🐦 Oiseaux du jardin : Le Geai des chĂȘnes

Il y a Ă  peine une semaine, j’ai installĂ© une mangeoire sur le balcon de notre appartement strasbourgeois pour attirer quelques oiseaux prĂšs des baies vitrĂ©es cet hiver. Si je n’ai plus de jardin, je fais venir la nature jusqu’à moi

Le resto n’a pas tardĂ© Ă  ĂȘtre visitĂ© par quelques mĂ©sanges et puis, cet week-end, pendant que j’étais Ă  Pithiviers dans le merveilleux jardin d’AndrĂ© Eve, tout rĂ©cemment labellisĂ© Jardin Remarquable, mon Namoureux m’a envoyĂ© une photo en me demandant quels Ă©taient ces «monstres voraces» qui dĂ©valisaient la rĂ©serve de noisettes?
Ce sont deux Geais des chĂȘnes que je reconnais Ă  leur corps brun-beige-rosĂ© et à la tache bleu vif barrĂ©e de bleu sombre sur leurs ailes noires.

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s (Linnaeus, 1758), Taille : 30-36 cm, pas de dimorphisme sexuel

Est-ce un couple? Je suppose
 Le Geai des chĂȘnes est monogame. La femelle et le mĂąle ne se distinguent que par la taille, la femelle Ă©tant plus petite (30 Ă  36 cm).

Ils ne semblent pas farouches car ils viennent Ă  la mangeoire mĂȘme si la porte-fenĂȘtre du salon est grande ouverte et ils ne s’envolent pas quand on bouge derriĂšre la fenĂȘtre.
On le dit pourtant assez mĂ©fiant vis Ă  vis de l’Homme
 mais c’est vrai que le coin est plutĂŽt calme ici.
Les oiseaux de la famille des CorvidĂ©s sont des oiseaux rĂ©putĂ©s « intelligents », que l’on peut apprivoiser assez facilement.

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s, Linnaeus, 1758, Taille : 36 cm

ReconnaĂźtre le Geai des ChĂȘnes

Le corps est d’un brun-beige-rosĂ©, plus clair sur le dessous.
La face est blanchùtre avec de fines stries noires sur les plumes du front (huppe érectile = les plumes du front peuvent se dresser).
Le bec court et noir est fort, pour casser les glands de chĂȘnes dont il se nourrit principalement. Il est prolongĂ© par une bande noire qui donne l’impression qu’il a des moustaches.

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s, Linnaeus, 1758, Taille : 36 cm, pas de dimorphisme sexuel

Lorsque l’aile est fermĂ©e, on remarque surtout la tache bleu vif barrĂ©e de bleu sombre et un panneau blanc sur fond noir avec, juste derriĂšre, une teinte chĂątain vif.
Le croupion est blanc Ă  la base de la queue noire. Les pattes sont couleur chair.

Il fait des réserves

Je comprends mieux maintenant pourquoi je le vois Ă  longueur de journĂ©e emporter toutes mes cacahuĂštes : il fait partie des rares espĂšces d’oiseaux qui stockent de la nourriture pour l’hiver et le printemps.

En automne, il transporte dans son jabot des glands et des faines dont il est friand et les enfouit dans des cachettes sous la mousse ou la litiĂšre de feuilles mortes.
(Son jabot peut aisĂ©ment stocker jusqu’à 7 glands Ă  la fois!)

Les oiseaux de la famille des corvidĂ©s ont une excellente mĂ©moire visuelle et sont capables de retrouver leur nourriture mĂȘme sous la neige, grĂące Ă  des points de repĂšres qu’ils ont soigneusement observĂ©s.

Le geai participe ainsi Ă  la rĂ©gĂ©nĂ©ration de la forĂȘt puisque les graines dĂ©laissĂ©es pourront germer.

Le Geai des chĂȘnes est un omnivore.

Son alimentation varie selon la saison : les graines assurent sa subsistance en hiver (glands, faines, noix, chĂątaignes, graines de conifĂšres, cĂ©rĂ©ales). Les fruits sont Ă©galement consommĂ©s en fin de saison (baies variĂ©es, grains de raisins, maĂŻs,
).
Et au printemps, il mange surtout des petits animaux (insectes et larves, petits vertĂ©brĂ©s terrestres (lĂ©zards et amphibiens), Ɠufs et poussins des petits passereaux
).
Les jeunes sont nourris quasi-exclusivement d’animaux.

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s,(Linnaeus, 1758), Taille : 36 cm

La mauvaise réputation


Il a mauvaise rĂ©putation du fait qu’il mange parfois les Ɠufs et les poussins des petits passereaux, mais cet oiseau omnivore contribue Ă  l’écosystĂšme forestier (rĂ©gulation des populations d’oiseaux et rĂ©gĂ©nĂ©ration des forĂȘts).
Il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que c’est la fragmentation des espaces forestiers qui le pousse Ă  piller les nids. En effet, il s’attaque moins aux nids d’autres oiseaux quand les forĂȘts sont Ă©paisses et diversifiĂ©es. Il est donc essentiel de prĂ©server les Ă©cosystĂšmes naturels.

Cela dit, cet amateur de fruits peut ne pas ĂȘtre le bienvenu dans un verger…

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s, Linnaeus, 1758, Taille : 36 cm, pas de dimorphisme sexuel

Un répertoire vocal trÚs riche

Il Ă©met des vocalises trĂšs variĂ©es, du cri rauque et Ă©raillĂ© bien typique aux gloussements, sifflements et parfois mĂȘme des espĂšces de miaulements.
Au printemps, au moment de la formation des couples, ses gloussements sont plus doux et mélodieux.

On dit que le geai cacarde, cajole, frigulote ou jase. 

DĂšs que la couvaison commence, le geai des chĂȘnes devient pratiquement silencieux, et n’Ă©met plus qu’un lĂ©ger gazouillement.

C’est un bon imitateur : il reproduit parfaitement des chants ou des cris d’autres oiseaux et mĂȘme de mammifĂšres (chat, cheval).

« Sentinelle de la forĂȘt »

Le Geai est un oiseau « guetteur » dont le cri strident alerte ses congĂ©nĂšres mais aussi d’autres animaux (Ă©cureuil roux, renards
) Ă  l’approche d’un prĂ©dateur ou d’un intrus.

Geai des chĂȘnes, Garrulus glandarius, Famille : CorvidĂ©s, Linnaeus, 1758, Taille : 36 cm

13 commentaires sur “🐦 Oiseaux du jardin : Le Geai des chĂȘnes

  1. J’ai toujours aimĂ© cet oiseau et collectionne les plumes trouvĂ©es dans le jardin pour en faire
    un tableau.
    Merci pour cet article trés bien documenté.
    Je mets des cacahuĂštes car c’est ce qui les attire le mieux

  2. Bonjour Marjorie
    Merci beaucoup pour toutes ces informations et ces belles photos, j’adore les oiseaux mais je suis loin d’avoir tes connaissances.
    Toujours un ravissement de lire tes articles.

  3. c’est mon copain aussi et ils sont plusieurs Ă  venir au jardin. Je pense qu’une fois la « bonne table » repĂ©rĂ©e, ils y reviennent laissant s’endormir leur crainte, c’est la gourmandise qui l’emporte. Merci pour ton bel article qui m’a d’ailleurs appris l’une ou l’autre attitude que je ne lui connaissais pas, comme ce stockage de graines pour l’hiver et cette facultĂ© de « friguloter » hihihi, j’adore ce terme ! Gros bisous et bonne continuation dans tes observations que tu nous partages et qui sont un plaisir Ă  dĂ©couvrir.

  4. Quelle belle synchronicitĂ© ! Je me demande quel est ce nouvel oiseau dans mon jardin et vous publiez votre article ! L’oiseau s’est posĂ© aujourd’hui sur le cerisier japonais devant le salon. J’ai pu ainsi l’observer assez longtemps pour confirmer qu’il s’agit bien d’un geai des chĂȘnes. Vos articles sont toujours un enchantement.

    1. Un article bien instructif , bravo pour ton sens didactique .
      Dans la rĂ©gion il n’y a pas de glands cette annĂ©e alors que les chemins des bois en Ă©taient couverts l’annĂ©e passĂ©e…. et c’est pareil pour les noix et noisettes …. serait ce un phĂ©nomĂšne de cycle naturel ? Je vais m’informer .
      Bonne journée Malo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *