Chroniques de mon jardin: Boutures et divisions de vivaces

Au printemps, on note que certaines vivaces ont prit trop d’ampleur et s’en vont étouffer leurs voisines, ou alors au contraire elles s’épuisent, le coeur de la touffe se dégarnit et le pourtour n’offre plus que quelques timides bouquets de feuilles…
Il est temps de maîtriser l’expansion des premières et de redonner un nouveau souffle aux secondes…

Les envahissantes ici, ce sont par exemple certains asters, les anémones du Japon, la lysimachia cletroides ou les achillea ptarmica… Un bon coup de bêche pour enlever ce qui déborde du périmètre autorisé…

aster inconnu
aster ‘Ezo Murasaki’
achillea ptarmica

Les fatiguées, il faut les sortir de terre, jeter le centre de la motte qui ne donne plus rien, prélever proprement les belles rosettes de feuilles avec des racines, sur le pourtour, et les repiquer en place, ou en pot pour les offrir, éventuellement avec un peu de terreau mélangé à la terre du jardin et un apport d’engrais organique, de corne broyée ou de sang séché…

Cette semaine, j’ai rajeuni les heuchères

boutures de heuchère ‘Caramel’

Dans ce parterre, j’ai aussi repiqué des morceaux de Sisyrinchium striatum et des semis qui s’étaient logés entre les pavés de la terrasse ronde.

J’ai repiqué Sisyrinchium striatum et toutes mes boutures de l’heuchère ‘Caramel’
un bout de sisyrinchium en bordure du massif jaune

J’ai aussi mis 2 bouts d’heuchère ‘Caramel’ derrière mon cornus florida, histoire d’avoir là un couvre-sol persistant.

derrière mon cornus florida

Certaines campanules persicifolia qui poussaient entre les pavés de la terrasse ont été déplacées, repiquées dans un massif… Elle y grandiront mieux avec une terre bien profonde.

semis de campanules persicifolia

Derrière le pommier cordon, j’ai aussi repiqué en pleine terre les semis de sisyrinchium striatum, et divisé la souche-mère pour la rajeunir.

semis de sisyrinchium striatum

Et pendant que je divisais et que je bouturais, la caméra de Canal zoom me suivait au jardin! Pour voir la vidéo, clic ici 😉

18 commentaires sur “Chroniques de mon jardin: Boutures et divisions de vivaces

  1. Merci de tous vos conseils. C’est un grand plaisir que de vous suivre à chaque posts. J’ai dans mon jardin des lysimachia qui poussent de partout dans mon parterre avec de grosses racines comment faite vous avec cette plante? merci de votre réponse et à bientôt

    1. Bonsoir,
      Comme pour une grosse touffe d’aster, il faut limiter la lysimachia en prélevant les racines qui s’étendent en périphérie. Éventuellement installer une barrière anti-rhizome si la place est comptée…
      A bientôt!

  2. Les euchères vieillissent vraiment mal, je trouve ! Il faut sans cesse les rajeunir !
    Certaines plantes prennent vite leurs aises et n’hésitent pas à empiéter sur leurs voisines ! Seraient-elles humaines? Elles ressemblent à certaines personnes, non?
    Une autre vidéo? Je vais voir…

  3. Bonsoir Malo,

    Cette année, nous avons en effet largement le temps de toiletter nos jardins !
    J’ai fait un arrachage en règle de l’aster Pink Button, très vendu en fête des plantes il y a 5 ans, c’est un envahisseur de première ! qui se tient mal et dont la floraison n’est même pas particulièrement longue. J’ai jeté car ce n’est vraiment pas un cadeau à faire … à moins d’avoir un grand parc.. alors on est content d’avoir de grandes nappes de fleurs.
    (j’avais fait ça aussi avec les achillées ptarmica… en effet ça m’arrangeait, mais pour mon jardinet, j’évite comme la peste

    J’ai conservé Lilau qui envahi aussi, mais qui fleuri durant 3 mois presque

    Et bien sur, le merveilleux Moch qui ne bouge pas

    Enfin je laisse Super Rouge qui s’étend un peu mais de façon tout à fait raisonnable.

    Je compte m’attaquer à une autre envahisseuse et qui se ressème en plus, c’est les Phlomis Russeliana.. je dois chaque année faire du ménage.

    Les semis très nombreux que je laisse pour l’instant tout coloniser, ce sont les érigerons.. ceux là, je les aime beaucoup, et donc ils peuvent s’inviter un peu partout et en plus on les arrache facilement si vraiment ils exagèrent

    bonne semaine

    1. Dis donc, intéressant cet aster ‘Lilau’, je ne le connais pas!
      Moi aussi j’aime beaucoup Mönch!
      J’aimerais que mes erigerons se ressèment aussi généreusement sur ma terrasse ronde…
      Bon week-end!

  4. Une foisde plus, tu es parfaite dans cette vidéo, très pédagogue!
    J’ai pour ma part beaucoup divisé depuis le début du confinement, puisque je ne pourrai pas flâner en jardinerie!
    Du coup, j’ai pioché dans les vivaces qui marchaient au jardin et qui avaient fait leurs preuves.
    On va faire des économies tiens!
    Bises

  5. Bonjour Malo,
    Très intéressante cette émission! On va apprendre plein de choses pendant le confinement. Je ne savais pas si je pouvais diviser les anémones au printemps: je le faisais à l’automne à cause de la sècheresse l’été. Je vais tenter dans une semaine car aujourd’hui l’hiver arrive. il a fait 1° ce et ce matin presque le jour le plus froid de l’hiver. Le monde est fou.
    J’ai deux heuchères que je n’ai jamais divisées et que j’ai achetées il y a peut-être 20 ans. Elles grossissent très lentement , elles fleurissent tous les ans, elles résistent à la sècheresse et elles ne se creusent pas. Dommage je ne me souviens plus de leur nom. Des comme ça, j’en mettrais partout mais je n’ose pas y toucher pour faire des boutures de peur de les faire mourir.

    1. Bonsoir,
      Il est vrai que les divisions de printemps nécessiteront un arrosage plus régulier si il ne pleut pas… L’automne ça marche aussi! 😉
      Intéressantes ces heuchères qui tiennent le coup malgré les ans! Il doit bien être possible d’en prélever un ou deux morceaux en périphérie sans nuire au reste de la plante… Tu peux tenter les boutures…

    1. Merci! 😉 On peut les diviser en automne ou au printemps. Il est certain qu’au printemps, il faudra être plus vigilent au niveau des arrosages pour favoriser l’enracinement.
      Bon week-end!

  6. Superbe article et j’adore la vidéo qui montre clairement comment faire. Ca doit être difficile de diviser les anémones de japon car je trouve qu’elle font des racines énormes que je n’arrive jamais à avoir en entier. J’attends la fin du gel pour m’attaquer aux heuchères dont certaines commencent à se creuser trop. Merci Malo pour tes conseils précieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *