Gaura: un tourbillon de petits papillons

Que j’aime les gaura!
Ils ont une grâce toute aérienne, on dirait des petits papillons blancs, légers.
La floraison est généreuse et sans cesse renouvelée de juin à octobre, en blanc ou en rose.
Du plus bel effet pour alléger un parterre, ils sont en plus mellifères!

penstemon ‘Schoenholzeri’ et gaura lindheimeri (gaura vivace)
Gaura lindheimeri (gaura vivace)

Le gaura vivace, Gaura lindheimeri, offre de mai/juin à octobre de longues tiges souples portant des boutons roses d’où éclosent les fleurs à 4 pétales, blancs à roses.

gaura lindheimeri

Plantation

Caduque, rustique, le gaura mesure généralement de 60 à 100 cm, parfois plus.

Il aime le soleil ou l’ombre légère.
Il se satisfait d’une terre ordinaire, même pauvre, mais appréciera un sol riche et surtout bien drainé.
Pour autant, le gaura a besoin d’eau pour bien se développer donc il faudra l’arroser le soir en cas de sécheresse  prolongée, si on veut le voir fleurir généreusement tout l’été!

Un paillage
permettra de maintenir une certaine fraîcheur du sol l’été.
Seule l’espèce type, blanche, est assez rustique pour se passer de protection hivernale sur sa souche.
Le gaura à fleurs roses devra être protégé par un paillis.

Pour créer tout un parterre de gaura, on peut espacer les pieds de 50 cm.

Il se cultive aussi sur terrasses et balcons, dans un grand pot (30 cm) rempli d’un mélange de terre de jardin avec du gravier pour le drainage et éventuellement un terreau pour plantes fleuries.
En pot, arrosez dès que la terre est sèche en surface.

gaura lindheimeri et heuchère pourpre

Entretien

Une fois bien installé, le gaura réclame assez peu d’entretien.
Supprimez les tiges fanées au fur et à mesure pour favoriser l’apparition de nouvelles fleurs.
(notez que le gaura a une durée de vie relativement brève, mais avec un peu de chance, il se ressème spontanément si on laisse quelques tiges monter à graines.  Comme je n’ai pas ce plaisir, j’en rachète un nouveau pied de temps en temps…)

Je ne les taille pas avant l’hiver car, comme pour beaucoup de vivaces, les tiges fanées protègent la souche du froid.
Une couche de paillage sera bénéfique, spécialement pour les gaura à fleurs roses qui sont plus fragiles.

En mars, avant la reprise de la végétation, coupez court toutes les tiges.

gaura lindheimeri

Le gaura aura une meilleure floraison si on lui apporte régulièrement de la nourriture… Chez moi, il reçoit simplement du compost au printemps et il profite probablement de l’Or Brun si j’en distribue aux rosiers alentours…
Il apprécierait sûrement quelques apports de Lombricompost par exemple, histoire de soutenir sa longue floraison, mais je ne le fait jamais…

gaura lindheimeri

Belle compagnie…

Comme il est particulièrement mellifère, le gaura trouvera sa place au pied des fruitiers dont la pollinisation croisée est indispensable.
Il est également ravissant avec les rosiers, les pivoines, les graminées, les sedums ou en compagnie d’autres vivaces et annuelles…, dans les jardins contemporains, comme dans les jardins naturels…

achillée millefeuille blanche avec echinacea, gaura, aster et pennisetum
gaura lindheimeri
gaura lindheimeri
gaura lindheimeri et papillon
gaura lindheimeri

8 commentaires sur “Gaura: un tourbillon de petits papillons

  1. Moi aussi j’aime beaucoup les gauras c’est pour ça que je les bouture tous les ans. Je fais des boutures avec les tailles de mars et de nouveau en septembre. Cette année, j’ai acheté un pied rose et blanc que je vais aussi bouturer. Chez moi, ils ne ressèment pas: toujours le même problème de terrain trop sec. J’avoue que je ne les traite pas aussi bien que toi: ni arrosage ni amendement. Je vais dorénavant les chouchouter. Je les aime bien avec des péroskia ou des verveine de Buenos aires, des rosiers roses et des stachys.

  2. C’est vrai que la fleur est très belle, mais je n’en ai jamais mis au jardin car la plante pousse trop haut et ne tient pas droite.
    J’ignorais qu’il en existait des vivaces !
    Bonne semaine.

    1. Il faut les pincer comme des asters si on veut qu’elles soient plus basses et ramifiées. Elles sont vivaces dans les régions aux hivers doux et dans des sols drainés.

  3. je pensais qu’il ne fallait pas les nourrir, que ça aimait les terres arides et pauvres ; chez moi j’obtiens deux tiges immenses qui pendouillent, j’ai supposé que c’était l’humidité de notre hiver qui ne lui réussissait pas, en fait je n’en sais rien, je crois qu’il faut que j’abandonne cette plante ( hinhin je viens d’acheter la variété cherry brandy, disons que l’année prochaine j’arrête 😀 )

    1. Bonjour,
      Il se contente en effet de terrains pauvres et caillouteux, mais un peu de nourriture et d’eau l’aidera à soutenir une généreuse et longue floraison.
      Capucine m’écrit qu’on peut les pincer comme les asters pour avoir un gaura plus dense et moins haut! 😉

  4. une plante ravissante qui se mêle bien à touts les fleurs mais quoique vivace , elle ne dure pas plus de 2 étés , elle se ressème mais sa formation en grosse touffe s’étale sur 2 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *