Phlomis russeliana: 1, 2, 3 bons points!

Le large feuillage duveteux du phlomis russeliana forme un efficace couvre-sol qui empêche la pousse des adventices. Plus besoin de désherber! Premier bon point!
Cette jolie vivace, verticale et graphique, s’étend progressivement grâce à sa souche rampante et donc, peut limiter l’entretien d’un massif sur une belle surface. Il suffit de maîtriser son expansion quand cela devient nécessaire… Deuxième bon point!
Sur les tiges bien raides, dressées à 1m de hauteur, les fleurs en gros verticilles étagées comme des candélabres restent décoratives bien longtemps après la floraison jaune pâle, et même lorsqu’elles sont sèches en hiver… Troisième bon point!
Mellifère, elle plaît aux abeilles et autres butineurs… Quatrième bon point!
Une fois installée, elle ne demande aucun soin particulier. Les nouvelles feuilles viennent couvrir les anciennes qui se décomposeront en humus pour nourrir la plante…  Il n’est même pas utile de la tailler. Peut-être faudra-t-il simplement éliminer les vieilles hampes florales après l’hiver, en mars/avril.
Cinquième bon point, surtout pour les jardiniers paresseux!

phlomis russeliana et géranium phaeum
phlomis russeliana (Sauge de Jérusalem) et géranium phaeum

Elle fleurit en été, généralement en juin, créant de généreux tableaux colorés en compagnie des rosiers, de géraniums vivaces, veronicastrums, verveines de Buenos Aires, campanules, lavandes, knautia macédonica, nepeta, sauges, alchémilles, achillées millefeuilles, molènes, iris,…  Elles sont aussi bien mises en valeur auprès des graminées.

Après la floraison, les fruits globuleux qui restent attachés aux tiges sont toujours très graphiques. Séchées, ces branches sont souvent utilisées pour la confection de bouquets d’hiver.

rosier 'The Pilgrim' et phlomis russeliana
rosier ‘The Pilgrim’ et phlomis russeliana
phlomis russeliana et veronicastrum alba (en juillet)
phlomis russeliana et veronicastrum alba (en juillet)

Plantation du phlomis russeliana

Elle se plaît au soleil ou à mi-ombre et supporte très bien des gelées importantes en sol drainant.
Elle sera magnifique dans une prairie fleurie, dans de larges massifs ou pour couvrir un talus.

On la dit plutôt bien tolérante à la sécheresse mais elle sera moins spectaculaire dans un sol pauvre et sec que dans un sol riche, frais et drainant où elle peut atteindre des proportions remarquables.
Le pH du sol lui importe peu tant que celui-ci n’est ni trop acide, ni trop calcaire. Elle s’adapte en sol argileux, limoneux et même pauvre et caillouteux…

phlomis russeliana
phlomis russeliana, Phlomis de Russel, Sauge de Jérusalem

En terrain favorable, le phlomis russeliana atteint 1 mètre de hauteur et autant d’étalement.
Autant prévoir ces distances lors de la plantation, avec ou sans Covid 19!  D’autant qu’une fois bien installé, sa croissance est assez rapide.

Un paillage organique au pied des jeunes plantes favorisera leur installation et leur croissance.
Soignez la plantation pour favoriser la reprise, avec un apport de terreau ou de compost mélangé à la terre du jardin. Arrosez régulièrement le premier été. Il faut parfois attendre 2 années avant de le voir bien fleurir et commencer à s’étaler, signe qu’il est enfin établi.

rosier 'The PIlgrim' et phlomis russeliana
rosier ‘The PIlgrim’ et phlomis russeliana

Il se divise facilement

Au printemps, on peut prélever des morceaux en périphérie de la souche, en prenant de belles racines et une bonne profondeur de terre. Repiquer aussitôt en place.

rosier jaune ‘The Pilgrim’ avec une clématite recta et des phlomis russeliana
phlomis russeliana (en mai)
phlomis russeliana (en mai)
phlomis russeliana (fin mai)
phlomis russeliana (fin mai)
phlomis russeliana
phlomis russeliana (en juin)

Les tiges rigides fleurissent de manière étagée, sur des sphères en nid d’abeille. Sur une large surface, elles forment une structure graphique et transparente, qui restent décoratives jusqu’à la fin de l’hiver.

phlomis russeliana (en juillet)
phlomis russeliana (en juillet)
phlomis russeliana
phlomis russeliana

 

10 commentaires sur “Phlomis russeliana: 1, 2, 3 bons points!

  1. je souscris totalement à ton propos …. ici paillis minéral qui lui réussit bien ..et même quand ils se transforment en salade cuite au beau milieu de l’été, il suffit juste d’un peu de pluie et les voilà repartis …. plante effectivement ++++ et quand on connait mon terrain, c’est tout dire !!!

  2. Le voilà enfin fleuri au jardin ! Il est donc bien installé.
    J’aime beaucoup tes idées d’association, j’en prélèverai certainement des éclats pour garnir d’autres massifs (où je le maintiendrai raisonnable)

    1. Ca doit être très joli sur fond de feuillage pourpre !
      Je trouve aussi qu’elle apportent une structure intéressante en hiver. Et leur souche abrite du froid un tas de petits insectes auxiliaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *