Haies sèches, palissades de Branchages

Une haie sèche, aussi appelée haie morte ou haie de benje, est une sorte de palissade d’aspect rustique, constituée de grandes branches d’arbres et arbustes, entassées horizontalement entre deux rangées de piquets qui stabilisent l’ensemble
C’est une solution originale et pratique pour recycler vos branchages et tailles de haies!

palissade de branchages, Haie sèche ou haie morte, en bordure de milieu boisé (où les matériaux sont faciles à trouver)

Plus besoin de les broyer, ni de les évacuer en déchèterie puisqu’on valorise ces « déchets de taille » au sein même du jardin, en créant une haie qui structure l’espace, qui crée un brise-vent pour les cultures et qui constitue un véritable havre pour la biodiversité, offrant abri et nourriture à la petite faune du jardin!

clôture de branchages

Il n’y a là rien de nouveau, c’est une technique ancestrale.
A l’origine, ces haies de plusieurs mètres de longueur étaient construites en milieux agricoles ou boisés, le long des chemins de bocage ou d’un cours d’eau, comme barrière autour d’une parcelle cultivée ou d’élevage, etc.

clôture de branchages, Les palissades de branches

Dans nos jardins aussi?

Quand on a un grand jardin dont l’entretien génère de grandes quantité de déchets verts (bosquets, sous-bois, verger, potager, haies…) avec des branches parfois de gros diamètre, cela peut poser de sérieux soucis de gestion.
Les haies sèches sont une solution facile et rapide, permettant en parallèle de pallier au manque d’habitat pour la faune et la micro faune indispensables au jardin.

On peut adopter cette technique pour structurer l’espace dans des plus petits jardins, en concevant une haie sèche de 150 à 200 cm de longueur, sur 60 à 80 cm de largeur.

Les palissades de branchages peuvent être utiles pour délimiter le potager par exemple. Elles créent un microclimat propice aux cultures en les abritant du vent sans éclipser la lumière et la chaleur du soleil.

Elles servent en même temps de composteur et retiennent aussi les feuilles mortes, offrant  une réserve de matière organique à proximité des zones cultivées.

Par ailleurs, cette haie peut servir de tuteur, de support aux potirons, concombres, melons, ou à la capucine par exemple.

Elle contribue à préserver la biodiversité en fournissant nourriture et refuge pour divers auxiliaires du jardiniers tels que les coccinelles, chrysopes et perce-oreilles (tous prédateurs naturels de pucerons et cochenilles), les carabes et les hérissons (utiles pour limiter la prolifération des limaces et escargots), des oiseaux, des amphibiens (grenouilles, tritons et salamandres) et reptiles qui aideront à réguler les ravageurs du jardin.
Il est même possible de prévoir d’emblée un nid pour les hérissons.
Les branches mortes peuvent aussi accueillir de nombreuses chrysalides de papillons pollinisateurs ou des abeilles solitaires.

Les oiseaux y trouvent des cavités pour s’abriter et des brindilles pour faire leurs nids.

Haie de benje, Haie sèche, Palissades de Branchages

Construction d’une Haie sèche

Cette haie, peu coûteuse, est très simple à mettre en place mais cela demande quand même un peu d’effort au départ.
Il est tout à fait possible de la monter petit à petit, selon les ressources qui seront à disposition au fil de l’année.

  • Planter solidement deux rangées de piquets (idéalement des pieux d’acacia, un bois quasiment imputrescible, de 5 cm de diamètre).
    En fonction de la place disponible et de la quantité de branchages générée par le jardin, on peut espacer les deux rangs de 30 cm à 1 m.
    Les piquets d’une même rangée seront espacés de 60 cm à 80 cm environ.
    Une hauteur de maximum 1 m est conseillée car au-delà, il est plus compliqué de poser les branches.
  • Entasser des branchages de diamètres variés, dans le sens de la longueur, entre les deux rangs de piquets. On peut aussi ajouter d’autres matières organiques telles que des feuilles mortes, les tiges sèches du potager, le sapin de Noël, des herbes sèches…
  • Au fil des ans, on continuera à ajouter des branchages car ceux-ci se décomposent lentement mais sûrement, et la palissade se tasse.
    On pourra, à l’occasion, prélever un peu de terre végétale à la base de la haie.
Haie de benje, Haie sèche, Palissades de Branchages

Qu’est-ce qu’une Haie de Benjes?

Au départ, c’est la même technique que la haie sèche mais on n’y ajoute pas de nouvelles branches chaque année. Ainsi, la haie morte évolue vers un sol enrichi en humus, propice au développement des graines apportées par les oiseaux et autres mammifères.
Le tas de branchages en décomposition est ainsi ensemencé avec les graines d’espèces végétales environnantes qui constitueront, après plusieurs années, une haie vive composée uniquement d’essences locales.
L’intérêt des haies de Benjes n’est pas immédiat et il faut s’armer de patience avant que la haie vive se mette en place…

Les haies de Benjes tirent leur nom de leur créateur Herman Benjes, un biologiste allemand qui a mis au point cette technique à la fin des années 80.

tas de branchages pour accueillir les hérissons
Haie sèche, haie de branchages, palissade de branchages
Haie sèche, haie de branchages, palissade de branchages

9 commentaires sur “Haies sèches, palissades de Branchages

  1. Quelle excellente technique, une fois qu’on la découvre on se dit immédiatement « mais pourquoi n’y ai-je pas pensé? ». Solution idéale pour mes branchages au lieu de les évacuer, qui va me donner un brise-vent en même temps! Je vois déjà cette haie morte recouverte de potirons l’an prochain…. En plus, je trouve ça très joli. Alors un grand merci pour cet article.

  2. Bonjour
    J’ai découvert récemment cette technique, ayant plusieurs trous dans des haies vives, pensez vous que je puisse l’utiliser en complément ?
    Notamment dans une haie de thuyas en train de dépérir ?
    En gardant les troncs et en remplissant l’espace avec des branches mortes ?
    Amicalement
    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.