’autres variétés intéressantes.
Par exemple, je trouve ravissant le petit miscanthus ‘Adagio‘, qui convient aux petits espaces ou aux grands bacs  puisqu’il ne mesure que 80 cm à 120 cm. Il a des feuilles gris argenté et une floraison en épis roses fanant crème.

Le miscanthus sinensis ‘Navajo’ a lui aussi un port compact et son feuillage vert olive vire rapidement sur des teintes flamboyantes, orangées.

Bien que fan du miscanhus ‘Morning Light’, très raffiné avec son beau feuillage strié de blanc crème, je n’ai pas encore pu lui trouver une place chez moi, à cause de son 1,80 m qui le destine plutôt en fond de massif…

Panicum virgatum ‘Shenandoah’

J’avais planté le panicum virgatum ‘Squaw’ en plusieurs exemplaires au jardin, mais il n’avait pas du tout une bonne tenue chez moi. C’est pourquoi je n’en ai gardé qu’un seul pied et j’ai remplacé les autres par des miscanthus.
J’ai sournoisement refilé des éclats de ‘Squaw’ à des copines (consentantes!) et je suis curieuse de voir comment il se comportera dans leur terrain…

J’ai acheté la semaine dernière à la foire aux plantes de Beervelde un ravissant panicum ‘Shenandoah’. Il est plus bas (100 à 120 cm), il a semble-t-il un joli port en touffe droite et ses couleurs automnales prolongent son intérêt : son feuillage vert au printemps vire au rouge puis au lie de vin.  Dans une terre ordinaire, même pauvre et sèche, il sera superbe accompagné de sedum. Néanmoins, il tolère les sols lourds et humides et même une inondation temporaire. Il y voisinera volontiers avec des persicaria.

Les carex (ou laîches)

Les petits carex sont de fausses graminées mais font autant d’effet que les vraies et même plus puisqu’ils restent très beaux toute l’année!
Ils conviennent très bien en couvre-sol et ourlent joliment les bordures de massifs, en compagnie d’autres vivaces pour créer des jeux de feuillages contrastés.

en juin, le carex ‘Prairie Fire’ en bordure de massif avec un hellébore, une heuchère, un épimedium, un geum…

Par ailleurs, les carex ne nécessitent jamais aucune taille! Faciles donc! On peut juste, tous les 2 ou 3 ans, retirer les fines feuilles sèches (avec les mains gantées pour ne pas se couper).
Ils aiment un sol frais et certaines variétés affectionnent carrément les zones humides et marécageuses.

Mon coup de coeur va au carex testacea ‘Prairie Fire’ dont le superbe feuillage vert bronze se teinte d’orange cuivré au fur et à mesure que la saison avance. Il flamboie au soleil.

carex testacea ‘Prairie Fire’ (40 x 60 cm), encadré de hosta, heuchère, épimedium, geum ‘Bell Bank’…

Et comme « jardinage » rime souvent avec « partage », deux autres carex de mon jardin me viennent de copines qui ont divisé les leurs.

Le Carex ‘Kiwi’ de Claudine ressemble à une petite fontaine vert tendre, avec son port plus haut que large, contrairement à ‘Paririe Fire’ qui s’étale davantage.

carex flagellifera ‘Kiwi, 50 x 40 cm

Anne-Marie ne connaissait plus le nom de cet adorable petit carex au feuillage vert bleuté bordé de crème.  Il se densifie bien mais de manière un peu hirsute, et ne pousse pas très haut (10 à 15 cm).
Je pense que c’est peut-être Carex oshimensis ‘Everest’, mais sans aucune certitude car il existe différentes variétés de carex panachés.

carex panaché de crème, H 10 à 15 cm

Un petit dernier que je n’ai pas mais il me semble particulièrement intéressant pour son lumineux feuillage doré : Carex oshimensis ‘Everillo‘.  Il remplacerait bien ce carex inconnu en bordure de mon massif jaune.

euphorbia x martinii et carex en bordure du massif jaune

Stipa tenuifolia

Les stipa tenuifolia sont aux sols bien drainés et pauvres ce que les carex sont aux terrains frais et humides.
On les surnomme « cheveux d’ange » pour l’aspect tout doux de leurs chaumes aux reflets dorés dès l’été.
Décoratifs toute l’année et faciles d’entretien: aucune taille n’est vraiment nécessaire mais on peut néanmoins les peigner ou, en fin d’hiver, rabattre les tiges sèches pour stimuler l’apparition de nouvelles pousses bien vertes.
On peut aussi remplacer les vieilles touffes de l’année précédente par de jeunes semis spontanés qui sont souvent nombreux et plus légers.

stipa tenuifolia et rosiers

Les stipa tenuifolia ont leur place tant en bordure de massif qu’au milieu de vivaces ou accompagnées d’annuelles. Ils donnent un petit côté naturel, « prairie fleurie », et beaucoup de légèreté.

campanules des murs, scabiosa ‘Tutti Frutti’ et stipa tenuifolia
stipa tenuifolia et scabiosa ‘Tutti frutti’
stipa tenuifolia et rosiers

Pennisetum alopecuroides

Les pennisetum, avec leurs longs écouvillons soyeux, sont les graminées les plus communes mais tous ne sont pas toujours bien résistants au froid. Le pennisetum alopecuroides est le plus rustique des pennisetum (-25 °C). Il supporte le vent et les embruns.
Ce sont des plantes faciles, pour le soleil ou l’ombre légère, en sol frais mais bien drainé. Elles n’apprécient ni l’humidité stagnante en hiver, ni une sécheresse trop prolongée.
On les plante en massifs, en rocailles ou, comme chez moi, en bordure d’un chemin.

pennisetum alopecuroides ‘Hameln’, en septembre

Le pennisetum alopecuroides ‘Hameln’ offre, de juillet à novembre, des épillets de couleur crème à reflets bruns.
Il forme une touffe compacte de 60 cm, retombant en cascade, idéale en bordure ou en haie basse.
Je l’ai planté au bord de Park Allée en compagnie d’autres vivaces, de rosiers, d’allium sphaerocephalon.

pennisetum alopecuroides ‘Hameln’, en juillet, avec une campanule ‘Loddon Anna’ et des allium sphaerocephalon
pennisetum alopecuroides en octobre
pennisetum alopecuroides en décembre

Le pennisetum alopecuroides ‘Little Honey’ est le plus petit (20 à 30 cm) et convient donc parfaitement en jardinières. Il fleurit d’août à octobre, avec des épillets rosés sur un feuillage étroit marginé de blanc.

Note: On trouve souvent en jardinerie des pennisetum setaceum mais ceux-ci sont moins rustiques. Chez nous, on les cultive généralement en annuelle dans les massifs ou jardinières.

Hakonechloa macra ‘Albo-striata’

Voilà une graminée d’ombre ou de mi-ombre, qui préfère un terrain frais, voire humide, et riche en humus mais elle s’accommode de presque tout type de sol.
Je l’ai plantée avec d’autres vivaces comme l’éomecon et une belle heuchère. J’aime particulièrement jouer avec les associations de feuillages pour souligner les bordures de massifs.
L’hakonechloa s’étale doucement et formera dans quelques années un élégant coussin de 30 à 40 cm de hauteur, avec des feuilles vertes finement striées de blanc-crème, décoratives presque toute l’année. J’ai hâte!

hakonechloa macra ‘Albo striata’, ombre ou mi-ombre, H 40 cm, sol riche et frais,

Un apport d’engrais au printemps stimule la pousse du nouveau feuillage. A part ça, les soins se résument à rabattre la touffe en février. Pas très contraignant donc!
Il en existe aujourd’hui des variétés au feuillage doré (‘All Gold’) ou panaché de jaune (‘Aureola’), très lumineuses également.

 

Ce sont là toutes les graminées de mon jardin… pour le moment! Il n’est pas exclu que d’autres fassent leur apparition au milieu de l’un ou l’autre parterre de vivaces…
Et chez vous, quelles sont les graminées qui remportent tous les suffrages?

13 commentaires sur “Chroniques de mon jardin : les graminées de mon petit jardin

  1. Bonjour Malorie, je ne comprends pas que tu veuilles remplacer ton carex inconnu, il est mignon…Je rêve de graminées, j’en ai perdu pas mal, mais j’en ai qui sont mes chouchoutes…Comme les miscanthus sinensis (flamingo est mon best)
    Ton article vaut un catalogue !
    Bises, belle journée

    1. Un catalogue?! Comme tu y vas! Bien incomplet le catalogue alors! 😉
      Ah mais je te rassure, je l’aime bien ce carex inconnu! C’est juste qu’un carex au feuillage doré irait bien aussi dans ce massif 😉
      Quelles graminées as-tu perdu? Et pourquoi? Etait-ce des variétés moins rustiques ou le terrain était-il inadapté?
      Le miscanthus ‘Flamingo’ est en effet superbe aussi! Bonne semaine!

  2. Bonjour Malorie. Je suis contente que tu abordes le sujet des graminées. Si elles sont tendance les conseils des vendeurs ne sont pas toujours des plus clairs et j’oserais même dire « honnête ». Moi j’aime les graminées mais par petites touches. Et surtout (excepté stipa tenuissima) je déteste les envahissante. Ma préférence va aux Hackonechloa. J’en ai 3 variétés différentes. Oui elles poussent lentement mais elles sont belles toutes l’année et pas trop haute. J’en ai vue sur l’ile de Mainau en Allemagne qui montaient à plus d’1 m en tout sens. Elles étaient probablement anciennes. Mais quelles beautés ! J’ai une tendresse pour mon miscantus sinensis gracilis et mon petit carex comans bronze. J’admire ton association entre les stipa, les campanules et les scabieuses : Une photo de magasine ! Merci pour tes conseils. J’ai d’ailleurs noté quelques références. Merci

    1. Je penses comme toi que les infos trouvées sur les différents sites de pépiniéristes ne sont pas toujours très objectives! La plupart font un copié/collé des descriptions sans chercher plus loin ou alors on a des infos parfaitement contradictoires! On apprécie d’autant plus de lire des expériences personnelles et honnêtes sur les blogs-jardins! 😉
      Un hakonechloa d’un mètre ? C’est vrai que c’est énorme! Je savais que certaines variétés plus hautes atteignent avec l’âge 70 à 80 cm.
      Je vois que comme moi tu as un faible pour les miscanthus et les carex! 😉
      Merci pour ce commentaire et pour ta visite! Bonne semaine

  3. Super article avec de très jolies photos… Tu me fais penser que ce serait bien que je fasse un article sur les graminées de mon jardin. Une chose est sûre, elles sont indispensables. Elles allègent les massifs, sont belles en automne et en hiver. Je viens d’en planter une petite nouvelle dénichée aux Pays-Bas: Sporobolus heterolepsis cloud: aux épis minuscules et ravissants qui sont splendides sous le soleil… Bisous

    1. Ecris-le vite, je viendrai te lire avec intérêt! Je suis curieuse de voir cette petite nouveauté. Son nom sonne comme une formule magique de Harry Potter! 😉

  4. Bonjour Malo,
    J’ai beaucoup de ces graminées que tu cites et je suis bien d’accord avec toi, elles me sont indispensables aussi ! j’ai ramené le Miscanthus ‘Navajo’ de Beervelde justement, j’ai complètement craqué pour son beau feuillage pourpré. J’ai dû chercher ce qu’était l’Eomecon, je ne connais pas … Très joli feuillage ! Et tes photos sont un régal pour les yeux ! Bisous

  5. Je commence à en mettre au jardin et ton article est une mine d’informations avec les photos qui vont avec…ça me donne des idées d’associations, je ne sais jamais quoi mettre en devant de massif. Merci Malo.
    Bisous et belle soirée

  6. Moi aussi, je ne pourrai pas me passer des graminées… J’essaie de leur trouver une place un peu partout dans le jardin. Outre leur beauté intrinsèque, elles sont de formidables écrins pour toutes les autres plantes ! Ton jardin est magnifique, bravo !

  7. Voilà encore un super article pour la novice que je suis !
    Je commence à intégrer des graminées dans mon jardin sans pour autant savoir les associer.
    Quant aux photos c’est un régal pour mes yeux.
    Que ton jardin est beau.
    Bonne journée
    Lydie

  8. Encore un excellent article Malo. Belle présentation, belles photos et c’est une très bonne idée de faire le comparatif été/hiver. Ils sont très beaux aussi lorsqu’ils sont devenus tout dorés. J’ai acheté cette année des pennisetums (Hameln et Karley rose, sublime), sais-tu s’il faut les tailler et quand ? J’aime beaucoup le carex Prairie Fire qui pousse aussi chez moi (en ce moment il est très joli en compagnie de plusieurs pieds de carex Bronze) et tu as piqué ma curiosité avec son copain Kiwi…

    1. Bonjour,
      ‘Hameln’ est un des plus rustiques mais ‘Karley rose’ beaucoup moins… Je conseillerais de le protéger pour l’hiver!
      Oui, je rabat les touffes de pennisetum en fin d’hiver, avant l’apparition des nouvelles feuilles.
      A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *