Smyrnium perfoliatum

Plante mystère

Je l’ai laissée cultiver le mystère quelques temps, tout en regardant d’un oeil suspicieux ce feuillage vert qui m’était inconnu… Un genre de céleri plat… Dans le doute, je ne désherbe pas, j’attends…
En grandissant, il a pris une lumineuse teinte jaune chartreux rappelant la couleur de certaines euphorbes. Puis j’ai admiré cette jolie floraison de sauvageonne et là, c’était foutu, trop tard, j’étais sous le charme!
Les abeilles aussi d’ailleurs apprécient ces belles ombelles mellifères…

smyrnium perfoliatum

Voici donc une belle ombellifère que j’ai découvert ce printemps dans mon jardin! Je ne savais même plus comment elle était arrivée là et pourtant, après quelques recherches dans mes albums photos, il s’avère que je l’ai bel et bien semée!  C’était Anne-Marie du « jardin des Grandes Vignes » , qui m’avait envoyé ces graines en août 2014!
Quatre années se sont donc écoulées, ce qui excusera sans doute ma perte de mémoire! 😉

Une floraison qui se mérite!

Il a donc mis du temps à fleurir après le semis, ce smyrnium perfoliatum!
C’est normal, c’est une plante trisannuelle.
La première année, rien ne semble avoir germé. Peut-être n’a-t-il simplement pas fait assez froid l’hiver pour permettre la germination?…

En 2016, les graines semées en place ont germé en avril mais après avoir sorti deux cotylédons, elles ont disparu!
Faites comme moi, oubliez-les, n’y touchez surtout pas, et si vous avez la binette facile, marquez son emplacement.

semis de smyrnium perfoliatum en 2016

Au printemps suivant, on voit apparaître quelques feuilles de céleris qui disparaissent une fois de plus.
Je perds encore la mémoire, je les oublie!

dans les narcisses, semis de smyrnium perfoliatum en 2017 (2eme printemps)

Et puis en avril de cette année, des hampes florales se dressent au-dessus du feuillage vert, attisant ma curiosité.
Des feuilles perfoliées, ovales, les embrassent.

smyrnium perfoliatum

Au sommet, de petites fleurs jaune acide s’épanouissent.
Le feuillage devient de plus en plus jaune chartreux avec la floraison des ombelles.

smyrnium perfoliatum, narcisses ‘Thalia’ et pommier cordon
smyrnium perfoliatum

Attention, envahisseur!

Si on le laisse monter en graines, il se ressème à gogo et on en retrouve partout, tout plein, partout!
Et apparemment, les semis ne sont pas simples à arracher!
Elle est d’ailleurs parfois considérée comme plante invasive.
Il vaut donc mieux ne pas laisser grainer plusieurs pieds en même temps et, pour en avoir chaque année, échelonner les semis sur 3 ans…

Idéale pour éclairer un coin d’ombre

C’est une petite sauvageonne qui se ressème spontanément au soleil comme à l’ombre. Chez moi, elle est au soleil mais je pense que c’est dans un coin un peu ombragé qu’elle serait la plus belle car elle y apporterait une belle touche lumineuse!
Elle accepte aussi l’ombre sèche, même sous le couvert des arbres caducs, où elle fleurit avant que les frondes des arbres ne s’épaississent.

smyrnium perfoliatum
smyrnium perfoliatum

Avec quoi?

Cette note de vert chartreux répond à la couleur d’une euphorbia polychroma et d’une heuchère ‘Citronnelle’ à l’arrière plan. Cela fonctionnerait également avec un millium effusum ‘Aureum’, un origanum vulgare ‘Aureum’, ou encore avec un arbuste à feuillage doré.

pommier terrasse ronde smyrnium perfoliatum

Elle serait ravissante avec du pourpre comme des tulipes couleur aubergine, un géranium phaeum ‘Samobor’, une heuchère pourpre ou des ancolies.
Le bleu/violet aussi lui va bien: ancolies, brunnera, myosotis, allium.
A l’ombre d’un sous-bois, avec une belle fougère, elle donnera un aspect très naturel…

L’idéal est donc de récolter des graines pour les semer en bonne compagnie plutôt que de la laisser se semer spontanément où bon lui semble.

Bien que, souvent, la nature fait bien les choses et crée de jolis mariages sans l’aide du jardinier.

4 commentaires sur “Smyrnium perfoliatum

  1. Oh chouette, je ratais tout le temps le semis en serre et je desesperais.
    Je vais m’y retenter directement sur place alors, même si elle veut m’envahir … je (re)tente le coup.

  2. Je confirme, elle illumine un coin d’ombre. C’est Anne-Marie de Lardy qui m’a donné des graines la première fois, puis Anne-Marie des Grandes Vignes un peu plus tard, et, après 3 ans de patience, la première fleur est apparu. C’était il y a 2 ou 3 ans. Aujourd’hui c’est une dizaine de pieds qui éclaire sous un érable, j’adore. D’ailleurs Momo (Monsieur Viburnum) en a dans ses bois, pour ceux qui iraient s’y promener ces temps-ci.
    Belle journée Malo,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *