Avant/après : Le talus de graminées chez Fabrizio & Angela

Ils en avaient assez de cette bâche noire géotextile que les pennisetum, en 5 ans, n’avaient pas réussi à cacher…
Moi aussi quand je suis arrivée chez eux l’été dernier, j’ai trouvé ce talus très triste. Il y avait bien quelques lavandes sur le côté mais on pouvait mieux faire pour les butineurs!
Quant à la terrasse toute neuve, elle semblait tombée du ciel au milieu de la pelouse : il fallait l’intégrer aux plantations.

Avant

les talus et la nouvelle terrasse à améliorer…

Après

Nous avons donc convenu de remplacer la bâche par un paillis de chanvre et j’ai proposé d’agrémenter cette mer de graminées avec des floraisons mellifères…

Ils n’ont pas tardé à suivre mes conseils pour améliorer tout ça, en m’envoyant régulièrement des photos pour que je profite de l’évolution de leur projet.

D’abord, un paillis de chanvre a remplacé la bâche. Environ 5 cm d’épaisseur de paillis de chanvre, sans le coller à la base des plantes pour éviter tout risque de pourriture du collet.
Ce paillis va permettre de préserver la fraîcheur du sol, de favoriser la vie du sol (vers de terre et micro-organismes), tout en limitant les adventices (càd les herbes indésirables), il évitera que toute l’eau de pluie ne ruisselle en bas du talus, il empêchera aussi la battance du sol qui tasse la terre quand il pleut très fort et enfin, en se décomposant, ce paillis nourrira le sol et donc, les plantes.

Il est préférable de ne pas mettre le paillis sur sol sec et très compacté : il a fallu mouiller le sol avant la mise en place du paillis et faire un léger griffage de surface, puis mouiller le paillis après l’avoir étendu.

Dans le talus (pente de 30°), le paillis de chanvre tient vraiment bien malgré les intempéries.

Fabrizio et Angela souhaitaient garder une base de graminées mais une partie des pennisetum a déménagé aux coins de la terrasse pour en adoucir les angles, laissant leur place à des fleurs mellifères telles que sedums, gaura, verveines de Buenos Aires ‘Lollipop’, géraniums vivaces, lavandes, perovskia…  A mon grand dam, ils n’ont pas voulu de rosiers… 😉
On a aussi ajouté des imperata Red Baron pour la couleur…
Et puis des bulbes de narcisses et d’allium…
Autour de la terrasse, une rangée de miscanthus ‘Morning Light’ mais aussi des petits orangers du Mexique nains qui offrent chaque année deux floraisons parfumées.

Depuis 5 ans, la terre était compactée et appauvrie sous la bâche. J’avais donc conseillé de soigner la plantation des vivaces en creusant de larges trous et en mélangeant à la terre du jardin un bon terreau ou du compost mûr, et même de mettre au fond de chaque trou un engrais organique (par exemple une petite poignée de corne broyée et/ou sang séché).
Mais quand j’y suis retournée en fin d’hiver, Fabrizio m’a raconté qu’ils avaient observé des renards en train de gratter dans le talus, sans doute attirés par l’odeur du sang séché 😉

imperata cylindrica ‘Red Baron’

Pour le haut du talus, on a opté pour un paillage de BRF en attendant que les vivaces couvre-sol s’étalent autour du pied du poirier. Une fois les vivaces installées, le paillis deviendra inutile à cet endroit.

Autour de la terrasse, ils ont choisi un paillage de cosses de cacao pour changer de couleur mais ils le regrettent car c’est « gluant » avec l’humidité au pied du talus. Ils envisagent donc de mettre du chanvre ou du BRF là aussi.

Un projet que je suis au fil des saisons car Fabrizio m’envoie régulièrement des photos comme celles-ci, reçues aujourd’hui:

un petit massif d’hydrangea arborescens Invincibelle 2 et paniculata chez Fabrizio

Je me réjoui de voir l’évolution à l’automne puis l’année prochaine, puis dans quelques années…
Merci à Fabrizio et Angela de m’envoyer toutes ces photos au fil des mois 😉

11 commentaires sur “Avant/après : Le talus de graminées chez Fabrizio & Angela

  1. Très intéressant, nous avons aussi un talus assez raide (pente +/- 30°, 1m20 de large sur 10 m de long). Y sont plantés des rosiers, lavandes, véroniques, géraniums, sédums… avec un paillage de brf (2-3 cm) et de tontes de gazon. Malheureusement, chiendent et égopode podagraire envahissent le tout. Et chaque année, c’est un recommencement (déterrer les vivaces, extirper les racines et replanter). C’est décourageant ! Un paillis de chanvre de 5 cm serait t’il plus efficace ? Changer les vivaces pour choisir des plantes plus « couvrantes » (pervenche, fusain panaché…)?
    Merci pour tous les bons conseils donnés dans vos différents articles

  2. Quel changement… En-dehors du fait que tu as fait retiré la bâche en plastic, toutes ces jolies fleurs cassent la monotonie de ce talus planté uniquement de graminée. Bravo à toi et à eux.

  3. Nous vous remercions Malorie pour votre écoute, vos conseils avisés et votre disponibilité. Nous sommes heureux du résultat et nous nous réjouissons aussi de voir l’évolution au fil des saisons. Les petites adorent voir les papillons et autres insectes butiner les jolies fleurs et profitent encore plus de leur jardin.

  4. Merci Malorie pour ce partage très intéressant. Moi non plus, je ne comprends pas le recours aux bâches pour les jardins. On sait que la plupart du temps cela ne marche pas et c’est effectivement très laid alors que des solutions toute simples et tellement plus naturelles existent. Bravo pour ces bons conseils et pour le résultat déjà magnifique.

  5. Je viens de faire un parterre selon vos conseils avec du paillis de chanvre, mais à côté. J ‘avais mis du BRF. Et le contraste me choque un peu . Puis je mettre du brf sur le pallis. Enfin que sa fasse une continuité. Merci d’avance.

    1. Bien sûr, vous pouvez recouvrir un fin paillis de chanvre par du BRF pour unifier l’ensemble. Mais si c’est dans une forte pente, le BRF risque davantage de glisser vers le bas de la pente… C’est pour ça que je conseille le chanvre dans les talus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.