Mes incontournables : le Géranium macrorrhizum, un tout-terrain!

Tout le monde se doit d’avoir des géranium macrorrhizum au jardin!
Pour moi, il est indispensable avant tout pour son feuillage semi-persistant qui forme un parfait couvre-sol dans les endroits les plus ingrats du jardin, mais aussi parce qu’il est extrêmement facile de culture, qu’il ne nécessite jamais aucun entretien, qu’il s’étale rapidement mais se limite facilement grâce à ses rhizomes qui rampent en surface, qu’il se divise sans le moindre effort et se partage sans compter.

le feuillage du géranium macrorrhizum

J’en mets partout!

Le géranium  macrorrhizum (géranium à grosse racine) est une vivace très rustique qui prospère partout: en tapis sous les arbres et dans les sous-bois, poussant même entre les racines, ou alors pour habiller le pied d’une haie, meubler un talus, ou encore comme bouche-trou dans les fonds de massifs ombragés ou simplement dans les bordures, à mi-ombre comme au soleil non brûlant…  Il se développe bien même à l’ombre sèche.

géranium macrorrhizum

C’est en masse que je le trouve intéressant. Il forme ainsi un tapis régulier et dense, assez bas (30 ou 40 cm), au feuillage vert frais qui ne laisse aucune chance aux « mauvaises herbes ».

Pour faciliter la tonte du gazon, il fait des miracles autour des troncs d’arbres et rempli l’espace entre les arbustes d’une haie, mais aussi autour des piquets de la balançoire, sous un toboggan ou sous un banc…
Les grosses racines traçantes, épaisses et charnues, portent plusieurs rosettes et s’étalent sur le sol pour former une belle masse de feuilles qui empêche les adventices de se développer. Il étouffe si bien les « mauvaises herbes » qu »il n’y a plus besoin de s’esquinter pour tondre u désherber ces recoins difficiles d’accès.

géranium macrorrhizum au pied de la tour du toboggan, hellébore et primula denticulata

Facile à multiplier

Il est tellement facile à diviser que je le distribue volontiers à des amis ou chez des clients.  Il suffit de prélever un morceau de ces rhizomes qui rampent à la surface du sol.
On prend une petite touffe de feuille au collet et « Tchac, » on tire dessus sans le moindre effort.
On a dans la main les quelques feuilles avec un bout de racine charnue… On repique ces boutures en place directement, où on veut, et sans faire de manières!
Ca reprend toujours! Chaque morceau de tige s’enracine du moment que le sol n’est pas sec.

Contre la palissade en fond de massif, j’en ai mis quelques bouts ce printemps…

géranium macrorrhizum

Je l’avais déjà fait l’année dernière et dès le mois de mai suivant le sol était couvert de feuillage avec quelques fleurettes…

géranium macrorrhizum en mai

Et voilà le résultat au bout d’un an…

géranium macrorrhizum

Un coin difficile d’accès en pleine saison, dont je n’ai plus à me soucier!

géranium macrorrhizum au fond, avec une pulmonaire et mes nouvelles tulipes Darwin hybride ‘Mystic Van Eyck’

Les feuilles…

Les feuilles velues sont un peu collantes ou toucher et dégagent un parfum puissant et âcre quand on les frôle.

Ils sont semi-persistants: les grandes feuilles vert clair et légèrement velues, fortement aromatiques, prennent parfois de belles couleurs automnales avant de disparaître pour l’hiver tandis que les plus petites feuilles, proches du cœur, sont persistantes.

Il paraît que le géranium macrorrhizum est capable de rivaliser avec le lierre en sous-bois.

géranium macrorrhizum en novembre

Voici donc ce qu’il reste du géranium macrorrhizum début mars, au pied d’un rosier grimpant. Un peu moins fringant il est vrai, mais quand même présent! Il y loge toute la mauvaise saison quelques jolies coccinelles…

géranium macrorrhizum début mars
géranium macrorrhizum début mars

Et voici le même géranium qui habille le pied du rosier ‘Kathleen’ en ce début avril…

géranium macrorrhizum, narcisses tHalia, muscaris, tulipes doubles ‘Charming Lady’

Les fleurs

Il offre de petites fleurs mellifères aux alentours de mai/juin.  Les fleurs de 2 cm, regroupées en cymes, émergent bien au-dessus du feuillage.
Si la floraison n’est pas vilaine, elle n’est  pas remarquable non plus. Ce n’est pas l’atout premier de ces géraniums si ce n’est pour les butineurs et ça, ça compte!

géranium macrorrhizum

Les petites corolles à 5 pétales ont des étamines proéminentes. Souvent les fleurs sont rose, plus où moins intense selon les variétés, mais il en existe à fleurs blanches.  Celui à fleurs blanches est cependant bien moins vigoureux.

géranium macrorrhizum, floraison
géranium macrorrhizum à fleurs rose soutenu ou rose très pâle à blanc
au bord de ma terrasse ronde, le géranium macrorrhizum  à fleurs blanches de ma copine Caroline, et stachys

géranium macrorrhizum

géranium macrorrhizum
Géranium maccrorrhizum en mai
géranium macrorrhizum ‘Spessart’

Heureux mariages

En sous-bois ou à l’ombre, elle accompagne des hellébores, des bergénias, des épimédiums, des heuchères, des petites pervenches.
A mi-ombre ou au soleil, elle bordera un massif en compagnie de bruyères, d’un carex, de teucrium, d’un népéta, de primevères ou de stachys.

géranium macrorrhizum ‘Spessart’, fleurs blanches avec des reflets rose pâle.

Où vous voulez, quand vous voulez!

Il va partout! Je vous l’ai dit! Même dans les situations difficiles!
Il pousse très bien à l’ombre mais y fleurit moins.
Il supporte une exposition complètement ensoleillée, même si il apprécie davantage la mi-ombre.

Le géranium à grosse racine préfère un sol souple, riche et frais, même s’il est calcaire et sec en été.
Peu exigeant, il tolère bien la sécheresse, s’adapte quel que soit le pH du sol, en sol lourd ou léger, riche ou pauvre, même caillouteux,…

Plantez-le quand vous voulez!  Si c’est par temps sec, arrosez régulièrement quelques semaines pour faciliter l’enracinement.

géranium macrorrhizum ‘Spessart’, se naturalise rapidement sur des talus.

11 commentaires sur “Mes incontournables : le Géranium macrorrhizum, un tout-terrain!

  1. Bonjour Malo .Merci Malo c’est tout bon votre article et des détails sur ce géranium ici au jardin et je vais faire « Tchac  » pour le mettre à d’autres endroits au jardin .
    Belle soirée Malo

  2. j’en suis pas très fan! je trouve qu’il faut le réserver aux coins ingrats du jardin; j’en ai donné à une amie qui en peuple sa bordure de sous bois où rien ne pousse! même pas les pervenches! elle est ravie!
    Moi qui suis une fana de géraniums, je préfère d’autres avec de si belles fleurs!

  3. C’est vraiment la championne du Tout terrain. Il en existe aussi des variétés basses. Geranium cantabrigiense biokovo et G Cantabrigiense Cambridge . Pas plus de 30 cm de haut. Exactement les même qualités. Et puis j’adore leur odeur.
    Merci encore pour ces articles toujours très intéressants.

  4. J’en avais planté juste un petit godet et maintenant, il forme un joli tapis au pied d’un rosier Pierre de Ronsard. Je n’aurai pas pensé à le planter dans des espaces difficiles d’accès. Une idée à retenir. Merci pour ce bel article, car c’est toujours un plaisir de te lire.
    Bisous Malo.

  5. Je suis en train d’en déménager un bon mètre carré ; c’est incroyable comment la terre est nourrie en dessous, des vers énormes et tant mieux pour les plantes qui vont y être installées par la suite ! Je ne connaissais pas la variété à fleurs blanches, merci Malo ! Bises

  6. Bonjour Malo,
    J’en ai à plusieurs endroits de mon jardin mais plutôt à l’ombre et à mi-ombre. Je vais tenter au soleil ,je vais aussi essayer de lui faire concurrencer l’envahissement des pervenches, je vais le tester dans plein d’endroits grâce à toi et à tes super articles. Merci beaucoup

  7. J’en ai également planté à plusieurs endroits ingrats du jardin. Les talus par exemple 🙂 et il prend rapidement ses aises. J’ai constaté comme toi que le blanc était nettement moins vigoureux. Par contre, son odeur me rebute un peu. Ce n’est vraiment pas celle que je préfère. Loin de là. Belle journée.

  8. Je possède cette plante depuis des lustres. Je vais suivre tes conseils d en mettre dans les coins ingrats. Comme j avais constaté que rien ne poussait en dessus j ai voulu couvrir un talus et constaté qu’ elle ne rivalise pas avec ce vilain «arum» qui lui s étend, grrrr.
    Lydie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *