🦋 Papillon Moro Sphynx

Il y a quelques jours, un Moro-Sphinx est venu butiner les verveines de Buenos Aires à côté de moi tandis que je tricotais sur la terrasse, regrettant de ne pas avoir l’appareil photo à portée de main.  Du coup, je suis hyper contente d’avoir réussi à le photographier aujourd’hui!
J’allais pourtant passer mon chemin quand mon regard a été attiré par ce papillon qui faisait du sur-place.
Ses battements d’ailes étaient si rapides qu’on les voyait à peine et son corps trapu semblait immobile au-dessus des fleurs!

Papillon Moro-sphinx, Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum)  en vol stationnaire butinant un phlox paniculata

C’est un petit papillon diurne (4 à 5 cm d’envergure). Son corps grisâtre et velu a des petites taches blanches et ses ailes sont grises et rousses.

On l’appelle Sphinx colibri car sa très longue trompe lui permet de butiner les fleurs en vol stationnaire à la façon d’un colibri. Il se régale souvent du nectar des plus profondes corolles que les autres insectes ne peuvent pas atteindre.
Il aime particulièrement les fleurs parfumées, bleues, violettes ou blanches, comme les sauges, les lavandes…

Papillon Moro-sphinx, Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum)  en vol stationnaire butinant un phlox paniculata

Il passe inlassablement de fleur en fleur. Ce féroce appétit lui permet de faire le plein d’énergie pour effectuer sa longue migration. Il passe l’hiver surtout en Afrique du Nord.
Chez nous, on le voit habituellement voler d’avril-mai à août-septembre.

Excellent pollinisateur, il peut passer plusieurs jours dans le même jardin si il y trouve des fleurs nectarifères (verveines, phlox, fausse valériane…).
En revanche, sa trompe peut rester coincée dans les fleurs roses de l’onagre (Oenothera speciosa), ce qui le condamne à mourir d’épuisement!

papillon  Moro-sphinx, Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum)  en vol stationnaire butinant un phlox paniculata

La plante hôte est principalement le galium (aspérule) mais la femelle peut aussi pondre sur des valérianes, des oeillets, des silènes, des stellaires ou d’autres plantes de la famille des Rubiaceae comme la cruccianella.
Elle y dépose ses œufs verts, par un ou par deux, en mai et en juillet/août (2 générations par an).
On peut donc particulièrement observer les chenilles en mai et en août. D’abord vert pâle puis marron, on la distingue surtout à la corne foncée avec une pointe orangée, sur ses fesses!
La nymphose s’effectue ensuite sous un tas de feuilles mortes et au bout d’un mois, le papillon sort de sa chrysalide.
La première génération migrera vers le Grand Sud, la seconde passera l’hiver sous forme de cocon pour éclore au printemps.

Phuopsis Stylosa (cruccianella) au bord du bassin

Le saviez-vous ?

Record de vitesse, ce papillon est un des plus rapides au monde! Il peut atteindre 50 km/h, à raison de 75 battements d’ailes par seconde,.
Record de longévité, le moro-sphinx peut vivre deux ans!

7 commentaires sur “🦋 Papillon Moro Sphynx

  1. Bonjour Malorie ! C’est donc ça ce drôle d’insecte… Observé récemment à Kerusten. Un papillon… migrateur… qui vit 2 ans ! Et bien, on en apprend des choses ! Mais que la nature est belle.

  2. Il y en a énormément dans mon jardin (région Val de Loire) où certains les nomment « oiseaux-mouches » carrément !!
    Je les observe toujours avec plaisir

  3. Bonjour Malo Bravo pour vos photos il est ici au jardin dans les lavatères .C’est un rapide je vois Que des vies courtes les beaux papillons .
    Beau weekend Malo et merci de tout les articles ou après la lecture je suis plus érudite …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *