Végétaliser le toit d’une cabane de jardin

Ce mois-ci, nous avons végétalisé le toit de la mythique cabane dans le jardin personnel d’André Eve. (clic ici pour voir le compte-rendu de cette charrette sur le site de l’association des Amis d’André Eve).

C’est l’occasion pour moi d’illustrer un article sur la marche à suivre pour végétaliser soi-même une petite toiture comme celle d’un cabanon ou d’un appentis à bois,…
La végétalisation d’une telle toiture est à la portée de tous les jardiniers.

Solidité et étanchéité

Avant tout, assurez-vous que la structure soit assez solide pour supporter le poids du substrat, des plantes et de l’eau de pluie, ce qui représente au minimum 70 kg/m² .

Pour l’étanchéité, nous avons goudronné le toit de la cabane avant de le couvrir d’un feutre puis d’une large bâche (genre bâche EPDM pour bassin), qui remontera le long du cadre à construire.

A la fin, la bâche sera cachée par les planches de rives.

la toiture est goudronnée
végétalisation de la cabane : découpage sur-mesure du feutre en sous-couche

Construire un cadre pour retenir le substrat

Avec du bois autoclavé de 10 cm de large, construisez un cadre sur le pourtour de la toiture. Il retiendra minimum 6 cm d’épaisseur de substrat (terreau + pouzzolane).
Si le toit est très pentu, ajoutez des traverses intermédiaires pour diviser les pentes de toit en plusieurs caissons: fixez des planches à espaces réguliers, perpendiculairement à la pente, afin d’empêcher le substrat de glisser.
Recouvrez d’un feutre géotextile, éventuellement sur un lit de pouzzolane ou de billes d’argiles pour améliorer encore le drainage, selon l’épaisseur dont vous disposez.

Il faudra percer quelques trous, à hauteur du drainage, dans dans la partie basse du cadre pour que l’eau s’évacue au niveau des gouttières.

Plantations

Le substrat :

Le substrat est la « terre » dans laquelle on va planter. Mélangez 50% de terreau de feuilles et 50% de pouzzolane (gravillons de lave légers) ou de perlite ou de vermiculite, pour obtenir un substrat à la fois léger et drainant et ainsi limiter le poids sur la construction qui le supporte.   Ajoutez un bon amendement organique (compost).

Étalez ce substrat sur le toit (6 à 10 cm d’épaisseur), nivelez et tassez avant de commencer les plantations.

Il faudra percer quelques trous, à hauteur du drainage, dans dans la partie basse du cadre pour que l’eau s’évacue au niveau des gouttières.

Les végétaux

Optez pour un panel de plantes de rocailles qui seront résistantes à la sécheresse tout en se satisfaisant d’une faible épaisseur de substrat (6 à 10 cm).
Au soleil, différentes variétés de sedum, des joubarbes, phlox mousse, saponaire, l’antennaria dioica, le gazon d’Espagne l’érigéron ou les œillets,…
A mi-ombre : campanules des murs, saxifrages, pensées, viola
Ajoutez quelques rhizomes d’iris nains au faîtage.

Les sedums rampants sont très souvent utilisés pour ce type de toitures car ils sont extrêmement résistants à la chaleur, à la sécheresse et au gel. Ils colonisent facilement toiture végétalisée tout en se contentant d’une couche de 6 cm de substrat et sans demander d’entretien.
Il en existe de nombreuses variétés qui permettent d’obtenir une belle diversité de formes de de couleurs.

plantes pour végétaliser le toit de la cabane

La mise en place

Disposez d’abord 10 à 12 plantes/m² (espacez-les de 15 à 20 cm), en quinconce, et prenez du recul pour observer le rendu avant de planter.
Essayez d’obtenir un effet naturel en mélangeant les variétés de fleurs, groupez-les par 3, 4 ou 5, de manière un peu inégale.
Quand le rendu vous parait bon, plantez les plantes dans le substrat : grattez les racines pour les démêler avec les doigts et même éventuellement raccourcissez-les si la motte est plus haute que l’épaisseur du substrat.  N’oubliez pas que le substrat va un peu se tasser avec le temps.
Nous avons terminé par l’installation des iris, au milieu de toutes les petites vivaces et au faîtage du toit.
Arrosez modérément juste après la plantation.

les poids plume m’aident à végétaliser la cabane. On est prudentes!
toiture végétalisée :  10 à 12 plantes/m² (espacées de 15 à 20 cm), en quinconce

 

iris nains

Finitions avec les planches de rive

Eventuellement, placez des gouttières pour récolter l’excès d’eau de pluie…

les planches de rive de la cabane sont mises pour cacher la bâche.

Entretien réduit

Les premières semaines, la terre pourrait se tasser: ajoutez un peu de substrat si nécessaire.
Eventuellement, disposez quelques granulés de Farramol pour éloigner les escargots et autres baveux des jeunes pousses.

Les premiers mois, il peut être utile de mettre un filet pour éviter que les oiseaux n’aillent gratter dans vos jeunes plantations.

Il ne faudra arroser que la première année, si le temps est sec, le temps que les plantes s’installent. Ensuite, la pluie fera l’affaire, sauf en cas de sécheresse prolongée.

Contrôlez régulièrement que les gouttières ne soient pas obstruées afin que l’eau de pluie s’évacue correctement.

Au début, il faudra sans doute désherber un peu entre les plantules en attendant qu’elles couvrent efficacement toute la surface. Mais ensuite, la toiture végétalisée ne demande pas d’entretien régulier.
Les plantes se marcottent et se bouturent toutes seules pour coloniser l’espace tandis que les feuilles mortes et autres déchets végétaux formeront un engrais organique naturel en se décomposant sur le toit.

Ne faites pas d’apport d’engrais, cela rendrait les plantes sensibles à la sécheresse. Néanmoins, une fois par an, vous pouvez ajouter un peu de compost tamisé.

la cabane au toit végétalisé du jardin personnel d’André Eve photo mai 2018)

11 commentaires sur “Végétaliser le toit d’une cabane de jardin

  1. Chouette article, intéressant! La mythique cabane renaît chez André!
    N’aurais-tu pas envie de faire pareil sur ta cabane? 😉
    Cet hiver a fait plus de mal qu’il n’y paraît. J’en discutais encore ce Marion avec un pépiniériste sur une fête des plantes. Ici j’ai perdu quelques plantounes parmi les plus frileuses: scabieuse, pennisetum villosum, salvia, … J’ai perdu aussi l’aster Monte Cassino, ce que je ne m’explique pas trop. Il avait été magnifique l’automne dernier…

  2. Le résultat est à la hauteur des efforts déployés. Bravo
    C’est vrai que cela amène souvent d’heureux changements.
    J’ai lu aussi ton message d’hier, ton jardin est un vrai plaisir ! Le ton sur ton des tulipes roses soutenu et de la primevère en arrière me plait beaucoup. Le reste aussi. Beau week-end pascal. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *