Deux nouveaux hydrangea

Aujourd’hui, de retour d’un chantier en cours d’aménagement, j’ai fait un arrêt éclair à la pépinière de la Thyle. C’était sur mon chemin alors comment résister?! D’autant plus que j’avais repéré lors de ma dernière visite plusieurs hydrangea coup de coeur et après quelques jours de réflexion, je me suis décidée pour deux jolis serrata.

Les hydrangea serrata conviennent particulièrement à mon petit jardin.
D’abord parce qu’ils se plaisent à mi-ombre et avec les jeunes arbres que j’ai introduit au jardin ces dernières années, le plein soleil se fait rare chez moi.
Par ailleurs, la plupart des serrata sont sensiblement plus petits que leurs cousins H. macrophylla, et justement mon jardin n’est pas grand!
Leur floraison est de plus courte durée mais légèrement plus précoce et d’une grande finesse.
Autres avantages, leur feuillage a de magnifiques couleurs d’automne et ils sont en principe moins sensibles aux gelées printanières que les hydrangea macrophylla.

J’ai donc choisi ces deux petits nouveaux: ‘Shihenge’ et ‘Toza no Akatsuki’.

‘Shihenge’ est un petit serrata  de 80 cm de haut, idéal à l’ombre claire. Il porte une multitude de petites inflorescences dans les tons foncés, aussi intéressantes en bleu qu’en rose fuchsia, selon le sol dans lequel on le cultive. Je ne sais pas encore si je lui adjoindrai ou non de l’alumine pour le garder bleu…
Il est fréquent de le voir remonter légèrement..

hydrangea serrata ‘Shihenge’

Thierry de Ryckel utilise 3 mots pour le qualifier: finesse, floribondité et originalité.
Je vais le planter au pied de la tour du toboggan, près de la clématite ‘Prince Charles’.
C’est un endroit de passage où l’on pourra profiter de ses nombreuses mais toutes petites fleurs.

hydrangea serrata ‘Shihenge’

‘Tosa no akatsuki’ est aussi un petit serrata de 60 à 80 cm de hauteur.
Les  longs pédicelles qui supportent les sépales lui confèrent une allure unique et légère en période de floraison.
Mais c’est pour sa couleur particulière que je l’ai choisi: vieux rose, brique, légèrement saumoné…

hydrangea serrata’ Toza no Akatsuki’

Il ira à côté du rosier ‘Astronomia’ aux étamines du même ton.

hydrangea serrata’ Toza no Akatsuki’ en compagnie de rosa ‘Astronomia’

Pour ne rien gâcher, les petites feuilles vireront au orange pâle en automne.
Surtout, à ne pas planter au soleil trop brûlant!

 

Si je vous ai fait succomber avec ces deux petits nouveaux, notez quand même que les H. macrophylla et les H. serrata ne se plaisent pas en terrain calcaire.
Dans une terre sablonneuse,  apportez du compost pour améliorer la rétention en eau.

 

27 commentaires sur “Deux nouveaux hydrangea

  1. Bonsoir Malorie, je n’ai jamais laissé de petit mot à la fin de tes posts (je dis tu, ne m’en veux pas) et pourtant cela fait longtemps que j’aurai dû le faire, j’ai tellement lu ton blog ! J’y trouve tout ce que j’aime, de belles photos, des infos complètes… et cela ne serait rien sans ton style unique, frais, clair, plein d’humour. Loin d’être un catalogue ton blog est extrêmement vivant, et on y a l’émotion d’y trouver un peu de toi. Je partage ta passion des roses (forcément) et c’est avec un grand sourire que je te voie tomber en amour des hydrangéas (un monde que je découvre depuis peu moi aussi, parallèlement à toi, et M. De Ryckel, avec se belle façon d’en parler, n’y est pas totalement étranger). Bref, sur le fond comme sur la forme, je me régale des écrits. Récemment je suis retourné voir ce que tu avais écrit sur les charançons. Il se trouve qu’ils s’étaient installé dans mon Austin, Olivia. Mon jardin n’est pas très grand (400m2) et il est loin d’être abouti. Petit à petit je progresse dans sa construction. J’ai comme toi un grand chien, mais il m’a fait de si grands dégâts dans les massifs que j’ai été obligé de les clôturer (les fleurs, pas les pattes de mon toutou). Pas chouette mais obligatoire pour faire pousser des fleurettes ! Bon je ne voulais pas t’ennuyer avec mes petites histoires perso, juste te dire ceci : ton blog est formidable, j’éspère que tu continueras à l’écrire avec plaisir, pour mon (notre) plus grand bonheur ! Merci Malorie !!

    1. Bonjour Natacha,
      Tu n’imagine pas à quel point ton message me touche! Cela me motive à continuer le blog malgré, parfois, l’impression de me répéter et de tourner en rond avec des sujets déjà maintes fois abordés au fil de ces… tiens j’ai loupé l’anniversaire du blog en mai… 6 ans!
      Méfie toi de ces saletés de charançons, c’est vraiment une plaie! Reste aux aguets! 😉
      Ton jardin a la taille du mien! Dans quelle région es-tu?
      Le mien a mis plusieurs années à se concrétiser et même si on a hâte de le voir « rempli » et/ou abouti (les deux ne vont pas toujours de paire! LoL),… eh bien quand on n’a plus de place pour des coups de coeur, c’est moins amusant quand même! Alors profite bien de ces années de création!
      Quel âge a ton chien? S’il est jeune, il pourrait peut-être encore apprendre à éviter les massifs?
      Merci encore pour ton si gentil commentaire qui me va droit au coeur!
      Bon week-end,
      Malo

      1. Bonjour Malorie, désolée de ne pas t’avoir répondu plus tôt mais je ne suis pas toujours très assidue sur internet. Ne t’en fait pas pour ce que tu appelles  » les répétitions « , d’abord, ça ne me gêne pas (quand on aime, on ne compte pas ), ensuite je dirai que c’est plus un approfondissement du sujet qu’une répétition. Ce sont les mêmes plantes, bien sûr, mais elles évoluent, leur environnement évolue et tes goûts aussi évoluent. Alors, je trouve que tu nous parles plus de cette évolution que de faire une simple redite. La même plante en devient toute neuve, lavée de toute (hypothétique) poussière. C’est d’autant plus fort que tu écris souvent (je salue au passage ta capacité de renouvellement !). Et puis tu as le grand talent de rédiger tes billets comme on raconte un roman et ça, ça change tout. Quand bien même tu aurais envie de nous présenter 20 fois de suite le même rosier, se serait bien… on ferait le tour de la question (tiens, d’ailleurs, cela me reviens, que devient ton rosier Marie-Louise ?) et je suis sûre que tu saurais trouver les mots qui vont bien. Alors, non, ne t’en fait pas, côté lecteur, pas de lassitude. J’éspère que toi, tu tiendras le coup…
        Tu te demandais où j’habite… je suis de la région parisienne, en pleine ville. Beaucoup de maisons, rues étroites, de petits jardins (le mien est plutôt grand par rapport à la moyenne) on vit tout près de nos voisins. Pas d’horizons infinis ou de belles perspectives, mais ça va quand même. Un jour peut-être les contours de mon jardin seront dessinés par des fleurs et je serai comme abritée de l’agitation extérieure, ce qui ne me déplairai pas du tout.
        Merci pour ton conseil de profiter pleinement de la possibilité que j’ai de pouvoir tout planter (ou presque !), mais sans vouloir finir trop vite. Oui, j’ai senti ça aussi, qu’il y a de l’exaltation dans la création. C’est bien de la faire durer, mais il faut aussi penser à vivre le jardin autrement par la suite, en se satisfaisant (au moins) ou en s’émerveillant (au mieux) du simple renouvellement de la nature.
        À bientôt Malorie, je ne promet pas de te laisser un message souvent (et si c’est le cas se sera moins long ), mais j’essaierai d’être régulière. Je découvre toujours tes posts avec grand plaisir, alors n’oublies pas que ce que tu fais plaît énormément. Courage ! Et bonnes vacances !

  2. Bonsoir Malo oh j’aime le commentaire de Patrick L tout est dit ,les deux sont superbes allez faites de la place pour les deux (sourire).
    Bon weekend Malo

    1. Eh bien je ne les aimais pas non plus avant de voir en vrai ‘Shihenge’… (Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis hein! Et je ne dis pas ça pour toi! LoL).
      Et comme le massif jaune/blanc/bleu est juste dans le prolongement, ça ira bien avec la perspective. Il remplacera un géranium vivace à fleurs roses que je ne trouvais pas à sa place à cause de sa couleur rose justement, surtout au pied de la clématite bleue. Ça faisait trop de mélanges de couleur… Cependant, je me connais, je risque d’oublier de mettre de l’alumine et il virera peut-être au bleu/violet/rose avec ma terre… On verra!
      Picadilly est un vrai coup de coeur! Il existe aussi deux autres variétés dans ce même genre, un peu champêtres et parfumés, mais plus hauts (1,50m) dont un un peu rosé, superbe!!! Ils te plairaient sans doute aussi!
      Bises

    1. C’est ça, rigole!!! Moques-toi!!! pfff… vilaine! LOL
      ‘Picadily’ remplacera un rosier ‘Cardinal Hume’ qui ne donne rien ici.
      ‘Shihenge’ et ‘Tosa no Akatsuki’ remplaceront chacun un géranium vivace que j’ai en double… Je n’ai donc plus de place, mais j’en fait! 😉
      J’ai repéré de très beaux arborescens pour toi! Ils acceptent tous sols et toutes expositions et à la pépinière de la Thyle j’ai craqué pour 3 variétés parfumées et mellifères: ‘Picadilly’ (1m à 1,20m) et deux autres plus grands (1,50m): ‘Hill of snow’ (Discolor) et, en rose, ‘Pink pincushion’. Ils plairaient sans doute à vos abeilles! 😉

  3. Tes deux craquages sont superbes. Chez moi les hydrangéas doivent être bien choisis à cause du sol trop calcaire. Pour le moment je n’ai que des paniculatas. Mais tes petits serratas me plaisent beaucoup….je vais faire de petites recherches 😉 Bises et bon weekend.

    1. Voici ce qu’en dit Thierry de Ryckel sur son site:
      « Les hydrangeas s’acclimatent dans la plupart des sols, qu’ils soient sablonneux ou argileux, il est cependant très important que le sol choisi pour accueillir votre plante ait une bonne capacité de rétention en eau.. donc , dans les sols sablonneux, apporter du compost. En terrain calcaire, évitez toutefois de planter des macrophylla et des serrata ».
      Bises

  4. Très bon choix Malo, il faut naturellement , comme avec les rosiers, leur laisser le temps de s’installer, mais alors, c’est que du bonheur. Bisous

  5. Ils sont tous beaux, Picadilly est vraiment original, il me fait penser aussi à une spirée.
    quelle terre ont-ils chez toi ? moi je les adore et eux ne m’aiment pas beaucoup, la terre doit être trop argileuse ….

    1. J’ai une belle terre humifère bien que plus argileuse par endroits. D’après nos voisins plus âgés, un des anciens propriétaires a cultivé des fraisiers et donc il a apporté du fumier années après années… J’en profite! 😉

  6. Je ne connais pas Picadilly mais j’ai Hayes Starbust qui vient bien sûr de chez Thierry de Rickel. Je l’adore. Après ma « maladie » rosiers, je suis passée à la « maladie » hydrangéas. Des maladies bien agréables :)…. ceci dit en passant !!! Bon we.

  7. Ah je suis aussi sous le charme des hydrangeas…premier craquage sur le stand de Thierry de Rickel au une foire aux plantes, son livre puis visite de sa pépinière , j’adore.

  8. Nous avons bien pensé à toi en faisant la sortie à la Feuillerie et dans les deux jardins qui étaient associés à la fêtes des hydrangeas.; Nous avons reçu un exposé très pédagogique. et bien sur.. l’envie d’en planter plein au jardin !

      1. Je pense à Libelle.. après avoir vu ce rosier à la Feuillerie et chez Chantal. Son seul souci est qu’il ne supporte ABSOLUMENT pas le soleil, or là ou il ira, il n’aura pas de soleil sauf peut être après 9h du soir les journées les plus longues de l’année. Sans soleil il est superbe et éclaire merveilleusement les coins d’ombre avec beaucoup de légèreté

        bonne soirée

  9. Bonjour Malo,
    Je découvre ton blog avec émerveillement, je saute d’une page à l’autre et j’aime comme toi les roses et les hydrangeas depuis bien longtemps mais hélas, je n’ai pas de chance avec les hydrangea, à part un serrata qui a plus de 20 ans, je n’en garde quasi aucun… Mauvaise terre, mauvais emplacement… et pourtant je m’acharne, chaque année, j’en replante…. 🙂 ; merci pour ce partage… A très bientôt. Véronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *