Boutures pour débutants

Qu’on se le dise, je n’y connais pas grand chose en bouturage! Mon expérience en la matière est insignifiante. En gros, je suis incompétente en la matière…
Petite, j’ai toujours vu maman bouturer ses pélargonium sans jamais m’y intéresser… , puis aussi ses plantes-araignées ou le papyrus qui prenaient racines dans un verre d’eau…
Je multiplie mes heuchères par bouturage tous les 3 ans, et une fois j’ai bouturé des rosiers!
Pourtant, la technique est assez simple et pourrait me permettre d’obtenir rapidement de nouvelles plantes pour pas un rond !
Alors cette année, j’ai décidé de tenter l’expérience, je passe à l’action! Le mois d’août est propice à certains bouturages.
La lavande de maman est d’un violet superbe! La sauge de Grany me plaît beaucoup! Fanny aimerait cultiver en pot un chèvrefeuille parfumé. Le fuchsia de la voisine me fait de l’oeil… Je vais leur piquer quelques segments de tige!

Comment faire?

  1. Avec un bon sécateur, prélever de beaux morceaux de tiges d’environ 15-20 cm de longueur (si possible qui ne portent pas de fleurs), en coupant juste en dessous d’un nœud (point où sont attachées les feuilles).
  2. Enlever les feuilles de la base (éventuellement on peut réduire la surface des feuilles restantes)
  3. Mettre la tige dans un pot de terreau ou autre substrat drainant, bien tasser autour et arrosez.
  4. Placer le pot à l’abri du soleil. On peut recréer l’atmosphère humide d’une mini-serre en mettant une bouteille en plastique ou un sachet en plastique au-dessus du pot.
bouturer un hibiscus
arroser les boutures puis les placer à l’abris du soleil

Que peut-on (essayer de) bouturer en ce mois d’août?

  • L’hortensia, il paraît que c’est facile! En fin d’été, prélevez des tiges semi-ligneuses de 15-20 cm de long.
  • Les petits fruits : groseillier, framboisiers, cassissiers : en été (tiges semi-aoûtées) ou en hiver (la plante est en dormance), bouturez une tige d’environ 20 cm. Replantez celle-ci en pot ou même directement en pleine terre.
  • Le chèvrefeuille : en août (tiges semi-ligneuses) ou en automne. Repiquez les tiges dans des pots et installez-les sous châssis.
  • La lavande se bouture en fin d’été ou au printemps.
  • Le sedum : une plante succulente qui s’enracine très facilement lorsqu’une tige est au contact du sol. Utilisez un substrat bien drainant (mélange de terreau et de sable). Pour le bouturage de feuilles, prélever des feuilles, les laisser sécher quelques jours à l’ombre, puis les poser sur le substrat.
  • Sauge et romarin : on bouture facilement la sauge officinale, comme les sauges ornementales (Salvia microphylla, Salvia nemorosa, etc.). Prélevez des segments de tiges herbacées, au printemps ou en été.

Bon eh bien, Yapluka… Je vais me lancer…
J’avais déjà dit ça l’année dernière mais finalement je n’avais rien bouturé…
De l’avoir écrit ici, ça va m’obliger… Puis vous allez me motiver hein!? 😉

9 commentaires sur “Boutures pour débutants

  1. Oh mais oui, c’est super facile! Quand je pince les vivaces, je bouture le surplus! Rien de plus facile avec les phlox, je laisse juste deux feuilles et hop le pot à l’ombre. Ce que je réussi bien et sans chichis… les phlox, penstemons, sédum, hortensias, heucheres, … puis beaucoup d’arbustes à la SainteCatherine, directement en terre à l’ombre comme les cornus, les physocarpus, weigela, euonymus etc. Pour les rosiers, je fais les boutures au pied du pied mère, ça m’évite de surveiller des pots que j’oublie, ça marche souvent bien, hop en novembre ou au printemps quand je taille. Je gagne an stockage et en étiquettes, puisque la bouture est au pied de sa maman. Bisous

  2. J’aime bien bouturer tout ce qui me plait bien. C’est un grain financier certain. Et puis ça fera des petits cadeaux pour les copines. J’enterre souvent le pot après la reprise dans le potager. Le ciel se charge des arrosages, car c’est pas mon fort la régularité de l’arrosoir ! La technique de Caroline est très maline pour les rosiers. Je l’ai tentée avec le choisya. J’ai pas encore été voir si ça avait donné quelque chose.

  3. Bjr. Je bouture tout et n importe quoi. Je visite un jardin je prends, une pepiniere pareil. Qd je vois le nombre de rosiers ds chaque jardin, je me dis pourquoi pas envoyer des bouts de batons a qui en veut. Ca marche tant mieux et si non qu a ton perdu. Rien. J ai deja mes rosiers a bouturer en memoire, ds les ronds points, sur les clotures. Les derniers reussis sont weilschenblau, leontine gervais, queen of swueden, bonica, rhapsodie in blue, yann artus bertand, gertrude jekill. Qd on divorce y a pas trop d argent pour acheter tout ce dont j avais achete ds mon precedent jardin alors je me debrouille. Barbara ex du jardin traversiere

  4. Coucou Malo,
    Comme pour le bouturage des heuchères pour lequel tu nous avais donné à l’époque la marche à suivre et que j’ai appliquée, aujourd’hui tu nous donnes encore des explications très claires pour de nombreux bouturages. Cependant, en ce qui concerne le bouturage du romarin dont j’ai un superbe exemplaire dans mon jardin, j’aimerais en faire mais j’ai essayé de faire des racines dans l’eau et aussi dans la terre mais sans grande réussite. Comment dois-je faire pour réussir ?
    Je sais que tu nous donneras de précieux conseils.
    Merci et bon dimanche.

  5. J’ai toujours mal au cœur quand je suis obligée de rabattre certains arbustes : petit jardin obligé….alors, et depuisdesannees je bouture et fais des heureuses mes vedettes : choyzia, fuchsia sarcococca,millepertuis, et j’en ou lié certainement et en plante d’intérieur la citronnelle !

  6. Bonjour Malo,
    Autant je ne réussis pas les semis, Autant je réussis assez bien les boutures. Je tente les rosiers, les vivaces les arbustes tout ce que j’aimerais multiplier pour offrir ou pour garnir à moindre frais mon jardin. Quand je casse accidentellement une branche, je la plante au pied de la plante mère comme faisait ma grand-mère et j’avoue que ensuite je ne m’en occupe plus. Au printemps,quand je pince les asters, phlox, gauras, sedum, anthémis,penstemons… j’utilise les tailles pour bouturer. Je bouture les rosiers en novembre( 100% de réussite cette année je suis très contente). J’ai un peu moins de réussite avec les clématites mais je persévère.

  7. bonjour Malo
    le bouturage J’adore!
    En fait c’est très facile ,bien plus que les semis .J’essaie avec toutes les plantes. En pot ,en pleine terre… Les échecs ne sont pas graves ! les clématites ,à part armandii et montana (très faciles)me résistent !
    Le jardin de ma fille est constitué pour une grande part de boutures venant de mon jardin(arbustes rosiers vivaces grimpantes… .Je bouture aussi beaucoup les plantes d’intérieur pour ses collègues et amies qui trouvent que les plantes vertes sont devenues très onéreuses .
    Je bouture aussi par sécurité les plantes pas trop rustiques ,elles passent l’hiver dans une pièce non chauffée .
    On peut aussi bouturer dans un vert d’eau ,je viens de réussir avec la sauge amistad ,il faut faire attention à la mise en pot après le développement des racines c’est tout .
    De toute façon il faut essayer sans se prendre trop la tête ,on a rien à perdre !
    beau dimanche !

  8. oui pas toujours évident de réussir les boutures , mais je vais essayer l’astuce de Caroline Jardin des Pixies pour les rosiers .
    Je préfère faire des marcottages , glycine , chèvrefeuille , trachélospermum jasminoïde , ça réussit toujours .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *