Coaching-jardin : jolie balade dans « Le Jardin de Delphine »!

Cette semaine, j’ai eu l’occasion de découvrir un ravissant jardin privé créé à 4 mains par Eliane et son époux, dans la région de Hannut, en Belgique.
Un jour, en prenant son petit déjeuner, il a distraitement feuilleté un magasine de jardinage laissé là par son épouse et ça a été le déclic pour lui! Un grand projet  d’aménagement allait voir le jour et embellir leurs vies! Monsieur a conçu les tracés des allées et des massifs, Madame a agencé les plantes avec beaucoup de goût et d’harmonie.  Ainsi, ils ont créé leur jardin petit à petit, sur une vingtaine d’années.

L’histoire de ce jardin m’a beaucoup touchée et ses propriétaires sont des gens vraiment charmants avec lesquels j’ai passé un délicieux moment.  Après avoir fait le tour, je leur ai demandé la permission de publier un petit article sur le blog…

Eliane a eu l’extrême gentillesse de m’écrire ce petit texte en préambule, pour présenter avec ses mots, l’histoire de leur jardin. Ainsi, vous pouvez le découvrir à votre tour!

« Le Jardin de Delphine » en mémoire de notre fille décédée il y a trois ans.

Notre jardin a pris de nombreuses années à se composer tout d’abord pour permettre à Delphine, différente, de profiter de son lieu de vie tout en se découvrant.
Notre souhait de parents, l’accompagner, lui permettre de trouver un équilibre en contact avec la nature, développer l’éveil des sens.

Tel un parcours de vie, avec persévérance et amour, à notre rythme, le jardin s’est façonné jour après jour. Le jardin nous a apporté à tous les trois du plaisir et de la sérénité. Dans les épreuves et les moments difficiles, il nous a permis de nous ressourcer et de ne pas abandonner.

Aujourd’hui encore, l’entretenir, le dorloter, le choyer, nous tient à cœur et fait partie de notre vie.

Pas de jardin sans oiseaux ! Dès le début du printemps, les oiseaux sont nombreux, ils animent le jardin. Ne les oublions pas ! L’équilibre d’un jardin avec ses massifs de fleurs et ses oiseaux a besoin de sérénité, nous essayons de le respecter, de le réaliser avec raison.

Beaucoup d’arbustes, de plantes choisies sont des coup de cœur. Bon choix ou pas ? Humblement, nous mettons tout en œuvre afin de donner à l’ensemble de ces fleurs la chance d’évoluer, de grandir. Pas toujours évident ! Elles décident de partir ou de rester, de se plaire et d’investir l’endroit pour une année, une saison, ou bien plus longtemps.

Magnifique magie des fleurs qui apportent de la lumière dans les vies, dans le quotidien, qui subliment le lieu où elles vivent par leur couleur, leur senteur ! »

Les heuchères orangées et les imperata ‘Red Baron’ forment un duo vraiment très réussi, en avant plan d’un original cercidiphyllum pleureur. Celui-ci souffre malheureusement de la chaleur ces derniers étés mais je trouve son port intéressant dans ce massif. Un bon paillage à son pied pourrait l’aider à mieux supporter la canicule en préservant un peu la fraîcheur au niveau du sol.
Les heuchères du jardin ont tendance à monter comme des salades. Si on les laisse comme ça, leur durée de vie sera limitée. J’ai donc montré à Eliane comment il faudra les diviser à l’automne (clic ici).  Elles couvriront ainsi rapidement l’espace qui leur est dévolu!
On peut aussi couper les alchemilles fanées et dont le feuillage est fatigué. Elles referont rapidement un nouveau feuillage plus frais.

heuchères et imperata ‘Red Baron’ devant le cercidiphyllum pleureur

Les décorations de charme sont judicieusement disposées ici et là par Eliane qui crée des petits coins de repos très cosy.
Eliane a poussé le soucis du détail jusqu’à assortir la couleur de la table et des chaises à celle des floraisons en arrière plan. On le devine à peine sur la photo mais le petit géranium sanguineum qui ourle le massif s’accorde à merveille!  C’est ravissant!
Végétaliser le pied d’un arbre n’est pas toujours facile. Je leur ai donc suggéré quelques plantes qui peuvent venir compléter l’arrière du massif où il y a quelques trous.

Dans le parterre de pivoines, ils ont bien fait de couper les fleurs fanées des herbacées pour ne pas qu’elles s’épuisent à fructifier, mais ils ont choisi de laisser les fruits décoratifs de la pivoine arbustive. C’est vrai qu’ils sont jolis!

les pivoines
fructification de la pivoine arbustive

Ici, un rosier ‘Gertrude Jekyll’  a été planté récemment avec 3 jeunes asters, encore tout petits, en avant-plan. Le rosier orange va déménager vers le fond du jardin…
‘Gertrude Jekyll’ ne cachera pas la palissade à lui seul, aussi ai-je suggéré de lui trouver une douce compagne. A côté des grosses corolles doubles, rose vif, de la belle, il serait judicieux de jouer les contrastes avec des petites fleurs simples ou semi-doubles, blanches ou roses.  Il est important de choisir des rosiers très sains, voire indemnes de maladie, afin d’éviter les traitements qui sont préjudiciables à la petite faune.
J’ai conseillé de palisser les rosiers grimpants sur leur support en courbant les tiges vers l’horizontale pour induire une plus généreuse floraison.

Dans ce massif, on a pincé la persicaria ‘Red Dragon’ et les phlox paniculata.
Non loin de là, les sedums pourraient aussi être pincés mais c’est trop tard pour cette année car les fleurs sont déjà presque là.

Ici, le massif a été remanié récemment. Au milieu des phlox, Eliane a planté des echinacea.  J’ai suggéré d’ajouter un calamagrostis et un aster cordifolius ‘Idéal’ qui acceptera bien cette situation à mi-ombre. L’automne venu, ils feront un bel ensemble avec les plantes en place dont des sedums, en arrière plan.

Si on laisse les fleurs fanées des campanules, elles se ressèmeront spontanément ici et là, apportant un côté plus naturel au massif!

Plusieurs beaux rosiers grimpants ornent des arches, gloriettes, palissades… J’ai pu distiller quelques conseils de taille car les jardiniers ne sont pas très à l’aise avec ce geste qui fait souvent peur aux novices…

Les spirées d’été sont en fin de floraison. Il va bientôt falloir les tailler.
Les stachys pourront facilement être multipliés à l’automne.

Un joli projet est né dans l’imagination d’Eliane pour ce coin du jardin. Elle a  envie d’un petit chemin en sous-bois, entouré des anémones du Japon et des hydrangea arborescens ‘Pink Annabelle’ et macrophylla. Ce sera charmant! Yapluka! 😉
Les hydrangea aussi souffrent de la sécheresse et de la canicule qui se répète chaque été. J’ai donc conseillé d’étendre un épais paillage au pied de tout ce petit monde. C’est un apprentissage à faire pour ces jardiniers qui aiment les massifs aux sols bien nets et propres mais ils sont de plus en plus conscients de cette nécessité pour maintenir le sol frais autant que pour la petite faune et l’équilibre du jardin.

Le potager était bien plus grand à l’origine.
Petit à petit, les légumes ont fait place aux fleurs mais la récolte est encore variée…

On contourne le massif du grand érable pourpre, avant d’accéder à la gloriette que l’on devine en arrière plan…
La graminée est discrètement « corsetée » pour ne pas s’effondrer sur le rosier ‘Ballerina’

Dans ce chemin, derrière la haie, monsieur s’est installé un espace de rangement très bien aménagé avec le compost et un coin caché derrière des gabions.

Le bas de l’érable est taillé pour permettre de passer sur le chemin.

Contre la gloriette, deux jeunes rosiers grimpent mais l’un des deux est décevant car il est malade et les jardiniers envisagent de le remplacer par un rosier indemne de maladie. Je pense que c’est en effet une bonne idée. Ils devraient apprécier les qualités du rosier grimpant ‘Emera climbing’ ou de ‘Snow Goose’.
Dans tous les cas, après avoir taillé un rosier malade, il faut penser à désinfecter son sécateur afin de ne pas propager le champignon à d’autres rosiers.

J’ai oublié le nom de ces rosiers-ci, qui forment un beau buisson très florifère et très sain, et en plus bien parfumé!
Ce type de rosiers est tellement plus gratifiant!

Ils sont accompagnés d’un rosier à très grosses fleurs rouge vif qui serait ravissant entouré d’un nuage de fleurs bleues comme par exemple un géranium ‘Rozanne’.

On pourrait aussi leur associer un rosier couvre-sol à petites fleurs simples du genre de ‘Apfelblute’… ou une fine graminée…
En bordure, la taille des helianthème n’est pas indispensable mais on peut les tailler légèrement après la floraison pour leur conserver un bel aspect touffu.

Eliane pensait avoir planté un rosier ‘Ghislaine de Féligonde’ mais c’est une erreur d’étiquetage. Qu’à cela ne tienne, ce rosier jaune doux est ravissant et sain. Il est marié à une clématite mauve foncé qui lui va à ravir! des géraniums au pied, un véronicastrum à côté. Voici de jolis mariages !

Au pied de ce pyrus salicifolia pendula, un rosier très original de par son coloris qui passe du jaune doux au rose tendre.  C’est probablement le rosier ‘André Brichet’. Très florifère et très sain! Les feuillage gris lui vont à ravir! Ici encore, Eliane a réalisé d’heureux mariages!

pyrus salicifolia pendula, et rosier ‘André Brichet’
rosier ‘André Brichet’
rosier ‘André Brichet’
rosier ‘André Brichet’

De l’autre côté de l’arche où grimpe ‘Belle de Sardaigne’, il y a une très charmante cabane peinte en gris.  Aussi joliment décorée à l’extérieur qu’à l’intérieur car Eliane y a aménage un coin repos avec des petits fauteuils aux coussins fleuris…

Qu’il est sympa ce petit joueur de flûte!

Un peu plus loin, un ancien garage a lui aussi été peint et décoré avec beaucoup de charme. Le rosier liane qui enguirlande le toit est non remontant. Il a été taillé après la floraison.  C’est dommage car si on laisse les fleurs fanées, il pourrait fructifier à l’automne et voir son intérêt prolongé toute la mauvaise saison.

Voilà un joli petit coin pour prendre le thé. J’ai déjà légèrement taillé le petit arbre en arrière plan et avec juste quelques fines branches supprimées, on voit déjà la différence, c’est plus léger… L’automne prochain, on pourrait pratiquer une taille en transparence qui allégerait sa ramure et permettrait à la lumière de venir à son pied. Une vivace à feuillage panaché de crème pourrait aussi illuminer un peu ce mini parterre et rappeler le blanc de la table et des chaises… Avec une clématite à fleurs blanches ou rose tendre peut-être?

Le pied des delphiniums se dégarni… Pourquoi ne pas leur associer des oeillets et une hémérocalle qui fleuriraient en même temps, ainsi que des gauras blancs ou même de grandes marguerites qui donneraient un effet un peu champêtre. Un carex en bordure, avec une lavande à fleurs blanches?…
Supprimez les fleurs fanées au-dessus des feuilles et vos delphinium refleuriront en septembre.

Vous ne le voyez pas sur la photo mais le chat se prélasse sous la table de la terrasse.
C’est bien connu, les chats savent choisir les meilleurs endroits pour se poser!
Cette bordure de lavande est juste magnifique! Tout l’art de la taille!

De l’autre côté de l’ancien garage, un massif à réorganiser pour un nouveau projet: Monsieur rêve d’un bassin de style plus contemporain que madame prévoit d’encadrer d’hydrangea arborescens!  Ca va être joli!

L’érable joliment taillé par monsieur qui joue très bien au « coiffeur »!

Ici aussi il pratique avec talent la taille en nuages!

Un tapis bien maîtrisé de pachysandra.

Chemin faisant, on fini la balade en dégustant quelques amélanches. Saviez-vous que cela se mangeait?

Le long d’un vieux mur de briques, des hydrangea ‘Annabelle’ font le show avec brio!

Souvent je me dis « j’ai des clients formidables! »… J’ai quitté votre jardin avec le sentiment d’avoir partagé un agréable moment avec de belles personnes et avec la confirmation, une fois de plus, que le jardin est un ami qui apaise bien des tourments…
Merci pour votre accueil et votre confiance! Merci aussi de m’avoir permis de partager ces photos sur le blog!
Votre jardin est vraiment très joli!

16 commentaires sur “Coaching-jardin : jolie balade dans « Le Jardin de Delphine »!

  1. Encore un joli petit jardin visité.
    C’est possible d’avoir des jardins à visiter quand les propriétaires sont d’accord ?
    Je vais souvent en Belgique mais pas cette année, l’an prochain normalement.
    Merci encore pour ces belles photos.

  2. Un très beau jardin avec de nombreux aménagements, sentiers. J’adore la cabane. Ils semblent avoir une terre qui plait aux acer palmatum: quelle chance. Mais d’un autre côté si elle plait autant aux Acer, c’est qu’elle est drainante. On voit que les vivaces ont dû mal à certains endroits. Je crois aussi qu’un bon paillage aiderait beaucoup toutes les vivaces. Merci pour cet article Malo.

  3. merci pour cet intéressant reportage et pour tes commentaires : c’est vraiment un beau jardin, plein de jolies associations, très bien soigné et où il doit faire bon paresser… si tant est que nous arrivions à paresser, nous autres jardinières et jardiniers !

  4. Une balade dans un magnifique jardin. Félicitations aux propriétaires.
    Un reportage intéressant à mettre à ton actif que tu partages avec nous si gentiment.
    Tes conseils sont précieux et incitent parfois les jardiniers à changer leurs habitudes ou à améliorer la vie au jardin.
    Bisous

  5. Encore une belle découverte! Quelle chance de découvrir tous ces jardins ! J’adorerais passer une semaine de vacances en Belgique rien que pour visiter ce jardin , le tien , celui de Béné , le jardin du partage et celui d’ Isabelle Olikier. Tous reflétent votre passion pour le jardinage.
    Question égoïste : Tu ne viendrais pas en vacances dans les Landes par hasard. Un coach comme toi m’intéresserait beaucoup.

  6. Quel chance d’avoir à coacher des clients pareils! Quel bonheur!
    Ce jardin est tenu formidablement, manque juste une petite touche de naturel et de semis spontanés ici et là.
    Mais quel goût ils sont! Je suis emerveillée par la structure du jardin, les sentiers en pavés, les coins de repos tous plus jolis les uns que les autres!
    Un jardin comme je les aime..

  7. Merci pour ces beaux reportages et félicitations aux jardiniers .C’est passionnant de découvrir la diversité des jardins reflétant les personnalités des jardiniers .
    Petite question j’ai aussi une arche sur laquelle pousse un rosier grimpant toujours malade .J’aimerais le remplacer ,je change la terre sur quel volume ???faut il faire un traitement pour que le suivant ne soit pas aussi malade ???ou choisir un rosier vigoureux peu enclin aux maladies est suffisant ??merci pour vos bons conseils

  8. Merci Malo et félicitations aux jardiniers .Quelle magnifique jardin bien entretenu et des coins repos et des jolies déco .Merci pour les conseils car pour nous c’est un plus en visitant vos reportages .

  9. Quel beau jardin, et quel chouette reportage, tous tes conseils me semblent très judicieux !
    Pour la taille en transparence, j’ai le bouquin de Monsieur Cousin, et ce qui est intéressant, c’est qu’il y donne les conseils avec les moments de taille dans l’année par catégorie d’arbres. Par exemple, le magnolia se taille en août.. j’ai suivi le conseil et cela donne super bien.
    Les jardins en Brabant sont vraiment très secs à nouveau cette année. j’espérais de bonnes pluies ce week-end, et.. rien qu’un petit centimètre.. pfffffffff Alors que chez mes enfants qui sont à Arlon et Libramont, il a super bien plu.
    Une autre suggestion : En couvre sol qui aide a conserver l’humidité, les epimedium sont également très utiles, leur feuillage est très joli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *