Garden faux-pas: les « jardins » de cailloux

Vous souhaitez créer un jardin minéral avec de beaux galets et juste quelques graminées, dans un style épuré, contemporain et surtout sans entretien!?
Ne comptez pas sur moi!
Je ne critique pas les rocailles, ni les jardins SUR graviers avec une grande diversité de plantes adaptées aux sols secs, plantées en nombre sur une surface gravillonnée… Ca j’aime beaucoup!
En revanche, je m’insurge contre cette « mode » des jardins DE graviers, d’une triste pauvreté végétale, et qui sont un total non-sens pour l’environnement.

Pour moi, ces grandes surfaces bâchées et couvertes de caillasse où 3 malheureux miscanthus tentent de faire bonne figure, ne méritent pas le nom de « jardin » tant la palette végétale est réduite et sans intérêt pour la petite faune.
En plus, bien souvent, je les trouve soit impersonnels et froids, soit moches, ou les deux… mais ça, c’est une question de goût personnel donc nous n’en débattrons pas! 😉

Cet article ne sera pas beaucoup illustré car il ne s’agit pas ici de vexer qui que ce soit en utilisant une photo de leur aménagement pour le critiquer. Juste de permettre une prise de conscience…

Aménagement avec des cailloux de différentes couleurs…

Extraction et transport

D’où croyez-vous qu’ils viennent ces assortiments de galets et graviers de toutes les tailles et couleurs?

Extraction en masse qui entraîne déforestation et destruction de milieux naturels, donc appauvrissement de la biodiversité,…
A cela on ajoute le transport pour les livraisons avec un bilan carbone catastrophique, cela va sans dire!

aménagement avec des cailloux de différentes couleurs…

Le plastique c’est pas fantastique!

Bien sûr, pour faire pire encore, on va d’abord étaler, sous tous ces cailloux, des mètres carrés de toile en polypropylène! Sinon c’est pas drôle! (Mais je vous ai déjà dit ce que je pensais de ces affreuses toiles ici).

De cette façon, en imaginant que l’on aie quand même pris soin de choisir une pierre locale et une gamme intéressante de végétaux couvre-sol, ceux-ci ne pourront même pas marcotter ou étendre leurs rhizomes souterrains, puisque les pousses ne rencontrent que du plastique!

La vie disparaît sous ces bâches, toute la microfaune déserte l’endroit puisqu’elle ne reçoit plus rien à se mettre sous la dent, le sol n’est plus enrichi par la décomposition des feuilles mortes et autres matières organiques, la terre est tassée, compactée, asphyxiée…

Dans ces surfaces devenues imperméables, l’eau de pluie ne s’infiltre plus correctement pour aller recharger les nappes phréatiques et les plantes n’ont pas d’eau à puiser en profondeur.

En plus, au fil des ans, la bâche se dégrade dans le sol et devient totalement inutile, laissant pour les générations suivantes des particules de plastique qui polluent!

paillis d’ardoises sur bâche… Les adventices percent la toile et le résultat n’est pas très esthétique

Les végétaux ne poussent pas bien

Dans la Nature, les feuilles mortes tombent, se décomposent sur le sol et sont incorporées à la terre par la microfaune (bactéries, insectes, vers de terre) et les champignons… Cette matière décomposée forme de l’humus qui enrichit le sol et nourrit les plantes…

Avec une bâche, c’est évident, ce cercle vertueux ne peut avoir lieu : le sol s’appauvrit de plus en plus, il n’est plus aéré, et les végétaux seront de plus en plus carencés, donc plus sensibles aux maladies et aux ravageurs
Les apports d’engrais organiques pour y remédier seront bien compliqués avec la bâche et cela ne résoudra pas le problème durablement!

Sans entretien? Pas pour longtemps!

Au début, ça fait « propre »… Mais après? Quelques années plus tard, le jardin minéral devient compliqué à gérer.

Une fine couche de poussière et de matière organique se pose entre les graviers et la bâche. Généralement trop peu pour permettre aux plantes de marcotter ou se ressemer, mais bien assez pour les « mauvaises herbes » qui se contentent d’un sol pauvre et sont particulièrement adaptées aux contraintes du terrain que vous avez créé là!
Résultat : les adventices s’installent par dessus la bâche et parviennent à percer le plastique avec leurs grosses racines pivot!
Au final, cette bâche censée éviter la levée de « mauvaises herbes » complique considérablement le désherbage, obligeant bien souvent à avoir recours à des herbicides chimiques!

zone de graviers sur bâche, cela ne fonctionne que si la couche de graviers est suffisamment épaisse, et encore! Les adventices s’installent par-dessus la bâche, dans une fine couche de poussière, et leurs racines percent le plastique rendant le désherbage très compliqué!

Vive le réchauffement!

Certains installent de grandes surfaces minérales « pour remplacer la pelouse qui devient jaune l’été à cause de la sécheresse! » ou « Pour ne plus gaspiller l’eau en arrosant les plantes »…
Eh bien si c’est pour « s’adapter » à la sécheresse et au réchauffement, il faut revoir sa copie!

Des études ont démontré que les nuits d’été, dans les zones urbaines minéralisées, on peut avoir jusqu’à 6,5°C de plus que dans les espaces végétalisés à l’extérieur du centre-ville. En Allemagne, une loi interdit même ces jardins de cailloux (dans la région de Bade-Wurtemberg) pour lutter contre le réchauffement, tant on suffoque, l’été, dans les villes!

Quand les plantes choisies ne sont pas adaptées à cette situation extrême, elles souffrent du rayonnement de la chaleur accumulée dans les pierres en journée…
J’ai vu récemment un aménagement de cailloux, qui plus est entouré de gabions, où trônait un très beau Cornus kousa fraîchement planté (avec la pancarte du paysagiste fièrement affichée).
Je ne donne pas cher de ce superbe arbuste qui a besoin de fraîcheur pour prospérer et n’apprécie pas le soleil brûlant!

galets
graviers de différentes couleurs qui se mélangent… et les adventices qui poussent de partout…

Pauvreté végétale

Généralement, ces espaces couverts de cailloux se veulent « épurés » et la palette végétale est très restreinte.
Dans le meilleur des cas quelques graminées côtoient un arbuste en topiaire ou des lavandes…
Certainement pas de quoi satisfaire les papillons, les abeilles et autres butineurs!

galets et graminées
du minéral et des graminées… sur cette photo on voit une haie mitoyenne mais en réalité tout le reste est entouré de gabions :/

 

Voilà quelques arguments qui ne sont pas en faveur de ces aménagements composés presque exclusivement de pierres.

On ferait bien mieux de planter des arbres pour profiter de la fraîcheur de leur ombrage, de sélectionner des plantes mieux adaptées à la sécheresse, d’installer un couvert végétal avec de nombreuses vivaces tapissantes et/ou d’utiliser un paillis organique et local (BRF, chanvre, miscanthus…) qui enrichira le sol en se décomposant.

Nous allons certes devoir adapter nos jardins au changement climatique, mais je veux croire que cela ne passera pas par la destruction de milieux naturels, l’appauvrissement végétal, l’utilisation de bâches et la pose de gazon synthétique…

27 commentaires sur “Garden faux-pas: les « jardins » de cailloux

  1. Tout à fait d’accord !
    Mais comme la mode « c’est ce qui se démode » espèrons que cela passera…
    Je préfère de loin mon inextricable fouillis coloré

  2. Oui en effet, pour avoir voulu me débarrasser des tâches de désherbage sur un petit espaces ombragé de 4 m² j’ai fais cette expérience de la pose d’une toile barrière à racine recouverte de gravier blanc…
    aujourd’hui les végétaux arrivent à pousser avec dans l’épaisseur des graviers et j’en suis au même point qu’il y a 10 ans.

    1. Merci beaucoup de partager ici votre expérience avec ces bâches recouvertes de cailloux.
      Si vous avez une ou deux photos de votre jardin de cailloux à partager pour illustrer mon article, je suis preneuse 😉

  3. Un problème que je connais bien.. très compliqué dans le copropriété.. car la recherche première est souvent le cout minimal.; donc soit bétonner, soit des graviers… Tout ce qui demande du travail est le plus souvent refusé par la majorité.. Une option est de proposer de limiter les frais en répartissant l’entretien des surfaces communes entre les différents propriétaires. Soit ils financent un jardinier, soit ils le font eux-mêmes… Quoi que l’on fasse, il y a souvent là une source de conflit…

  4. Je pense exactement comme vous et je ne saurais dire mieux , il faudra encore répéter inlassablement pendant longtemps tous ces arguments de bons sens mais ce qui est navrant c’est que des municipalités, chez nous, dans des bourgades de campagne, continuent à supprimer des arbres, empierrer, ou mettre du macadam , puisqu’ « on ne peut plus épendre de désherbant  » , que les arbres sont dangereux et que les braves gens ne supportent pas un brin d’herbe folle ni les feuilles mortes. Je fais de la pédagogie avec nos visiteurs mais la plupart des personnes qui aiment notre jardin sont des convaincus. Merci à vous.

  5. Je vois, ici plein de gens qui font faire des surface en gravier… Une maison du village qui avait un superbe masse d’hortensias, virés comme des malpropres.. Il y a sûrement un « paysagiste » dans le coin qui promeut ça…
    Ceci dit j’ai un espace sur bâche que j’aime beaucoup, mais il est restreint, et je vais en enlever des bouts peu à peu…

    1. Je partage entièrement votre avis! Je suis tellement navrée de voir toutes ces photos de « jardins » – plutôt des cours où l’on ne voit plus de vert mais seulement du gris, du blanc, du rouge, apportés par les cailloux, ardoises, copeaux… comme c’est triste et sans vie!! Pourquoi ne pas ajouter des plantes en plastique tant qu’on y est, comme ça 0 entretien et 0 bestioles . Je préfère des loon mon petit jardin un peu fouillis mais si gai! Merci pour ce petit réveil des consciences!

  6. je ne connais pas ces jardins de graviers ds la réalité , et j’en ai très peu entendu parler mais par contre j’ai lu avec passion ‘ un jardin sans arrosage’ du paysagiste méridional Jean jacques Derboux . Dans certains endroits il a privilégié l’emploi du gravier par ex une allée de garage et le résultat est magnifique. mais partout , ds ses projets , la vegétation est très dominante

  7. Quelle horreur…faire soi disant propre….en tuant tout….en chassant à tout jamais la nature…la biodiversité…quelle tristesse

  8. Super article Malorie! vous l’écrivez très bien, et je pense comme vous. Pour moi beauté= diversité..des couleurs, des formes, des textures, des hauteurs..
    J’ai pensé celà un jour en passant devant une villa ou il y avait comme vous le dites si bien, 3 malheureux miscanthus sous un bâche. Et je me suis dit « que c’est triste et « stérile « pour l’environnement et même le regard » car pas de bonheur a regarder celà! Un jardin sans fleurs, sans diversité végétale, pour moi ce n’est pas un jardin, c’est tout au plus une terrasse, et encore il y a de jolies terrasses avec de belles jardinières qui attirent les butineurs..

  9. Il y a vingt ans notre rue, trottoirs compris, a été complètement refaite, car il fallait y installer l’égouttage. La commune nous a proposé des trottoirs avec des bandes de gazon sous les cerisiers du Japon. Le jour de ces travaux, on a vu débarquer des camions de gravier et les ouvriers ont commencé à installer des géotextiles, à recouvrir de gravier, à la place de terre pour y semer du gazon. In extremis, j’ai réussi à les en empêcher, pour ce qui était du trottoir devant notre maison. J’ai du courir à la commune, obtenir l’autorisation de planter nous-mêmes du gazon (tel que prévu et d’ailleurs jamais le changement de plans ne nous a été communiqué) et, vingt ans plus tard, en voyant les autres trottoirs envahis d’aventices et mal entretenus, nous ne pouvons que nous réjouir de notre belle bande de gazon, dont l’entretien se limite à la tonte, qui prend une vingtaine de minutes…

  10. Vous avez dit jardin? Quelle hérésie. Un jardin doit faire rêver, moi je prefere les herbes folles et les étendues de gravier avec un pauvre miscanthus au milieu me rendent triste. Mais oui le hic c’est que la mode passe par là. Vive les jardins de curé, et si nous voulons nous ressourcer admirons les papillons sur une touffe de menthe sauvage ou un gros bourdon enfoui dans une collerette de fleur

  11. Euh !!! vais je arriver à apporter un autre éclairage au sujet des jardins de gravier? il y a bâche et bâche et puis il peut aussi ne pas y avoir de bâche…. et la diversité végétale n’est pas si restreinte que cela !!!! sourire … il va falloir que je trouve le temps pour faire un contre argumentaire … re sourire… hélène

    1. Aaah Helene, tu n’as pas lu attentivement mon article!? Ce n’est pas bien! 😉
      J’aime beaucoup les jardins sur graviers! Il existe une grande diversité de plantes qui y sont adaptées! J’en ai même déjà conçu pour des clients, dans une entrée de maison et dans une allée de garage gravillonnées… et j’ai même écrit un autre article sur ce sujet (dont le lien est dans cet article-ci).
      Mais ces jardins sur graviers ne sont pas le sujet ici, je voulais cette fois « dénoncer » les surfaces stériles, couvertes de cailloux avec peu de diversité végétale, et que l’on voit de plus en plus souvent dans des aménagements contemporains…
      Lis mon autre article et tu me diras si tu ressens encore le besoin d’écrire un contre argumentaire 😉
      Bonne nuit,;)

    2. Je suis allée ce matin faire 2 nouvelles photos pour illustrer cet article-ci. J’e n’ai pas fait de plan large pour que cela reste respectueux des propriétaires mais comme ça, tu verras de quoi je parle! 😉

  12. Et pourtant le jardin sec sur graviers installé sur un parking par Beth Chatto est une réussite,mais je ne sais pas si il y a une bâche en dessous?

    1. Eh oui, c’est bien la preuve qu’il y a moyen de faire de beaux jardins sur graviers et qu’il existe un large palette végétale adaptée aux sols secs et intéressante pour la petite faune! C’est vraiment dommage de se limiter à quelques graminées dans des cailloux quand on peut faire tellement mieux!

  13. C’est illusoire de penser qu’avoir un jardin sans entretien est possible. Mettre une bâche, macadamiser, des cailloux….tout pour freiner la végétation. A quoi bon un jardin alors? Je me demande parfois pourquoi faut-il tant maîtriser la nature ? Même les arbres palissés, je trouve cela anti-nature, mais c’est un autre débat…

  14. Bonjour, je retrouve tellement ma problématique dans cet article. On a acheté il y a 4 ans et l’avant et l’arrière sont style japonais avec cailloux, fontaine boule et buis ou équivalents. Sur le coup c’était joli, aménagé. Mais je dois désherber tout le temps. J’ai voulu mettre de la couleur avec des pensées en pot…c’est bien on ne voit plus les cailloux tellement elles se resèment dedans . Mais aussi les graminées, ceux qui en veulent, je donne sans soucis ! Et comment amender de compost ou autre avec la bâche moi qui veut éviter au max les produits???? Allez le bon côté : les coquelourdes et pensées s’y sèment à la folie, alors je récupère. Pas de panique…il restait 2000m² pas aménagés, j’ai de quoi faire du naturel .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *