🐸 Mini bassin

Ce genre de petit jardin d’eau miniature apporte beaucoup de vie sur une terrasse ou dans une cour, tout en demandant finalement assez peu d’installation!
Cela ne nécessite pas de prise électrique car il n’y a ni filtre, ni pompe, ce sont les plantes oxygénantes et filtrantes qui font tout le boulot! 🙂

Le contenant

Une belle auge ancienne ou un demi-tonneau en bois acheté sur le Bon Coin ou des récipients en zinc, vieilles bassines ou vieilles lessiveuses, négociées sur une brocante…
Si vous êtes des adeptes de la récup’, vous dénicherez facilement un contenant étanche de minimum 35 cm de hauteur (mais 40 ou 50 cm c’est encore mieux!).
Testez l’étanchéité au préalable et, si nécessaire, étanchéifiez le contenant grâce à un enduit hydrofuge ou posez une membrane en pvc ou EPDM.

Sinon, une bassine en plastique ou en résine, achetée en jardinerie (par exemple 70 x 35 cm ou encore mieux 80 x 50 cm) ou même une cuvelle de maçon (90 litres) que l’on pourra enterrer…
Plus le contenant est large et haut, plus il est facile d’obtenir un bon équilibre biologique : l’eau ne chauffera pas trop vite et on pourra y placer aisément les plantes.

un mini jardin aquatique dans une vieille auge en pierre.  Caltha palustris se multiplie facilement et on peut en mettre dans différents points d’eau. (crédit photo : Françoise Dardenne)

Où installer un mini jardin aquatique?

Idéalement, à mi-ombre car il faut assez de lumière pour la flore et la faune qui y vivent mais en évitant une trop forte évaporation par temps chaud.
Évitez de l’installer sous un arbre pour ne pas salir l’eau avec des feuilles, des brindilles…

Si vous enterrez le contenant au niveau du sol, placez dans l’eau un petit plan incliné, une planche en bois par exemple, ou quelques grosses pierres, de façon à créer une rampe de sortie… De cette façon, si un petit animal tombe dans l’eau en essayant de boire, il pourra plus facilement en sortir. C’est affreux de retrouver un hérisson noyé dans son bassin!

Une cuvelle de maçon enterrée à l’ombre, une salicaire  pousse bien mais ne fleurit pas. Un petit jet d’eau solaire l’anime l’été. Prévoyez une rampe de sortie! Les plantes autour: heuchère, brunnera, pulmonaire, hosta… Tritons et crapaud viennent y barboter mais n’y pondent pas. Comme il est entouré d’arbres et arbustes, il faut nettoyer le bassin chaque année car les feuilles qui tombent dedans à l’automne forment de la vase…

Quelles plantes et quel substrat?

Pas de pouzzolane ! La matière organique s’y accumule et alimente des algues. Optez de préférence pour du gravier lavé, de rivière non calcaire (donc pas d’ajout de terre).
Note : Un substrat spécial pour bassin peut aussi convenir : c’est un genre de roche très poreuse, excellent lieu d’installation pour les bonnes bactéries qui aident à avoir une eau saine et plus limpide.

Il est important de ne pas mettre trop de plantes dans un mini bassin! C’est peut-être très joli au départ mais elles envahissent vite le bassin et entrent en concurrence.
Pour un rendu naturel, choisissez 1 plante à développement horizontal et 1 plutôt verticale pour équilibrer les volumes…

Pour ajouter de la verticalité à ce mini bassin, on pourrait y mettre un iris (à gauche) ou de la prêle (à droite)… Les jacinthes d’eau sont des plantes flottantes non rustiques généralement utilisées comme annuelles dans ce type de petit bassin. Elle aide à purifier l’eau. (mais elle est considérée comme envahissante dans la nature).
L’oxygène est apportée par le mouvement d’eau grâce à une petite pompe qui fait couler l’eau de l’arrosoir… (crédit photo Patrick Laforêt du blog Jardinoscope)

Il est important de choisir des plantes à petit développement et également de respecter pour chaque plante la profondeur de plantation recommandée donc, si nécessaire, remontez le panier en plaçant dessous une pierre non calcaire, un pot en terre cuite à l’envers, ou une brique.

Dans un contenant de 100 litres par exemple, 3 plantes suffisent :

  1. Un nymphéa NAIN : le nénuphar nain, bien adapté à ce genre de mini bassin, a une croissance lente et ses feuilles adultes ne font pas plus de 10 cm. Profondeur maximale de plantation -50 cm.
  2. une plante épurative au choix, pour aider à garder l’eau claire. En voici quelques-une mais il y en a bien d’autres en jardinerie spécialisée:
    – Hippuris vulgaris est sans doute la meilleure! Ses tiges en forme de sapins dépassent de 40 cm au-dessus de l’eau. A contenir car ses rhizomes peuvent se montrer envahissants!
    – caltha palustris (populage des marais), une renoncule qui forme une touffe de 45 cm environ avec des fleurs jaunes et des feuilles arrondies. Profondeur maximale de plantation : -5 cm (remontez-là en plaçant une pierre non calcaire sous le panier)
    – pontederia lanceolata avec ses belles feuilles en fer de lance et ses fleurs bleu-violet de juin à septembre. Hauteur 80 cm. Elle n’est pas trop envahissante, ses rhizomes sont peu traçant, et elle aide à limiter les algues filamenteuses dans le bassin.
    – la sagittaria graminea forme une rosette de feuilles de 40 cm, au dessus de l’eau, et offre des petites fleurs blanches tout l’été. Profondeur maximale de plantation : -25 cm
    – iris des marais (iris pseudacorus) : belles fleurs jaunes au printemps. Ses tubercules ne sont pas envahissants. Profondeur maximale de plantation: -20 cm
  3. une plante oxygénante : Ceratophyllum demersum est la plante oxygénante idéale puisqu’elle permet de concurrencer les algues en consommant les excédents de nitrates. Elle est immergée et ne possède pas de racine. Pour sa mise en place, il faut simplement la lester avec un cailloux.
    Il faudra toutefois la limiter de temps en temps si elle prend trop ses aises.
    L’oxygène permet aux bactéries de bien se développer. Ces bactéries vont épurer l’eau.
    NB: cette plante qui peut s’avérer envahissante pourrait être remplacée par une petite pompe qui générera de l’oxygène en donnant un mouvement dans l’eau…

Dans un contenant de 200 litres, on peut prévoir une seconde plante épurative et peut-être même ajouter une petite lysimachia nummularia, lumineuse, et facile à limiter…

une bassine enterrée, remplie d’un substrat spécial bassin. Des pierres plates créent la margelle autour. (crédit photo Françoise Dardenne)

Comment les installer?

Les plantes aquatiques, généralement achetées en paniers perforés, sont posées avec leur panier au fond du contenant. Il peut parfois être utile de remplacer le panier par un plus grand.
Si les pots ne sont pas perforés, achetez un panier spécial pour plantes aquatiques et remplissez-le de substrat spécial pour bassin.
Versez ensuite le reste de votre substrat au fond du bassin, autour des pots, puis remplissez le bassin à l’eau de ville (car l’eau de pluie contient de l’azote qui favoriserait les algues).

un nénuphar a tenu quelques années dans ce pot sur la terrasse, avec la prêle (equisetum japonicum) qui donne une note verticale. Ces contenants sont vraiment très étroits, l’eau s’évapore vite en été et il faut parfois renouveler les plantes qui ne tiennent pas une année sur l’autre… Néanmoins l’eau reste bien claire ici et les moustiques n’y pullulent pas. Valou ajoute à la belle saison des plantes flottantes qu’elle emploie plutôt comme des annuelles.

Poisson ou pas?

Le mieux serait d’éviter les poissons rouges, simplement pour leur bien être… Idéalement, les poissons rouges ont besoin de 100 litres par individu et ils vivent par banc de 5 au minimum. Ils ont une durée de vie d’environ 25 ans !
En petits poissons, on recommande plutôt les Tanichtys Albonubes et les Notropis Chrosomus ou les Gambusia Affinis.
Pour les milieux pauvres en oxygène il y a aussi le Macropode opercularis.

Mais notez tout de même que les poissons risquent de manger les oeufs pondus dans l’eau et les larves… Alors si vous voulez voir des têtards, des demoiselles ou des dytiques, oubliez-les…

Il est donc possible de profiter d’un petit bassin avec des plantes aquatiques et même d’accueillir une faune diversifiée, même si on n’a pas beaucoup de place, et sans investir beaucoup!
Alors… Yapluka!

nymphéa nain, blanc, et grenouille, dans un mini bassin (crédit photo Sylvine Hurand)

13 commentaires sur “🐸 Mini bassin

  1. Un grand merci, parce que ça fait des années que je galère avec mon petit bassin en « plastique », et que ça ne va pas du tout (algues à foison, etc), c’est tellement frustrant surtout quand on a un petit budget, on se dit qu’on rate tout… grâce à votre publication, je comprends enfin pourquoi ça ne marche pas, tout a été fait de travers (pourtant sur les conseils de ma jardinerie), mon bassin est une catastrophe alors que ça fonctionne très bien dans une simple poubelle avec mes iris , j’étais un peu désespérée, mais là c’est très clair… Quand je pourrai économiser un peu, je vais tout reprendre à zéro ! Vraiment, un énorme merci 🙂

    1. Bonjour,
      Merci pour ce retour d’expérience! Ce serait intéressant de savoir quelles erreurs vous avez faites afin que’on ne les reproduise pas? Pouvez-vous nous dire quelles corrections vous allez apporter suite à mon article ? Merci beaucoup!

      1. Bien volontiers ! Alors ça a mal débuté, j’ai acheté un petit bac parce qu’ils les bradaient sauvagement, sur un coup de cœur : j’avais toujours rêvé d’avoir un petit bassin et 50l ça me semblait déjà prometteur). Ensuite comme je ne savais pas trop comment l’aménager, je suis allée dans la seule jardinerie des environs, et j’ai demandé comment l’installer (en précisant avec une photo pour montrer l’endroit où il allait être installé, etc). Le supposé professionnel m’a conseillé de le mettre en plein soleil, pour éviter les algues, puis m’a dit de mettre de la pouzzolane…Je suppose que vous devinez le résultat ! Mon bac a ressemblé en très peu de temps à un marécage. J’y suis retournée, ai demandé des explications, on m’a envoyé son collègue, qui m’a dit que c’était ma faute (??), je n’avais pas pris les bonnes plantes (j’avais pris ce qu’on m’avait conseillé !), donc il m’a demandé de tout vider, nettoyer, et mettre… de la terre… et des plantes qui hélas ont tout envahi, plus une autre qui est morte très vite (placée dans la partie très peu profonde). Après avoir cherché un peu, j’ai découvert que la plante en question avait besoin d’une certaine profondeur. Dommage, trop tard… Ensuite je passe quelques étapes bien énervantes, mais le bac a fini par se fendre, à cause des récurages successifs, remplacé par un liner noir. Aujourd’hui ça ressemble à nouveau à un marécage, malgré l’achat d’une petite pompe à jet, je suis envahie par la plante « haute » dont je ne connais pas le nom, mais qui finit par végéter dans la partie profonde, le nymphea nain tient par je ne sais quel miracle, j’ai un énorme magma de terre/racines dans la partie profonde, ça a même englué la pompe… c’est très gros et lourd, je ne sais pas du tout comment je vais sortir tout ça (j’aimerais sauver mon nymphéa…et si possible le liner) et suite à la dernière vente d’une plante, achetée dans une autre jardinerie (qui n’a pas tenu) j’ai importé avec une sorte de bestiole qui mange tout tout insecte qui s’installe, un genre de dytique mais je ne sais pas ce que c’est, trop rapide pour être attrapée), mon liner est couvert d’algues grises et vertes, l’eau est remplie d’algues à filaments… en gros : c’est une totale catastrophe. Par manque de moyens et un peu désespérée, j’avais tout laissé en plan… mais dès que je peux économiser un peu et que ma santé s’améliore, je vais m’atteler à tout vider, vraiment tout, nettoyer le liner, essayer de sauver mon nymphéa, et prendre 2 plantes que vous avez listé pour limiter les algues… ce bassin m’aura coûté une fortune, m’aura fait beaucoup pleurer… alors que dans le même temps, dans une vulgaire poubelle en plastique noir, j’ai une jolie flopée d’iris des marais qui vit sa vie sans le moindre soucis et sans la moindre intervention… mieux vaut en rire je suppose ! Enfin au moins maintenant je comprends qu’on m’a mal aiguillée dès le départ, alors autant tout reprendre à zéro, correctement cette fois 🙂 Merci encore beaucoup pour tous vos articles, c’est précieux d’avoir autant de conseils !

        1. Eh bien, après tant de mésaventures, vous pouvez être fière de ne pas avoir tout abandonné! On peut dire que vous êtes persévérante! 😉
          Les conseils reçus n’étaient sans doute pas tous mauvais mais inadaptés en tout cas pour un mini bassin dans un bac.
          Mon bassin creusé dans le sol est au soleil et comporte davantage de plantes, avec une pompe en plus… mais c’est très différent d’un bassin miniature!
          Vous pourriez peut-être diviser la plante haute pour n’en garder qu’un morceau qui rentrerait à nouveau dans son pot.
          Je crois qu’il sera possible de récupérer le nymphéa, en libérant délicatement ses racines qui seront sûrement enchevêtrées avec les racines des autres plantes. Il aura peut-être besoin d’un peu de terreau spécial nénuphar pour reprendre du poil de la bête, mais alors, il faudra absolument mettre un genre de feutre spécial au fond du pot et le refermer tout autour et au-dessus de la motte, en le maintenant en place avec une bonne couche de graviers, pour que la terre ne se dilue pas dans l’eau…
          Après, puisque vous réussissez magnifiquement les iris dans une poubelle, vous devriez faire des merveille avec votre nymphéa blanc dans son joli bac! 😉
          Bonne chance! Vous pourrez m’envoyer une photo après si vous voulez…

  2. Malorie,
    lisez-vous dans les pensées de vos lecteurs ?
    c’est le sujet de mes recherches « net » d’hier soir !
    bon je vais relire attentivement vos conseils
    bonne journée à vous et ne sortez qu’au jardin !
    à bientôt

    1. MDR Oui, je suis voyante…
      Mais nooon, j’ai partagé hier sur facebook un article sur la création d’un bassin creusé dans le sol. Et une personne m’a dit qu’elle aimerait mais n’osait pas passer le pas. Alors je lui ai suggéré de commencer par ce type de mini-bassin 😉
      L’article était prêt depuis des mois dans mes « brouillons » (j’ai des dizaines d’articles en brouillon qui attendent leur tour parce que je n’ai pas de quoi les illustrer ou un manque de recul et d’expérience sur le sujet). J’ai donc publié avec ce que j’avais 😉
      Je vais sans doute pouvoir ajouter des photos cette semaine car j’ai demandé à mes amis facebook si ils avaient de belles photos pour illustrer le sujet. 😉
      Prenez soin de vous!

    2. Bonjour Malorie,
      Je cherchais justement à savoir s’il était possible de faire un petit bassin pour attirer la petite faune aquatique sans branchement électrique. Merci beaucoup pour tous ces conseils !
      Nathalie

      1. Ravie d’avoir pu vous aider! N’hésitez pas à m’envoyer vos photos ou à me faire part de vos retour d’expérience pour l’installation du mini bassin! J’avoue que publier l’article m’a aussi donné envie d’en installer un sur la terrasse… Un jour peut-être…

  3. Malo, tu tombes pile au bon moment. Depuis quelques temps, je tourne autour de l’idée d’un petit bassin dans une grande bassine chinée, qui puisse fonctionner sans électricité ni poissons. Je vais garder tout celà pour le jour où nous pourrons faire les emplettes nécessaires (j’ai déjà la bassine mais pas le reste). Tu réponds à mes questions et je devrais éviter grâce à toi pas mal d’erreurs que seul j’aurais pu commettre. Merci. Bises

    1. Tu devrais mettre dans ton bassin un petit plan incliné, une planche en bois par exemple, ou quelques grosses pierres pour créer une rampe de sortie…
      Je vais le préciser dans mon article tiens! Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *