Les euphorbes, tout pour plaire!

Encore des indispensables dont il faut que je tire le portrait pour vous convaincre de les planter! Les euphorbes sont en effet incontournables au jardin à la fois pour leur longue floraison printanière aux teintes acidulées et pour leur feuillage souvent persistant, qu’il soit vert, teinté de bleu, de jaune, de pourpre ou encore panaché.
Elles sont en outre faciles et robustes, résistantes à la sécheresse.
Vigoureuses, elles permettent de créer rapidement un décor dans un jardin récent.
Un bémol pourtant: les euphorbes produisent un latex très irritant pour la peau ou les yeux. Ne les plantez donc pas en bordure d’une allée et utilisez des gants pour la taille.

euphorbia x martinii, sa floraison printanière jaune-vert ornée de glandes nectarifères rouges

En plus, elles plaisent aux butineurs!

 

Les mariages de mon jardin avec des euphorbes

La floraison souvent jaune chartreux des euphorbes s’associe autant avec des teintes claires pour un mariage tout en douceur qu’avec des couleurs vives pour un mariage tonique. Ici, elles font merveille dans mon massif jaune et blanc.

En juin, la floraison jaune anisé des euphorbes x martinii associée aux teintes douces, blanc, jaune, verts…

Jouez des contrastes avec les couleurs complémentaires : le violet ou le bleu lui vont à ravir! J’ai planté ici des bulbes d’allium et des ancolies violet foncé. Pensez aussi aux iris, aux muscaris…

En mai, les têtes mauves des alliums contrastent avec le jaune acide de euphorbia x martinii

Elles font aussi de jolies associations avec des sedums, heuchères, hellébores…

sédum, euphorbia amygdaloide purpurea, heuchère ‘Caramel et choisya ternata

En sol pauvre et bien drainé

Elles apprécient généralement un sol bien drainé voire pauvre et caillouteux.
Si votre sol est lourd et compact, allégez-le avec du sable grossier.
Vous pouvez aussi les installer sur un talus.
En sol trop fertile, les tiges des euphorbes croulent sous le poids des inflorescences.
Mais il y a toujours des exceptions…

une belle euphorbe au feuillage panaché, avec sedum et pennisetum en octobre

Entretien

Supprimez les tiges florales fanées si vous ne désirez pas que la plante se ressème spontanément. En taillant quand les tiges sont sèches, on évite que trop de latex ne s’écoule.

supprimez les fleurs fanées quand les tiges florales sont sèches (ici euphorbia x martinii en août, avec ses fleurs sèches qui restent décoratives)

Les variétés de mon jardin

Il en existe de nombreuses variétés mais il s’agit de ne pas se tromper car les euphorbes supportent assez mal d’être déplacées à cause de leurs racines fragiles. Elles n’apprécient d’ailleurs que modérément les binages.
Pour mon jardin j’en ai sélectionné quelques-unes:

Euphorbia x martinii: soleil et sécheresse

Très bel hybride à tiges rouges au feuillage épais et persistant, très décoratif, vert bleuté avec des reflets pourpres.
H :60 cm. Cette euphorbe buissonnante est très attractive, en particulier lorsque sa floraison printanière jaune-vert ornée de glandes nectarifères rouges recouvre tout le feuillage (voir première photo).
C’est une plante adaptée à la sécheresse. Offrez-lui une situation abritée et une exposition ensoleillée.

Euphorbia x martinii (Euphorbia amygdaloides x Euphorbia characias) et carex en bordure du massif jaune
euphorbia x martinii en septembre, un buisson au beau feuillage vert glauque avec des reflets pourprés.

Euphorbia amygdaloïdes ‘purpurea’ : à mi-ombre, en sol humifère

C’est la toute première variété d’euphorbe entrée au jardin! Une robuste vivace qui atteint 60 x 50 cm. Le feuillage pourpré est persistant et, au printemps, il se couvre de fleurs passant du jaune-vert au rouge brun.
Rustique (-20°), appréciant plutôt la mi-ombre (même sous un arbre) et préférant un sol léger, humifère, elle accepte néanmoins une terre ordinaire, même lourde, et résiste très bien à la sécheresse estivale.
Elle se marie joliment avec helleborus argutifolius, sedum, muscaris, vinca, astrantia…

euphorbia amygdaloide purpurea
euphorbe amygd purpurea en juin, avec un géranium bleu et l’acer au feuillage pourpre.
euphorbia amygd.purpurea, ses fleurs passant du jaune-vert au rouge brun
en décembre, la sombre euphorbia amygd. purpurea en arrière plan, et le feuillage orangé de euphorbia Chaméléon au premier plan

Euphorbia dulcis ‘Chameleon’, ombre ou mi-ombre, en sol sec

En mai, il tient compagnie aux hostas et va camoufler vite fait le feuillage jaunissant des tulipes botaniques.
En juillet, il se fait plus sombre, ténébreux.
En automne, il vire au jaune et à l’orange.
Aujourd’hui, il rayonne sous le soleil d’automne et les gouttes de pluie.

euphorbia ‘Chameleon’, tulipes botaniques et hosta en avril
euphorbia dulcis ‘Chameleon’ en juillet

euphorbia ‘Chameleon’ en octobre
euphorbia dulcis ‘Chameleon’ en novembre

C’est une euphorbe que j’aime beaucoup, elle forme une touffe dressée et dense de 40 à 50 cm et elle est bien résistante!
C’est dans ses habits sombres d’été que je la préfère. Je ne saurais m’en passer même si la belle est une semeuse un peu trop généreuse. C’est d’ailleurs mon amie Laetitia qui m’en a envoyé un semis de son jardin!
Certains étés chauds et secs, le feuillage peut devenir moins joli. Un coup de cisaille jusqu’au sol, quelques arrosages et la miss se refait belle rapidement.

Elle s’est semé spontanément ici, entre un sedum, un géranium renardii et une pulmonaire.

sedum, euphorbe ‘Chamaleon’, géranium renardii et pulmonaire

Et encore là, entre bergenia et fougères…

bergenia, fougère et euphorbe ‘Chameleon’

Euphorbia characias: soleil et sécheresse

Avec ses rameaux dressés à 1,2m et son beau feuillage vert bleuté persistant, cette vigoureuse euphorbe est remarquable. Elle fleurit de mars à juin, en grosses inflorescences cylindriques vert jaune portant des glandes à nectar brunes.
Avantage ou inconvénient : elle se ressème à tout va! Et c’est grâce à ça que j’en ai reçu des bouts de Anny, une amie jardinière! J’espère qu’ils vont prospérer au jardin!

bouture d’euphorbia characia reçue de Anny en mars 2016

Euphorbia griffithii : au soleil, en sol frais

Celle-ci a un feuillage caduc, vert foncé, et offre une flamboyante floraison rouge orangé de mai à juillet, suivie de fruits semblables à des câpres. Les tiges dressées, vert rougeâtre quand elles sont jeunes, forment un joli buisson d’au moins 75 x 50 cm. Soleil ou mi-ombre, en sol humifère sec ou frais.
C’est la toute dernière plantée au jardin. Je n’ai aucun recul sur cette variété.

euphorbia griffithii ‘Fireglow’

Euphorbia palustris (euphorbe des marais): en zone marécageuse

J’ai reçu cette magnifique euphorbe de mon amie Béné.
Cette variété apprécie la fraicheur et l’humidité. On pourrait même l’installer au bord d’un bassin…
Cette espèce caduque, peu drageonnante, forme une boule dressée et vigoureuse de 80 cm.
En avril-mai, les fleurs jaune vif sont très lumineuses puis la touffe devient plus discrète l’été, avec ses longues feuilles étroites, vertes.

euphorbia x martinii (en bordure de massif) et euphorbia palustris (à droite)
euphorbia palustris (euphorbe des marais) , euphorbia polychroma
massif jaune avec des géraniums et des hémérocalles ‘Stella de Oro’, la belle euphorbe ‘palustris’ (euphorbe des marais)

Euphorbia myrsinite (euphorbe de Corse): pour une rocaille ensoleillée

Celle-ci n’est pas (pas encore!) au jardin mais ça viendra sûrement car elle me plaît beaucoup! Ce joli couvre-sol au feuillage persistant et tapissant (15 x 40 cm) irait parfaitement entre les pavés de ma terrasse! Elle se contente en effet d’une rocaille sèche et très ensoleillée, d’un muret ou des dalles d’une terrasse. Les tiges épaisses, couchées, portent des feuilles bleutées, charnues, disposées en spirale. On dirait une succulente.
Elle offre des fleurs jaune lumineux de mars à juin.

euphorbia myrsinite

Voilà, je voulais vous convaincre de leurs qualités, j’espère que j’ai réussi!?

14 commentaires sur “Les euphorbes, tout pour plaire!

  1. J’aime ton article sur cette vivace et tes associations. Cette plante fait ses 1ers pas chez moi depuis peu et tu m’as convaincu d’en mettre d’autres.
    En relisant ton article je me suis arrêtée sur l’euphorbe des marais . Faudra-t-il la raser en fin d’hiver ?
    Merci pour ce partage.
    Lydie

  2. En ce qui me concerne tu prêches une convaincue. J’ai ici une euphorbe panachée, une amygdaloïde purpurea, ma préférée, une characias, deux myrsinites et les petites dernières, deux dulcis Chaméléon. La beauté de tes photos me confirme l’intérêt des ces plantes et tu réponds à la question que je me pose à chaque fois, que faire après la floraison. Merci pour ce bel article. Bises

  3. Ton article sur les euphorbes est très intéressant. De jolies associations et des descriptions qui inspirent. Je m’intéresse aux euphorbes depuis cette année. Elles offrent de belles couleurs. Je n’ai plus qu’à en acheter d’autres, mais ça attendra le printemps, car la plantation de mes bulbes est prioritaire.
    Au plaisir de te lire.
    Bisous.

  4. Merci pour ton très bel article sur ces jolies plantes que sont les euphorbes, tu as raison elles vont avec tout. Il n’y a pas mieux pour mettre les autres floraison en valeur et beaucoup d’entre elles sont tout aussi superbes toutes seules. J’en use au jardin avec bonheur. Je suis bien contente que tu aies parlé de l’euphorbe dulcis « Chameleon ». Je l’ai acheté cet automne et elle est encore petite, mais tes photos me montrent qu’elle va vite devenir superbe. Par contre j’ai souvenir d’une lecture de Didier Willery qui dit que les euphorbes ont une durée de vie qui peut être courte (3 ans). A savoir donc…

    1. C’est vrai que le pied mère de l’euphorbe Chameleon a dépérit au bout de 3 ans. Pareil pour la purpurea. Mais leur nombreuse descendance assure leur pérennité! 😉

  5. Après un tel article, tout le monde va se précipiter sur les euphorbes ! J’en ai quelques variétés au jardin mais j’en découvre ci-dessus qui me font bien envie. Surtout la « chaméléon » : d’après sa description, elle conviendrait parfaitement pour un coin d’ombre sèche pas facile où il reste encore de la place. Merci beaucoup pour les infos et pour les superbes photos.

  6. j’avoue que les Euphorbes ne font pas partie des plantes aimées pas plus que les sedum , mais la photo du paragraphe , sol pauvre et bien drainé , m’a plu. Quelle variété ?Cette petite partie d’un massif est bien car pas courante et l’espace entre les plantes juste ce qu’il faut , elles se valorisent l’une l’autre .

  7. Coucou Malo, je découvre ce blog à partir de ton autre blog.
    Cet article me plaît beaucoup. je mets de plus en plus d’euphorbes au jardin et je pense que je deviens accroc ! Malheureusement le chaméléon ne se ressème pas chez moi. C’est dommage car je l’adore.
    Je voudrais m’abonner au newsletter de ton blog pour être informée de nouveaux articles mais je ne vois pas où il faut le faire.
    Bises
    Judith

  8. J’aime beaucoup tes associations.
    J’ai fais pas mal de tentatives mais elles pourrissent avec la neige de printemps. IL n’y a que l’euphorbe de corse qui résiste et se ballade dans le jardin. Cameleon, amygdaloides pourpre et une grande panachée de blanc ont toutes disparues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *