Coaching-jardin: rajeunir les cotonéasters

Devant la maison, le massif au nord a été très bien pensé par les anciens propriétaires : avec le rhododendron, les azalées, le genévrier rampant, les bruyères, les viorne ‘Davidii’, le pieris, l’euonymus panaché, un rosier et les nombreux cotonéasters, il y a des fleurs longtemps. Tous ces persistants ont pris une large place et l’entretien est limité.
Mais les propriétaires actuels le trouvent trop figé, l’ensemble manque de finesse, de légèreté…

Depuis qu’ils ont emménagé, voilà quelques années, ils n’ont pas réellement pris en main l’entretien de cette partie du jardin, la laissant vivre sa vie… Ce que les plantes n’ont pas manqué de faire!
Madame ne pouvait plus souffrir le lourd genévrier rampant (juniperus horizontalis) qui avait pris une ampleur considérable et elle rêvait de graminées, tandis que monsieur se sentait dépassé par les cotoneaster horizontalis qui s’étalaient plus que de raison, débordaient du talus et envahissant quelque peu l’entrée du garage.

juniperus horizontalis

Le cotonéaster est un arbuste facile : une taille régulière permet de garder un port compact, une belle floraison et une bonne densité de feuillage. Mais quand on le laisse sans entretien, il se montre entreprenant!
Heureusement, après quelques années, une taille de rajeunissement est également possible occasionnellement.

cotoneaster horizontalis

Nous avons donc envisagé une taille sévère de ces couvre-sol avant les nouvelles plantations…  La tâche leur semblait immense. Aussi suis-je venue les aider à « rénover » ces arbustes… Nous avons  passé une bonne partie de la journée à jouer de la tronçonneuse… Ne reste plus qu’à évacuer les déchets de taille…

rajeunissement des vieux cotonéaster horizontalis

Le cotonésester horizontalis est un très bel arbuste couvre-sol, apprécié notamment pour ses nombreuses baies rouges très décoratives de la fin de l’été jusqu’à l’hiver, ce qui fait le bonheur des oiseaux.
En mai, ses petites fleurs blanches ou légèrement rosées sont particulièrement mellifères.
Il ne demande pas de soins particuliers, néanmoins une taille régulière permet de supprimer les rameaux qui dépassent pour lui garder un port compact.
On taille au début du printemps le cotoneaster persistant (ou après la floraison), et on taille en hiver, avant la reprise de la végétation, les espèces caduques.
Ils ne craignent pas la taille, même sévère si besoin, afin de remodeler la silhouette.

cotonéaster horizontalis en février

Concernant le genévrier rampant, la taille n’est pas trop recommandée et il vaut mieux privilégier une taille légère plutôt qu’un fort rabattage trop près du tronc. On a malgré tout hésité entre le supprimer totalement ou essayer tant bien que mal de le réduire en conservant une partie. On n’a pas réussi à lui garder un port élégant et naturel par la taille alors finalement, il a malheureusement été totalement arraché.

On est aussi intervenus sur tout le jardin à l’arrière: réduire un vieux chèvrefeuille arbustif, tailler les arbustes à floraison estivale, aérer le petit bois, tailler les pommiers, remettre à sa place le cornus alba qui se couchait sur la pelouse…

taille d’un vieux cornus alba: avant/après
un vieux cornus alba : avant ta taille

le cornus alba après la taille de rajeunissement : a n’a gardé que quelques jeunes pousses bien rouges. De nouvelles tiges colorées vont repartir de la souche et on a laissé quelques rejets qui flamboieront tout l’hiver prochain!

Prochaine étape dans ce jardin: réaménagement du massif d’entrée, création d’un nouveau parterre en bordure de terrasse et réorganisation d’un grand massif près de la cabane de jardin.  Je me réjoui d’y planter des rosiers, des graminées, des vivaces…
Projet à suivre!

3 commentaires sur “Coaching-jardin: rajeunir les cotonéasters

  1. Super, on dit 3 5 15
    3 ans pour se mettre en place .
    5 ans pour être beau
    15 ans il faut démonter les vieux arbustes.
    C’est normal d’avoir envie de changer et le tort que l’on a souvent , c’est de laisser aller un endroit tellement facile qu’on n’y pense plus et ça devient triste sans vie, il faut tailler tailler tailler tailler tailler toujours je crois avec plaisir pour garder forme et vie à un massif.
    Bonne semaine Malo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *