Chroniques de mon jardin: le massif jaune en juin, lumineux et apaisant

C’est dans le massif autour du saule tortueux que sont réunis mes quelques rosiers jaunes et abricotés, avec l’un ou l’autre feuillage et la floraison de vivaces dans les mêmes tons.

Associés à des floraisons plutôt bleues au printemps (alliums et ancolies) puis majoritairement blanches en ce moment, ils donnent à ce massif un caractère très doux et reposant que j’aime contempler lorsque je suis sur la terrasse ronde. C’est délicat et harmonieux.
Le bleu reviendra plus tard avec les asters, l’agastache et le caryopteris.

C’est cette perspective avec le cornus florida ‘Rainbow’, au feuillage doré en plein été, tout au fond du jardin, qui m’a amenée à créer ce massif aux tonalités très différentes du reste du jardin. Maintenant qu’il a gagné en maturité, je trouve qu’il s’en dégage une impression de sérénité et d’élégance…

le massif jaune dans son ensemble

La présence de la tour du toboggan permet de « couper » visuellement la première partie du jardin, aux tons roses, et la seconde, avec du jaune.

Le cornus florida ‘Rainbow’

C’est un petit arbre très joli sauf en fin d’été où il prend des couleurs pour le moins étonnantes, avec le revers des feuilles argenté qui lui donne un aspect un peu sale… Puis il vire au rouge cramoisi.
En été, son beau feuillage doré est très lumineux.
Je lui avais dédié un article ici (clic).

cornus florida ‘Rainbow’, le feuillage en juin

Les rosiers et leurs compagnes

Le rosier ‘Hugonis’

A mes yeux, ‘Hugonis’ est un trésor au jardin! Il n’a aucun défaut! Quoi? Vous ne l’avez pas encore!? Damned! Il vous le faut!
Ce joyeux pimprenelle est le tout premier à fleurir, dès le mois de mai!

Je l’ai planté au jardin en 2013, plus pour son nom que pour ses qualités qui sont pourtant nombreuses, à commencer par la floraison précoce de ses nombreuses petites églantines jaunes disposées tout au long des tiges.

le rosier ‘Hugonis’ constellé d’églantines jaunes

Le rosier du Père Hugo a en plus un ravissant feuillage, très fin, qui prend de remarquables teintes rousses et pourpres à l’automne.
Comme c’est un must à mes yeux, je lui ai aussi consacré un article complet (clic ici).

Lorsqu’il fleurit, en mai, il y a surtout du vert autour de lui mais aussi la remarquable floraison jaune des euphorbes, le feuillage doré d’une heuchère, de nombreux semis d’ancolies et les alliums ‘Purple sensation’…
J’avais planté une pivoine Itoh ‘Garden Treasure’ censée l’accompagner mais finalement sa floraison est plus tardive,…

rosa 'Hugonis'
rosa ‘Hugonis’ et ancolies
en mai, ‘Hugonis’ égaie le massif jaune et bleu. On devine une heuchère dorée et les euphorbes

Le rosier ‘The Pilgrim’

C’était le tout premier rosier jaune que j’avais choisi pour sa teinte très douce, jaune clair pâlissant crème sur l’extérieur.
Généreux, cet anglais offre quantité de grandes fleurs pleines, aux allures de roses anciennes.
Il est de surcroît bien parfumé, très sain, très robuste et remontant.

C’est un arbuste de 1m qui peut être conduit en petit grimpant mais il ne s’est pas montré aussi vigoureux que je l’aurais souhaité car il a mis des années à atteindre une taille plus ou moins acceptable et on est encore loin des 2,50m annoncés. Il faut dire qu’ainsi calé au pied du saule, il n’est pas gâté! Ceci explique sans doute cela.

rosier jaune ‘The Pilgrim’

Je lui ai associé une délicieuse clématite recta qui vient mêler son nuage de minuscules fleurs blanc crème aux roses de ‘The Pilgrim’ et qui vient aussi chatouiller le nez de mon Green man.

clématis recta

Parmi les derniers jaunes arrivés là, les phlomis russeliana m’enchantent réellement! Vivement que la touffe s’étoffe un peu plus et que les inflorescences sèches rythment l’automne et l’hiver!

rosier jaune ‘The Pilgrim’ avec des phlomis russeliana

A ses pieds on devine le feuillage gris du caryopteris. Plus tard viendront ses fleurs bleues accompagnées des épis de l’agastache…
Les feuillages gris se marient bien avec les fleurs jaunes (caryoptéris, artémisia, santoline, stachys byzantina…).

caryopteris et rosa ‘The Pilgrim’ (photo 2017)

Je ne pourrais pas me passer des euphorbes qui ont une présence incroyable! Elles encadrent le petit rosier ‘Omi Oswald’, avec une camomille (tanacetum parthenium simple) et un petit carex.

massif jaune (2017), les euphorbes entourent le rosier ‘Omi Oswald’ (euphorbia x martinii et euphorbia polychroma)

‘Graham Thomas’,

En ce moment, c’est ‘Graham Thomas’ qui fanfaronne le plus du haut de son mètre quatre-vingt! C’est un vigoureux rosier anglais aux magnifiques fleurs pleines, en coupes, jaune chaud et pur, qui exhalent un délicieux parfum de rose Thé au caractère de violette. (dixit les catalogues des rosiéristes).
Les alchemilles lui vont bien, de même que les fleurs d’une camomille.

rosier jaune ‘Graham Thomas’
massif jaune, avec le rosier ‘Graham Thomas’ (Austin – port érigé et buissonnant – 1,20 à 1,80m)

 

‘Golden Célébration’

‘Graham’ est un must chez les rosiers jaunes mais ce sont les roses chamoisées de ‘Golden Célébration’ que je préfère… Et leur parfum!

rosier ‘Golden Célébration’ – Austin 1992 – Arbuste ou petit grimpant aux grandes fleurs de 10 cm jaune cuivré, très parfumées – Feuillage sain – Très remontant.

Devant lui, un buis boule, un hakonechloa macra albo-striata qu’il me tarde de voir s’installer pour donner l’effet attendu, et une bouture de l’heuchère ‘Andreos’, un semis inédit de chez André Eve.
Les associations de feuillages me plaisent beaucoup mais demandent parfois de la patience…

dans le massif jaune, le rosier ‘Golden Célébration’ avec à ses pieds une heuchère  et un hakonechloa macra albo-striata). A sa droite le fin feuillage de ‘Hugonis’ et à sa gauche, le rosier ‘Wollerton old Hall’
rosa ‘Golden Célébration’

‘Wollerton old Hall’

‘Wollerton old Hall’ est encore discret point de vue floraison mais pas de par la taille. C’est un grand rosier, robuste, dressé, qui porte haut ses tiges vigoureuses. Il aurait mérité un fond de massif… D’autant plus qu’il a un parfum de myrrhe qui n’est pas parmi mes parfums de roses préférés, je n’aurais donc pas été frustrée de ne pas pouvoir le respirer de près…
Mais ses roses couleur champagne sont tout juste magnifiques à tel point que quand je passe, j’y fourre quand même le nez!

massif jaune, rosier ‘Wollerton old Hall’,
massif jaune avec les rosiers ‘Wollerton old Hall’ et ‘Golden Célébration’ sur fond de ‘Ghislaine de Féligonde’

Ghislaine de Féligonde’

L’été, les boutons sont plus orangés et puis la fleur s’épanouit très pâle… A la remontée de septembre, elle est d’un joli jaune. La douceur de la lumière y est pour quelque chose. J’aime ces variations de couleurs.

rosier ‘Ghislaine de Féligonde’ (Multiflora 1916) avec des boutons orangés et des fleurs abricotées. Il peut devenir imposant ! Rosier Ancien, arbustif, 300 x 200 cm, parfumé, parfois remontant (06 & 09) Indemne de maladies

‘The Alexandra Rose’

‘The Alexandra rose’ est une petite merveille choisie dans le but bien précis de « lier » les couleurs entre elles. En effet, je passe de ce massif jaune à un rosier rose ‘Comte de Chambord’, planté à gauche du cornus florida ‘Rainbow’.
Avec ses couleurs changeantes, ‘The Alexandra Rose’ rempli sa mission à ravir, tout en nuances…
C’est sans conteste un autre de mes chouchous que je replanterais sans la moindre hésitation. Clic ici pour en sa(voir) plus.

cornus florida ‘Rainbow’ et rosa ‘The Alexandra rose’ (Austin, 120cm et +, bien remontant)

Au pied de ce rosier, les eomecon chionantha se sont bien installés et se montreraient volontiers envahissants si l’on n’y prenait garde.
Les têtes d’allium sèchées restent très décoratives. J’adore!

‘Sally Holmes’

Il n’est pas jaune à proprement parler mais ses étamines jaune d’or au coeur de cette très grande églantine blanche en fait un allié parfait! Ses boutons pointus couleur abricot s’ouvrent teintés de ce ton chaud avant de blanchir.  Je l’adore!
Malheureusement j’ai dû le déplacer en 2016 parce qu’il était trop à l’étroit derrière ‘Golden Célébration’. Je l’aime tellement que je voulais qu’il puisse donner le meilleur de lui-même. Il s’en est bien remis et fleurit abondamment  dans le massif de la balançoire.

rosa ‘Sally Holmes’

Les rosiers ‘Opalia’

Ces petits couvre-sol commencent leur floraison environ 15 jours après les autres puis fleurissent en vagues successives jusqu’aux gelées. Même en août, quand leurs voisins jaunes fatiguent, ils sont là…
Je recommande ‘Opalia’ sans hésiter comme rosier de bordure; pour un talus ou une haie basse. Il est charmant,  facile à vivre et rustique. Le feuillage vernissé vert foncé reste sain.
Toutes ces qualités lui ont valu le titre de ‘rosier de l’année’ en 1998!

les rosiers blancs ‘Opalia’ dans le massif jaune fin août 2017
rosier ‘Opalia’ (Noack, Décorosiers) des fleurs blanches semi doubles de 5 cm de diamètre, parfum léger
rosier ‘Opalia’, arbustif couvre-sol de 50 à 80 cm de haut, longue floraison continue, très légèrement parfumée!

En 2011, j’ai planté en triangle 3 ‘Opalia’, espacés de 50 cm, en bordure de massif. Ils forment ainsi une belle masse de ces délicates fleurs blanches, encadrée entre autres d’une alchemille, d’une pivoine Itoh à fleurs jaune, qui fleurit juste avant les ‘Opalia’, et d’euphorbes.

dans le massif jaune, alchemille, rosier ‘Graham Thomas’, ‘Opalia’, nigelles, phlomis, euphorbia x martinii, ‘Omi Oswald’

Le rosier ‘Omi Oswald’

Il est plutôt joli et sain, ses fleurs semi-doubles sont mignonnes, les bouquets sont généreux, il remonte légèrement mais en continu jusqu’aux gelées, et il supporte pas trop mal la pluie.
Ses boutons nacrés sont vraiment adorables!

Ce n’est cependant pas un rosier que je replanterais mais je ne l’arracherai pas non plus.  Pourquoi n’arrive-t-il pas à me séduire ou m’émouvoir davantage depuis 7 ans qu’il est au jardin? Je l’ignore… Quand je regarde les photos que j’ai de lui, je le trouve vraiment mignon… Mais voilà, le coeur à ses raisons que la raison ignore…

D’ailleurs je me demande parfois si c’est bien lui. On n’est jamais à l’abris d’une erreur d’étiquetage… Il est généralement décrit comme s’épanouissant jaune pâle virant au blanc. Le mien n’a jamais été jaune pâle mais plutôt rosé, surtout à la remontée de septembre.

rosier ‘Omi Oswald’, hybride de Moschata, remontant,  80 à 120 cm de hauteur
rosier ‘Omi Oswald’ dans le massif jaune, un arbustif de 80 à 120 cm de hauteur, sain et remontant

Les euphorbes et une camomille (tanacetum parthenium) encadrent le petit rosier ‘Omi Oswald’.

rosier ‘Omi Oswald’ dans le massif jaune avec les camomilles

L’éclosion des boutons est un ravissement. Il y tant de délicatesse dans chaque petit bouton nacré à peine ouvert.

rosier ‘Omi Oswald’ en septembre

J’aurais bien aimé…

Si je pouvais agrandir le jardin d’un coup de baguette magique, je planterais volontiers ‘Golden Wings, un rosier de 2m à grandes fleurs d’églantier (10 cm) jaune clair, parfumées. Vigoureux et rustique, ce rosier offre une floraison continue de juin à octobre.

Mais il y a bien d’autres rosiers jaunes, remontants, vigoureux, robustes et parfumés qui m’ont fait de l’oeil quand j’ai créé ce massif :
– Malvern Hills’ (Austin 2000)3 à 4m de haut, 2 de large,  grappes de petites fleurs jaune chamois très pâles de mai à septembre, très résistant aux maladies, peu d’épines, parfumé.
– Jayne Austin, 1,80m (qui tend vers l’abricot )
– Autumn Sunset, 3,50x 1,50m, en fleurs de juin à octobre (n’est-il pas trop abricot?)
– Phyllis bide
– Buff Beauty

Et vous, quels sont vos rosiers jaunes préférés?

15 commentaires sur “Chroniques de mon jardin: le massif jaune en juin, lumineux et apaisant

  1. Quel ravissement ce massif! Qui eut cru qu’un jour je m’extasierais devant un massif jaune… tu l’as fait de manière magistrale…
    C’est en tâtonnant que j’ai découvert que le jaune était indispensable au jardin et c’est sur la base de ton massif jaune que je m’appuie pour envisager le mien. Un grand merci!
    Je n’ai pas beaucoup de rosiers jaunes, bien sûr. Mais j’apprécie la présence des petits ‘Sunny rose’, et ‘Sönnenroschen’, l’élégance de ‘Teasing Georgia’. La pergola accueille ‘Phyllis bide’, ‘Buff beauty’ et ‘Ghislaine de Féligonde’.

  2. Merci d’être aussi généreuse dans vos commentaires, on peut ainsi essayer de s’inspirer de votre magnifique jardin. Pour ma part, j’ai planté Graham Thomas à côté de Crown Princess Margareta qui a encore un peu de peine à s’exprimer. Et j’ai mis Teasing georgia à côté des framboisiers. Il fleurit très précocement et généreusement. Un seul regret: je vois qu’il est légèrement atteint de marsonia.
    Cet automne, suivant votre inspiration, j’envisage de planter le rosier hugonis ainsi que Gislaine de Feligonde. Et peut-être le magnifique rosier liane violet que vous avez présenté dans un autre message. Il faudra juste que je vérifie si le porte-greffe supporte le terrain calcaire de chez moi, car je n’ai pas réussi à trouver un rosiériste suisse qui le commercialise.
    Merci aussi de nous indiquer le nom des plantes accompagnatrices…
    Tout est magnifique chez vous.

    1. ‘Crown Princess Margareta’ est un superbe rosier que je vous envie! 🙂
      ‘Teasing Georgia’ aussi dailleurs!
      Je suis ravie de vous avoir inspiré ces jolis choix! ‘Hugonis’, je l’aiiime!

  3. Graham Thomas me fait de l’oeil 😉 Chez moi j’ai six rosiers Charlotte de David Austin, ces roses sont magnifiques et cette année elles se tiennent bien droites. J’ai aussi un Anny Duperey, c’est sa première année au jardin. Il a une odeur citronnée que j’adore!

    1. Ici c’est ‘Sweet Juliet’ qui a un parfum citronné et moi aussi j’adore!
      ‘Charlotte’ est bien joli!
      ‘Graham Thomas’ est une valeur sûre!

  4. Pour ma part, j’ai perdu Graham Thomas après l’avoir déplacé; j’ai Phyllis Bide et Ghislaine de Féligonde et j’admire toujours Golden Wings quand je le rencontre. Chez moi, j’ai associé le jaune pâle au pourpre (lysimaque, physocarpus et fenouil bronze), au blanc et à l’oranger doux.
    J’adore l’association du jaune (pâle!) et du blanc; je trouve ça très doux et frais à la fois.

    1. Le jaune et l’abricot sont magnifique aussi avec les feuillages pourpres! Avec ton physocarpus, ce doit être un superbe mariage! J’ai eu un fenouil bronze dans ce massif. J’adorais cette association avec les roses jaunes mais j’ai dû l’arracher par manque de place, et en plus il se ressemait partout et ça faisait des racines énormes! Je n’ai plus eu de semis ensuite évidemment mais de toute façon la place manque maintenant! 🙂

  5. J’ai bien aimé ce massif chez toi, tu maries les différents tons de jaune entre eux de façon admirable. Les feuillages les accompagnent très bien. Je me souviens de la graminée vert clair au pied de la boule de lonicera ou de buis je ne sais plus.

  6. Bonjour Malo. C’est tout un art de faire un massif jaune avec des belles compagnes pour les roses et je vois mon erreur avec mon près d’un weigelia à l’automne il faut que je le déplace .Oplia ici aussi avec des nigelles un rosier bien vigoureux en bordure .Je craque pour Ami Oswald quel beau rosier .Félicitations pour ce massif superbe
    Merci Malo pour tes idées bien généreuses et en photos et légendes .

    1. Opalia est une valeur sûre! Et j’adore les nigelles!
      Ainsi donc mon Omi Oswald vous fait craquer! 🙂
      Lequel devez-vous déplacer à l’automne, le nom est effacé dans votre message!?

  7. Ton jardin m’enchante vraiment ! Ce que j’aimerais m’y balader !
    J’aime les roses jaunes, alors, tu me tentes beaucoup ! Malheureusement, mon jardin n’est pas extensible non plus !
    Bonne fin de soirée.

    1. Merci beaucoup! C’est super gentil! Les jardins pas extensibles… c’est quand même un drame hein ça! Pfff :/ je vis le même calvaire ici!
      Un jour peut-être viendras-tu jusque chez moi… tu habites loin?

  8. Dans mon jardin de l’Oise (une 50aine de kms au nord de Paris) j’avais du côté jaune, Golden Wings, Canary bird, golden chersonèse, Comtesse du Barry, puis Albéric Barbier. Ici, avec moins d’espace, je suis plus sélective et ce sont Golden Célébration, Ghislaine de Féligonde, et Buff beauty qui ont les rôles principaux. Ce massif est encore « en construction ». J’aime beaucoup associer des fleurs blanches à coeur jaune et des rosiers blancs avec de belles étamines. Mais j’ai un petit souci avec les camomilles, elles sont intenables et n’arrêtent pas de changer de place ! Sont-elles sages chez toi ? Beau week-end. Bises

  9. C’est The pilgrin que je viens de planter dans le jardin. J’ai mis également golden wings ; ces fleurs simples m’ont attiré. Autre jaune qui me tente c’est Buff beauty. J’ai moi aussi fait un massif jaune avec des vivaces blanches ou bleues et des rosiers qui tirent sur le blanc. A bientôt et bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *