Bizarrerie : La Galle du rosier

« Mais qu’est-ce que c’est que cette bizarrerie? », me demande Nadjla.
C’est curieux et plutôt joli cette boule chevelue sur le rosier. La touffe de filaments ferait presque penser à une grosse bogue de châtaigne sauf que c’est tout doux, comme une mousse verte à rouge-orangé…
Mais rassurez-vous, ce n’est pas contagieux! D’ailleurs, ce n’est même pas une maladie!
Et c’est sans danger pour le rosier!

La Galle du rosier - Barbe de Saint Pierre - Bédégars
La Galle du rosier – Barbe de Saint Pierre – Bédégars (crédit photo : Nadjla)

On appelle cela une galle ou parfois « Barbe de Saint Pierre » ou « Bédégars ». Assez fréquente sur les églantiers sauvages, on l’observe aussi, à l’occasion, sur les rosiers horticoles.

La Galle du rosier - Barbe de Saint Pierre - Bédégars
La Galle du rosier – Barbe de Saint Pierre – Bédégars (crédit photo : Nadjla)

C’est l’oeuvre (d’Art!) des larves d’un tout petit insecte hyménoptère, le cynips (Diplolepis rosae).
(du grec kyno (« faire du bruit ») et ips (ver), évoquant l’effet spectaculaire produit par les larves).

Cette sorte de petite « guêpe » pond ses œufs au début de l’été, dans un bourgeon, une feuille ou une jeune tige du rosier.
En se développant dans les tissus de la plante, les larves émettent des substances provoquant l’élargissement des cellules qui leur servent de « cocon » et la formation de cet amas de petits filaments.

Un peu de vocabulaire : On parle de manière générale de zoocécidies pour les galles provoquées par des animaux. Vous pourrez le replacer dans une conversation un de ces jours… ou au Scarbble!?

La Galle du rosier, bizarrerie végétale
La Galle du rosier, aussi appelée « Barbe de Saint Pierre » ou « Bédégars », bizarrerie végétale (crédit photo : Nadjla)

Les larves se nourrissent des tissus végétaux qui garnissent leurs loges respectives.
Ces tissus se renouvellent au fur et à mesure, assurant une alimentation continue.
Comme la Nature est bien faite tout de même!

Ces galles solides et chevelues, qui mesurent de 3 à 10 cm de diamètre, comportent ainsi plusieurs alvéoles, abritant chacune une minuscule larve blanche.
Les larves se transforment en nymphes au début du printemps suivant puis les imagos (= adultes) émergent des galles en mai-juin.

Découpe d'une Galle du rosier
Découpe d’une Galle du rosier (crédit photo Nadjla)
Découpe d'une Galle du rosier - Barbe de Saint Pierre - Bédégars
Découpe d’une Galle du rosier – Barbe de Saint Pierre – Bédégars (crédit photo : Nadjla)

Il n’est donc pas vraiment utile de supprimer cette galle : on peut parfaitement laisser les larves y passer l’hiver au chaud…
Cela dit, il y a davantage de chance qu’elles soient à leur tour parasitées par un autre petit hyménoptère, car les filaments enchevêtrés de la galle sont bien insuffisants pour les protéger contre les guêpes parasitoïdes… (se développant conjointement dans la galle au détriment des larves légitimes) ou les oiseaux qui se délectent des petites larves.

C’est la dure loi de la Nature…

La Galle du rosier, aussi appelée "Barbe de Saint Pierre" ou "Bédégars", bizarrerie végétale (crédit photo : Nadjla)
La Galle du rosier, aussi appelée « Barbe de Saint Pierre » ou « Bédégars », bizarrerie végétale (crédit photo : Nadjla)
La Galle du rosier, aussi appelée "Barbe de Saint Pierre" ou "Bédégars", bizarrerie végétale
La Galle du rosier, aussi appelée « Barbe de Saint Pierre » ou « Bédégars », bizarrerie végétale (crédit photo : Nadjla)
La Galle du rosier, aussi appelée "Barbe de Saint Pierre" ou "Bédégars", bizarrerie végétale
La Galle du rosier, aussi appelée « Barbe de Saint Pierre » ou « Bédégars », bizarrerie végétale

De toute façon, la galle finit par se dessécher et tomber, sans faire de dégâts au rosier!
Ces galles affectent très peu la vigueur de la plante mais si cette curiosité végétale vous dérange, il suffit de couper les rameaux atteints.

Galle du rosier
Galle du rosier

Le saviez-vous?

Il paraît que lorsque les filaments n’ont plus leur teinte verte ou rouge, les larves sont assez grosses pour être mangées! Si vous êtes assez hardi pour y goûter, merci de bien vouloir me confirmer si elles ont ou non un goût de noisette!?…  Je vous ferai entièrement confiance… 😉

Merci à Nadjla pour sa question intéressante
et pour toutes les photos qui m’ont permis d’illustrer cet article 😉

4 commentaires sur “Bizarrerie : La Galle du rosier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *