Parasites au jardin: l’araignée rouge, un acarien

Ceux que l’on appelle souvent « araignées rouges » sont en réalité des acariens de 3 à 5 mm, donc visibles à l’oeil nu.
Ils apprécient les atmosphères chaudes et sèches qui favorisent leur prolifération.
D’ailleurs, il a suffit de deux journées avec des températures au dessus de 20° pour que j’en observe quelques-uns aujourd’hui, qui parcourent le tronc de mon sureau pourpre.  Ils sont tout petits mais on les repère quand même facilement à leur couleur vive!

acariens rouges, trombidion soyeux, trombidium holosericeum (souvent appelé à tort araignée rouge)
acarien rouge, trombidion soyeux, trombidium holosericeum (souvent appelé à tort araignée rouge)

L’acarien n’est ni un insecte, ni une araignée. Observons-le à la loupe: il a 8 pattes (les insectes n’en ont que 6) et un corps en un seul segment (le corps de l’araignée a 2 parties distinctes).

l’acarien rouge à la loupe
acarien rouge (souvent appelés à tort araignée rouge)

Dans les jardins, l’acarien rouge est très actif l’été, du mois de juin au mois de septembre.

acarien rouge, trombidion soyeux (souvent appelés à tort araignée rouge)

Je les croyais inoffensifs… D’un côté, ils sont utiles pour les jardiniers puisque les adultes se nourrissent d’oeufs et de larves d’insectes dont les pucerons, de pollen et de matière organique en décomposition.
Par ailleurs, les dégâts occasionnés par ces acariens phytophages sont le plus souvent limités mais lorsqu’ils sont très nombreux, il paraît qu’ils peuvent détruire les végétaux ou freiner leur développement, en suçant les feuilles afin d’absorber les cellules foliaires.  Capable de se multiplier très rapidement, leur attaque peut être redoutable si on ne réagit pas à temps…
Je relativise malgré tout: on dit la même chose des pucerons mais je ne constate aucun dégâts ni des uns ni des autres, et leurs prédateurs naturels font un excellent travail pour réguler tout ça sans que j’aie besoin d’intervenir!

Le traitement : comme ils aiment lorsque l’air est bien sec, on peut simplement doucher le feuillage  le soir par temps chaud afin de créer un environnement humide propice à les faire disparaître.

L’utilisation d’insecticide ne réglera pas le problème. Au contraire, cela favorise leur développement en faisant disparaître leurs prédateurs naturels comme les coccinelles qui s’en régalent!

A ne pas confondre avec l’aoûtat!

L’aoûtat (larve de trombidium autumnalis) ressemble au trombidium soyeux mais il est beaucoup plus petit, même quasi microscopique (0,3 mm). Ces larves parasitent temporairement les mammifères et même l’homme, occasionnant des démangeaisons parfois importantes chez son hôte.
On les retrouve au sol, dans l’herbe et dans les buissons, où ils peuvent capturer ou s’agripper à leurs proies. Ils parcourent souvent les troncs d’arbres à la recherche de nourriture.

2 commentaires sur “Parasites au jardin: l’araignée rouge, un acarien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *