La pyrale attaque

La pyrale du buis est arrivée dans mon jardin.  Il fallait bien que ça arrive un jour où l’autre puisque ce fléau progressait de plus en plus et je le voyais s’approcher inéluctablement de chez moi…

un buis attaqué par la pyrale

Ah la pyrale! On en parle depuis bien longtemps déjà sur les réseaux sociaux puisque cette chenille a attaqué la France bien avant d’atteindre la Belgique et nombre de mes amis français sont aujourd’hui plutôt fatalistes. Après avoir soigné leurs buis de leur mieux, pendant des mois, après s’être obstinés même des années pour certains, beaucoup ont finalement tout arraché.
Il est en effet très difficile de s’en débarrasser une fois le buis infesté…
Je n’ai pas envie d’entamer des traitements à répétition pendant des mois, année après année, d’autant plus que l’espèce produit 3, voire 4 générations par an!

Plutôt que de me préoccuper de ces sales bestioles, je préfère relativiser et saisir l’occasion de choisir de nouveaux arbustes à planter!
C’est mon choix.

la chenille de la pyrale du buis (Cydalima perspectalis), verte avec la tête noire, deviendra un papillon blanc irisé et brun.

Cette chenille vorace qui s’attaque exclusivement au buis a été importée accidentellement d’Asie. C’est une espèce invasive qui n’a pratiquement aucun prédateur naturel en Europe (parfois le frelon asiatique (lui aussi importé d’Asie), le moineau domestique et la mésange bleue en période de nourrissage des jeunes oisillons…).
Sa prolifération est rapide puisqu’il y a 3 (voire 4) générations par an: d’abord au printemps puis à nouveau en juin ou en juillet, puis une troisième en septembre! Les prédateurs naturels sont rares, les moyens de lutte restreints…
Les chenilles peuvent provoquer des dégâts très importants. Je suis étonnée de constater à quelle vitesse les buis sont défoliés.
Elles tissent des toiles dans le buisson et laissent sur le sol de nombreuses déjections vert foncé.

les dégâts de la pyrale du buis  (Cydalima perspectalis)

Lutte mécanique: prélever les chenilles et les oeufs à la main

Tant qu’elles étaient peu nombreuses, j’ai prélevé à la main et noyé dans un pot d’eau chaude les chenilles et les oeufs que je trouvais dans mes deux plus grosses boules de buis, devant la maison, mais je sais que cela ne suffira pas et qu’il faudrait recommencer souvent pour en venir à bout.
Cette lutte mécanique est fastidieuse et cela demande une vigilance de tout les instants. Les œufs se comptent par milliers!
Il paraît qu’un jet d’eau puissant permet de se débarrasser des chenilles et déloger les oeufs…  Action à refaire souvent entre mars et septembre.
Je sais d’avance que je ne poursuivrai pas ce combat minutieux pendant des semaines, encore moins recommencer chaque année!
J’aurais l’impression d’une lutte sans fin…
J’arracherai mes quelques buis sans état d’âme pour les brûler ou les noyer
Barbecue ce soir? 😉

chenille de la pyrale du buis, on peut les prélever à la main, puis les noyer ou les écraser, elles ne sont pas urticantes.

Mais quand les buis forment la structure du jardin, ils prennent une toute autre importance et on a envie de les sauver…
Quel désastre pour les majestueuses dentelles de buis, les somptueuses bordures et les topiaires des parcs et jardins à la française, ou à Marqueyssac en Dordogne et bien d’autres encore!
Dans un jardin de particulier, on peut plus facilement maîtriser: lutte mécanique, Bacille de Thuringe (insecticide bio), piégeage… Il faut intervenir au moins trois fois dans la saison et choisir le bon moment!

Traitements plus ou moins chimiques

Le Bacillus thuringiensis (BT) serait efficace (lutte microbiologique) et inoffensif pour les autres insectes.
Moi je m’interroge malgré tout. Un produit qui tue peut-il vraiment être totalement « inoffensif » ?…
Même les traitements « naturels » peuvent avoir une incidence car aucun n’est réellement sélectif. Dans le doute, je m’abstiens de pulvériser…
Mais c’est une des solutions que je préconiserais à ceux qui veulent à tout prix soigner leurs buis car le BT reste actuellement le plus efficace et le moins nocif pour l’environnement (traitement à renouveler plusieurs fois dans l’année).

Un insecticide chimique ne sera pas plus efficace que le BT et son impact sur l’environnement sera catastrophique.
Outre la perte de temps, d’argent et d’énergie, ces produits  nuiraient aux mésanges, aux moineaux domestiques, aux autres chenilles et papillons, ainsi qu’aux insectes
Il semble que des nichées d’oiseaux ont été retrouvées mortes au cours de ces derniers mois, peut-être victimes des traitements chimiques contre la pyrale puisque les parents viennent chercher des chenilles « empoisonnées » pour nourrir les jeunes oisillons…  Le lien avec les traitements contre la pyrale est une hypothèse tout à fait plausible, mais ni prouvée, ni démentie scientifiquement…   Je n’ai aucune envie de prendre le risque!

chenilles de pyrale du buis

Le piégeage des papillons

Des solutions actuellement testées semblent produire des résultats encourageants (attirer les papillons de nuit avec une lampe halogène, un piège à phéromones ou une bassine d’eau de vaisselle éclairée). Mais il faut prendre soin de répéter l’opération chaque soir en période de reproduction, pour ne pas laisser le temps aux papillons de s’accoupler et de pondre, et prolonger le piégeage jusque septembre pour espérer, peut-être!, épuiser la réserve de larves…
Il faut s’armer de patience et de persévérance.

Ne pas traiter ne veut pas dire « Laisser faire »!

Je ne veux donc pas traiter, c’est mon choix. Je n’ai pas envie de perdre du temps et de l’argent pour quelques modestes buis.
Mais si je ne détruit pas les chenilles et leurs oeufs, cela favorisera la propagation de ce fléau!

Ramasser les chenilles à la main ou doucher régulièrement les buis avec un puissant jet d’eau ou supprimer les parties atteintes (les brûler ou les immerger) ou arracher l’arbuste…  Quoique vous décidiez de faire, faites-le bien!
Dans tous les cas, les branches infestées ne doivent surtout pas être compostées à l’air libre sans avoir été finement broyés!  Le mieux est d’enterrer le broyat obtenu pour éviter que les chenilles ne deviennent papillon!

Finalement, pour ne pas brûler les branches en période de sécheresse, j’ai décidé de couper les parties atteintes et de les plonger quelques jours dans une grande bassine d’eau pour noyer oeufs et chenilles…

immerger les branches de buis attaqué par la pyrale afin de noyer les chenilles et les oeufs…

Une fois les chenilles éliminées, je sais que les buis défoliés peuvent repartir, refaire un nouveau feuillage, je l’ai déjà observé…
Mais il y a de fortes chances que l’attaque se reproduise d’année en année… Il faudra surveiller afin d’enrayer la propagation de la pyrale.

Par ailleurs, la question se pose de savoir si ces chenilles de pyrale pourraient s’en prendre ensuite à d’autres végétaux que les buis? Fusains, houx… ?

Quoiqu’il en soit, ce soir, nous on se prépare un barbecue au jardin…  Et je connais des chenilles qui vont aller prendre un bon bain prolongé!
Et vous, qu’en pensez-vous? Quels sont vos moyens de lutte? Avec quels résultats?
N’hésitez pas à partager votre expérience ici.

chenille de la pyrale du buis

61 commentaires sur “La pyrale attaque

  1. Je n’ai pas une collection de buis centenaires mais juste deux pots devant la maison. J’ai eu des attaques fréquentes de pyrales durant 2 ans et cette année (et c’est le cas dans plusieurs jardins autour de chez moi), la pyrale s’est fait discrète voir absente. Ces ennemis ont peut être pris le dessus ? Il faudra que tu patientes deux – trois avant avant que ça se régule tout seul. Je le souhaite. Bonne fin de journée

    1. bonjour,
      je suis assez d accord de combattre le fléau.
      Mes buis sont la structure de mon jardin.
      Jusqu à maintenant je ne suis pas encore convaincu par
      les illex et autres solutions alternatives.
      Je limite les pulvérisations pour l instant à deux fois par an mais pour cela il faut être observateur. Détecter le papillon typique par ses couleurs, ou au plus tard la chenille et agir rapidement et au bon moment. Peut être qu en combattant la pyrale on arrivera à la limiter. j ai un peu d espoir car il semble qu avec mes deux pulvérisations par an cela fonctionne.
      Par contre si quelqu un est satisfait par son Lonicera ou son index, je suis preneur du nom de l espèce.
      Bien à vous.
      Philippe

  2. Oh quelle tristesse cette pyrale et je vois sur des nombreux jardins les dégâts et j’imagine dans les parcs des châteaux le travail immense pour sauver ……et j’ai du mal à y croire qu’elle ne continue pas ce désastre .Ici j’ai une quinzaine de buis pour l’instant rien à l’horizon dans mon coin du Nord à la frontière de la Belgique (Comines ) et tout comme vous Malo si elle arrive ici c’est en état d’âme que je fais un barbecue ……Trop de soucis tout les jours pour voir les dégâts et de l’argent qui dans le fond permettrais de faire des nouveaux achats pour remplacer les pauvres buis. Affaire à suivre chez vous et d’autres amies jardinières
    Je vous souhaite un beau mois d’août Malo

    1. Bonjour Emmanuelle,
      Moi aussi je pense aux jardins de châteaux, avec les dentelles de buis et les grandes haies plus que centenaires… C’est terrible de voir ces buis abîmés et on comprend dans ce cas l’acharnement des propriétaires qui veulent les sauver! Quel travail!
      Joli mois d’août! Bises

  3. Je constate en effet que la pyrale est un véritable fléau. Personnellement, je n’ai pas de buis dans le jardin car c’est un arbuste que je n’aime pas trop. Peut-être est-ce parce que ils sont toujours taillés et que je préfère des buissons un peu « sauvages »… A chacun ses idées et ses goûts.
    Bon barbecue car c’est une très bonne idée pour essayer d’éradiquer nuisible.
    A bientôt.

  4. J’ai traité hier soir… je l’avoue! Je n’ai que deux boules de buis et j’ai traité au coeur, en écrasant le plus possible de chenilles avec mes… gants! J’ai vu des buis centenaires complètement défeuillés en Bourgogne et des milliers de papillons qui voletaient en plein jour : comme une armée de criquets. Je veux sauver mes deux buis – et c’est le seul traitement que je m’autorise, une fois par année. Pas fière, mais pas d’autre solution!

    1. J ai eu cette sale bestiole dans mes buis, après plusieurs traitements et de faux espoirs , il a fallu se rendre à l évidence.Mon mari a commencé à arracher les buis , avec un gros pincement au coeur , m a dit Stop ! Je coupe , mais narrache pas…..et surprise , il reparte , bien vert, …pour combien de tps? ….A voir

      1. Nous avons traité une haie de 30m
        Pour le moment ça va
        Nous avons fabriqué un piège avec une hotte de cuisine (vidéo sur YouTube)
        Ça fonctionne du feu de dieu !!!
        Bonne chasse

    2. Bonjour Gine,
      Quel traitement as-tu choisi? Le BT ou un traitement chimique?
      Un seul traitement par an malgré les 3 générations annuelles, à quel moment entres-tu en action?
      Merci de nous faire partager ton expérience!
      Bises

  5. Elle est arrivée chez moi aussi. Quelle horreur. Ce qui me stupéfie le plus, c’est effectivement la vitesse à laquelle elles dévorent mes pauvres buis. En plus, je ne sais pas si tu as remarqué que les buis ainsi dévoré dégagent une odeur bien désagréable. Après une courte réflexion; j’ai aussi décidé de ne pas traiter. Pas envie de devoir recommencer ce traitement chaque année voire plusieurs fois par an. Je me pose aussi des questions sur l’innocuité complète de ce bacille. Il parait logique qu’il s’attaque aussi aux autres chenilles de papillons. Donc, moi aussi, je vais remplacer mes buis par d’autres plantes… Belle soirée.

    1. Les branches de buis ont une odeur répulsive pour les animaux et c’est tant mieux vu qu’il est toxique notamment pour les bovins. Mais je n’ai pas vraiment noté l’odeur quand les buis étaient encore en place. Par contre, j’ai taillé les branches atteintes et tout mis en morceaux dans une grande cuve d’eau de pluie. Et là, ça pue!

  6. Suite à ta découverte sur mes buis lors de ton passage , j’ai examiné les autres et hélaaas -!!!! .
    Ce sont les branches basses de mes vieux buis qui ont le plus de chenilles , je ne comprends pas que les poules ne mangent pas ces chenilles qui sont pourtant à leur portée …..as tu une explication ?
    Bon barbecue

  7. Cette pyrale est arrivée dans mon jardin il y a 3 ans : je n’avais que 4 buis sauvages au fond du jardin autour de ma gloriette mais ce sont les papillons qui m’ont interpelés quand je les vus voler partout dans le jardin tant la nuit que le jour.
    J’ai fait ce que j’avais dit : les buis au feu et les papillons sont partis voir ailleurs…………
    C’est bien installé en France depuis plusieurs années mais il y a surtout des forêts de buis sauvages qui ont été complètement défoliées.

    1. Il y a 2 ans, lors de nos vacances en Ardèche, nous avions été horrifiés de voir les bosquets de buis sauvages, en forêt, tous défoliés et squelettiques! Comment peut-on soigner les buis à si grande échelle?

  8. Sales bêtes !
    Je n’avais que deux buis et je n’ai pas hésité : je les ai éliminés de suite ! Il ne manque pas d’autres végétaux qui peuvent les remplacer.
    Ceux qui ont des topiaires, c’est évidemment différent !
    PS J’attends toujours la pluie ! A nouveau 15 jours sans une goutte !

    1. Le bacille est actif sur 2types de chenilles celles dites processionnaires du pin allergisantes et dangereuse et la pyrale. Pourquoi se priver d’un traitement efficace qui si il est fait au bon moment permettra d’éliminer suffisamment de chenilles pour ne traiter qu’une fois. Nous avons beaucoup de mésanges ce qui nous a bien aidé (1,5km de haies de buis taillées) mais des chats sont apparus et la population a diminué et cette année nous avons eu beaucoup plus de papillon dans nos pièges à phéromone. J’ai vu que les canards les mangeaient… Peut être devrions nous investir dans des canetons… Mais arracher des buis centenaires ? Non …

      1. Je comprends l’envie de vouloir sauver des buis centenaires, surtout sur une haie de cette longueur! Cela se justifie nettement plus que chez moi qui n’ai que quelques petits buis…
        Mais comment être absolument certain que les oiseaux qui mangent des chenilles ayant ingéré le BT ne risquent rien? Comment savoir si la population de mésange n’a pas diminué à cause de cela et pas seulement à cause des chats?
        Ah des canards, voilà une super solution! 😉

    2. Bonjour, je me présente à vous, je m’appelle Mickael et je suis vendeur spécialisé en pépinières avec optention du certyphito en produit naturel et dite de biocontrole. Pour l’instant la pyrale est en phase de stagnation sur son reigne, l’apogée de ce ravageur est terminée selon plusieurs etudes de l’INRA, il esxiste qu’un seul produit efficace et naturel pour lutter contre la pyrale, cest le bacillus de thurenge.
      Cependant nous avons une alternative a ce phénomènes qui prends plus de temps mais qui en reste néanmoins très efficaces. Les pheromones, ces pieges sont a placé dès mars, pour etre sur de piégé la première vague d’attaque. Vous trouverez le kit dans vos jardineries 1 recharge durent 3 mois d’action pour environs 180m2 de protection.
      Les abris pour hérissons, nichoirs aideront tous ce petit monde a vous aider a lutter contre la chenille de la pyrale. A savoir que même les guêpes tuent cette chenille, cest un fin gourmet pour elles.

      L’alternative au buis, cest du buis… Mais pas n’importe lequels, le buxus sempervirens faulkner qui ressembles au buis mais qui est beaucoup moins tendre pour la chenille qui s’en désintéresse grandement.

      Faut savoir que la chenille de la pyrale est monophage et donc, elle ne mange que le buis classique (buxus sempervirens) et aucune autres plantes. Ceci est vérifié et attesté par l’INRA- cependant il reste vigilant a des mutations possibles dans l’avenir mais rien n’est fait depuis les premieres attaques en France. Le probleme etant serieux et un risque sanitaire tres important pour la France du de sont impact qui nuit au savoir faire paysager francais.

      Merci d’avoir été attentif a ma. Lecture

      1. Merci pour ce commentaire intéressant!
        Que se passe-t-il si les oisillons mangent des chenilles qui ont ingéré le BT ? Avez-vous des infos sûres et fiables à ce sujet ?
        Par ailleurs, une lectrice a écrit ci-dessous que la pyrale, chez elle, a fait de gros dégâts sur un albizzia, des oliviers et des troênes?… Mutations déjà?
        Merci de partager votre expérience!

  9. Je vais surement choquer, mais moi je traite chimiquement; plusieurs fois l’an passé, et cette année je viens de le faire car je n’avais pas eu d’attaque jusque là! les buis avaient bien repoussé, j’ étais très contente.
    j’ai vu en Creuse des versants entiers marron foncé de buis morts, c’est horrible.
    J’ai l’intention de garder mes 4 buis, et je fais ce qu’il faut pour.
    D’autre part, je me demande quelle est la bonne solution, est ce que le prédateur se tournera vers une autre proie une fois son garde manger vide? est ce bien de supprimer une espèce végétale? à réfléchir……

    1. Oui il semble qu’une fois les buis dévorés, le chenille mange autre chose. Par contre par pitié utilisez le bacille et pas un insecticide…cela tue tout tout autour et n’aide pas à la lutte contre la pyrale car les petits oiseaux y passent aussi…

    2. Je comprends parfaitement cette envie de sauver tes buis.
      Pourquoi traites-tu chimiquement? As-tu auparavant essayé le BT avec un résultat insatisfaisant?
      J’ai passé 5 minutes dans un jardin cette semaine, à quelques pas d’une dame qui était en train de pulvériser ses buis. Elle s’inquiétait que son chien ne s’approche pas trop pendant notre conversation mais elle ne portait pas de masque, moi non plus… J’ai eu mal à la tête et des nausées pendant plus de 2 heures ensuite. Je ne veux pas savoir ce qu’elle a respiré pendant des heures…

  10. Pyrale, quatrième année. Beaucoup moins nombreuses cette année mais il faut que je recommence à faire le tour de mes buis, encore une fois. J’en ai une dizaine. La première année j’ai traité au BT mais il a plu assez rapidement et je n’ai pas voulu traiter encore et encore. D’autant que d’autres chenilles pourraient être affectées. Je n’ai qu’une dizaine de buis pas très grands, et je suis presque tout le temps chez moi. Malgré le mal au dos et l’agacement que ça me procure, je fais le tour de mes buis, deux ou trois, chaque jour et je trucide ce que je trouve. Je veux garder mes buis si c’est possible, je serai par ailleurs étonnée que les chenilles ne se nourrissent pas autrement si on éradique les buis. On n’a pas le droit de bruler et si j’arrache mes buis, je ne sais pas quoi en faire. Mais pourquoi arracherai-je des plantes qui vont bien ? Même si elles ont un ravageur. Cette pyrale vient d’Asie nous dit-t’on, que font-ils chez eux ? A quoi s’attaque-t’elle ? Ce serait intéressant de le savoir. Bonne semaine. Bises

    1. C’est un travail de longue haleine, qui demande du temps et de la patience! 4 années, j’admire ta persévérance!
      Plutôt que de brûler, on peut immerger les branches coupées dans une bassine d’eau de pluie afin de noyer les bêbêtes… C’est finalement ce que j’ai fait hier.
      En Asie, il semble qu’une régulation naturelle s’est mise en place. La pyrale n’y est pas aussi invasive que dans les régions d’importation récente. En Europe, les prédateurs sont rares: le frelon asiatique, venu d’Asie lui aussi, une petite guêpe et parfois les moineaux et mésanges qui nourrissent leurs petits…

  11. Retour d’expérience Pyrales vs Buis
    Pour ma part, j’ai dans mon jardin une haie de vieux buis atteignant près de 5 m. Cela me faisait trop mal au coeur de les laisser se faire dévorer sans rien faire. La première année, j’ai multiplié les stratégies de lutte : un peu de BT, mais pas trop car je pense qu’effectivement ce n’est pas terrible pour les autres insectes ou pour les oiseaux, pièges à phéromones et trichogrammes. L’année dernière je n’ai mis que des trichogrammes et les pièges à phéromones, l’attaque était un peu moins virulente. Cette année, nous ne voyons presque plus de pyrales. Quasiment tous les buis de la région (Jura) sont morts, les pyrales n’ont plus rien à ce mettre sous la dent, elles sont donc parties voir plus loin. Résultat : J’ai un buis qui est mort, 4 qui peinent un peu à se remettre, mais la majorité sont en forme. Dans les forêts avoisinantes on voit certains buis commencer à repartir à même le tronc.
    Ma conclusion : il est peut être dommage de tout arracher et de tout bruler dès la première année ?

    1. J’ai observé il y a 2 ans, lors de nos vacances en Ardèche, que tous les buis en forêts étaient défoliés! C’était terrible de voir ça! Les chemins de randonnées étaient envahis de chenilles pendues à leur fil.
      Apparemment, mêmes dégâts dans le Jura, mais je suis contente de lire que certains buis repartent du tronc!
      Quelle bonne nouvelle que vous ayez pu sauver cette haie de buis chez vous! Vous avez choisi les méthodes les plus respectueuses de l’environnement et cela a marché!
      Quant aux trichogrammes, c’est efficace mais je ne peux m’empêcher de faire la relation avec les coccinelles asiatiques qui devaient nous aider à lutter de manière biologique contre les pucerons et qui maintenant s’avèrent invasives et nuisent à nos coccinelles…
      Merci de ce partage d’expérience très intéressant en tout cas!

  12. Où habitez vous? Êtes vous proches du Poitou. Après un très grave attaque l’an passé cette Anne après 3 traitements je me suis débarrassée de la pyrale mais je maintiens la vigilance et je vais faire un dernier traitement au BT d’ici 2 semaines.

  13. Oui effectivement la pyrale est de retour, plus tard que les années précédentes mais bien là à ravager tous mes buis ! Cela fait une dizaine d’années que je traite mes buis (12, en pots et en pleine terre) et aucune perte. J’utilise la poudre de la marque SOLABIOL chez Botanic (bacillus thuringiensis), que je mélange à de l’eau dans un pulvérisateur, bien mettre le produit à l’intérieur des buis également. Deux à trois fois par an. Il n’y a pas d’autres chenilles qui viennent se loger dans les buis ni d’autres insectes, je vérifie toujours avant de mettre le produit, je pulvérise quand il n’y a pas de vent.
    Je tiens trop à mes plantes pour ne pas les traiter.
    Courage ça marche !
    Beau lundi
    Isa K

    1. 10 ans de traitements, 2 à 3 fois par an!? Quelle persévérance!
      Je n’ose imaginer le temps que tu y consacre et le coût que cela représente à la longue.
      J’ai lu qu’il fallait traiter le soir sinon les insectes peuvent prendre le BT pour de la rosée et venir y boire. Je me demande aussi ce qu’il en est pour les oisillons qui mangent les chenilles qui ont ingéré le BT? As-tu des infos à ce sujet?

  14. Hélas, je n’ai pas de buis mais des pyrales du buis papillons en grand nombre sont venues voleter sur et dans mon arbre à pompons un albizzia en faisant de gros dégâts….les chenilles se sont nourries de feuilles d’oliviers et de troênes ..juste à côté !!!!
    Conclusion : attaques en dehors des buis.
    Mieux vaut le savoir avant de replanter autre chose !

    1. Pourtant, ci-dessus, Mickaël nous indique dans son commentaire que la chenille de la pyrale ne mange aucune autre plante que le buis classique. Ceci est vérifié et attesté par l’INRA- cependant il reste vigilant a des mutations possibles dans l’avenir…

      1. Bonjour,
        chez moi, elles ont dévoré mes choux kale et ma roquette, en plus de mes buis, d’ailleurs je pense que c’est les choux qui les attirent…
        J’avais traité manuellement en avril mes trois buis atteints, surprise en juillet, ils étaient magnifiques, du jour au lendemain en août mes 10 buis sont ravagés, je n’ai plus lus de courage

        1. Je comprends ce découragement et je compatis. Moi aussi j’aurais le sentiment d’une lutte sans fin… Essayez peut-être de doucher les buis avec un jet d’eau puissant pour déloger les oeufs, les nymphes et les chenilles?… Bon courage!
          Etes-vous sûre que c’est bien la pyrale qui s’attaque aux choux et pas les piérides dont le papillon est blanc aussi?
          https://lesjardinsdemalorie.be/papillon-pieride/

          1. Ce sont bien les mêmes chenilles, visibles et présentes sur la roquette et les choux, une fois qu’il ne reste rien, elle partent ….

  15. J’ai perdu il y a deux ans plusieurs grosses boules de buis qui avaient entre et ans d’existence sans compter les longues bordures et cela malgré des pulvérisations mais pas assez fréquentes
    En Suisse il est testé depuis ans un traitement homéopathique, je viens de le faire chez, moi, mais c’est le temps qui prouvera si il est efficace contre cette satanée Pyrale
    Voici le traitement ::
    Granules homéopathiques : PSORINUM 30CH
    Diluer une granule dans i litre d’eau, attendre dilution complète, +/_ 30 min
    Arroser les buis au pied, il semblerait que le traitement monte dans la plante et le feuillage au grand mécontentement de la Pyrale qui n’apprécie pas du tout

    Bon courage,
    Francine

  16. Eh oui cette semaine en 3 jours de temps la pyrale a rattaqué .Il faut dire que l’image du buis dévasté est vraiment désolante .Pas question de traiter ,trop long,trop couteux et de surcroit j’ai un apiculteur qui a placé des ruches ds mon jardin .Mais les supprimer c’est pas facile d’autant que la plupart viennent de boutures que j’ai fait patiemment .Peut être qu’après le ravageur nous verrons arriver le prédateur ……Allez je crois que je vais encore patienter avant de les mettre au feu ,n’est ce pas la vertu du jardinier après tout ?
    Belle semaine

    1. Effectivement, avec les ruches toutes proches, il faut être vigilent!
      Essayez un jet d’eau puissant, genre Karcher, pour déloger chenilles, oeufs et nymphes…
      Et recommencez chaque semaine tant qu’il y en a. Surveillez aussi au printemps prochain pour réagir dès l’apparition des premières chenilles… Bonne chance!

  17. Et oui, les buis sont des plants vivants. Comme nous humains nous devons nous occuper de notre santé. La nature nous remerciera.
    Un peu de surveillance par les pièges de pheromones et du BTK sans additif et non toxique(marque citée plus hautl très chère) au bon moment puis cicatriser les blessures et permettre au buis de développer ses défenses naturelles avec un produit biologique et écologique zéro toxicité en vente sur xtravert.fr, alors vous serez heureux des résultats comme beaucoup de châteaux très satisfaits.

    1. Ne m’en veuillez pas mais je reste un peu sceptique. Le BT est sans aucun doute un des moins nocif que des traitements chimiques et je pourrais le recommander à ceux qui veulent à tout prix sauver leurs buis mais de là à dire qu’il est non toxique alors qu’il tue les chenilles qui l’ingèrent…
      Et si les oiseaux mangent ces chenilles, qu’en est-il?
      Merci pour le lien où se procurer le produit bio dont vous parlez! Il sera certainement utile à de nombreuses personnes. Livrent-ils en Belgique?

      1. Malo c’est les bactéries qui tuent les chenilles. Bacteries qui agissent sur 2 sortes de chenilles un peu comme la grippe porcine n’agira pas sur un lapin… Donc c’est bien inoffensif. De plus je pense que vous n’avez pas vu la tête des chenilles ayant ingéré le Btk… Elles sont toutes noires et mortes et pas une mésange n’ira les manger… Donc oui je passe le BTK et les pièges à phéromones ne captent pas du tout tous les papillons males ce serait trop beau. Il permettent de savoir où on en est de l’infestation pour être vigilant et surveiller l’arrivée des chenilles agin de traiter au bon moment…

  18. Tournai, près de la frontière française; la pyrale est présente aussi ici!
    Deux années de lutte , par pulvérisation,(elles reviennent) par traitement aux bacilles (elles reviennent) . Vous avez, en France un prédateur créé en laboratoire, une minuscule guêpes qui pond dans les œufs; j’ai tenté de la commander, mais pas d’envoi au-delà de la frontière. Ça fonctionne,?? mystère, je ne vois pas beaucoup de retour sur les réseaux. C’est assez coûteux, mais l’avantage est qu’elle se reproduit (via ses pontes dans les œufs) et quand il n’y a plus d’oeuf De pyrale elle s’éteint. C’est vendu sous le nom de « trichogramme » dans les jardineries en ligne
    Que faire? Une haie basse, deux boules et une colonne;ça, je n’y tiens pas des masses. Mon désarrois se porte sur un centenaire, présent à l’achat de la maison, taillé à hauteur d’environ 5/6 mètres … pas de traitement cette année, je m’y refuse les oiseaux sont mes amis. Ramassage mécanique ce printemps et résultats prometteurs les buis étaient magnifiques. Deuxièmes attaque, début juillet. Virulente, impossible d’en venir à bout mécaniquement. Pour sauver le centenaire, je voudrais faire un essais; traiter avec le bacille, puis envelopper le sujet d’un filet anti-insecte. Les oiseaux ne viendront plus, et si par hasard une chenille a résisté elle se retrouve emprisonnée …
    Qu’en pensez-vous?

    1. Ci-dessus, Anne nous écrit qu’elle a testé les trichogrammes avec succès semble-t-il.
      Mais je ne peux m’empêcher de faire la relation avec les coccinelles asiatiques qui devaient nous aider à lutter contre les pucerons et qui maintenant s’avèrent invasives. Comment savoir?…
      Sur votre buis de 5 m de haut, la lutte mécanique est impossible! Envelopper l’arbuste d’un filet me semble une excellente solution sur un tel sujet! J’avoue y avoir pensé également!
      Et peut-être doucher l’arbuste au Karcher pour déloger les parasites…
      Bonne chance!

  19. J’ai des haies de buis qui ont une vingtaine d’années et c’est la 2eme année que la pyrale attaque,alors je traite car je suis triste de voir mes buis mangés?

    1. Je comprends parfaitement votre souhait de sauver ces buis.
      Quel traitement avez-vous choisi? Bacille de Thuringe? Piégeage? Avec quels résultats?
      Pourquoi ne pas essayer de les doucher avec un puissant jet d’eau? Il paraît que c’est efficace…
      En tout cas, je ne peux que vous conseiller d’éviter les traitements chimiques très nocifs pour l’environnement, les abeilles, les oiseaux, les petits mammifères…
      Bon courage!

  20. bonjour Malorie
    j’aime beaucoup votre blog et le suis silencieusement …
    La pyrale est arrivée chez moi l année dernière ,je vis dans le nord de la France entre Lille et Tournai .Je n’avais qu’un buis planté par les précédents propriétaires que je laissais pousser librement sans taille .Je ne me voyais pas m’astreindre à de nombreux traitements ,aussi il a été arraché illico .
    Je l’ai remplacé par un sarcococca confusa planté dans un gros pot pour l’instant . C’est une zone ombragée et il est très beau .
    Je compatis avec tous ceux qui affectionnent les buis taillés et veulent les sauver .

    1. Je suis presque jalouse, mon sarcococca ne semble pas vouloir pousser (une bouture prise chez André Eve)… C’est un superbe arbuste et ce parfum en hiver, hummmm…

      1. je l’ai acheté dan une jardinerie belge il y a quelque années ,au fils du temps j’ai remarqué qu’il lui fallait de l’ombre pour être beau .
        Au départ je l’avait placé sur ma terrasse près de l ‘entrée pour le parfum en hiver mais il n’était pas très beau ,ma terrasse étant trop ensoleillée …

  21. Merci à Caillet Gétrard. Je ne connaissait pas ce site, il est a mon image, respectueux de la nature. Livrent-t-ils au-delà des frontières?
    Patience, patience, ils sont en vacance
    CéBo

  22. Bonjour Malo. Depuis plusieurs années la pyrale s’invitait au jardin au moins 3 fois par an, cette année une toute petite attaque en mars et rien depuis…
    J’ai traité au BT, mais comme tu le soulignes on ne sait pas vraiment quelles sont les conséquences sur les oiseaux ?Là je surveille, mais je ne vois rien et ça me fait bien plaisir car j’ai de nombreux buis taillés en petite haie, je serais vraiment très ennuyée de devoir les arracher, j’ai aussi quelques grosses boules, mais c’est moins grave car plus facile à remplacer. Par contre depuis cette invasion, je n’en plante plus. J’ai essayé
    l’ilex Crenata, mais sans succès, il n’aime pas le calcaire, j’ai aussi installé une autre petite haie de lonicera nitida, le problème c’est qu’il pousse très
    vite et que l’on doit tailler plus souvent que le buis. Sinon,
    j’ai aussi installé il y a 4 ans tout autour de la piscine des osmanthus
    Burkwoodii pour une haie que nous taillons à 60/70 cm de haut, c’est joli et en fleurs c’est un régal.
    Ces échanges sont très intéressants, on découvre des méthodes et traitement nouveaux, par exemple l’ homéopathie, je ne l’imaginais même pas…
    Merci Malo pour tes chroniques qui viennent toujours bien à propos.

  23. Bonjour Malo,
    J’ai assisté à l’attaque rapide de mes buis l’an dernier, une quarantaine ! Quand j’ai traité au BT, c’était trop tard mais je les ai gardés ! Cette année, certains repartent mais beaucoup sont morts, par contre, je n’ai pas constaté de pyrales et je n’ai pas traité non plus ! L’an dernier, j’avais commencé par le nettoyage mécanique d’une belle boule et j’avais posé les pyrales mortes dans un plat à l’attention des oiseaux (ils avaient l’air tellement appétissant) ; ils n’ont rien mangé !!!
    Odile que tu connais (A. Eve) a sauvé ses buis, ils sont magnifiques …
    Bon courage, bises !

  24. Bonjour,
    J’habite dans la Drôme et nous avons eu la bonne surprise cette année de voir repartir à la base beaucoup de buis dans la nature, alors que de loin, ils avaient l’air bien mort. Et en effet, j’ai remarqué beaucoup moins de papillons de la pyrale sur mes lavandes cette année. Les mésanges ont-elles enfin trouvées cette chenille à leur goût ? Y a t-il un recul de ce fléau ? Est ce définitif ou cette année seulement ? Je ne le sais pas mais cela vaut peut être le coup d’attendre un petit peu avant d’arracher tous les buis ?
    Bon courage à vous en tout cas avec toutes les contraintes que nous inflige le climat d’aujourd’hui pour sauver nos beaux jardins.
    Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *