Je déclare la guerre… aux pissenlits!

L’ennemi: une colonie de plusieurs centaines de pissenlits rassemblés dans la pelouse,… C’est l’invasion!

pissenlits

Les armes : un arracheur de pissenlits mécanique et écologique

Un outil léger, maniable pour un désherbage écologique! La pince munie de 4 dents en acier permet d’extirper l’ennemi avec la racine, d’une simple pression du pied!
Un mouvement de bras pour ramener le manche en aluminium vers soi permet de resserrer les dents sur la racine.
On reste debout, cela ménage le dos, et en plus l’appareil est doté d’une poignée ajustable en hauteur!
Simple, efficace et confortable…

arracher les pissenlits

Le plan d’attaque est très simple…

1- Planter les dents en acier autour du pissenlit (ou autre plante à racine pivotante comme la porcelle), en pesant sur le taquet avec le pied
2- Tirer le manche vers soi pour refermer la mâchoire sur la racine pivotante du pissenlit (avec de l’entraînement, on trouve vite comment ajuster le mouvement).
3- Tirer la racine en penchant l’outil tout en faisant levier avec le pied
4- Éjecter le pissenlit grâce au manchon qui commande l’expulseur (on a l’impression de réarmer une kalachnikov)

Jour 1, les deux marches d’escaliers près de la terrasse remplies de pissenlits arrachés!

Les maquisards, les insoumis

Les plus jeunes adventices, trop fines, sont difficiles à « pincer », il arrive qu’il faille les soumettre « à l’arme blanche ».
Les plus endurcis, aux grosses racines, nécessitent parfois qu’on s’y reprenne à deux fois pour les capturer.

Date de l’assaut 

Du samedi 30 avril, sous la pluie, après la pluie, entre deux pluie,…  au dimanche 1er mai, au grand soleil!  Surprendre l’adversaire après une averse, quand la terre est mouillée, est la meilleure tactique!

arracher les pissenlits

A l’hôpital militaire

Les combattants ennemis sont tous à l’agonie…  Une offensive rapide et efficace!

On ne compte aucun allié dans le camp des victimes: l’outil, léger, est si facile et confortable à utiliser que le chef de l’armement s’en sort presque indemne. Travailler debout avec un outil réglé à bonne hauteur est vraiment très confortable.
Le léger mal de dos dû à la répétition du mouvement n’a rien de comparable avec ce qu’aurait causé un arrachage au couteau, accroupi…
J’y ai aussi gagné plusieurs heures!
En fait, c’est à peine si je me suis sali les mains: le mécanisme permet en plus d’éjecter les belligérants proprement, sans effort.

Pas d’intoxication chimique: l’ennemi est zigouillé écologiquement!

Au terme de l’affrontement : des trous dans la pelouse

On jurerait que le terrain a été bombardé! Il faut reboucher les trous ensuite! Alors cet après-midi, je me suis prise pour Julia Roberts dans « Pretty Woman »… Vous savez, quand elle va sur le terrain de polo pour remettre en place, du bout du pied, les mottes de terre… mdr

J’en ai profité pour refaire toutes les bordures. C’est là que j’ai récupéré des mottes de gazon pour boucher les trous et c’est ça qui m’a le plus fait mal au dos!
Il ne reste plus qu’à tondre pour que le champs de bataille redevienne présentable!

pissenlits arrachés

Mes parents me prêtent cet outil régulièrement mais c’est la première année que j’ai le courage et le temps d’affronter tout le terrain de bataille en une seule fois! Peut-être parce qu’il y a moins de surface herbue qu’avant! 😉

34 commentaires sur “Je déclare la guerre… aux pissenlits!

  1. La guerre aux pissenlits ????
    Moi, ils s’en vont quand je tonds, et j’en laisse sur les côtés car ils mettent une couleur printanière au jardin 🙂 🙂 Je les enlève dans les parterres de fleurs.
    On nous promet quelques journées ensoleillées…
    Bon jardinage !

    1. J’en ai 3 grands sacs pleins! Il était vraiment temps d’agir! Mais ne t’inquiètes pas, il m’en reste. J’en vois déjà quelques-uns fanfaronner avec leurs fleurs jaunes, tellement bas dans l’herbe que la tondeuse ne coupe même pas leurs boutons! :/

  2. Bonsoir Malo et oui la c’est un bombardement que vous avez fait waouh ah celui là il me plait car les racines de pissenlits avec un couteau ne viennent pas entièrement du coup hop ils repoussent la cela à l’air d’aller plus en profondeur quitte à remettre quelques graines de gazon dans le trou.
    Belle semaine  » ,elle seras printanière parait il .

    1. Moi aussi j’en avais plus que de gazon! J’ai rempli 3 énormes sacs à déchets verts!
      Mais Je ne les ai pas tous eu, j’en vois encore des petits qui s’apprêtent à fleurir…

  3. Tu m’as bien fait rire avec cet article !!! ;-))
    Moi aussi, j’ai attaqué le pissenlits de la pelouse une vraie guerre avec le désherbant thermique que nous avions acheté l’an dernier et pas utilisé, une vraie guerre aussi avec un lance flammes, j’ai gagné mais la pelouse a été grillée autour aussi…
    Je me demande s’il ne faut pas mieux le faire à genoux avec un couteau, cela fait moins de dégâts…
    Bisous de guerrière à guerrière
    MC

    1. La guerre est déclarée chez toi aussi! 😉
      Je suis vraiment contente de cette méthode en tout cas. J’ai trouvé ça tellement plus rapide et facile qu’au couteau! Malgré les trous! De toute façon je n’ai qu’un « pré tondu », loin d’un green de golf! Et j’ai encore un tas de terre dans un coin du jardin qui me permet de reboucher.
      Bises guerrière!

  4. 🙂
    Ce genre de guerre est bien rigolote ! Le problème est que l’ennemi t’as fait mal au dos…
    Un outil sympathique que je devrais me procurer, ici c’est plantain et compagnie
    Repose toi bien
    Bisous

    1. C’est plutôt de faire mes bordures qui m’a fait mal au dos! L’outil est vraiment super!
      Et si on n’en a pas des centaines, on peut encore s’armer de patience et prendre la peine de secouer chaque racine arrachée pour récupérer la terre…
      Bises

  5. j’ai bien rigolé en lisant le compte rendu de la bataille, les combattants auraient t’ils désertés devant l’irascibilité du conquérant vaillamment armé ? définitivement … humm dans les herbes basses se fomentent déjà les mauvais coups à venir… ahhh minuscule ennemi qui a capitulé devant l’unique mais grandissime Malo

    Allez je file
    Des bises

  6. ton billet est plein d’humour, c’est vrai que ce genre de guerre est plus facile à accepter que les qutres:
    encore un outil que mon chéri utilise très régulièrement (on en est au 2ème, le premier a lâché suite à de trop grosses « potées »)
    c’est radical, mais ça donne une pelouse à trous..
    bonne journée bises

  7. TROP DRÔLE, un vrai reportage !
    C’est vrai que cette année du pissenlit il y en a partout, on a terminé à un bout on peut déjà recommencer à l’arracher à l’autre bout.
    Bon ben pour mon petit chalet de jardin va encore falloir patienter 3 semaines 🙁 Par contre la fuite de la piscine a été trouvée et rebouchée !!!
    bises,
    Isa K

  8. Mais zut! Rien qui ne rebouche les trous automatiquement? :-)))
    J’ai tondu le petit monde jaune, mais plusieurs sournois se sont aplatis sur le sol et dès que j’ai eu le dos tourné, bonjour soleils! J’hésite avec la méthode à suivre, la tienne ne m’a pas convaincue: trop de travail de restauration, après. Peut-être que je vais laisser faire la nature…

    1. J’en avais beaucoup trop et je ne les trouve pas très beaux! Je veux bien en garder un peu pour les butineurs mais trop c’est trop!Leur nombre augmente d’année en année, j’ai laissé faire jusque là mais il était temps d’agir! J’ai prélevé dans mes bordures des petites touffes d’herbe et des pâquerettes que j’ai fourrés dans les trous. Avec un peu de patience, on peut aussi secouer chaque racine arrachée et récupérer la terre qui colle autour…

  9. Il a l’air bien génial cet appareil. Par contre moi je me vois mal faire ce travail sur la superficie de ma pelouse. Donc, ma moitié tond et nous râlons après quand nous voyons les tiges des pissenlits qui se redressent pour nous narguer. Je me console en me disant que cette situation n’est que passagère que les pissenlits ne font que passer. Par contre, il est primordial de les couper avant qu’ils ne montent en graines. En tout cas chez toi, la guerre que tu as menée a été efficace. Bonne journée.

    1. Ça c’est vrai qu’ils narguent systématiquement le jardinier après la tonte!!! Ils sont sournois quand même!!! Mais je ferai une nouvelle attaque et puis encore une autre si nécessaire! Je sais que le vent m’amènera encore des semences pour les années à venir! Bises

  10. Coucou Malo
    Cela fait un petit temps que je lorgne sur cet outil. Je suis contente de lire un avis objectif… Je vais pas tarder à le commander… Merci !
    Bises

  11. J’ai la même arme cachée dans mon abri de jardin ! ça fait déjà 2 ans que je l’ai achetée, et même les enfants adorent l’utiliser ! A 30 euros seulement en grande surface, tout jardinier devrait le posséder ! Facile, utile, pratique et efficace, cet outil n’a que des atouts !

  12. Bonsoir Malo,
    un plaisir de te lire, très amusante cette guerre aux pissenlits, dommage j’aurais pu te passer une recette de famille pour faire une liqueur avec les fleurs. Super l’outil pour les enlever, chez nous c’est encore avec la petite palle et puis mal au dos… A bientôt, bises de l’Argentine

    1. Cette méthode manuelle me convient bien et ne m’a rien coûté. Si je peux éviter d’avoir à acheter des produits désherbants, même bio, et de passer des jours à me casser le dos en arrachant les indésirables au couteau, je trouve que c’est un excellent compromis!
      Quant à ma « pelouse » (plutôt un pré tondu), elle avait déjà été abîmée lors des travaux de pavage à l’automne et cet hiver alors, un peu plus, un peu moins… 😉 J’ai ce qu’il faut pour boucher les trous avec le tas de terre qu’on avait mis de côté lors de la création de la nouvelle terrasse. Donc, pour moi, vraiment, la méthode est parfaite!
      Maintenant, j’en arrache encore quelques-uns chaque jour et je secoue la racine directement pour faire tomber la terre et reboucher le trou. Quand j’en avais des centaines, ça n’était pas gérable mais pour un entretien journalier, c’est jouable.
      Bon weekend!

    1. J’en suis ravie!
      Maintenant que presque tous sont arrachés, il est simple et rapide d’ôter les quelques pissenlits qui pointent encore ci et là et qui m’avaient échappé. J’en enlève encore 2 à 3 chaque jour, je peaufine… 😉 Franchement, j’aurais mis des jours et des jours à les supprimer tous au couteau! C’est que j’ai rempli 3 grands sacs! Sans parler du découragement et du mal de dos qui m’auraient sans doute empêchée d’aller jusqu’au bout! Vraiment, c’est une aubaine cet outil!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *