Jardinières fleuries en 8 leçons

C’est bientôt le moment de composer de jolies jardinières fleuries pour l’été. Quand les risques de gelées seront écartés, en principe après les Saints de Glace donc à partir de la seconde moitié du mois de mai…
Mais comment réussir une scène harmonieuse? Avec le temps, j’ai tiré quelques leçons de mes erreurs passées…

1. Harmonies de couleurs

Je dirais que c’est là mon point fort, ce qui compense sans doute mes erreurs par ailleurs.
La plupart du temps, j’ai tendance à créer de discrets camaïeux. Difficile de se tromper dans ce cas!
Mais parfois, j’aime aussi jouer avec un contraste franc entre deux couleurs.

L’important étant de choisir des plantes dont les couleurs s’accordent et qui supportent les mêmes conditions (exposition, terre).

Je préfère limiter le nombre de couleurs à 1 ou 2, en ajoutant une touche de blanc pour les lier entre elles et adoucir la composition.

Au nord en particulier, quelques lumineuses fleurs blanches ou aux teintes pastelles seront parfaitement mises en valeur.

jardinière d’été, fin juin, doux camaïeu dans les tons roses, nemesia, glechoma variegata, helychrysum petiolare, pelargonium, gaura

Je compte aussi sur les feuillages pour renforcer l’harmonie de la jardinière.
Les feuillages clairs ou panachés de crème, éclairent l’ensemble et se marient bien avec toutes les couleurs.
Je trouve que le gris argenté adoucit les dominantes vives ou sombres et apporte une note de raffinement.

viola cornuta ‘Molly Sanderson’ et lamium maculatum ‘Beacon Silver’, (mes jardinières 2020)

Par contre, quand on n’a pas la sensibilité des couleurs, il vaut mieux se méfier des feuillages panachés de jaune vif que je trouve plus difficiles à marier.  Pour éviter toute faute de goût, j’aurais tendance à les associer avec des feuillages verts ou dorés, des graminées fines et des fleurs en camaïeu de jaune doux.

Personnellement je trouve que les fleurs jaunes sont particulièrement mises en valeur avec des feuillages bronze ou pourpre-brun.
Le bleu est la couleur complémentaire du jaune. Ils se marient donc bien dans une composition plus contrastée.
De même que les teintes rouge-orangées avec du violet, et un peu de blanc pour adoucir, éclairer, lier les teintes entre elles…

jardinière fleurie d’annuelles dans les tons jaunes avec Bacopa Goldstar, pétunia blanc et brachyscome ‘Mauve Delight’ et euphorbe Diamond Frost
mes jardinières de 2019, en mai : quelques annuelles viennent simplement rejoindre les vivaces qui ont passé l’hiver sur cette fenêtre.
jardinière de 2019

2. Equilibre des volumes

Il est toujours utile de varier les formes et les hauteurs.
Je trouve qu’une graminée apporte une certaine légèreté, elle rend la scène plus aérienne et crée du mouvement. En plus, elle se marie bien à des vivaces plus compactes ou rampantes.

Ici, un gaura nain jour ce rôle à merveille en apportant une touche de verticalité à côté d’un coussin de nemesia et des
Glechoma Variegata au port retombant.

jardinière d’été, fin juin, pélargonium, Glechoma Variegata, nemesia Nuvo ‘Carmine’, gaura, helichrysum petiolare

Cette composition de 2014 offrait un camaïeu de couleurs doux, un peu trop fade, et cela manquait de verticalité!
En revanche on trouve un contraste intéressant entre les grandes fleurs et les toutes petites fleurs.

doux camaïeux dans les jardinières sur la façade nord (août 2014)
contraste intéressant entre les grandes fleurs et les toutes petites fleurs dans un doux camaïeu (jardinière avril 2014)

3. Des plantes qui demandent les mêmes conditions de culture!

Dans une même jardinière, on ne mélange pas des plantes qui ont besoin d’arrosages réguliers avec des plantes de sol sec.
Ni des plantes qui préfèrent l’ombre avec des plantes pour le soleil.
– pétunia, géranium, verveine, lantana, coréopsis ou anthemis apprécient la chaleur du soleil
– fuchsia, fétuque, bégonia tubéreux, impatiens, lobélia, heuchère, nicotiana, hosta ou lierre se plairont sur un balcon plus ombragé.

Nos étés sont de plus en plus secs et caniculaires. Même si, au contraire de moi, vous pensez à arroser régulièrement, c’est un fameux gain de temps et d’argent si on peut limiter les apports d’eau!

Par chance, certaines plantes sont très bien adaptées à la sécheresse grâce à leur feuillage charnu ou velu qui les protège de l’évaporation ou celles dont les feuilles gaufrées ou argentées leur permettent de mieux supporter le soleil brûlant. (orpins, cinéraire maritime, hélichrysum petiolare, dichondra, pélargoniums odorants,…)

Peu gourmand en eau, l’helichrysum petiolare a une texture velue et un port retombant qui équilibre la composition.

Helichrysum petiolare
peu gourmand en eau, l’Helichrysum petiolare a une texture velue et un port retombant

Les classiques pélargonium, que l’on appelle à tort « géranium », ne sont pas difficiles sur l’exposition et acceptent même d’être au nord.
Ils apprécient un sol frais et humifère mais tolèrent un manque d’eau occasionnel.
Il en existe de multiples variétés, on a l’embarras du choix!

pelargonium

4. Pas trop et pas trop serré!

Quand on a des coups de coeur, c’est difficile de se limiter dans le choix des variétés! Dans tous les cas, je n’utilise généralement pas plus de 5 espèces différentes que je répète 2 à 3 fois, mais pas tout à fait dans le même ordre pour rompre la symétrie.

J’essaie de ne pas trop serrer les plantes pour permettre à chacune de se développer convenablement.
Au départ ça semble un peu dégarni mais les plantes grandissent vite!

Dans cette jardinière de 2017, deux pétunia auraient suffi mais j’en avais planté trois! Ils ont presque étouffé les bacopa blancs qui devaient tempérer les teintes fortes…

les pétunia ont presque étouffé les bacopa blancs qui devaient tempérer les teintes forte (jardinières juillet 2017)

5. La terre et le paillage

Chaque année, je renouvelle le substrat en mélangeant la terre du jardin avec un terreau de qualité, et je fertilise, par exemple avec quelques poignées de Lombricompost car, dans les jardinières, la terre s’épuise vite.
On peut aussi mettre un peu de corne broyée, un engrais naturel dont la décomposition se fait très lentement et qui agit donc pendant longtemps.

Je fais un paillage avec ce que j’ai sous la main pour limiter l’évaporation de l’eau. Un paillis de chanvre conviendrait aussi très bien.

jardinières 2020 (carex et pensées). Le feuillage sec du carex, coupé en morceaux, est laissé en surface, comme paillage

6. L’entretien

Le plus difficile pour moi, c’est de maintenir un arrosage régulier tout au long de l’été. Au début je suis motivée et attentive, j’arrose 1 à 2 x / semaine…  Mais après je relâche progressivement mon attention et les plantes se portent moins bien, surtout pendant ces derniers étés secs et caniculaires où les arrosages devraient au contraire s’intensifier!
Le mieux est d’arroser la terre le soir, en évitant de mouiller les feuillages.

Même si il est souvent recommandé de continuer à fertiliser les jardinière durant la saison, afin d’assurer une croissance régulière des plantes, je me contente d’un apport d’engrais longue durée dès la plantation (corne broyée par exemple).
Après, de toute façon, j’oublie…

nord jardinières (Juin 2014)

7. Le choix des contenants

J’adore mes grandes jardinières de couleur neutre, sobres et élégantes. Quelles que soient les tonalités de couleurs que je choisis pour les fleurs, elles s’y accordent harmonieusement, dans tous les styles.

Elles sont assez larges pour planter en quinconce (les grands derrière, les petits devant) et assez profondes pour permettre un bon enracinement.
Fabriquées en matières recyclées, elles sont légères, elles ne craignent pas le gel et sont faciles à nettoyer pour éviter la prolifération de maladies.

jardinières 2020: White&Black

Par ailleurs, la terre se dessèche moins vite dans un grand volume et ça ça m’arrange plutôt bien, vous l’aurez compris!

En plus, comme la matière n’est pas aussi poreuse que de la terre cuite, mes jardinières conservent bien l’humidité et les plantes supportent donc plus facilement mon manque d’assiduité au niveau des arrosages…

Contrairement aux recommandations habituelles, je n’ai pas percé de trous pour évacuer l’eau en excès. Ça compense mes manquements!
Par contre, j’ai placé un lit de billes d’argiles au fond de chaque contenant, pour améliorer le drainage.

Il faut dire qu’ici, dans ce renfoncement au bord de la fenêtre, je n’ai pas à craindre que les bacs se remplissent et se noient à la moindre averse orageuse car ils ne reçoivent pas directement la pluie.

jardinières (mai 2018), verveines et lobélia manquent de contraste, on ne les distingue pas assez.

Si on  installe un ensemble de plusieurs potées fleuries sur un balcon ou une terrasse, on peut sans problème varier les formes et les dimensions des pots tout en utilisant un même matériau, ou des teintes assorties, afin de créer un ensemble qui reste sobre et élégant.

Les jardinières de couleurs vives, bien que très en vogue, limitent fort le choix des plantes car les floraisons et les feuillages doivent s’accorder au contenant en terme de style et de couleur.

Tenez compte de la dimension de votre jardinière par rapport à la taille des plantes : pour des succulentes, une large vasque vaut mieux qu’une grande jardinière! A l’inverse, dans un contenant de petites dimensions, n’installez pas des plantes trop hautes…

8. Les jardinières en hiver

En tenant compte de ces principes, on peut renouveler le décor à chaque saison et égayer une fenêtre, même en hiver, avec un choix de vivaces rustiques : carex, fougères, cyclamen, pensées (viola cornuta), euphorbes, lierre, heuchères
Je n’ai jamais réussi à garder les gaultherie, pourtant je trouve ça joli!
En revanche, si il ne fait pas trop froid l’hiver, et qu’on ne les bouscule pas, les cyclamens reviennent chaque année. Ils s’adaptent bien à la concurrence dans la jardinière ainsi qu’aux été caniculaires puisqu’ils entrent en dormance.

jardinières d’hiver (novembre 2017)

20 commentaires sur “Jardinières fleuries en 8 leçons

  1. Voilà de belles jardinières !
    Je n’en fais pas beaucoup. Je n’ai pas d’appuis de fenêtres assez larges !
    Des potées, des paniers, mais je ne fais pas trop attention aux couleurs. Je mets ce que j’aime.
    Mes géraniums ne sont jamais très beaux, les surfinias se dénudent en fin d’été, les bidens demandent trop de soins (enlever les fleurs fanées tous les jours), les verveines laissent tomber leurs fleurs sur le trottoir. Pour l’instant, je préfère les bégonias.

    1. Bonjour Philippe,
      Je ne trouve plus de verveines qui retombent jusqu’au sol (Cléopatra ?). Où les achetez-vous ? Merci et bonne plantations.

  2. Merci pour cette belle leçon de jardinière..très intéressante! On va essayer d’en tenir compte .C’est vrai que je ne pense pas du tout à mettre du feuillage en été..je ne savais même pas, mais en voyant les vôtres..ah, je comprends que c’est tout à fait différent! Super joli, très doux et celà met tout en valeur.Par contre en hiver,je mettais tout naturellement du lierre, et de l’heuchère. Chaque année j’ai mis des gaultéries, mais pas moyen de les garder non plus. Je ne sais pas pourquoi..alors je n’en met plus, je met autre chose que je pourrai garder. Bon week-end Malorie!

  3. Franchement, bravo ! Une mine d’informations. De magnifiques jardinières. L’an dernier, à La Rochelle, j’avais réalisé 3 belles jardinières dans une cour, au nord. J’étais assez satisfaite du résultat… mais n’ai pu les admirer longtemps… la maison de mes enfants était en vente… et a été vendue en une srmaine… N’ai pu les revoir après l’hiver… Je n’avais mis que des vivaces et souhaitais vraiment voir comment elles auraient évolué. Merci encore à vous. Je tiendrai compte de toutes vos remarques.

  4. Merci pour toutes ces informations.
    Comme d habitude un article qui suscite l envie.Moi je dispose des pots en terre cuite sur la terrasse. Cette année j y ai mis des lavandes mais celles-ci n avaient certainement jamais passé une nuit dehors au magasin alors elles ont gelé aux dernières gelées nocturne !!!! Toujours écouter sa petite voix . Beau férié.

  5. Bonjour et merci pour tous vos conseils. Quel bonheur. En jardinage personnellement je fais souvent des erreurs n y connaissant pas grand chose. Pourtant chaque matin j apprécie mon petit jardin. La nature et les animaux rien de mieux. Merci à vous. Passez une belle journée.

  6. Bonjour merci pour les bons conseils et les idées de jardinières.
    J’ai de la poudre d’os, est ce que je peux utiliser cela où c’est mieux de la corne broyée.
    Quelle proportion de terre mets-tu par rapport au terreau. Merci bonne journée Chantal

    1. Bonsoir,
      La poudre d’os sera aussi un bon engrais de fond pour les jardinières.
      Je mets environ 1/3 à 1/2 de terre de jardin je dirais…
      Bon week-end!

  7. des jardinières , c’est mon dada , j’adore et presque jamais des pelargoniums
    Chaque année je change , cette année ce seront des G. Rozanne avec des fleurs rose pâle. Ils se plaisent beaucoup ici devant une fenêtre à l’ouest . Et puis à l’ombre dans des suspensions grillagées anglaises , des lobélias bleus et des bégonias blancs retombants
    je les aime trop pour oublier de les arroser,
    Plusieurs fois par semaine je mets de l’engrais liquide pour plantes fleuries , elles fleurissent ainsi jusqu’en fin septembre .
    pendant les canicules , c’est mon grand plaisir , car ds le jardin tout est un peu avachi ….
    j’ai aussi depuis plusieurs années des fraises Ostara en jardinière ( plein soleil ) que je grignote avec des délices jusqu’à fin septembre pendant que je regarde mes pétunias rouges et blancs qui dégringolent de leurs vasques

  8. Bien jolies jardinières. Pourrais-tu, stp, en dire plus sur les contenants ? Ce sont des « ecopots » ?
    Quelle matière et quelle durée de vie ?
    N’ayant pas trouvé de corne broyée, j’ai pris de la poudre d’os. Quelle quantité ajouter à la terre de plantation ?
    Merci pour tous ces bons conseils.

  9. Très intéressant ! J’aime beaucoup les jardinières…chez les autres. Je ne suis pas les arrosages, amendements…Et puis d’ailleurs, mes appuis de fenêtre sont inclinés !
    Blague à part, je conserve qqs potées, essentiellement plantées de vivaces (hostas, heuchères, stipa, sedum…), elles vivent seules, et bien mieux sans moi!

  10. Très intéressant et complet. Ce n’est pas ce que je réussis le mieux . J’oublie d’arroser, de donner de l’engrais, …

  11. Merci! et magnifiques jardinières ! ça m a donné plein d idées pour les prochaines, car malheureusement trop tard j ai acheté mes fleurs hier et je pense aussi que mes bacs (en osier) sont trop petits que pour pouvoir faire comme vous. il va falloir réinvestir
    merci pour les bons conseils et belle journée

    1. merci! Chacune avec des petites choses à améliorer mais j’aime beaucoup les composer… Là je suis déjà passée en pépinière faire des repérages pour cette année…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *