Les épines de l’Epine-vinette (Berberis julianae)

Pour une haie défensive, une haie occultante, une haie pour la petite faune ou tout cela à la fois, misez sur le berberis julianae!

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, un arbuste très épineux, à petites feuilles persistantes et épineuses, Buisson à port retombant 3 x 1.50 m (croissance lente), floraison printanière jaune, nectarifère, parfum léger, très rustique.

Des feuilles et des épines!

Il forme un buisson dressé, bien ramifié, dense, à feuillage persistant, avec un port compact, il est donc bien occultant toute l’année.

Les feuilles vert foncé, brillantes, épineuses, sont réunies en petits bouquets sur les rameaux. Rougissant sous l’effet du froid, elles offrent de belles colorations automnales.

Il est très épineux, pourvu de loooongues épines à 3 branches, avec un feuillage épineux, donc il convient dans une haie défensive pour décourager les intrusions et il sert de refuge aux petits oiseaux contre d’éventuels prédateurs.

Avec l’âge, le buisson reste étroit mais prend un port retombant et il atteint à maturité environ 3 m de hauteur pour 1,50m de largeur.
[

Epine-vinette, Berberis julianae, Vinettier de Juliana, épine-vinette de Saint Julien, un arbuste très épineux à feuillage persistant

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, Corymbes de petites fleurs de 1 cm, jaunes, mellifères, parfum léger, de avril à mai

Des fleurs…

Au début du printemps, les petites fleurs jaunes de 1 cm, au parfum léger, sont réunies en corymbes discrets mais lumineux dans la grisaille. Elles sont nectarifères donc courtisées par les butineurs.

Généralement, il refleurit une deuxième fois en octobre-novembre.

Les floraisons sont suivies par de petites baies charnues, bleu-noir.

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, Corymbes de petites fleurs de 1 cm, jaunes, mellifères, parfum léger, de avril à mai

Arbuste tout-terrain!

Il se plaît à toutes les expositions (soleil, mi-ombre ou ombre) et est très résistant au froid.

Tolérant la plupart des sols, même secs, pauvres, caillouteux, même lourds, compacts et argileux ou légèrement calcaires, il ne redoute que les sols gorgés d’eau, excessivement acides ou excessivement calcaires.

Pour une haie, laissez un espacement de environ 1m entre les berbéris.
Plantez-les en haie défensive en fond de jardin ou dans un sous-bois éloigné, mais pas dans un lieu de passage à cause des épines!

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, un arbuste épineux à feuillage persistant

Arbuste sans entretien!

Il résiste bien à la sécheresse estivale et se passera totalement d’arrosage une fois bien établi.
Néanmoins, arrosez-le 1x/semaine la première année afin de favoriser un bon enracinement.

Il ne nécessite pas de taille puisque sa silhouette reste naturellement étroite et sage, et c’est tant mieux parce que vu ses épines, il ne vaut mieux pas trop s’y frotter!
Néanmoins, il supporte une taille légère si besoin, par exemple si on souhaite le limiter à 2m de hauteur en limite de mitoyenneté.
On le taille alors après la floraison, avec des gants et des lunettes de protection, car les branches portent de vilaines épines!

Il résiste parfaitement au froid.

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, un arbuste épineux à feuillage persistant

Avec quels arbustes l’associer?

Dans une haie défensive, multipliez les épines! Rosier botanique sericea chrysocarpa, Rosa roxburghii, presque tous les rosiers rugueux (Hansa, Belle Poitevine, White Grootendorst, F.J. Gootendorst, etc.). Et aussi les rosiers pimprenelle comme Stanwell Perpetual,.. ou simplement le rosier type rosa pimpinellifolia. D’autres rosiers botaniques tels que Hugonis, Moyesii ou Glauca. Et simplement rosa canina, celui que l’on trouve communément dans les haies champêtres.
On la compose aussi avec des arbustes à épines tels que berbéris Darwinii (épine vinette), aubépine (par exemple ‘Paul’s Scarlet’ à fleurs rouges), Pyracantha (buisson ardent à baies jaunes, oranges ou rouges), cognassier du Japon de différentes couleurs aussi, du houx, un argousier, un mahonia, un osmanthus… et peut-être des petits fruitiers comme les groseilliers à maquereaux ou un mûrier?
On les plante assez serrés car son efficacité dépend en grande partie de sa densité : de 25 cm si on souhaite une haie stricte, à 80 cm si on préfère un côté naturel.
La haie défensive est souvent non taillée mais elle devient donc plus haute.

Dans une haie brise-vue, on va sélectionner des arbustes à feuillages persistants mais pas forcément épineux… : laurier tin, cotoneaster franchetii, berbéris julianae, ligustrum, houx, laurier cerise, et rhodo si le sol et l’exposition s’y prêtent,… et même en caduc une spirée Van Houttei au pouvoir occultant assez efficace malgré qu’elle perde ses feuilles en hiver…
Si il y a assez de place, on peut les espacer suffisamment pour qu’ils puissent garder un port naturel et fleurir. L’effet occultant sera plus long à atteindre et la haie adulte prendra plus de largeur mais ce sera tellement plus beau! Et moins de travail!
Et pour boucher les espaces les premières années, des lavatères poussent très vite et ont une courte durée de vie donc elles seront une bonne solution provisoire…

Dans une haie pour les oiseaux, j’avais écrit un article consacré à ce sujet (clic ici).

Epine-vinette, Berberis julianae Vinettier de Juliana, un arbuste épineux à feuillage persistant

Un arbuste d’une grande facilité de culture, très épineux, à feuillage persistant, avec une floraison nectarifère printanière puis automnale suivie d’une fructification pour les oiseaux, il réunit bien des atouts! Ne trouvez-vous pas?

5 commentaires sur “Les épines de l’Epine-vinette (Berberis julianae)

  1. Merci pour cette présentation Malorie. Je ne connais pas cette variété. Est-elle moins sensible à l’oidium que ses cousines habituellement utilisées ? J’ai souvenir d’une haie de berberis dans mon ancien jardin. Elle devenait toute blanche chaque année.

    1. Bonjour Catherine,
      Je suis nouveau sur ce blog. Mon jardin donne priorité aux parfums « 4 saisons » et notamment ce Berberis juliana ainsi que son cousin Berberis buxifolia ‘Nana’, plus décoratif, depuis plus de 15 ans. Ils n’ont jamais souffert d’oidium… Berberis juliana se multiplie par semis naturel. Chaque année, il me procure quelques nouveaux plants. Utile lorsque que l’on déménage bientôt et qu’un nouveau jardin se profile à l’horizon.

  2. Je fais partie de la ligue anti berberis et pyracantha …..
    Après blessure qui aurait pu être très grave, les berberis sont les pires!
    Alors au fond du jardin et ne pas avoir à les tailler….

  3. Que de bons conseils! Idéal pour mon jardin à tendance sauvage, en espérant décourager quelques animaux un peu destructeurs, mais pas les petits oiseaux bien sûr 😉 Les épines, si c’est dans une zone peu fréquentée du jardin, et qu’il n’y a pas d’entretien, ce n’est pas trop un problème.

  4. J’ai un Berberis Darwinii depuis des années au bord d’un parterre. Il est très beau. Il s’est resseme ailleurs et chez nos voisins aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *