Oiseaux du jardin: Nichée de mésanges bleues

J’écrirais bien un article sur le blog mais je ne sais plus par où commencer!
Je suis allée au jardin d’André Eve vendredi et tous les rosiers en fleurs m’ont émerveillée!
Je suis allée à Chedigny tout le week-end et le village entier m’a éblouie!
Je suis revenue à la maison cette nuit et en découvrant mon jardin ce matin, j’avoue, j’étais contemplative…
Tant de beautés en un week-end, croyez-moi, ça vous chamboule tout entier! C’était comme un rêve éveillé!

En attendant de remettre mes idées au clair, de quitter le rêve, de trier les photos… je vous présente la nichée de mésanges bleues qui a élu domicile dans le nichoir sur la cabane de jardin.Je les ai photographiés jeudi matin, avant de partir pour Chédigny. Evidemment, comme je le redoutais, les petits ont profité de mon absence pour prendre leur envol… Je m’en doutais, puisqu’ils décollent à l’âge de 19-20 jours…
J’essaierai d’être là pour voir ça l’année prochaine…

nichée de mésanges bleues, les jeunes sont nourris par le couple.
mésange bleue
bébé mésange bleue qui attend son repas

Elle adopte volontiers les nichoirs artificiels.  Prévoyez une entrée assez  étroite (27 à 28 mm) pour lui éviter d’être confrontée à des concurrents de plus grande taille comme la charbonnière qui pourrait même condamner sa nichée en venant lui piquer sa place!
Il n’est pas rare que la mésange charbonnière s’approprie le nid d’une mésange bleue, recouvrant les œufs d’une nouvelle garniture et ne couvant que ses propres œufs.  Pour éviter cela, l’idéal est d’installer plusieurs nichoirs avec des trous d’entrée de dimensions différentes (à savoir 32 mm pour la mésange charbonnière).

petite mésange bleue à l’entrée du nichoir
mésange bleue

En saison de reproduction, d’avril à juillet, la mésange bleue forme des couples territoriaux.  Elle construit son nid dans toute cavité de taille convenable, un trou dans un arbre est le cas le plus fréquent, mais elle peut occuper aussi une cavité dans une falaise, un mur, des tuyaux, des poteaux creux, des agglos en ciment, etc.
Le mâle parade pour séduire la femelle, il lui offre de la nourriture, et l’attire vers la cavité qui pourrait abriter le nid pour l’inviter à la visiter.

Le nid est fait de mousse, d’herbes sèches et autres éléments végétaux, et l’intérieur est garni de poils d’animaux.
La femelle pond 9 à 13 œufs dont l’incubation n’excède pas 15 jours. Seule la femelle couve, le mâle s’occupant du ravitaillement. Les jeunes sont nourris par le couple, surtout avec des chenilles de lépidoptères. Leur envol se produit à l’âge de 19-20 jours mais l’émancipation totale n’intervient qu’au bout de 4 semaines. Il y a régulièrement une seconde ponte en fin de printemps.
L’espèce a quelques prédateurs de ses couvées ou nichées tels que les écureuils et les pics.
Malgré sa petite taille, cette bagarreuse sait se montrer agressive envers les intrus de même taille qui lui font concurrence.

mésange bleue

Le petit est plus terne que l’adulte. On voit sur sa tête la calotte grisâtre et une teinte jaune qui envahit le blanc de la tête.
Le plumage commencera à se colorer dès la mue post-juvénile.

dans le nichoir, une nichée de mésanges bleues

Comment la reconnaître?

La mésange bleue visite souvent les mangeoires du jardin. J’aime l’admirer depuis la fenêtre de la cuisine, le matin.
Elle ressemble à la mésange charbonnière mais on la distingue facilement avec son plumage d’un splendide bleu clair sur la calotte, la queue et les ailes, qui contraste avec le ventre jaune.  Elle est plus petite (11 cm).

oiseaux du jardin, la mésange bleue: calotte bleue et ventre jaune

Les joues blanches sont cernées d’une fine ligne noire qui lui masque les yeux.
Pleine de vivacité, elle virevolte de branche en branche, ne s’attardant pas longtemps sur la mangeoire mais y faisant de nombreux passages.

oiseaux du jardin, la mésange bleue

La Mésange bleue est une espèce forestière qui aime les forêts de feuillus, tout comme ses cousines charbonnière et nonnette. Néanmoins, on la trouve aussi dans les bosquets, au bord des cours d’eau, dans les haies arborées du bocage, les parcs, vergers et jardins, etc.
Elle cherche sa nourriture en hauteur dans les arbres, descendant plus rarement au sol.

Comment accueillir cet auxiliaire au jardin?

La mésange bleue est très utile dans les jardins puisqu’elle débarrasse les plantes des insectes parasites. Elle chasse les coléoptères, chenilles, mouches, punaises, pucerons mais se délecte également d’oeufs et de larves. Pendue à une brindille au sommet d’un arbre, souvent la tête en bas, elle picore les parasites.
Elle complète son régime alimentaire avec des graines d’oléagineux, qui prennent une part plus importante durant l’hiver.

mésange bleue

Installez un nichoir avec une entrée étroite (diamètre de 27-28 mm) qui ne peut pas convenir à la mésange charbonnière plus grosse. La charbonnière tente parfois d’agrandir le passage mais il est plus judicieux pour elle de choisir un autre nichoir pour construire son nid (diamètre nécessaire 30-32 mm). L’idéal est un nichoir à balcon qui préserve mieux la nichée des éventuels prédateurs.
Il n’est pas rare que la mésange charbonnière accapare le nid d’une mésange bleue, recouvrant les œufs de cette dernière d’une nouvelle garniture et ne couvant que ses propres œufs.  Pour éviter cela, installez plusieurs nichoirs avec des trous d’entrée de tailles différentes.

une mésange bleue prépare son nid de mousse dans le nichoir à balcon

Durant l’hiver, les boules de graisse avec des graines grasses comme les graines de tournesol, de noix ou d’arachide leur apportent un complément de nourriture dont elles profitent volontiers.

Elle prélève le nectar et le pollen des saules et des peupliers en fleurs. Elle peut causer des dégâts dans les vergers en picorant les bourgeons et les fruits.

une mésange bleue savoure sa cacahuète sur une branche, à l’écart de la mangeoire
mésange bleue sur la mangeoire à silo
mésange bleue sur un petit pain de graisse  avec des graines d’arachides
mésange bleue
mésange bleue
mésange bleue
mésange bleue

 

4 commentaires sur “Oiseaux du jardin: Nichée de mésanges bleues

  1. Je n’ai aucun mal à m’imaginer ce que tes yeux ont pu voir. Déjà cette année, je trouve les jardins et bien sûr le mien (ne soyons pas modeste) d’une grande beauté tant les floraisons et les feuillages sont magnifiques.
    J’attends avec impatience les jolies photos que tu vas mettre sur ton blog car comme toujours tes articles et tes photos m’intéressent.
    Amicalement

  2. quel week end ! C’est magnifique de pouvoir observer cette nichée au jardin!
    j’ai hâte de connaître vos impressions sur Chédigny
    les roses cette année sont explosives comme elles ne l’ont jamais été , peut être un hiver un peu rude leur a fait du bien ? Coraline (création A. Eve) est énorme et croule sous les roses, idem pour Gislaine couverte de roses sur 2m,50 HT et 3m de large. Jamais vu ça

  3. Je pense que mes petites mésanges sont parties sans que je les voie.
    Je ne vois plus les parents venir les nourrir.
    Zut ! j’aurais bien voulu les observer et les photographier !
    Bonne semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *